Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2013

Sami Aldeeb : "Plus je connais l'Islam, plus je m'en éloigne"

 

Islam.jpg

 

Une interview pleine d’évidences et de bon sens.

Sami Aldeeb est un juriste d’origine palestinienne et de nationalité suisse. De 1980 à 2009, il a été responsable du droit arabe et musulman à l’Institut Suisse de Droit Comparé. Il dirige le Centre de droit arabe et musulman et enseigne dans différentes universités. Auteur d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles, il a notamment publié en 2008 une édition bilingue du Coran (arabe — français) en classant les sourates par ordre chronologique.

 

 

 

Extraits textes principaux : « Il faut mettre des garde-fous en disant aux musulmans que nous ne tolérerons pas les éléments négatifs de leur texte. Je dis aux musulmans: « si vous voulez être digestes et acceptables pour la société, il y a beaucoup de choses du coran que vous devriez mettre à la poubelle. Il faut aller jusqu’à désacraliser le Coran et Mahomet. Si vous ne faites pas cela, vous serez piégés pour toujours».

Le Coran est une copie de l’Ancien Testament. On y trouve la même idéologie. Le refus de la liberté individuelle, la violence, les sanctions prévues par la Bible, vous allez les retrouver dans le Coran. C’est la même chose. On a l’avantage avec les Juifs qu’ils ne sont pas très nombreux. S’il y avait autant de Juifs que de Musulmans, on aurait probablement eu des catastrophes, comme avec les Musulmans [NDLR : on en a eu des catastrophes dues aux juifs, les deux guerres mondiales par exemple].

On a le même problème avec le judaïsme et l’islam du fait que les textes sacrés sont des textes légaux. Le Christ, lui, se foutait royalement de la loi. C’est un moralisateur pas un législateur. Le problème avec Moise et Mahomet, avec l’Ancien Testament et le Coran donc, c’est que ce sont des textes législatifs. Et si vous leur donnez une légitimité divine, vous les rendez imperméables à la société et il devient impossible de les adapter.

La solution est simple et compliquée à la fois. Il faut désacraliser les textes. Vous savez, quand vous êtes face à un serpent, ça ne sert à rien de lui couper un petit bout de la queue. Il faut lui écraser la tête. Si vous ne balayez pas le concept traditionnel de la révélation, nous sommes foutus.

 

 

 

Quelle est votre vision de l’avenir ?

 

 Elle est tout à fait pessimiste. Je pense que la génération actuelle est perdue. Elle a digéré tout le poison de l’enseignement religieux depuis des siècles. Est-ce qu’on a la possibilité d’avoir une nouvelle génération ? Il n’y en a pas la volonté.

L’islam est un problème spécifique. Il faut enseigner à nos générations : on ne traite pas avec l’islam comme on traite avec n’importe qui. Leur idéologie est tout à fait différente et ça nécessite une connaissance. En Occident, malheureusement, ils ne se sont pas préparés, et ils ne voudront pas le faire aujourd’hui face à la déferlante islamique. Toutes nos universités occidentales ont complètement fait faillite sur ce plan.

Nous sommes en train de payer la politique de l’autruche. Il n’y pas de courage chez nos politiciens et chez nos professeurs. Nos universités ne rendent aucun service au contraire. Elles aident à l’aveuglement général et mènent toute la société occidentale à sa perte.

Aucune faculté de droit suisse n’enseigne le droit musulman, aucune n’indique où est le problème. Il faut une refonte totale et préparer une nouvelle génération de juristes capable d’identifier le mal. Comment voulez-vous gérer une société avec 400.000 ou 500.000 musulmans ? (ndlr : la Suisse). Il faut quand même que vous sachiez ce qu’ils pensent, ce qui rode dans leurs têtes, ce qu’ils enseignent dans leurs mosquées…

 

 

 

Ne craignez vous pas que l’occidental finisse séduit par l’islam s’il se met à l’étudier ?

 

J’ai rencontré un grand professeur arabe d’Afrique du Nord; qui a une position importante dans son pays. Il m’a dit ‘ »Tant que les musulmans croient que le coran est la parole de Dieu, il n’y a aucun progrès possible. Je lui ai demandé : « mais c’est extraordinaire , vous l’avez écrit ou ? ». Il m’ a répondu : « Mais vous êtes dingue ou quoi, vous voulez ma mort ? »

 

 

Êtes vous en train de nous dire que l’islam règne par la terreur ?

 

Oui. Regardez la ligue arabe. En 1976 elle a adopté un projet de loi dans lequel il est écrit : « toute personne qui quitte l’islam doit être mise à mort. C’est une déclaration officielle que l’islam règne par la terreur.

Je prophétise la fin de l’islam : le problème est que c’est une religion légaliste, et c’est ce qui les perdra. La fin de l’islam, ca commencera par une nation qui dira « on en a ras-le-bol de l’islam. » Et puis une autre…

On va assister à une implosion de la société islamique, parce que les gens sont exaspérés par cette religion.

 

20:09 Publié dans Politique, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religions |  Facebook | | |

Citoyen du Monde ? Moi ?!? Jamais de la vie !

diversité.jpg

 
Je suis l'antithèse du gauchiste cosmopolite et apatride qui se veut "citoyen du Monde". Je suis Européen, de racines multiples : picardes et artésiennes/flamandes (donc quasi-belges), espagnoles, et en prime, Breton de cœur et d'adoption. De surcroit, je suis très ouvert au monde entier, me passionne volontiers pour les pays et les cultures de toutes latitudes, et suis précisément tout le contraire d'un patriotard chauvin comme d'un ethnocentriste étriqué. Je suis loin d'être racialiste, et j'exècre le racisme, tout comme j'abhorre la xénophobie. Suis-je pour autant un adepte du grand mélange et de la disparition des frontières ? Que nenni ! Que les dieux m'en préservent ! La diversité, culturelle comme génétique, n'a justement de sens et d'intérêt que si les identités et les différences sont conservées. Il n'y a rien de pire que l'uniformisation au moyen d'un grand mélange incontrôlé. Les "citoyens du Monde" et autres négateurs des frontières sont bien les idiots utiles du mondialisme libéral.
 
Hans CANY

02:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, identité & racines |  Facebook | | |

07/11/2013

Sur le principe du Front de libération et de l’offensive stratégique en démocratie

 

FRONT_~1.JPG

S’inspirer de la guerre révolutionnaire sera utile, à l’avenir, pour l’avant garde nationale bretonne si elle veut vaincre. Et plus exactement d’en retenir quelques grands principes, déclinés d’une façon nouvelle, afin de correspondre aux conditions imposées par un état parlementaire garantissant, a minima en France, les libertés fondamentales démocratiques.

Le principe de la guerre révolutionnaire, et surtout du type maoïste, c’est sa dimension politique. Mao démontre qu’on ne gagne pas une guerre sur le plan conventionnel, mais sur le plan politique. Aussi, les masses doivent-elles acquises à la cause révolutionnaire, asséchant de facto le vivier de ressources humaines de l’ennemi. Et ainsi de suite jusqu’à la victoire. Sa stratégie s’est avérée juste puisqu’il a écrasé un ennemi largement plus puissant que lui, en l’occurrence la Chine nationaliste du Kuomintang.

Le principe développé par le Nord Vietnam contre les USA n’est pas de vaincre les Etats-Unis militairement. Pour le général Giap, cet objectif est impossible en raison du déséquilibre des forces. Le but stratégique est d’utiliser la supériorité du moral du camp communiste, encadré idéologiquement, sur le moral de la démocratie américaine, en l’espèce son opinion publique, ouverte et non encadrée. Il s’agit, littéralement, d’assécher le vivier du soutien à la guerre en usant le moral adverse jusqu’à le faire céder.

Ces deux exemples démontrent que dans les guérillas, du faible au fort, c’est bien le moral qui est la clef de tout. Celui qui perd une guerre est celui qui ne veut plus la mener.

Nous avons d’autres exemples de guérilla qui ont échoué, car elle n’avait pas compris la nature de leur adversaire démocratique. C’est le cas de l’IRA notamment. L’IRA en pratiquant une violence de haute intensité contre une démocratie apaisée, ne pouvait que détourner d’elle une opinion moyenne rétive à cette violence. Or une démocratie, même impérialiste, ne peut capituler devant la violence terroriste. Pire, cette violence légitime même l’ennemi démocratique dans ses buts de guerre sous couvert de maintien de l’ordre, “de l’état de droit”.

La guérilla politique de type maoïste, face à un état parlementariste ouvert, doit être amendée. Elle doit conserver ses quatre fronts : politique, culturel, socio-économique et militaire.

L’organisation des Fronts

Le front militaire

Son aspect militaire doit simplement opter pour une violence d’une très faible intensité. Sa force réside dans l’endurance et non dans la puissance. Ne recherchant pas l’escalade, sa violence s’exercera par des moyens ne visant que des cibles matérielles impopulaires. Les cibles liées à la fiscalité occupante sont prioritaires. La violence spectaculaire doit être proscrite. Des actions telles que des occupations ou actions coups de poing de même nature y sont adjointes. C’est ce que l’on pourrait nommer une “chouannerie médiatique“. Le but n’est pas de détruire les forces ennemies ou ses instruments, mais de retourner l’opinion publique afin qu’elle soutienne le camp révolutionnaire et assécher ainsi les soutiens de l’ennemi.

Ce front militaire n’use d’aucune arme ni de violence physique envers les personnes car on affronte pas une démocratie en usant de la violence contre les individus. Car pour une démocratie l’individu est au centre du système de valeurs. Ce serait donc lui donner des raisons de mobiliser son opinion publique. Or il s’agit précisément d’obtenir l’inverse : saper la volonté de se battre de l’ennemi. Donc sa démobilisation.

La règle du Front militaire est la très faible intensité, mais la régularité de ses actions. Ainsi, le Front militaire réalise une catharsis, une vengeance symbolique applaudie en secret par les masses, qui changent ainsi progressivement de camp politique. Le but d’une armée est de défendre le peuple. Pour devenir l’armée légitime du peuple, le Front militaire doit défendre la justice pour le peuple. C’est ce qu’il fait en détruisant les cibles fiscales ou symboles de l’injustice. Car le but est la conquête du coeur des masses.

Le front culturel

Le front culturel lui subvertit les représentations collectives établies par l’ennemi. Il change progressivement le cadre de compréhension du monde, de la société, des valeurs. Mais surtout, il oeuvre à créer deux camps : celui de la révolution et celui de l’ennemi. Il s’attarde plus spécialement à bâtir un “nous” en en délimitant le périmètre. Il s’agit donc de tous les aspects pouvant différencier : histoire, langue, drapeaux, modes de vie, critiques sociales, médiats affirmant un point de vue spécifique, etc.

Pour ce qui concerne les Bretons, cette guerre culturelle est pour l’essentiel gagnée. Mais le camp du “nous” breton doit désormais s’opposer à celui de l’ennemi, l’Etat Français. Car le but est d’encadrer les masses.

Le Front économique

La bourgeoisie nationale, dans le cadre la lutte de libération, doit se nationaliser avant d’aider à la nationalisation des masses. Pour cela un fossé indépassable doit exister entre la bourgeoisie bretonne, puisque nous traitons de ce cas, et la bourgeoisie française.

Ce n’est plus un obstacle : la bourgeoisie française, largement acquise au capitalisme d’état, ne survit que par le cannibalisme exercé contre les bourgeoisies périphériques non incluses dans le système de domination. C’est notamment par l’instrument de l’impôt que cette bourgeoisie d’état survit. La bourgeoisie bretonne commence à prendre conscience qu’elle est en danger si elle ne rompt pas avec le système qui la détruit progressivement. Par la lutte anti-fiscale menée contre l’Etat central, la bourgeoisie prépare sa rencontre avec la classe laborieuse nationale, elle aussi victime du fiscalisme de l’ennemi, incarné par l’Etat Français.

Une fois conscientisée, la bourgeoisie nationale ou des fractions d’entre elle appuie le front politique dans sa lutte pour la conquête de l’Etat mais aussi pour nationaliser les ouvriers et salariés qui sont sous son influence ou les consommateurs qui achètent ses produits. Car le but est d’unifier les masses.

Le Front politique

Le Front politique est le front de toutes les organisations politiques à proprement parler. Elles théorisent la lutte de libération, les modalités de sa mise en oeuvre, et la conquête effective de l’Etat. Cela peut passer par des élections ou autre. Le Front politique peut agir sur le terrain électoral ou tout au contraire préférer “l’insurrection médiatique” permanente en s’engouffrant dans toutes les crises potentielles pour les présenter au public selon son idéologie et en déterminer l’évolution et la conclusion. Car le but est de conquérir l’esprit des masses.

L’offensive stratégique et la convergence des Fronts

La guérilla procède selon le principe de l’escalade. Elle frappe toujours là où l’ennemi est faible. Elle joue de sa mobilité contre un ennemi en charge de garder la totalité d’un territoire. L’ennemi affronte une contradiction interne insurmontable. La guérilla en frappant là où on l’ennemi ne l’attend pas, le contraint à se déplacer sans cesse, sans aucun résultat à la clef. Sa puissance ne lui est d’aucune utilité.

D’opérations limitées à quelques escarmouches, la guérilla monte en puissance en montant des offensives locales, puis régionales et enfin globales. A mesure qu’elle frappe, la guérilla se renforce en conquérant les masses, affaiblissant son ennemi. Dans la phase finale, la guerilla use de la guerre conventionnelle et achève l’ennemi lors d’une offensive générale qu’il a déjà gagné.

Car on ne mène de bataille que si l’on est certain de la gagner.

Naturellement, face à une démocratie, il n’est pas question d’user de moyens militaires. Mais c’est le principe de coordination des Fronts, de montée en puissance stratégique et de mobilité qui doit être retenue.

Les quatre fronts, politique, culturel, économique et militaire doivent agir ensemble et créer une dynamique, avec à chaque fois un objectif clair et défini.

C’est ce qui s’est passé en région Bretagne ces dernières semaines, quoique de manière spontanée. Par une convergence fortuite et conjoncturelle, ces quatre fronts se sont rencontrés et ont ainsi créé une crise pour l’Etat occupant.

Le Front politique, incarné par une vitrine d’élus et d’éléments syndiqués, représente l’intérêt national. Le front économique soutient l’action. Le front culturel quant à lui a préparé le terrain des représentations et appuie moralement les acteurs. Le front militaire mène des actions coups de poing pour retourner l’opinion publique, briser la volonté de se battre de l’ennemi et occuper le terrain médiatique grâce à des actions éclairs.

Lorsque ces quatre fronts convergent, ils sont en situation de faire reculer l’Etat Français car ils ont alors acquis une dimension stratégique et non plus tactique, désordonnée.

Cette convergence des fronts est virtuellement invincible. Il suffit que les fronts demeurent unis et se coordonnent pour des actions toujours plus larges, passant de l’escarmouche à l’offensive stratégique globale.

Une feuille de route tactique

L’Etat Occupant ne légitime son action que par les élections, le consentement des masses à sa domination. Naturellement, ce consentement est obtenu par l’usage d’une propagande permanente et la détention des moyens de l’état et l’encadrement de la société. Aussi doit-on voir chaque élection comme une offensive stratégique en soi contre la nation bretonne.

Une fois l’élection passée et la victoire obtenue pour l’Etat Central, le voilà en situation de vainqueur. Il passe immédiatement de l’offensive – l’élection est un mouvement – à la défensive, qui est la gestion des affaires courantes.

C’est à ce moment là, entre les grandes élections, que les offensives stratégiques du camp national breton, appelons-le ainsi, doivent être déclenchées. Elles visent à discréditer le pouvoir occupant, à ruiner sa légitimité et à accroître toujours plus le périmètre national au sein des masses bretonnes. Les quatre fronts, à cette occasion, se coordonnent et frappent. Fragilisant ainsi le pouvoir colonial, le Front politique exploite les élections suivantes, profitant du discrédit induit par l’offensive stratégique des quatre fronts.

Progressivement, la légitimité induite par l’élection passe des représentants de l’Etat Occupant à ceux du Front de libération.

Le but stratégique est la séparation irréversible entre les masses bretonnes et l’Etat Français dans ce qui est une lutte de libération. Pour cela, la recherche du conflit doit être permanente. Il faut pour cela pousser, systématiquement, l’Etat Français à la répression et au durcissement.

Aussi dans le cadre d’un front de libération, qui n’a pas cependant besoin d’être formalisé mais qui doit exister en pratique, les divergences entre groupes sont dépassées par l’antagonisme grandissant avec l’ennemi. le Front de libération nourrit ainsi sa propre cohésion, se renforçant de fait, tandis qu’il accroit le fossé entre les masses bretonnes et l’ennemi, renforçant sa position stratégique et affaiblissant son adversaire.

L’ennemi, pour casser la dynamique du front, doit alors briser le moral de celui-ci en le privant d’une partie du soutien des masses. Il cherchera pour cela à diviser les quatre front en suscitant entre eux des divisions, mais aussi entre le front et le peuple. C’est ce qu’ont fait les syndicats et partis français impérialistes en suscitant une contre manifestation et un barrage médiatique.

Cela ne doit pas impressionner : tant que les quatre fronts demeurent unis et coordonnés et qu’ils frappent ensemble, l’Etat impérialiste ne peut que reculer. L’intensité croissante des offensives stratégiques menées par les quatre fronts aboutissent à une succession de défaites, incarnées par une cession de portion de pouvoirs toujours plus grande, jusqu’à la capitulation complète.

La victoire est obtenue par la destruction du moral de l’ennemi, son refus de poursuivre la guerre.

Observations

Notre observation sur la situation bretonne nous fait dire une seule chose : il nous manque encore un Front politique très large afin d’exploiter électoralement les victoires obtenues lors des offensives stratégiques que nous avons détaillées. Car l’intégration des fronts économique, culturel et militaire semble acquise.

La lutte contre l’Etat Français passe par la lutte anti-fiscale. C’est d’autant plus aisé que le parti de gouvernement français est fiscaliste par essence. C’est aussi celui qui gouverne la région Bretagne.

Les conditions objectives pour le développement du séparatisme et son amorce qu’est l’autonomisme sont réunies et vont perdurer avec la faillite de l’Etat Providence. Les forces centrifuges ne peuvent que se développer.

Convergence et unité offrent au camp autonomiste-indépendantiste des perspectives très réelles de développement à court, moyen et long terme. C’est un phénomène nouveau car pour la première fois, c’est la totalité du Peuple Breton qui peut se reconnaître dans la lutte, n’ayant que de moins en moins de choses à attendre de la part de l’Etat colonial.

 

 

Source : site BREIZ ATAO : http://breizatao.com/?p=15977%20

13:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : identité & racines, fédéralisme |  Facebook | | |