Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2017

Hans Cany : 30 ans de kadhafisme sans concessions

23_mars_2014_avatarJAMAHIRIYA.jpg

S'il est une constante de mes trois dernières décennies de combats et de convictions politiques, au-delà d'évolutions successives qui, à des degrés divers, ont pu faire varier mes engagements au fil des années,
il s'agit sans conteste de mon soutien sans faille au système de gouvernement unique au monde qui aura prévalu en Libye jusqu'à l'automne 2011 : celui de la Jamahiriya, ou "Etat des masses".

 Bref retour sur l'historique de ce positionnement personnel, complété de quelques réflexions concernant la situation actuelle.

-------------

 

 

Aux sources d'une prise de conscience

 J’ai commencé à m’intéresser à Mouammar Kadhafi et au cas libyen aux alentours de 1984, mais je n’ai pleinement pris conscience de la nature spécifique du système de la Jamahiriya qu’à partir d’avril 1986, date à laquelle j’ai été fortement sensibilisé à cette cause par l’actualité du moment. Les USA de Ronald Reagan venaient en effet de mener des raids aériens meurtriers sur Tripoli et Benghazi, en guise de représailles suite à des attentats terroristes perpétrés contre des intérêts US sur le sol européen, dont la Libye était accusée d’être l’instigatrice. Révolté par ce qui m’est aussitôt apparu comme une agression impérialiste qu’aucun élément probant ne venait justifier, j’ai dès lors pris fait et cause, malgré mon jeune âge, pour la Libye kadhafiste.

 Ce qui m’a séduit à l’époque et ce qui m’a toujours motivé en ce sens, tout en m'inspirant une certaine fascination doublée de réels sentiments de sympathie à l'égard de la personnalité forte et tout à fait atypique de Mouammar Kadhafi, c'était l’attitude farouchement  insoumise de la Jamahiriya libyenne sur la scène internationale, son appartenance remarquée au camp des nations anti-impérialistes, ainsi que ses orientations résolument socialistes et progressistes sur le plan intérieur.

  Tant par tempérament personnel que par choix réfléchi, je tiens depuis lors à rester ce qu’il convient de nommer un électron libre. En d’autres termes, je ne fais pas  officiellement partie de quelque structure organisationnelle que ce soit, tenant par-dessus tout  à conserver la plus totale autonomie individuelle en matière d’actions et de prises de positions. Il n’en demeure pas moins que je suis globalement proche des orientations du C.R.I., auquel j’apporte un soutien critique sans en être officiellement membre.


Activisme et communication

 Depuis de nombreuses années, je suis blogueur indépendant. J’anime entre autres sur Facebook la page DRAPEAU VERT (https://www.facebook.com/drapeauvert ), et je suis accessoirement co-administrateur de la page francophone officielle du Comité Révolutionnaire International (C.R.I. : https://www.facebook.com/cri.europe ), même si mes interventions sur cette dernière restent limitées.

 Mon activisme se concentre principalement sur la communication via les supports numériques : animation de blogs militants, administration de pages et de groupes sur Facebook, rédaction d’articles et de textes de fond, réalisation de visuels, diffusion et partage de propagande en tous genres (textes, vidéos, pétitions, créations graphiques) etc.
En résumé, l’expression de mon combat se situe donc sur les plans rédactionnel, doctrinal, et propagandiste.

 Les activistes du C.R.I., notamment ceux qui résident dans de grandes agglomérations, prennent quant à eux part à des actions de terrain : organisation de manifestations et participation à des rassemblements militants (par exemple devant des ambassades), démarches effectuées auprès d’organismes officiels supranationaux, diffusion de tracts et opérations de sensibilisation à l’adresse du grand public, participations à des colloques et autres réunions.
Nous incarnons aujourd’hui une force grandissante, laquelle est loin de ne se résumer qu’à un sigle et à quelques pages internet.


    

Une idéologie spécifiquement libyenne ?

 Comme son nom l’indique de façon explicite, la Troisième Théorie Universelle ne concerne pas que la Libye et les Libyens. Il s’agit d’une doctrine cohérente et unique en son genre, sorte de troisième voie se situant en dehors et au-delà du capitalisme comme du marxisme, qui s’adresse en réalité aux peuples et aux nations du monde entier.

 De même, il faut bien comprendre que le drapeau vert, par exemple, n’est pas simplement l’étendard national de « l’ancien régime » libyen. Bien plus que cela, il constitue en réalité le symbole d’un idéal politico-idéologique transnational, car transposable partout, moyennant bien sûr quelques adaptations locales, inhérentes aux particularismes ethno-culturels de chaque peuple. Ainsi que Mouammar Kadhafi lui-même a bien pris soin de le rappeler au cœur de la tourmente de l’été 2011, le drapeau vert appartient aux masses populaires du monde entier, à tout le monde, à tous ceux et toutes celles qui ont foi en un certain idéal.

 L’idéal en question est exposé de façon claire et accessible à tous dans les pages du Livre Vert, et s’articule autour de trois axes fondamentaux : la souveraineté populaire et la démocratie directe, un socialisme non-marxiste d’essence autogestionnaire, et un modèle de société qui s’emploie à équilibrer de façon optimale un certain progressisme sociétal d’une part, et le respect d’un certain héritage traditionnel d’autre part.

 Pour Mouammar Kadhafi, c’est l’idée de Nation qui constitue le moteur de l’Histoire, au contraire des marxistes qui attribuent ce rôle à l’Economie. La nation doit s’identifier au peuple, pour que le peuple s’identifie à la nation. En s’équilibrant ainsi de manière optimale, le facteur social et le facteur national ne font plus qu’un. Telle est l’essence profonde de ce socialisme vert : il s’agit en fait d’un socialisme national, applicable et adaptable partout.

 

Quelle pertinence pour les non-Libyens ?

  En tant que non-Libyen, je crois fermement que de telles idées sont positives, et qu’en luttant  pour leur triomphe, je me bats pour la justice et la vérité. Ce qui me séduit chez elles, ce sont leurs orientations généreuses qui me rappellent de prestigieux prédécesseurs aussi divers que Pierre-Joseph Proudhon, Piotr Kropotkine ou Gamal Abdel Nasser, qui ont d’ailleurs tous été reconnus par Mouammar Kadhafi comme figurant au nombre de ses sources  majeures d’inspiration.

 On y retrouve donc pêle-mêle les expériences autogestionnaires, les velléités d’abolition du salariat, la souveraineté populaire illustrée par l’exercice d’une démocratie directe à divers échelons de la société, la gratuité du logement ainsi que de plusieurs ressources de première nécessité (eau, électricité…), la forte diminution des prix de certaines denrées, les aides sociales en tous genres, la redistribution au peuple des richesses crées par le commerce national (manne pétrolière en l’occurrence), la constitution de milices populaires de défense, la lutte contre l’obscurantisme religieux, les efforts  déployés en faveur de l’éducation et de l’enseignement, l'égalité des droits de l'homme et de la femme, l’anti-impérialisme, l’antisionisme  etc etc. Autant de valeurs que je partage, et de mesures politico-sociales que je pense être souhaitables partout.

 La Libye n’est toutefois pas pour moi une fin en soi. Si elle renouait pleinement un jour avec l’idée jamahiriyenne et avec les principes du Livre Vert, ce serait bien sûr à mes yeux une excellente nouvelle pour le pays et son peuple, et je ne pourrai bien évidemment que m’en réjouir. Mais si la Libye verte ne devait jamais renaître de ses cendres, alors tant pis, mon attention et mon engagement se porteront ailleurs. Les particularismes culturels et religieux de ce pays ne sont pas les miens, et nonobstant l’intérêt que je peux lui porter par ailleurs, j’y serai toujours complètement étranger. Il n’est nul besoin d’être musulman, arabe ou africain pour être kadhafiste.

  Il doit être bien entendu de tous que l’objet de mon engagement est d’ordre purement  idéologique et militant. Mes préoccupations ne se rapportent qu’occasionnellement à l’actualité libyenne, elles ne sont pas guidées par des soucis d’ordre humanitaire, et je ne m’estime pas concerné par les initiatives diverses et variées des uns ou des autres, dont le seul objectif est de ramener la « paix civile » et la « stabilité  politique » dans ce pays. Si celles-ci sont bien sûr préférables au chaos pour le peuple libyen (car tout est toujours préférable au chaos), il n’en demeure pas moins qu’elles sortent du cadre de mon engagement militant.


   
Renaissance de la Jamahiriya libyenne : pas à n'importe quel prix

 Aujourd'hui, je soutiens bien entendu le principe d’un retour, d’une restauration pleine et entière de la Jamahiriya libyenne, mais si et seulement si ce retour s’inscrit dans le cadre d’une certaine intégrité idéologique. Afin de couper court par avance à tout éventuel malentendu, je tiens à préciser que les propos suivants, conclusion de cette brève présentation de mes vues en la matière,  n'engagent que moi. Ils ne font en effet que refléter mon opinion personnelle, et j'en assume donc la pleine et entière responsabilité.

  Si elle a historiquement adopté la dénomination officielle de Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, cela n’a à mon sens rien d’anecdotique, ni de négociable ou d’aménageable. Renoncer au caractère fondamentalement POPULAIRE et SOCIALISTE de l’idée jamahiriyenne équivaudrait à une trahison pure et simple des principes essentiels sur lesquels doit reposer un tel système de gouvernement, et qui sont clairement définis par les trois parties constituant le Livre Vert, manifeste intemporel de la Troisième Théorie Universelle.

 L’hypothétique instauration d’une nouvelle « Jamahiriya », reniant plus ou moins ouvertement tout ou partie des idées fondamentales exposées par le Frère Guide Mouammar al-Kadhafi, sous prétexte de « compromis » dans la recherche d’une « réconciliation nationale » à tout prix, reviendrait à l’instauration d’une véritable imposture. Une telle « Jamahiriya », complètement dénaturée et vidée de sa substance originelle, ne constituerait plus à mon sens qu’une coquille vide, qui n’en conserverait plus guère que le nom – et éventuellement le décorum, triste reliquat d’un passé certes mythifié, fantasmé, mais bel et bien révolu. Il n’est nul besoin de préciser que ce genre de perspective ne m’intéresse tout simplement pas. Le combat pour le retour d’une prétendue « Jamahiriya » à n’importe quel prix n’est tout simplement pas le mien.


Hans Cany
Le 15 août 2017


 

hans cany, libye, géopolitique et politique internationale, proudhon, anarchisme, socialisme vert, democratie,

 
 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

01/09/2016

47ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

Ce 1er septembre 2016 marque le 47ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh de 1969, et donc l'entrée dans la 48ème année de son esprit immortel. Une pensée toute particulière pour la Libye martyre, pour le peuple libyen qui souffre aujourd'hui sous le joug de la dictature des traîtres et des islamistes parvenus au pouvoir dans les fourgons de l'OTAN, ainsi que pour la Résistance verte qui ne baissera jamais les armes.

Nombreux sont ceux qui, s'étant laissés abuser par les mensonges et les mirages de 2011, en sont à présents réduits à déchanter amèrement. Finie la démocratie directe et participative, fini le logement gratuit pour tous, finies l'eau et l'électricité gratuites, finie l'essence à 8 centimes d'euro le litre, finis les prix bas et régulés, finies les aides sociales diverses, finie la sécurité dans les rues, finie l'égalité des droits entre hommes et femmes etc etc ! Nous les avions pourtant avertis. Ceux-là auraient certainement mieux fait de nous écouter et d'y réfléchir en temps voulu... Ils n'ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer, et tout le temps de regretter, de méditer sur leur pitoyable inconséquence.

Concernant les Libyens, la plupart des meilleurs d'entre eux sont soit tombés en martyrs en 2011, soit croupissent dans les geôles des barbares, soit sont actuellement exilés à l'Etranger. N'oublions pas que ce n'est pas moins d'un million et demi de citoyens qui ont fui le régime de terreur imposé à la suite de l'agression impérialiste, ce qui, pour un pays qui ne comptait qu'à peine six millions d'habitants, représente un nombre considérable. N'oublions pas non plus les courageux membres de la Résistance verte qui, dans la clandestinité, poursuivent le combat avec opiniâtreté.

Que ce 1er septembre 2016 soit aussi une journée de protestation internationale contre le régime de terreur des rats du prétendu CNT, et pour les milliers de prisonniers politiques victimes aujourd'hui de détentions arbitraires, de parodies de procès iniques, de spoliation, de tortures et autres actes inhumains de toutes natures...
Le coeur vert de la Libye véritable bat toujours, et tôt ou tard, la Jamahiriya renaîtra de ses cendres !

Hans CANY

Libye_verte_3.jpg

Drapeau_vert_TOUJOURS_LA.jpg

Vous vous demandez toujours comment on peut soutenir Kadhafi et continuer de prôner ses idées ? Alors faites un effort, prenez le temps de lire le Livre vert, dont vous trouverez ci-dessous les trois parties en liens. Alors seulement vous pourrez dire que vous savez de quoi vous parlez. Tant que vous ne vous serez pas donné cette peine, vos jugements de valeur, reposant uniquement sur l'image diabolisée que vous a servie la propagande médiatique, resteront sans le moindre fondement sérieux.

Livre_vert_6.jpg

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

 

. 2ème partie : LE SOCIALISME

 

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

 

Kadhafi.HEROS_IMMORTEL.jpg

 

13/07/2016

Les révolutionnaires français avaient la classe

 
 
- Ils ont guillotiné leur propre roi.

- Ils ont fait des lois aussi simples que : sont suspects ..."ceux qui, soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs écrits, se sont montrés partisans de la tyrannie ou du fédéralisme et ennemis de la liberté". Ce qui laisse une large part de free-style interprétatif aux juges.

- Ils ont donné aux juges l'idée simple de la sentence binaire : l'acquittement ou l'exécution. Ce qui est le signe certain d'un sens aigu de l'équité, de la nuance et du discernement.

- Ils ont écrit la Constitution de l'an I, nec plus ultra de la démocratie (comme chacun sait).

- Ils ont sorti plein de belles phrases historiques (La volonté du peuple et les baïonnettes, celle-là elle ne rate jamais).

- Ils ont fait le serment du jeu de paume, transformant un endroit tout pourri en un paradis des libertés.

- Ils avaient comme leaders des mecs aussi classes que Saint-Just ou Robespierre (celui qui portait si bien la perruque).

- Ils ont inventé la liberté (oui, on peut le dire : après tout, le reste du monde n'a fait que nous copier : la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, c'est de nous, merde !).

- Ils ont cassé du royaliste

- Ils ont cassé du fédéraliste

- Ils ont pris la Bastille

- Ils ont inventé un calendrier incompréhensible

- Ils s'appelaient tous "Citoyen", et se prenaient pour des Romains.

- En général, ces mecs-là étaient obsédés par les complots et les symboles, ce qui d'emblée les rend sympathiques. Une gigantesque parano collective...

- Ils ont fait et gagné plein de guerres avec une armée de péquenots et de montgolfières.

- Ils ont inventé le jacobinisme et la république.

- Ils ont "élu" le premier maire de Paris, première étape vers le phénomène Vélib.


… et tant d'autres choses encore…

Quelle classe.

 
 
 
[Texte librement adapté, d'après un auteur inconnu]
 

Bastille_demolition.jpg

AVERTISSEMENT A L'OCCASION DU 14 JUILLET :

Que personne, surtout, ne s'aventure à me souhaiter une bonne "fête nationale", ni à me transmettre  quoi que ce soit en rapport avec le 14 juillet (si présenté de façon positive). Il me semble indispensable de rappeler que non, définitivement non, le 14 juillet n'est PAS ma fête nationale. Pas plus que la serpillère tricolore et la Marseillaise ne sont respectivement mon drapeau et mon hymne. Je me refuse catégoriquement à commémorer un événement dégueulasse, qui marque de surcroit le début d'une période de barbarie inouïe, ainsi que l'avènement d'une fausse "nation" et d'un régime parlementaire jacobinard que nous subissons toujours aujourd'hui. Je suis très volontiers patriote, mais je ne suis PAS un patriote hexagon.
Voila, les choses sont dites.

Hans CANY

hans cany,fédéralisme,democratie

hans cany,fédéralisme,democratie

07:43 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, fédéralisme, democratie |  Facebook | | |

15/01/2016

Liste de francs-maçons du parti dit "socialiste"

france-maçonnique.jpg

Les ministres et conseillers francs-maçons du P"S" :

– François Hollande (président de la république), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader.
– Jean-Marc Ayrault (premier ministre) : en 2008, maire de Nantes, il fait voter une subvention de 400 000€ destinée à la rénovation et à l’agrandissement du local servant aux réunions de 7 loges maçonniques
– Manuel Valls (ministre de l’intérieur), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Christiane Taubira (ministre de la justice), franc-maçonne membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Pierre Moscovici (ministre de l’économie et des finances), ancien membre de la LCR (Ligue Communiste Revolutionnaire) et Young Leader
– Najat Vallaud-Belkacem (ministre des droits des femmes), Young Leader
– Arnaud Montebourg (ministre du redressement productif), franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader
– Michel Sapin (ministre du travail), franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF)
– Vincent Peillon (ministre de l’éducation nationale), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF), ancien membre du Comité communiste pour l’autogestion
– Jérôme Cahuzac (ancien ministre du budget), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Yves Le Drian (ministre de la défense), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Stéphane Le Foll (ministre de l’agriculture), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Marylise Lebranchu (ministre de la réforme de l’État, de la décentralisation et de la fonction publique) franc-maçonne, ancienne membre du PCMLF (Parti communiste marxiste-léniniste de France)
– Anne-Marie Escoffier (ministre déléguée chargée de décentralisation), franc-maçonne membre du Parti Radical de Gauche et de la Grand Loge Féminine de France (GLFF)
– Fleur Pellerin (ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique), Young Leader
– Benoît Hamon (ministre délégué à l’économie sociale et solidaire et à la consommation), franc-maçon
– George Pau-Langevin, (ministre déléguée à la réussite éducative), franc-maçonne
– Michèle Delaunay (ministre déléguée aux personnes âgées et à l’autonomie), franc-maçonne
– Frédéric Cuvillier (ministre délégué aux transports), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Marc Mancel (conseiller de la ministre George Pau-Langevin), franc-maçon membre du Grand Orient de France (GODF)
– Christophe Chantepy (directeur de cabinet de Jean-Marc Ayrault), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Alain Simon (contrôleur général au ministère de l’économie), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Alain Vidalies (Ministre en charge des relations avec le Parlement), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Aquilino Morelle (conseiller de François Hollande), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF) et Young Leader
– Cédric Lewandowski (directeur de cabinet de Jérôme Cahuzac), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Victorin Lurel (Ministre délégué en charge de l’Outre-Mer), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Renault Vedel (directeur adjoint de cabinet de Manuel Valls), franc-maçon membre de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Alain Bauer (conseiller officieux de Manuel Valls), franc-maçon haut gradé, ancien Grand Maître du Grand Orient de France (GODF)
– Yves Colmou (conseiller de Manuel Valls), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

Les francs-maçons du Sénat :

– François Rebsamen (président du groupe PS au Sénat), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Pierre Sueur (sénateur PS du Loiret et président de la commissions des lois), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Claude Domeizel (sénateur PS des Alpes-de-Haute-Provence), franc-maçon du Grand Orient de France
– Gérard Collomb (sénateur maire de Lyon), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Michèle André (sénatrice PS du Puy-de-Dôme), franc-maçonne, vice-présidente de Fraternelle Parlementaire et membre de la secte maçonnique du Droit Humain
– Robert Navarro (sénateur PS de l’Hérault), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

Les francs-maçons à l’Assemblée nationale et dans les collectivités locales :

– Henri Emmanuelli (député PS des Landes), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Christian Bataille (député PS du Nord), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Pascale Crozon (députée PS du Rhône), franc-maçonne, vice-présidente de la Fraternelle Parlementaire
– Pascal Terrasse (député PS de l’Ardèche), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Oliver Dussopt (député PS de l’Ardèche), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Brigitte Bourguignon (députée PS du Pas-de-Calais), franc-maçonne
– Odile Saugues (députée PS du Puy-de-Dôme), franc-maçonne
– Patrick Menucci (député PS des Bouches-du-Rhône), franc-maçon de la Grande Loge de France (GLDF)
– Paul Giacobbi (député du PRG de la Haute-Corse), franc-maçon de la Grande Loge de France (GLDF)
– Jean Le Garrec (ancien ministre PS), franc-maçon, président du Cercle Ramadier, membre du Grand Orient de France (GODF)
– Philippe Guglielmi (premier secrétaire fédéral du PS de Seine-Saint-Denis), franc-maçon, ancien Grand Maître de la secte maçonnique du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Jacques Queyranne (président de la région Rhône-Alpes), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Philippe Foussier (rédacteur en chef de la revue de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains), franc-maçon du Grand Orient de France
– Jean Glavany (député PS des Hautes-Pyrénées), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Marie Cambacérès (député PS du Gard), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jean-Michel Baylet (sénateur PRG du Tarn-et-Garonne), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)
– Jack Lang, franc-maçon
– Daniel Vaillant (député-maire à Paris), franc-maçon
– Harlem Désir (Premier Secrétaire du Parti Socialiste), franc-maçon du Grand Orient de France (GODF)

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

19:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, religions |  Facebook | | |

09/12/2015

Je suis abstentionniste et tu viens m’insulter...

Ecrit pendant les dernières élections municipales par une personne anonyme. Le rédacteur est attaqué pour son abstentionnisme et rendu coupable de la montée du FN.
Il réplique...



Voter_2.jpgJe suis abstentionniste et tu viens m’insulter, toi l’électeur, toi le votant, toi qui portes, scrutin après scrutin, des hommes et des femmes au pouvoir et qui n’auront de cesse de te décevoir. Qui te trahissent tout en te jurant que la prochaine fois ils feront mieux.
Tu viens m’insulter, déverser sur moi ton aigreur suite à la défaite de ton camp, comme un soldat tenant son fusil face à un peloton de déserteurs. Dans ton esprit ardent de combativité, si tu as perdu ce n’est pas parce que ton ennemi est meilleur, ce n’est pas parce que tes leader sont mauvais, c’est simplement ma faute, à moi, qui ne veut pas me battre.


Je suis le coupable.

 

Tu t’affirmes éclairé, instruit, intelligent. Tu méprises copieusement les presque trois quart de la population française qui n’ont pas voté, ou qui ont voté pour des partis ennemis à tes yeux. Tu les traites de connards, d’ignorants, de cons, de débiles, de sombres merdes ignorant tout de leur Histoire, n’entendant rien à la politique. Nous ne sommes tous pour toi que des fainéants abrutis de publicité. Tu nous es supérieur.

Alors que nous dis-tu ? Que nous enseignes-tu, toi, l’homme instruit ?

Tu nous dis que la montée de l’abstention provoque une montée du Front National. Tu affirmes même que c’est mathématique. Tu l’ériges en loi physique.

Observons cette loi physique.

2014, élection européenne, on nous annonce une abstention de 57% et un vote Front National de 25%.
2009, élection européenne, l’abstention était de 59%, le vote Front National était de 6,5%. Abstention plus forte, vote FN plus faible.
2004, élection européenne, l’abstention était de 57%, le vote Front National était de 10%. Le Parti Socialiste totalise à lui seul près de 30% des voix (du jamais vu dans une élection européenne) et la gauche dans son ensemble obtient 42% des votes. Un raz-de-marée de gauche pour une abstention pourtant équivalente à celle de 2014.

Toi, le mathématicien, l’analyste des chiffres, peux-tu oui ou non affirmer qu’il y a corrélation entre le taux d’abstention, le vote d’extrême droite, et le vote à gauche ?
Peux-tu me regarder dans les yeux et affirmer que les chiffres prouvent que l’abstention fait monter le FN et baisser la gauche ? Que c’est mathématique ?

Tu n’es pas seulement mathématicien, tu es aussi sociologue. Tu affirmes que si tout le monde « bougeait son cul », que si tout le monde allait voter, l’extrême-droite serait balayée et la gauche triomphante pourrait enfin révolutionner la France. Tu affirmes savoir que les sympathisants d’extrême-droite vont tous voter alors que les abstentionnistes sont tous des gauchistes trop fainéants pour se bouger.
Si on doit faire de la sociologie de comptoir, essayons au moins d’utiliser un outil statistique. Voici quelques chiffres tirés d’une analyse de l’électorat français pour les européennes de 2014, réalisée par Ipsos. Si tu as plus fiable, je suis preneur. En attendant...

50% des personnes ayant voté Le Pen au premier tour des dernières élections présidentielles se sont abstenus aux européennes. 50%. Un frontiste de 2012 sur deux n’est pas allé voter en 2014.
La même question pour les électeurs de Hollande et Sarkozy donne respectivement 58 et 48.

Si l’on s’en tient aux sympathisants (c’est à dire ceux qui se déclarent proches de tel ou tel parti mais n’ont pas été voté cette fois) on obtient 53% d’abstentions pour les sympathisants du Front National, 50% d’abstention pour les sympathisants de l’UMP, 58% d’abstention pour les sympathisants du Parti Socialiste. Et avec seulement 43% d’abstentionnistes parmi leurs sympathisants, le Front de Gauche est le mouvement politique qui possède en apparence la plus faible réserve électorale parmi les non-votants. Étonnant, non ?

Il y a donc entre 50 et 53% d’abstentions chez les partisans du Front National. Score supérieur à celui de la droite, inférieur à celui de la gauche et très largement supérieur à celui de l’extrême-gauche.

Tu es certain de vouloir conduire tous les abstentionnistes aux urnes ? Tu peux affirmer que si « tout le monde se bougeait le cul et allait voter » les choses changerait ? Tu l’affirmes, d’accord, mais sur quelle base ?

Tu n’es pas seulement mathématicien et sociologue, tu es également capable de pénétrer mon cerveau pour en extraire les raisons de mon abstention : en résumé, parce que je suis un gros connard de fainéant lâche et hypocrite trop ignorant des choses de la Politique pour prendre conscience que si je ne vais pas glisser un bout de papier dans une boîte, quand on me le demande, le monde va s’écrouler.
Puis-je te dire, moi le crétin, moi l’idiot, moi l’inepte détritus de l’Humanité, pourquoi je ne vote pas ?

Par conviction.

Nitroglycerine.jpg

 Je vomis l’extrême-droite et ses petits pantins crapuleux carriéristes et affairistes qui se prétendent proches du peuple et du pavé pour mieux caresser les patrons dans le sens du poil.
Je vomis la droite et ses costards-cravates aux sourires si aveuglant qu’on en oublierait presque les chairs sanguinolentes des travailleurs suicidés qu’ils ont encore coincées entre leurs dents.
Je vomis la gauche et ses crânes chauves aux ventres mous, cette assemblée de traîtres qui confisque un idéal pour mieux le brader aux banquiers comme une reconnaissance de dette.
Je vomis l’extrême-gauche et ses révolutionnaires légalistes, ses Che Guevara de plateaux télé, moralistes coupables incapables de défiler sans accord de la Préfecture.
Je me vomis, moi, moi et ma cagoule noire depuis trop longtemps au fond de mon tiroir, moi et ce corps qui commence à oublier ce qu’est l’impact d’une flashball, d’un coup de matraque, d’un bracelet de menottes.

Je ne vaux pas mieux que toi, pas mieux que les autres, j’abandonne, je baisse les bras, je constate avec amertume que tout nous échappe. Toi, tu t’accroches au vote.
Moi je m’accroche à cette idée lancée par Etienne de la Boétie dans son Discours de la servitude volontaire, cette idée qui dit « Ce tyran, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s’agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner. »
Je ne donnerai pas ma voix parce que j’estime qu’elle est pour le pouvoir en place l’instrument de sa légitimité.

Parce que j’estime que ce pouvoir est malfaisant. Et c’est précisément parce que je le critique, précisément parce que je m’y oppose, que je ne souhaite lui donner aucune légitimité en participant à son sacre.
J’estime à l’heure actuel que l’ensemble de la classe politique, sans aucune exception, n’a pour fonction que de servir les intérêts des pillards et de trahir les idéaux de leurs victimes.
J’estime que ceux qui leur donnent leur voix en sont les complices, les serfs, les esclaves et qu’ils se complaisent dans une servitude volontaire. Et qu’ils me haïssent parce que je ne porte pas avec eux le fusil et l’uniforme fourni par ceux qui se soucient moins de nos vies que de leurs profits.

L’abstention est l’expression même de mon opinion politique.

Tu es en droit de juger que je me fais des illusions, que mon opinion politique n’en est pas une, que c’est être bien naïf que d’imaginer qu’en ôtant toute légitimité à un pouvoir il finira par s’écrouler de lui-même. Tu peux dire que c’est utopique. Tu auras sans doute raison.
Laisse-moi juste te dire que depuis des années tu vas voter aux heures où on te demande de le faire, pour les personnes que l’on te propose, en suivant la procédure mise en place par le pouvoir en place.

A chaque rendez-vous électoral tu espères que ça change.

JPEG - 3.6 ko

A chaque rendez-vous électoral, tu te dis que cette fois-ci ce sera la bonne ou qu’au moins on aura évité le pire.
Tu colmates sans cesse les brèches d’un bateau qui coule en espérant qu’à force il se passera quelque chose de nouveau.
Et années après années, élections après élections, tes espoirs sont sans cesse déçus par ceux-là mêmes en qui tu avais placé ton espoir.
On te désigne des coupables, tu les insultes, tu oublies les élections précédentes, et tu recommences.

Encore et encore.

Qui est utopiste ?

 

 

 

02:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : democratie, anarchisme, national-anarchisme |  Facebook | | |

24/11/2015

Camarade, ne te trompe pas d'ennemi ! [par Robert DUN]

 L'effondrement de la crapulocratie mondiale est proche, du moins sa phase aiguë est proche, car ses prodromes sont de plus en plus clairement perceptibles depuis une bonne trentaine d'années. Actuellement nous vivons en état de guerre civile larvée en Europe, tandis que les foyers de guerre brûlent dans le monde entier.

 

  Les meneurs de jeu, qui ne le mènent plus que très partiellement, car les commandes leur échappent, ne répondent plus, s'affolent. Leurs analystes patentés, bardés de diplômes d'un savoir arbitrairement fragmenté ( on appelle cela le cartésianisme ) ne savent plus quoi leur dire. La valetaille politique se plaint d'être « condamnée à gérer l'imprévisible », de devoir « naviguer à vue ».

 

  Beaucoup ont cru que je plaisantais, alors que depuis vingt ans au moins j'affirmais que nous étions gouvernés par des criminels devenus fous. Or je l'ai toujours dit et continue à l'affirmer le plus sérieusement du monde. Mes livres contiennent des veines d'explications qui montrent selon quels processus nous en sommes arrivés à cette situation planétaire de navire dirigé par des criminels devenus fous. Je montre les engrenages de la folie dans les religions du désert et dans le christianisme en particulier. Je montre comment une morale socialement inapplicable a noyé le monde dans un océan d'hypocrisie, chose particulièrement perceptible aux USA.

 

  La capitulation des ecclésiastiques chrétiens devant la dissolution de la société occidentale incite les faibles à se réfugier dans un autre fauteuil roulant : l'islam. Quand on n'est pas capable de trouver en soi sa propre loi, on est un esclave potentiel ; on a besoin de maîtres et si nécessaire on se met à leur recherche.

 

  À ceci s'ajoute le vide laissé par l'effondrement du marxisme. Or l'islam est aussi une doctrine sociale qui fait du partage un devoir. L'assistance passe même avant le devoir du pèlerinage et le Coran commande à celui qui est prêt à partir pour La Mecque : « Avant ton départ assure-toi qu'il ne manque rien à ton voisin de droite, rien à ton voisin de gauche. S'il leur manque quelque chose donne-le leur et remets s'il le faut ton voyage à plus tard ». L'eau est un bien collectif et les théologiens musulmans disent, non sans raison, qu'au temps de Mohammed seule l'eau risquait de manquer, qu'en fait ce communisme de l'indispensable s'applique à tous les biens vitaux.

 

  La crapulocratie se trouve confrontée à un double danger islamique : celui d'une révolution sociale et celui d'une solidité familiale et morale contraire à ses buts de prolétarisation culturelle de tous les peuples, de destruction de toues les identités.

 

  Vous doutez peut-être de cette volonté de destruction, de cette convergence mégalomaniaque des puissances d'argent et de leurs instruments idéologiques plus ou moins conscients ? Il n'y a pas de complot de la crapulocratie, mais il y a pire : il y a la complicité spontanée de tous ceux qui veulent noyer toutes les identités dans l'une des religions du désert, dans le marxisme ou dans la société de consommation. C'est ainsi que ceux qui pensent et enseignent « Tout est à vendre, ce n'est qu'une question de prix » rejoignent les baratineurs perfides ou naïfs de la fraternité universelle. Ils n'ont besoin pour se comprendre ni de réunions secrètes du Bilderberg ou de la Trilatérale, ni de tenues en Loges maçonniques. Leur ennemi commun, celui dont il faut parachever la destruction, c'est l'homme libre porteur d'une identité raciale et culturelle. De cela aussi vous doutez ? Alors lisez bien ce qui suit !

 

  Il y a presque vingt ans le bulletin interne d'une association d'enseignants allemands écrivait : « On peut dire aujourd'hui que le travail de destructuration de la famille traditionnelle allemande est accompli. Mais il reste dans les familles immigrées, turques pour la plupart, un traditionalisme auquel nous devons maintenant nous attaquer pour le détruire à son tour ».

 

  Il se trouve que la voix musulmane a été plus dure que le pensaient les mondialistes. Par ailleurs le Ramadan, le repos du vendredi et un certain mépris de la richesse fréquent dans le monde musulman sont contraires à la « fin de l'histoire » que veut et nous promet la crapulocratie : le règne de l'homo economicus noyé dans son inconsistance et répandu comme un chancre sur toute la planète.

 

  Prenez garde, ouvriers européens : les mêmes qui vous ont submergés de dizaines de millions de musulmans pour écraser vos revendications peuvent vous exciter demain à vous battre contre ces mêmes musulmans devenus encombrants. On vous dira qu'on s'est trompé ( qui est « on » ? ), que ces hommes n'ont pas su profiter de l'évolution qu'on leur proposait. Ne tombez pas dans le piège. J'ai dénoncé plus clairement que quiconque les bases pathologiques des religions du désert, marxisme inclus. Je suis bien loin de me laisser gagner par les mirages infantiles de l'islam. Mais si la crapulocratie s'en prend à l'islam, ce n'est pas à cause de ses dogmes infantiles, ni à cause des tchadors d'écolières manipulées. C'est parce que l'islam reste la seule force anticapitaliste, la seule capable de faire échouer le chancre mondial de la société de consommation.

 

  La guerre civile mondiale, à la fois raciale, culturelle et sociale ne sera pas évitée. Mais les hommes libres n'y ont aucune place. Ne vous laissez aller à aucune haine irréfléchie. Ne vous laissez pas entraîner dans le tourbillon de folie, et ne vous battez qu'en cas d'absolue nécessité, si vous êtes personnellement attaqués.

 

Robert DUN
In "L'HOMME LIBRE, fils de la Terre" , Juin 1995

 

Algiz_1.jpg

 

29/06/2015

Vous avez dit révisionnisme ? [par Robert DUN]

 Première question : a-t-on, oui ou non, le droit, de manière générale, de remettre en question les versions officielles sur un événement ?

 Seconde question : si on excepte un seul événement de cette liberté de recherche, imprescriptible à nos yeux de libertaires, ne court-on pas le risque de la voir contestée et supprimée dès que la recherche gêne une quelconque maffia politico-économique ?

 Conclusion : même si les thèses des révisionnistes étaient complètement folles, malveillantes et sans fondements sérieux, le débat ne devrait pas être interdit, car une telle interdiction fait peser une terrible menace sur la liberté de l'esprit et ne peut être acceptée que par les veaux.

 

  Troisième question : le révisionnisme est-il une contestation qui se limite à la seconde guerre mondiale ? Dans le cas de la contestation actuelle peut-être ; mais il est une révolte de toujours contre les mensonges officiels et distorsions de l'histoire à des fins de manipulation des peuples. Et ces mensonges nous ont mis en tête une vision complètement fausse de l'histoire. Que chacun en juge :

 

  On nous a accoutumés à voir les origines de l'Homme et de la civilisation au Moyen-Orient : Égypte, Mésopotamie, vallée de l'Indus. Mais quinze siècles avant notre ère, les Mayas connaissaient la durée de la révolution de Vénus à une seconde de temps terrestre près, bien qu'habitant les terres basses d'Amérique centrale qui ne sont pas spécialement propices à des observations astronomiques. À la même époque, les Chinois avaient sur de nombreux points de l'avance sur les Égyptiens et les Chaldéens. La vision de la Méditerranée, centre de convergences culturelles, et du Moyen-Orient, centre de convergence de trois continents, n'est qu'un mythe judéo-romain.

  On continue à prétendre que l'écriture alphabétique est d'origine phénicienne. Et sur ce point il y a deux rectifications d'optique à apporter : d'abord les Phéniciens n'étaient pas des Orientaux, mais de ces « peuples de la mer », selon l'expression égyptienne, autrement dit des Atlantes ( riverains de l'Atlantique ) chassés de chez eux par un effondrement de la côte géologiquement prouvé et par des raz-de-marée. Ensuite l'alphabet phénicien n'a pas donné naissance aux runes, comme on le prétend, mais il est lui-même une simple variante des divers alphabets de type runique, la version connue la plus ancienne étant les cent douze signes de l'alphabet de Glozel [ moins 20.000 environ ].

  Les guerres médiques comme affrontement entre une Grèce de citoyens libres et une armée d'esclaves perses ? Complète foutaise ! La Grèce était déjà en pleine décadence, avait une société esclavagiste. Les Perses avec leur fière devise : « Savoir bien monter à cheval, tirer à l'arc et dire la vérité » ne donnaient nullement l'image d'une armée d'esclaves. Ils furent attirés dans cette guerre par les villes grecques d'Asie mineure et ne s'engagèrent que du bout des doigts. Les affrontements sur terre eurent lieu principalement entre Grecs.

  Vous avez tous entendu parler de ce monstre appelé Néron. Or Néron eut peut-être bien des mœurs sexuelles qui nous choquent, bien qu'elles aient été banales à son époque et que le christianisme, contrairement à ses prétentions, n'y ait rien changé. Mais il assainit très vite les finances de son empire, paya les retards de solde des légions, dont il devint l'idole. Lors de l'incendie de Rome, il dirigeait personnellement les travaux de percement de l'isthme de Corinthe et les trois quarts de ses biens personnels brûlèrent dans l'incendie. Il est hors de doute qu'il n'a pas été l'incendiaire. Il n'a pas persécuté les chrétiens et n'a probablement même pas connu leur existence¹. Des chrétiens enduits de poix et enflammés pour éclairer le cirque ? Mais imaginez la puanteur ! Alors que les Romains avaient coutume de faire suivre des parfums au cirque pour ne pas être incommodés par l'odeur des corps en foule ! La fable ne prit d'ailleurs naissance qu'au seizième siècle et fut démasquée au dix-neuvième par un jésuite honnête ( rare mais ça existe ) qui fut aussitôt interdit de plume.

  Vous connaissez cet autre monstre nommé Attila. Or Attila fut élevé à Rome en otage princier. Il parlait le latin couramment et le grec était sa langue de prédilection. Il faisait suivre plusieurs chariots de livres dans ses déplacements. Son Premier Ministre était un Spartiate qui lui resta indéfectiblement fidèle malgré tous les efforts de corruption des Romains. Attila avait le titre et la solde de général romain et intervenait comme tel dans la vie de l'Empire. Il répondit à l'empereur de Byzance qui l'avait reçu : « Tu as pensé m'éblouir par ton luxe, mais je mets mon honneur à vivre aussi simplement que le plus pauvre de mes guerriers ». Homme de haute éthique, il est célébré dans la geste germanique comme un modèle de chevalerie. Notre image d'Épinal sur Attila n'est qu'un mensonge de l'Église judéo-romaine.

  Et les Vandales, quels horribles personnages ! Laissons la parole à l'évêque de Marseille Silvianus et à son livre : Du gouvernement de Dieu : « Nous les méprisons comme hérétiques ( il s'agit des Vandales ), mais leur crainte de Dieu est supérieure à la nôtre. Je ne vois pas une seule vertu en laquelle ils ne nous surpassent, nous Romains. Nous devons comprendre leur présence parmi nous comme la volonté de Dieu de faire ramener dans le droit chemin les peuples les plus corrompus par les peuples restés les plus purs. Là où dominent les Romains, tout le monde est corrompu. Là où dominent les Goths, seuls les Romains sont corrompus, mais là où dominent les Vandales même les Romains redeviennent vertueux ».

  Charlemagne, empereur à la barbe fleurie ? Une brute petite et massive, un bon lutteur et un bon nageur, qui eut trente-trois épouses légitimes, un dictateur ignare et sanguinaire, instrument docile du moine Éginhard qui lui dicta les Capitulaires de Paderborn, modèle insurpassé de génocide culturel ( contre les Saxons ). Sur le personnage, j'en passe : ce serait trop long.

  Jeanne d'Arc, sainte de la patrie ? Mais à l'époque il n'y avait pas de patrie, seulement des couronnes. Les soldats de Jeanne d'Arc avaient en commun avec les soldats « anglais » d'être en majorité irlandais, écossais ou suisses. Sorcière ? Fille de génie assurément, profondément sincère et croyante, mais peut-être bien quand même sorcière, ce qui aurait été à cette époque de la plus grande banalité et non forcément incompatible avec des croyances à vernis chrétien. Le connétable La Trémoille lui fit cadeau d'un manteau semé d'orties ; selon le symbolisme de l'époque, l'ortie était associée à la magie. Un de ses plus proches fidèles fut Gilles de Rais qui donna naissance à la légende de Barbe Bleue. Il ne semble pas avoir tué de femmes, mais avoua le meurtre d'une vingtaine d'enfants². Jeanne perturba les plans de la Papauté et fut brûlée pour cela. Charles VII ayant hérité d'une bonne dose de la débilité mentale de Charles VI, la reine-mère Isabeau de Bavière œuvra en reine de bon sens et en faveur de la paix en accordant par le traité de Troyes le royaume de France au roi d'Angleterre après la mort de son fou de mari. La Papauté misa aussi sur le roi d'Angleterre. C'est pourquoi l'évêque Cauchon fut le principal artisan de la condamnation de la malheureuse fille³. Mais le roi de France se retrouvant vainqueur à la surprise de tous, y compris à la sienne, il fallut se réconcilier avec Paris et l'on fit de la sorcière une sainte. Voilà comment on écrit l'histoire ! Churchill dira avec raison que les Anglais devaient une statue à Jeanne. Car si les rois d'Angleterre étaient devenus rois de France, leur langue de cour, le français, aurait balayé le saxon. Les rois d'Angleterre auraient trouvé sur le continent la masse démographique qui leur aurait permis d'écraser les hommes de Sherwood. Culturellement c'est bien l'Angleterre qui aurait disparu.

  On enseigne que Christophe Colomb a découvert l'Amérique, alors qu'il est prouvé que quatre siècles avant lui les Normands d'Islande et de Norvège avaient pénétré au moins jusqu'au Minnesota, ce que la pierre de Kensington prouve de manière irréfutable. Ils allèrent probablement bien plus au Sud, jusque dans le Yucatan, comme le donne à penser le « normand » ou le « barbu » de Chichen Itza. Ce qui est encore plus probant, c'est la demande faite à l'évêque de Londres par celui de Reykjavik en vue de l'envoi de missionnaires au Vinland. Pendant plus de deux siècles il y eut un trafic commercial entre les colonies du Nouveau Monde, la Norvège et l'Islande. Et Christophe Colomb savait parfaitement ces choses. Il a fait le voyage en Islande et séjourné deux mois dans le port de Reykjavik pour se renseigner sur la route et ce qu'il trouverait de l'autre côté. Tout ceci est parfaitement connu, n'est même pas contesté. On fait simplement comme si on l'ignorait, car, ne l'oublions jamais, le monde n'a droit qu'à deux capitales : Rome et Jérusalem.

  Pendant la première guerre mondiale, les Allemands coupaient les mains des petits garçons. L'ennui c'est que dans toute la Belgique on n'a pas réussi à trouver un seul enfant aux mains coupées. Sur la seconde guerre mondiale je ne veux pas ressasser les arguments des révisionnistes, connus de tous ceux qui ont pris la peine de se pencher sur la question. Je demande seulement pourquoi les médias nous mentent sur les révisionnistes. Jamais aucun révisionniste n'a contesté l'existence des camps de concentration et Paul Rassinier, le chef de file du révisionnisme, y a passé lui-même un an et demi. Pourquoi fit-on intercepter le professeur Faurisson par la police à l'entrée d'une salle de débats prétendus contradictoires, chose sur laquelle le professeur fit faire un constat d'huissier ?

  Sur quoi se fonde la différence de la loi entre hitlériens et communistes ? Qu'on ne vienne pas invoquer l'ignorance des crimes massifs du bolchévisme ! Dans les procès hitlériens, très rares, jamais un inculpé ne s'est traité lui-même de rat visqueux et de vipère lubrique. De telles auto-insultes paraissent dans tous les procès staliniens, procès dans la meilleure tradition de l'Inquisition.

Oui, il faut réviser l'histoire, toute l'histoire.

 

Robert DUN

 in "L'HOMME LIBRE, fils de la Terre", Mars 1991

 

Notes postérieures de l'auteur :

1 ) Le terme de chrétien n'était pas utilisé à l'époque de Néron. Les fanatiques qui s'accusèrent eux-mêmes de l'incendie se disaient juifs.

2 ) Le procès de Gilles de Rais est des plus suspects : on a découvert que tous ses accusateurs devant l'Inquisition étaient endettés auprès de lui. En outre il était connétable de France, reprochait publiquement au roi l'abandon de Jeanne d'Arc et était pour cela détesté de Charles VII.

3 ) Il y a plus d'un mystère autour de Jeanne d'Arc. Il n'est pas certain qu'elle ait elle-même été brûlée et il est possible qu'on lui ait substitué une quelconque débile innocente, car dix ans après sa mort théorique la chronique officielle de la ville d'Orléans fait état de sa visite en termes sans équivoque possible.

Liberte_dexpression_4.jpg

18:54 Publié dans Histoire, Lectures recommandées, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, robert dun |  Facebook | | |

19/06/2015

Le totalitarisme et sa "novlangue" : c'est maintenant

Quoi que l'on puisse penser par ailleurs de lui, en mal ou en bien, on pourra difficilement contester à l'excellent Doktor Goebbels le titre d'expert ès propagande, véritable art dont il maîtrisait à la perfection tous les arcanes. Son insondable cynisme ne doit pas occulter son indéniable génie en la matière. Et la citation  suivante illustre à merveille une certaine réalité. A savoir qu'il a fait bien des émules parmi tous ceux qui, aujourd'hui, prétendent nous gouverner et/ou nous "informer"... 

Hans CANY

 

 

Goebbels_1.jpg

 

 

En guise de complément et de conclusion, je me bornerai
à ajouter ce qui suit :

Orwell_1.jpg

 

01:05 Publié dans Politique, Propos du paria | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

16/03/2015

Mouseland: Un petit dessin animé qui illustre l'escroquerie de l'élection et des gouvernements élus

A l'intention de tous ceux et toutes celles qui s'avèrent manifestement un peu durs à la comprenette, voici un petit dessin animé qui vous aidera peut-être à mieux saisir, sur un mode ludique, certaines choses essentielles qui semblent vous avoir échappé.
Du moins, j'ose espérer que cela vous aidera...


A REGARDER ABSOLUMENT.
Merci de votre attention.

SI LES ELECTIONS POUVAIENT REELLEMENT CHANGER LES CHOSES, ELLES SERAIENT INTERDITES !
(Et ce, depuis longtemps...)

 

Vote_7.jpg

 

13:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie |  Facebook | | |

21/02/2015

Classement 2015 de la liberté de la presse : la France en 38ème position


Le nouveau classement annuel pour la liberté de la presse, émanant de l'ONG Reporters Sans Frontières (RSF), vient de tomber. L'Hexagonie réussit cette fois l'exploit de se placer en...38ème position ! Juste devant l'Afrique du Sud et Samoa... Applaudissons bien fort la performance.
  Y'a bon, la "patrie des Droits de l'Homme". Cocorico.


HC




Censure.jpg



13:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

12/02/2015

Liberté d'expression en France : Vincent Reynouard condamné à 2 ans fermes pour révisionnisme !

En ce mercredi 11 février 2015, le tribunal de Coutances vient donc de prononcer le verdict de deux ans de prison ferme (!!) à l'encontre de Vincent Reynouard, pour "délit" de révisionnisme, ou "négationnisme" (sic), comme le disent les détracteurs du révisionnisme historique. 

Deux ans, en vertu de l'ignoble loi scélérate et liberticide dite "Loi Fabius-Gayssot". Eh oui, c'est bien en France, "patrie des Droits de l'Homme" et de la sacro-sainte liberté d'expression, que l'on emprisonne aujourd'hui des gens en raison de leurs opinions, de leurs écrits, de leurs travaux. 

Deux ans !! La condamnation est si lourde que même le procureur, qui endosse pourtant le rôle d'accusateur public, a jugé cette peine excessive. C'est donc lui qui a interjeté appel...  C'est dire.

Ah qu'elle est jolie, la "liberté d'expression" en Hexagonie...
Alors, tous les Charlie/charlots : où êtes-vous donc, à présent ???
Tas de vils hypocrites !

Je vous invite à présent à visionner la vidéo déjà réalisée par mon vieil ami Vincent, suite à cette décision de "Justice" digne de l'ère des procès staliniens. Rien à ajouter.

Hans CANY

 

Vincent_Reynouard.jpg

 

 

21:36 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

07/02/2015

Heureux qui communiste...est revenu de loin

 

Communistes.jpg

Heureux qui, communiste, aura vécu la fin d'un monde...mais y aura pleinement survécu. Ce fut mon cas, de fin 1983 à fin 1988, environs. De manière fanatique, obsessionnelle, je me suis engagé dans cette erreur de jeunesse, qui m'a vu soutenir les courants les plus contradictoires, du pro-soviétisme bon teint à la tentation du communisme patriotique et autogestionnaire de la Yougoslavie titiste, en passant par l'intransigeance marxiste-léniniste  pure et dure, et finalement très stalinienne, des lignes pro-albanaise et nord-coréenne. Le tout en passant par un soutien sans nuances à tous les groupes terroristes d'extrême-gauche pratiquant la lutte armée, d'Action Directe en France aux Cellules Communistes Combattantes (CCC) en Belgique, en passant par la Fraction Armée Rouge allemande (ex-"Bande à Baader"), ETA, les Brigades Rouges italiennes etc.

Une constante, cependant : je n'ai jamais été trotsko, ni même attiré, ne serait-ce que faiblement, par les trotskards de diverses obédiences. Ces gens m'ont toujours révulsés au plus haut point. De ce fait, on m'a globalement collé l'étiquette infamante du "stal", le partisan ringardisé des "vieux" PC, et le larbin inconditionnel des pires dictatures, selon eux. De cette période quelque peu confuse mais néanmoins très intense, j'ai évidemment renié l'essentiel, les plus importants fondements doctrinaux et idéologiques qui m'agitaient alors et m'attiraient irrésistiblement dans les pattes du totalitarisme rouge, exactement comme je le fus tout d'abord par le totalitarisme brun dans ma prime enfance. Néanmoins, je retiens de cette période quelques points qui paraitront secondaires aux uns, mais qui m'apparaissent d'une importance capitale à moi. Ils ont activement contribué à faire de moi ce que je suis aujourd'hui même, et ce, même si mon apostasie de cette véritable secte politique fut tout aussi radicale qu'elle restera à jamais irrémédiable.

Ces points positifs, ceux dont j'ai réellement retenu l'essence et l'ai incorporée depuis des lustres à ma propre pensée, les voici.



Les points essentiels que je retiens


D'Enver Hoxha et de la tendance pro-albanaise, très dure, je retiendrai notamment l'enseignement de ne toujours compter que sur ses propres forces. Cela sous-entend de ne jamais se faire d'illusions, de ne pas se tromper d'amis, et de ne pas s'abaisser au reniement ni à la vilénie en aucun cas. C'est aussi une ligne qui prône une indépendance nationale et une souveraineté farouches, très encline à soutenir tous les mouvements anti-impérialistes dans le monde, y compris les Khmers Rouges de Pol Pot. Enver Hoxha et le communisme albanais, c'est aussi la recherche d'une autarcie la plus complète possible, pour ne pas dépendre d'un impérialisme ou d'un autre. Une mentalité de bunker à toute épreuve, de citadelle assiégée, de forteresse imprenable. Telle est l'essence profonde de ce véritable national-communisme à la mode de Tirana.

De mon pro-soviétisme très "orthodoxe", je ne regrette absolument pas d'avoir approuvé et soutenu en son temps l'intervention militaire soviétique en Afghanistan (1979-1989). Comme je l'ai expliqué de façon détaillée dans un article (1) à ce sujet précis, non seulement je ne suis pas peu fier d'avoir été une des trop rares personnes clairvoyantes au sujet de ce qu'il se passait réellement dans ce pays, mais de surcroit, je me félicite pour ma ténacité à défendre bec et ongles ce qui semblait indéfendable aux yeux de beaucoup. Aujourd'hui, on voit très bien ce que l'ignorance et le parti pris antisoviétique/anticommuniste ont pu donner, alors qu'il apparaît enfin de plus en plus, de manière évidente, que l'Armée Rouge se trouvait alors aux avant-postes de l'Occident, qu'elle défendait tant bien que mal contre le péril grandissant de la barbarie fondamentaliste, soutenue matériellement, financièrement et politiquement par les USA et tous leurs idiots utiles, de droite comme de gauche.
Je suis sûr que bien des célébrités et des chanteurs que vous appréciez y sont allés de leur petit couplet, tant sur les "rebelles afghans" -qui n'étaient pas autre chose que les futurs talibans- que sur les méchants impérialistes russes...  Quel aveuglement consternant. Il eut fallu soutenir au contraire très massivement la juste cause de l'Armée Rouge  engagée en Afghanistan. Mais ceux-là semblent avoir été bien peu nombreux à être clairvoyants, en vérité...


De certaines grandes figures comme Fidel Castro à Cuba, Ho Chi Minh au Vietnam, Daniel Ortega et ses sandinistes au Nicaragua, Thomas Sankara au Burkina Faso, Tito en Yougoslavie, je retiendrai surtout l'attachement viscéral à la mère patrie et à sa souveraineté, ainsi qu'au progrès de la justice sociale dans leurs pays. Au crédit du titisme yougoslave, en plus du non-alignement, on pourra aussi noter les expériences marxistes du fédéralisme et de l'autogestion qui, même si condamnées à échouer dans le carcan étatique de la doctrine officielle, ont au moins eu le mérite d'exister. Elle permettent aujourd'hui de voir quel type d'erreur ne doit pas être reproduit. En outre, c'est aussi via les Non-Alignés initiés par Tito, autant que par l'actualité médiatique, que j'ai entendu parler du Libyen Mouammar El-Kadhafi, qui m'a aussitôt inspiré une vive sympathie.

Je retiens aussi de Karl Marx qu'il a dit que la Religion était l'opium du peuple. Si Marx a dit au moins une chose parfaitement exacte et juste dans sa vie, c'est bien celle-ci. A laquelle on pourrait hélas ajouter ces autres opiums que sont devenus la footballâtrie, la téléréalité, la presse "people" etc. Bref, la société du spectacle.

De l'ensemble je retiens, enfin, une violente aversion pour la ploutocratie et pour le capitalisme en général, pas seulement sous sa forme libérale. Je retiens aussi de fortes préoccupations d'ordre social et sociétal, même si le socialisme dont je me réclame aujourd'hui est d'essence proudhonienne, et non plus marxiste. Il ne s'agit plus de socialisme étatique, très loin s'en faut.

 

Et si l'URSS renaissait de ses cendres ?


Après tout, n'y a-t-il pas lieu de souhaiter ardemment le retour de l' Union Soviétique ?

-Parce que depuis la disparition du "Bloc de l'Est", les beaufs et les bourgeois capitalistes croient avoir "gagné" la partie, et ne se sentent plus pisser.

-Parce que depuis, les impérialistes yankees se croient vraiment tout permis, et n'hésitent plus du tout à agresser militairement toute nation qui ne leur prête pas allégeance.

-Parce que l'URSS, ça avait quand même une autre gueule que la Russie toute miteuse d'après.

-Parce que dans la Russie d' aujourd'hui, on n'avait pas vu autant de misère et d'inégalités chez le peuple depuis l'époque des Tsars.

-Parce qu'au moins, à l'époque soviétique, les citoyens russes avaient droit à un boulot garanti, à une médecine digne de ce nom, et à divers avantages sociaux.

-Parce que l'on peut avoir une certaine nostalgie de l'Armée Rouge et de ses impressionnants défilés sur la place du même nom.

-Parce que nous aimions beaucoup tout le décorum communiste à base d'affiches géantes, de Réalisme socialiste, de drapeaux rouges, d'étoiles rouges, de faucilles et marteaux, et de portraits de Marx-Engels-Lénine-Staline.

-Parce que les maffieux, "nouveaux riches", et autres milliardaires russes nous font gerber, et que nous rêvons que les goulags soient réouverts, pour les accueillir...

-Parce que la "Guerre froide", c'était somme toute assez rigolo, et ça mettait un peu de piment dans l'actualité mondiale.

-Parce que le KGB faisait au moins contrepoids face à la CIA, et que le Pacte de Varsovie limitait les prétentions de l'OTAN.

-Parce que de toute façon, sans le Pacte de Varsovie, à quoi est bien censée servir l'OTAN ??...


-Parce que depuis qu'il n'est plus inféodé à Moscou, le PCF est devenu tout mou, et que Georges Marchais était quand même beaucoup plus marrant que les Robert Hue et autres Marie-George Buffet.

-Parce qu'à l'époque, se dire communiste, ça ne signifiait pas être une espèce de soce-dem bien pensant et très politiquement correct, et que ce n'était donc pas un sujet de rigolade comme maintenant.

-Parce qu'à l'époque, "L' Huma" n'était pas un vulgaire torchon aseptisé comme aujourd'hui, mais plutôt une sorte de "Pravda" francophone.

-Parce qu'à l'époque, être membre des Jeunesses Communistes en France, c'était quasiment aussi diabolisé par les ducons que d'être membre des Jeunesses hitlériennes...et ça, c'était assez jouissif !

-Parce que cette crevure de "Petit Père des Peuples", quoi qu'on en dise, était quand même un bonhomme exceptionnel, aussi fascinant que tyrannique, et aussi cynique que froidement calculateur.  .

-Parce que faire passer une aussi grossière dictature sous les vocables de "démocratie populaire" et de "centralisme démocratique", c'était quand même très très fort !

-Parce que les Talibans faisaient moins chier le monde en Afghanistan quand l'Armée Rouge y était.

-Parce que le sort de Sakharov ne nous émouvait pas plus que ça à l'époque, et que nous préférions l'appeler "Sac à merde" .

-Parce que c'était amusant de scandaliser les bonnes consciences de service en parlant de "bilan globalement positif", comme avait si bien su le faire notre ineffable Jojo national.

-Parce que la langue de bois bureaucratique avait son charme.

-Parce que le jargon soviétique est tout aussi poilant qu' irremplaçable.

-Parce que lors des tentatives de putsch "conservateurs" à Moscou au début des années 90, notre sympathie allait sans réserves aux putschistes.

-Parce que si un beau jour on se réveille en apprenant que l'URSS vient de renaître de ses cendres, on fêtera l'évènement en faisant péter le champagne et en gueulant l'Internationale sur notre balcon, drapeau rouge à la fenêtre.

-Parce que...
Et puis non, merde.
Je m'égare. Je divague.


Désolé, c'était une mauvaise rechute. Je vais de ce pas me ressaisir, faire mon autocritique et tout ça. Je ne serai point une de ces vipères lubriques qui s'égarent dans les marécages fangeux du déviationnisme.

N'empêche. N'empêche qu'il y a du vrai dans tout ce que j'ai énuméré ci-dessus, et que vous pourrez difficilement le nier.

Et n'empêche que dans certains cas, et blague à part, on en viendrait presque à le regretter, le bon vieil ogre bolchévique. Mais bon, il subsiste bel et bien dans un petit pays : la RPDC, ou Corée du Nord. C'est le dernier bastion du stalinisme pur et dur.  Imaginez un univers style "1984" de George Orwell, en permanence et grandeur nature. Le tout en s'appuyant sur une armée qui n'est  visiblement pas constituée que de chochottes et de petits cœurs délicats. Cela fait rêver, non ?

 

 

Mao est mort ? Alors vive Moa !


Aujourd'hui, j'ai beaucoup changé. J'ai troqué le rouge pour le vert et le noir, le socialisme étatique, autoritaire et centraliste pour le socialisme autogestionnaire, la démocratie directe et le fédéralisme intégral. Mais au fond de moi je garde une certaine nostalgie d'un monde qui, bien que bipolaire à quelques rares et faibles exceptions, avait au moins le mérite de ne pas être totalement déséquilibré par l'hégémonie d'une grande puissance à l'échelle planétaire, par l'hégémonie d'une idéologie, d'une idéologie unique : celui d'un libéralisme à la fois économique et sociétal, sur le modèle dit "occidental". Le "socialisme" marxiste, d'essence étatique, a lamentablement échoué partout, réalisant ce que Marx avait prédit pour le capitalisme condamné à s'autodétruire. Le libéral-capitalisme finira lui aussi par s'effondrer tôt ou tard, comme s'effondrent tous les empires.

A mon époque, celle où, sur le tard, j'étais de ceux qui, au sein de la mouvance JC / PCF tentaient d'éviter la liquidation de tout l'essentiel, j'ai très vite appris ce que militer pour une cause jugée de façon hostile par au moins 80% des gens signifie, tant concrètement que politiquement. On exclut les parias, les renégats, les déviants, les révisionnistes, les "confusionnistes" et que sais-je encore, bref tous ceux que l'on voue aux gémonies pour avoir osé se détourner -ne serait-ce qu'à un très faible degré- des canons idéologiques et esthétiques que l'on cherche à imposer à tous, pour faire de nous tous des consommateurs-mains d'œuvre-clones indifférenciés et interchangeables, adaptés à leur finance apatride. Dès l'époque où j'ai rompu avec le marxisme, les éléments dissolvants du trotskysme et du juquinisme minaient le Parti Communiste de l'intérieur. Le ver était dans le fruit, dès que Georges Marchais a dû passer la main à Robert Hue. De toute façon, familiarisé avec les thèses albanaises, je voyais bien qu'elles cadraient justes avec la décomposition des partis communistes de tous pays à la même époque. Notons simplement qu'aux grandes heures du gaullisme, le PCF était carrément le deuxième parti de France... Il n'est aujourd'hui plus qu'un groupuscule gauchistoïde, bien-pensant et désuet parmi tant d'autres.

J'ai eu de sombres pressentiments lorsque j'ai vu l'Armée Rouge quitter l'Afghanistan, courant 1989. J'ai eu envie de vomir quand j'ai vu la fin atroce et ignominieuse des époux Ceaucescu en décembre 1989, de  Mohammad Najibullah et de son frère en 1996 à Kaboul (2), et de quelques autres, dont beaucoup n'ont été, heureusement pour eux, que négligemment déposés. A partir de ces instants, j'ai saisi que tout un monde, tout un système s'effondrait.

Aujourd'hui, j'estime avoir toujours vu  beaucoup plus juste qu'au moins 90% des gens, et ce depuis l'époque de l'intervention soviétique en Afghanistan. Intervention que nous aurions dû soutenir et appuyer si nous ne voulions pas nous retrouver dans la situation que nous connaissons aujourd'hui.
Pourtant, avouez-le : faites-vous encore partie de ceux qui gobent béatement une certaine propagande made in CIA ? Il y a des chances.

En guise de conclusion, on pourra noter que la désintoxication idéologique doit toujours s'appliquer de façon adaptée à chaque individu, en fonction de sa personnalité, de ses goûts, de ses penchants esthétiques etc. Tout ceci joue aussi un rôle fondamental, et je n'ai pas non plus oublié l'agit-prop, que l'on qualifierait aujourd'hui de "Communication".

Il y a du bon, du fondamental et de l'intemporel, à retenir de mon lointain passage sous les plis du drapeau rouge. Le tout est simplement de savoir trier, séparer le bon grain de l'ivraie, pour n'en retenir que quelques considérations d'ordre technique, mécanique et stratégique. Il n'est pas de sauveur suprême, proclame la chanson. Ni Dieu, ni César ni tribun. La question n'a plus lieu d'être. La nouvelle question est juste : dans quelle mesure les totalitarismes, qu'ils soient rouges, bruns, rouges-bruns ou brun-rouge exercent-ils plus qu'un attrait, par une véritable fascination ? Adhésion d'ordre idéologique ou non, et si oui, partielle ou totale, proche ou éloignée ?   Doit-on parler pour autant de "fasci-nation", comme une sorte de préoccupation d'ordre purement esthétique ? Souvent, les deux facteurs s'y additionnent, s'y conjuguent. Parfois, tel n'est pas le cas. Le mien, ce le fut. Mais j'en suis bien revenu.

 Hans CANY

 

NOTES :

1 : "Afghanistan 1979-1989 : NON, je ne regrette RIEN !"

2: Idem

 

LE PCF, c'était mieux avant.

Immigration_Marchais.jpg

01:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, socialisme vert, democratie, fédéralisme |  Facebook | | |

01/02/2015

Ce qu'est le SOCIALISME VERT

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

Le socialisme vert est l'expression militante et combattante d'un corpus idéologique révolutionnaire se démarquant à la fois du capitalisme et du marxisme, et constituant une troisième voie : la Troisième Théorie universelle, telle qu'exposée dans le Livre vert de Mouammar Kadhafi.

La Troisième Théorie Universelle, comme son nom l'indique, ne concerne pas que la Libye, ni même l'ensemble du continent africain uniquement : elle est universelle, et s'adresse donc de façon égale aux peuples du monde entier, de tous continents et de toutes cultures.

Les principes fondamentaux de la Troisième Théorie Universelle peuvent être résumés ainsi :

-La DEMOCRATIE DIRECTE, participative, seule forme de démocratie réelle et véritablement digne de ce nom, par opposition à la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte et prétendument représentative qui est en vigueur dans la plupart des Etats du monde aujourd'hui encore. Cette démocratie directe se fonde sur les congrès populaires de base, permanents, ainsi que sur le Congrès général du peuple, qui se tient annuellement, permettant aux gens de se diriger eux-mêmes, et à tous et toutes de participer à la gestion des affaires publiques s'ils souhaitent y investir leurs efforts.

-Un SOCIALISME réel et d'essence autogestionnaire, visant à faire des travailleurs et des travailleuses non plus des salariés mais des associés, chaque échelon de la chaîne de production percevant une part égale, déterminée par ladite production. Le socialisme jamahiriyen, non-marxiste, est aussi d'essence redistributrice, et sa vocation est aussi d'assurer le droit au logement et à la propriété pour tous, l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme et du profit locatif, la gratuité de divers besoins fondamentaux de la population (eau, électricité, médecine etc), la solidarité et les aides financières aux plus démunis etc.

-Un PROGRESSISME SOCIAL ET MORAL, qui repose sur l'égalité fondamentale des droits de la femme et de l'homme, sur le refus de tout racisme, le rejet du colonialisme, l'opposition radicale à tous les impérialismes et l'affirmation de la souveraineté des peuples et de leurs territoires, sur le respect et la prise en compte des minorités ethniques ou sociales etc.

 

Hans CANY
 
 
 
 

19:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, socialisme vert, libye, democratie |  Facebook | | |

INTERVIEW : Hans CANY et le national-anarchisme

31mars2013.jpg




Entretien exclusif avec Hans CANY, animateur de l' Alliance Nationale-Anarchiste, le 15 mars 2014.


Propos recueillis par Betty Monde

 


Bonjour, Hans CANY. Vous êtes donc un des fondateurs d'origine du courant national-anarchiste ?


HC : Oui, j'ai contribué au lancement de cette mouvance à partir de la fin des années 1990 e.v., simultanément avec Troy Southgate au Royaume Uni, et Peter Töpfer en Allemagne. Töpfer est aujourd'hui hors course, car il s'est réorienté dans d'autres domaines. Troy Southgate et moi-même sommes aujourd'hui deux des trois fondateurs encore en piste.


Associer le national à l'anarchisme, n'est-ce pas quelque peu paradoxal ? Certains parlent d'oxymore...

HC : Ceux qui dénient le national-anarchisme sur cette base font totalement fausse route. L'idée nationale est bel et bien présente chez de grandes références de l'anarchisme, de Proudhon à Bakounine, en passant par Gustav Landauer ou même Nestor Makhno. Ceux qui font l'impasse sur cette réalité, soit ignorent les faits, dans le meilleur des cas, soient feignent de les ignorer, car cela heurte trop leurs dogmes idéologiques. Des anarchistes bakouninistes américains, au début des années 1990 e.v., sans encore utiliser le terme, étaient en quelque sorte des précurseurs, des proto-NA. Il faut bien comprendre que les nationaux-anarchistes ne sont en aucun cas des nationalistes, dans le sens où il rejettent totalement l'Etat-Nation. La nation n'est pas l'Etat. Une nation réelle, pour les nationaux-anarchistes, c'est fondé sur l'ancestralité et les particularismes culturels, ainsi et surtout que sur l'association libre et volontaire des peuples et des individus qui les composent. Ils peuvent choisir de se constituer en nations non-étatiques, sur la base d'affinités, que celles-ci soient d'ordre ethno-linguistique, philosophique, religieux, ou de quelque autre nature. De là vient notre fédéralisme intégral, interne comme externe. Le conditionnement idéologique gauchistoïde a fait de tels ravages en s'imposant partout que les mots "nation", "frontière", "souveraineté", "patrie" sont vilipendés, et voués aux gémonies par les chiens de garde du dogme. Leur viendrait-il à l'idée de s'en prendre aux Amérindiens, sous prétexte qu'ils se définissent en nation cheyenne, nation navajo, nation hopi, nation apache, nation mohicane, nation sioux etc ?? Et qu'attendent-ils donc pour remettre en question le nom de leur Confédération Nationale du Travail, tant que nous y sommes ??... Allons, soyons sérieux. L'idée nationale et l'idée anarchiste n'ont rien d'incompatible, et le national-anarchisme est loin d'être un oxymore, n'en déplaise aux endoctrinés de service.
La meilleure preuve en est que nous sommes là.



Vous parlez de bakouninistes américains. Qui étaient-ils ?


HC : Il s'agissait du Raven's Banner Collective, basé en Floride, et avec les membres duquel j'ai beaucoup correspondu et échangé, entre le début et le milieu des années 1990 e.v. Ceux-ci, avec aussi la publication britannique Alternative Green de feu Richard Hunt, m'ont beaucoup influencé, et c'est surtout à partir des idées qu'il développaient que j'ai commencé à élaborer ce qui allait devenir aujourd'hui ma propre vision du national-anarchisme. Le Raven's Banner Collective prônait l'autodétermination des peuples, les souverainetés nationales, les groupes d'affinités, l'anti-impérialisme, la démocratie directe, l'écologisme radical, l'autogestion. Alternative Green développait de son côté un écologisme radical, anarchiste, et enraciné. Tout ceci a beaucoup contribué à établir les fondations du mouvement national-anarchiste tel qu'il se présente actuellement.


Où vous situez-vous, au sein de la grande famille libertaire ?


HC : Je ne me hasarderais pas à qualifier cela de grande famille, à proprement parler. Certes, il y a les tenants de l'approche gauchiste de l'anarchisme qui font plus ou moins front contre les prétendus "confusionnistes" que nous sommes. Mais les confusionnistes ce sont eux, puisqu'ils cherchent par tous les moyens à faire taire tout ce qui sort des clous de leurs dogmes idéologiques, et qu'ils dissimulent au public l'existence d'une autre approche de l'anarchisme. Ni de gauche ni de droite, celle-ci. En outre, ils sont eux-mêmes morcelés en de multiples chapelles rivales qui s'entredéchirent. Ceci dit, ces gens ont raison de dire que nous ne sommes pas du même monde, et encore moins de la même famille... Nous n'avons que peu en commun. Les nationaux-anarchistes n'ont aucune velléité de s'infiltrer chez eux, qu'ils soient tranquilles. Et qu'ils laissent donc en paix leurs dissidents, au lieu de chercher à persécuter le premier brin d'herbe qui dépasse. De toute façon, le national-anarchisme, celui que je conçois, ne se situe ni à droite, ni à gauche du Système. Il se situe en dehors et en face. J'ajoute enfin que nous répugnons de plus  en plus à nous qualifier de "libertaires". Le mot libertaire est souvent utilisé comme synonyme d'anarchiste, mais c'est un tort. Les libertaires font un véritable dogme  de la liberté sans entraves, ce qui  est la porte ouverte à toutes les dérives, y compris libérales. Les anarchistes, eux, refusent certes l'état et l'autorité hiérarchique, mais restent conscients de la nécessité de certains garde-fous.


Les nationaux-anarchistes sont parfois décrits comme racistes, crypto-fascistes voire néonazis. Comment vous justifiez-vous, par rapport à tout cela ?

HC : Tout d'abord, il est pour le moins aberrant de devoir sans cesse se justifier face aux accusations calomnieuses de quelques excités fanatisés. Je suis totalement opposé à la haine raciale, au racisme. Ce n'est pas parce qu'on s'oppose à l'immigration massive, arme du Capital comme le disait Marx, ni parce qu'on s'oppose à l'idéologie du métissage généralisé, qui vise à transformer tous les peuples en consommateurs-clones indiférenciés, que l'on fait profession de racisme. Ces allégations sont d'une rare stupidité, et constituent un travestissement de la vérité qu'il faut dénoncer sans relâche. Les nationaux-anarchistes entendent préserver la diversité du genre humain, richesse irremplaçable qui disparaîtrait à tout jamais en cas de grand mélange généralisé et incontrôlé. Si nous controns l'idéologie dominante du métissage, c'est parce que cette tendance constitue un danger pour cette diversité. Mais le libre choix doit être laissé à chacun. A aucun moment il ne nous viendrait à l'idée de rejeter une personne métisse, d'origines mêlées, ou en couple dit mixte. En la matière, nous exposons, nous proposons, mais nous n'imposons rien. En outre, nous avons des camarades de toutes origines et de toutes ethnies, et parfois de remarquables amis. L'internationalisme consiste à mon sens en une solidarité internationale entre tous les peuples en lutte pour leur émancipation, et non en une espèce de mondialisme négateur de toutes frontières et de toutes identités nationales.
Concernant les sempiternelles accusations de néonazisme et de crypto-fascisme, qui valent chacune un bon point Godwin, on démonte sans problème toute leur ineptie en pointant deux point fondamentaux. Tout d'abord, le fascisme repose sur le culte de la hiérarchie, de l'autorité et de l'Etat. Le national-anarchisme combat la hiérarchie, est anti-autoritaire et anti-étatique. Et enfin, le nazisme n'ayant été rien d'autre qu'une variété raciste et racialiste du fascisme, le national-anarchisme, qui n'est pas raciste mais ethno-différentialiste, ne peut davantage être qualifié de nazi que de crypto-fasciste. Tout ceci n'est pourtant pas bien sorcier à capter. Après, bien sûr, les pires aveugles sont toujours ceux qui se refusent à voir...


Que répondez-vous à ceux qui assimilent votre antisionisme à de l'antisémitisme ?

HC : Il faut en finir une bonne fois pour toutes avec ce terrorisme intellectuel qui consiste à assimiler systématiquement toute opposition au sionisme à de l'antisémitisme. Ceci est une vaste escroquerie. Le sionisme, c'est le nationalisme juif pro-israélien. L'antisionisme se place donc en opposition au sionisme sur le plan politique. L'antijudaïsme, lui, concerne la religion. Et l'antisémitisme -terme impropre puisque les Arabes sont eux aussi sémites- est la haine et le rejet du juif d'un point de vue "racial". Il n'y a donc objectivement aucun lien entre opposition politique à une doctrine et à une entité, opposition religieuse, et racisme.
Il y a même de nombreux juifs antisionistes, et ceux-ci ne sont pas les moins radicaux. Ceux qui prétendent le contraire mentent, et le savent très bien au fond d'eux-mêmes. Les nationaux-anarchistes ne sont pas antisémites. Ils se réfèrent même, entre autres, à Gustav Landauer, anarchiste juif allemand assassiné en 1919 par les forces réactionnaires. Les mensonges, les calomnies et la diffamation doivent cesser.



Certains vous reprochent aussi votre soutien à Kadhafi et à son oeuvre...


HC : La grande majorité de ceux qui croient imbécilement m'asséner un élément à charge en pointant cela sont généralement de grands ignorants, qui ne savent même pas de quoi ils parlent. Là encore, plus de 40 ans de propagande médiatique visant à diaboliser Kadhafi et "son régime" ont fait de sérieux ravages. Surtout sur les esprit faibles et les plus manipulables. J'en ai même vu qui en sont encore à confondre Kadhafi avec l'islamisme, alors que ce sont précisément les rats islamistes d'Al Qaïda et assimilés, soutenus par les criminels impérialistes de l'OTAN, qui ont tué la Jamahiriya libyenne ! Un comble !! Sans commentaires... Qu'ils passent outre leurs consternants préjugés, et qu'ils se donnent donc la peine de découvrir ce que sont vraiment les principes de la Troisième Théorie Universelle, du Socialisme vert. Ils auront ainsi la surprise de voir que tout repose sur la Démocratie directe, le socialisme non-marxiste, l'anti-impérialisme, l'abolition du salariat, la gratuité de nombreuses choses, le progressime sociétal etc. Tout ceci est parfaitement exposé dans le Livre vert de Mouammar Kadhafi, que je conseille très vivement. S'il y avait un pays dont le système se rapprochait le plus du socialisme libertaire, c'était bien la Jamahiriya libyenne. Du reste, Mouammar Kadhafi lui-même a plusieurs fois cité Proudhon, Bakounine et Kropotkine parmi ses propres influences. Ce n'est pas pour rien, et le Livre vert s'en ressent. Que l'on cesse donc de gober les mensonges des criminels impérialistes de 2011. Honte à ceux qui les ont approuvés ou qui sont restés indifférents.


Vous vous manifestez aussi dans les domaines de l'Ecologie profonde et de la défense des animaux. Ce combat est-il pour vous secondaire, par rapport à vos autres objectifs ?

HC : Pas du tout, tout est complémentaire. Pour les nationaux-anarchistes, la libération humaine, la libération animale et la libération de la Terre forment un tout indissociable. Ainsi que le proclamaient les camarades du Raven's Banner Collective en 1992 e.v., la consciente écologique, une conscience qui nous dit "Earth First !" -Terre d'abord- , doit être présente au coeur de toutes les transformations révolutionnaires de la société. Il en va de même pour la cause de nos frères animaux. Pour paraphraser Bakounine, je dirais que je ne deviens vraiment libre qu'avec la liberté des autres. L'industrie de la viande, l'élevage, la vivisection, la chasse, la pêche, la corrida, les cirques et les zoos menacent l'animal, être sensible, au même titre que la pollution, l'urbanisation outrancière et la surexploitation avide de leurs ressources menacent l'environnement et la Terre Mère. De surcroit, la monstrueuse exploitation des animaux a un impact catastrophique sur le plan environnemental et sanitaire, et donc aussi sur les humains. Tout est lié.


On vous classifie comme régionalistes, aussi.

HC : Ce terme de régionalisme est impropre. Il renvoie à la notion de "région", de "province" dépendante d'un état central. Nous ne sommes pas non plus forcément indépendantistes, lorsque cela suppose l'instauration d'un nouvel Etat-Nation. Le terme le plus approprié concernant les nationaux-anarchistes est celui d'autonomistes. Autonomisme bien plus radical que le désuet régionalisme, mais sans l'étatisme qui démange certains nationalistes indépendantistes. La doctrine nationale-anarchiste prône l'éclatement des Etats-Nations actuels, pour en faire de multiples régions autonomes, fédérées entre elles par affinités, et pouvant se regrouper au sein de grandes confédérations, ou fédérations de fédérations, à l'échelle d'un Etat actuel voire même continentale, par exemple. Et même ces régions autonomes fédérées pourraient être amenées à se doter elles-mêmes de structures fédérales, à tous niveaux. Ceci pour garantir une autonomie maximale à tout un chacun.
C'est en cela que nous sommes des fédéralistes intégraux, car partisans du fédéralisme externe et interne. D'où notre soutien global à beaucoup de luttes de libération nationale et sociale, non seulement au sein du prétendu Hexagone, mais aussi dans le monde entier.


Vous allez voter, aux prochaines élections ?

HC : Jamais de la vie, que les dieux m'en préservent ! Je ne signerai pas de chèque en blanc à des escrocs qui cherchent juste à être califes à la place du calife, et qui usurpent la souveraineté populaire en se drapant pudiquement sous les plis d'une fausse "démocratie".
La démocratie, la vraie, n'a strictement rien à voir avec cette sinistre mascarade des élections et de la fausse alternance. Ce système a trop vécu, et a suffisamment abusé les masses. Son temps est fini, comme doit se terminer l'ère des gouvernements et des Etats-Nations. Place à une démocratie réelle, par les peuples et pour les peuples.


Vous prônez la démocratie directe ?

HC : Oui, tout à fait. La pseudo-"démocratie" parlementaire indirecte, dite "représentative", n'est qu'une grossière falsification de la Démocratie authentique, mot qui a été complètement dépouillé de sa signification originelle. Le régime actuel n'est en aucun cas une démocratie. On pourrait même dire que c'en est tout l'inverse. Il s'agit en réalité d'une oligarchie, dans laquelle seul un petit nombre exerce le pouvoir et maintient son contrôle. Les nationaux-anarchistes prônent la Démocratie directe, réelle, avec contôle populaire et révocation éventuelle des mandatés. De nombreuses pistes sont à étudier et à retenir dans ce sens. Il y a déjà la première des trois parties du Livre vert de Mouammar Kadhafi, qui est consacrée à cette question de la démocratie directe et de son organisation, ce qui est fait avec brio. On pourra aussi se référer avec profit à la démocratie athénienne, aux exemples suisse et vénézuélien, à des expériences historiques diverses, telles que la Commune de Budapest en 1956, les anarchistes de Catalogne durant la guerre civile espagnole, l'expérience des makhnovistes en Ukraine etc. Et on peut aussi se tourner vers les initiatives citoyennes en ce sens qui fleurissent un peu partout en Hexagonie et en Europe depuis quelques années. On pensera, par exemple et entre autres, à la mouvance pour une démocratie réelle qui gravite autour d'Etienne Chouard.


Quelle est la position nationale-anarchiste par rapport au révisionnisme historique ?

HC : Cette question reste à la libre appréciation de chacun, les opinions sur le sujet pouvant être diverses et variées, en fonction des individus. L'Alliance Nationale-Anarchiste n'a en tout cas pas vocation à s'engager dans le militantisme pour la cause des historiens révisionnistes et de leurs travaux. Néanmoins, elle prend clairement position pour la liberté de recherche, d'expression et de publication/diffusion pour les révisionnistes, et pour l'ouverture de libres débats publics. Elle appelle de ses voeux l'abrogation de la loi scélérate et liberticide dite loi Fabius-Gayssot.


Vous impliquez-vous dans des actions dites de terrain ? Prônez-vous l'action violente ?

HC : A titre personnel, pas du tout. Les milices supplétives du Système, ces idiots utiles de l'ordre bourgeois que sont les gauchistes et autres "antifas", ont trop profondément gangréné les mouvements sociaux et militants dans leur ensemble pour qu'il soit opportun de se faire de quelconques illusions à ce niveau. Du moins, dans l'état actuel des choses. De toute façon, je doute de la compétence et du degré de conscience politique de la classe ouvrière, et je ne crois pas aux vertus de la révolution violente. En bon proudhonnien qui se respecte, j'aspire à une révolution "en douceur", au moyen de réformes radicales et graduelles. Et avant toute chose, c'est la révolution des esprits qui doit tout d'abord porter ses fruits. Nous condamnons fermement les violences et les dégradations commises par des hordes gauchistes et "antifas" décérébrées, récemment.


Merci pour cet entretien. Pour terminer, quel est l'état actuel de la mouvance nationale-anarchiste ? Vos attentes sont-elles satisfaites ?

HC: La section anglophone, le National-Anarchist Movement (N-A.M.) animée par Troy Southgate, est à ce jour la section la plus développée et qui a le plus vaste impact à l'échelon mondial. L'Alliance Nationale-Anarchiste enregistre une progression de plus en plus nette de son audience, à mesure que s'effondrent les murs du mensonge et de la calomnie. Des sections existent aux USA, en Espagne, en Catalogne, en Italie, au Portugal, en Pologne, en Russie, en Hongrie, au Canada, au Brésil, en Australie...et j'en oublie sans doute. Le courant national-anarchiste est en pleine expansion internationale, actuellement. Notre message est finalement passé et bien passé. Nos adversaires et nos ennemis de tous bords devront dorénavant -et de plus en plus- compter avec cette force d'avenir que nous incarnons.

 

hans cany,national-anarchisme,races et ethnies,autodétermination,démocratie directe,ecologie profonde,bakounine,proudhon,antifas,anti-impérialisme

20/01/2015

De la nécessaire distinction entre laïcs et laïcards


Je vois régulièrement, ça et là, des gens qui pestent plus ou moins violemment contre "les laïcards" et leurs méfaits, réels ou fantasmés. Bien souvent, derrière ce terme, c'est en réalité la notion même de laïcité qui est vilipendée sans la moindre nuance, comme si les diverses théocraties et autres religions institutionnalisées lui étaient forcément préférables. Je réfute avec force ce raccourci fallacieux, et potentiellement très dangereux, car porteur de germes liberticides.

A mon sens, il est en effet absolument nécessaire de faire une distinction lucide entre ce qu'on appelle les "laïcards" d'une part, et la laïcité d'autre part. Les laïcards, ce sont des "laïcs" zélés, excessifs et aux visées totalitaires, qui s'acharnent systématiquement sur tout ce qui peut évoquer, de près ou de loin, une croyance, une spiritualité ou une religion. Ce sont par exemple ceux que l'on a surnommés les "bouffeurs de curés", en France. Bref, ce sont eux aussi des intégristes, à leur façon.

La laïcité, en revanche, c'est tout simplement le principe de neutralité de la sphère publique en matière religieuse. Ce n'est pas l'anti-religion, mais juste le principe de séparation entre le temporel et le spirituel, en reléguant la religion à la sphère privée. Et en reconnaissant à chacun le droit de croire ou de ne pas croire en ce qu'il veut. La laïcité, c'est la justice, l'équité, la liberté pour tous. Et c'est ce qui préserve des conflits religieux. J'y suis personnellement très attaché. Mais cela ne fait pas de moi un laïcard pour autant.

Hans CANY

 

Religions_1.png

 

17:56 Publié dans Politique, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, religions, democratie |  Facebook | | |

18/01/2015

L’arrestation de Dieudonné ou l’imposture de la « liberté d’expression » – Glenn Greenwald

 

 Article initialement paru en anglais sur le site de Glenn Greenwald, un journaliste politique, avocat, blogueur et écrivain américain. À partir de 2013, c’est lui qui commence à publier les révélations d’Edward Snowden sur les programmes de surveillance de masse (PRISM, XKeyscore) des citoyens, entreprises et États du monde entier par la NSA.

charlie-dieudo.jpg

En France, un comédien est arrêté pour un commentaire sur Facebook, exposant l’imposture de la célébration occidentale de la « liberté d’expression »

dieudonne-6_4649620.png

48 heures après avoir été l’hôte d’une grande marche sous la bannière de la liberté d’expression, la France ouvrait une enquête judiciaire sur un comédien controversé pour un post Facebook qu’il avait écrit à propos de l’attaque de Charlie Hebdo, et ce matin, il fut arrêté pour ce même post, au prétexte « d’apologie du terrorisme ». Le comédien, Dieudonné (ci-dessus), s’était par le passé présenté à des élections en France sur une liste qu’il avait appelée « antisioniste », avait vu ses spectacles interdits par de nombreuses communes à travers la France, et avait été poursuivi de multiples fois pour avoir exprimé des idées interdites dans ce pays.

Le point de vue apparemment criminel qu’il aurait posté sur Facebook était le suivant : « Ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly ». Les enquêteurs en conclurent qu’il s’agissait d’une moquerie du slogan « Je Suis Charlie » et que cela exprimait un soutien envers celui qui avait commis des meurtres dans un supermarché à Paris (dont le nom de famille était « Coulibaly »). Exprimer une telle opinion est bien évidemment un crime en cette République de Liberté, qui se targue d’un lignage d’intellectuels du 20ème siècle – de Sartre et Genet à Foucault et Derrida – dont la marque de fabrique était de ne laisser aucune doctrine ou convention intacte, peu importe sa sainteté.

Depuis cette glorieuse marche de la « liberté d’expression », la France a rapporté avoir ouvert 54 procédures judiciaires pour « apologie du terrorisme ». L’AP (associated press) signalait ce matin que « la France a ordonné aux procureurs à travers le pays de s’attaquer aux discours de haine, antisémites et faisant l’apologie du terrorisme ».

Aussi pernicieuses que soient cette arrestation, et les autres « mesures répressives », cela permet un examen critique : à savoir que cela souligne l’imposture totale de cette semaine de célébration de la « liberté d’expression » en Occident. La veille des attentats de Charlie Hebdo, par hasard, j’étais en train de documenter de nombreuses affaires occidentales – et des USA – où des musulmans avaient été poursuivis et même emprisonnés pour leurs discours politiques. Quasiment aucun des courageux défenseurs de la liberté d’expression de cette semaine n’ont dit mot sur ces affaires – avant l’affaire Charlie Hebdo, ou après. C’est parce que « liberté d’expression », aux yeux de nombre d’occidentaux, signifie en réalité : il est vital que les idées que j’aime soient protégées et que le droit d’offenser des groupes que je n’aime pas soit hautement respecté ; tout le reste est discutable.

Il est probablement exact que bien des points de vue de Dieudonné soient nocifs, bien que ses supporters et lui-même insistent qu’il ne s’agit que de « satire », le tout dans la bonne humeur. A cet égard, la controverse qu’ils provoquent est similaire aux dessins de Charlie Hebdo maintenant-très-appréciés (un militant de gauche français insiste sur le fait que les dessinateurs étaient seulement moqueurs et pas racistes et sectaires, mais Olivier Cyran, un ancien rédacteur du magazine qui avait démissionné en 2001, avait écrit une lettre ouverte en 2013 amplement documentée et condamnant Charlie Hebdo pour s’être plongé à la suite du 11 septembre, et plein gaz, dans un sectarisme anti-musulman obsessionnel).

Au-delà de la menace évidente que pose cette arrestation à la liberté d’expression, il est évidemment inconcevable qu’une seule figure médiatique occidentale de premier plan se mette à tweeter « #JeSuisDieudonné » ou publie des photographies d’elle-même en train de faire le geste « évoquant le nazisme » (quenelle) par « solidarité » avec son droit à la liberté d’expression. Et ça serait vrai même s’il avait été tué pour ses idées et pas « simplement » arrêté et poursuivi en justice. C’est parce que la célébration des dessinateurs de Charlie Hebdo de la semaine dernière (bien au-delà d’un simple deuil pour ces meurtres injustes) était tout autant une approbation de leurs messages anti-musulmans qu’une célébration de leur liberté d’expression – au moins autant.

Dieudo_2.png

L’essentiel des hommages à la « liberté d’expression » de la semaine dernière n’étaient rien de plus qu’une tentative de protéger et sacraliser un discours qui s’attaque aux groupes défavorisés tout en interdisant les discours qui feraient de même mais envers les groupes favorisés, en camouflant insidieusement ça sous de nobles principes de liberté. En réponse à mon article de lundi contenant des dessins anti-juifs – que j’ai posté pour démontrer la sélectivité extrême et l’inauthenticité de ce nouveau culte du discours diffamatoire – j’ai été assailli de circonvolutions sans fin tentant de m’expliquer pourquoi le discours anti-musulman était tout à fait correct et noble tandis que le discours anti-juif est hideux offensant et démoniaque (la distinction la plus souvent évoquée – « les juifs sont une race/ethnie tandis que les musulmans ne le sont pas » – surprendrait bien des juifs asiatiques, noirs, latinos et blancs, ainsi que ceux qui s’identifient comme « musulman » comme leur identité culturelle bien que ne priant pas 5 fois par jour). Comme d’habitude : c’est la liberté d’expression si cela évoque des idées que j’aime ou si ça s’attaque à des groupes que je n’aime pas, mais c’est très différent si je fais partie du groupe visé.

Pensez à l’accusation « d’apologie du terrorisme » au nom de laquelle Dieudonné a été arrêté. Cela devrait-il être une infraction – entrainant donc arrestation, poursuite judiciaire et emprisonnement – de dire quelque chose qui équivaut à : les pays occidentaux comme la France sèment la violence depuis si longtemps dans les pays musulmans que je crois aujourd’hui qu’il soit justifiable que la violence s’importe en France dans le but qu’ils arrêtent ? Si vous voulez que de telles « apologies du terrorisme » soient poursuivies en justice (au lieu de les combattre socialement) alors pourquoi ne pas condamner ceux qui justifient, célèbrent et glorifient l’invasion et la destruction de l’Irak, avec son slogan de « choc et stupeur » signifiant l’intention de terroriser la population civile afin qu’elle se soumette, et ses tactiques monstrueuses comme à Falloujah ? Ou pourquoi pas l’appel psychotique du présentateur de Fox News, qui, pendant une discussion sur les musulmans radicaux, à appelé à « les tuer tous ». Pourquoi un point de vue est-il autorisé et l’autre passible de poursuite – à part parce que la loi est utilisée pour contrôler les discours politiques et qu’une forme de terrorisme (violence dans le monde musulman) est le fait de l’Occident, qui est l’assaillant, pas la victime ?

Pour ceux que ça intéresse mon argumentation développée contre toutes les lois « discours de haine » et autres tentatives d’exploiter la loi pour policer un discours politique est ici. Cet essai a principalement été écrit pour dénoncer la proposition de la ministre française Najat Vallaud-Belkacem de forcer Twitter à coopérer avec le gouvernement Français afin de supprimer les tweets que des officiels comme cette ministre (et ses futurs successeurs) jugent « haineux ». La France est aussi représentative de la liberté d’expression que Charlie Hebdo, qui avait viré un de ses rédacteurs en 2009 pour une seule phrase supposément antisémite publiée au milieu d’une orgie de contenu anti-musulman (pas juste anti-Islam). Les célébrations françaises de cette semaine – et la horde de leaders tyranniques qui s’y sont associés – avaient bien peu à voir avec la liberté d’expression mais bien plus avec la répression d’idées qu’ils réprouvent, et la sanctification de celles qu’ils approuvent.

Peut-être que la figure intellectuelle la plus corrompue dans toute cette histoire, est, sans surprise, l’intellectuel public le plus diffusé (mais aussi, et haut la main, le plus surestimé au monde), le philosophe Bernard-Henri Lévy. Il demande que soit supprimé tout ce qui ressemble de près ou de loin à un point de vue anti-juif (il a appelé à l’interdiction des spectacles de Dieudonné – « Je ne comprends même pas pourquoi quiconque souhaiterait en débattre » – et approuvé le licenciement du rédacteur de Charlie Hebdo en 2009 pour offense envers les juifs), tout en paradant sans aucun scrupule en tant que grand champion de la liberté d’expression, du moment que c’est anti-musulman, tout au long de la semaine dernière.

Mais ceci, inévitablement, est précisément le but, et la conséquence, de lois qui criminalisent certaines idées et de ceux qui approuvent de telles lois : codifier un système où les opinions qu’ils approuvent sont sanctifiées et les groupes qui les émettent protégés. Les opinions et les groupes qu’ils aiment le moins – et seulement eux – sont passibles d’oppressions et de diffamations.

L’arrestation de ce comédien français si rapidement après l’épique marche de Paris pour la liberté d’expression souligne ça bien plus que tout ce que j’aurais pu écrire sur la sélectivité et la fraude de la parade « pour la liberté d’expression » de cette semaine. Cela montre – à nouveau – pourquoi ceux qui veulent criminaliser les idées qu’ils n’approuvent pas sont au moins aussi dangereux et tyranniques que les idées qu’ils combattent : au moins.


Traduction: Nicolas CASAUX
Source : Le Partage

Charlie_10.jpg

 

democratie

18:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie |  Facebook | | |

03/04/2014

VIDEO : Quelle est la situation en LIBYE ?

Interview de militants à l'occasion d'une manifestation de protestation à Paris, le 29 mars 2014.
A VOIR / ECOUTER ABSOLUMENT

libye, géopolitique et politique internationale, democratie, socialisme vert

REJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK "DRAPEAU VERT" :
https://www.facebook.com/drapeauvert

 

Le National-Anarchisme : un oxymore ?

 

Batman_robin_N-A2.jpg

Notre conception du mot «Nation» ne se rapporte absolument pas à une quelconque entité étatique (nous rejetons et combattons évidemment l' «Etat-Nation»), mais se rapporte à une entité FACTUELLE, à une collectivité naturelle et organique d'individus, qui se regroupent volontairement sur la base d'affinités communes (ethniques, culturelles, linguistiques, idéologiques, philosophiques...), et constituent ainsi une NATION à part entière, au sens profond, réel et noble du terme. En quoi une telle conception de la Nation serait-elle donc soi-disant «incompatible» avec l'idée anarchiste, n'en déplaise à certains ?...

Refusez de croire les calomnies et les contre-vérités que certaines crapules déversent sans relâche sur notre dos, et donnez vous donc plutôt la peine de lire ce qui suit, pour découvrir ce que nous sommes réellement !

L'idée d'anarchisme « patriotique » ou « national » n'a rien d'une invention nouvelle.

Pour ne mentionner que quelques exemples historiques parmi d'autres, Proudhon et Bakounine affichaient une conscience nationale/ « identitaire » très marquée. Ce fut également le cas de Louis-Auguste Blanqui. Ce dernier, même s'il n'était pas anarchiste au sens strict du terme, se réclamait malgré tout d'un socialisme révolutionnaire dont certains aspects sont étroitement apparentés au socialisme libertaire, et il est aussi le père de la fameuse formule « Ni Dieu ni Maître », si chère aux  anarchistes athées. Le théoricien anarchiste allemand Gustav Landauer (1870-1919), qui était de tendance individualiste (Nietzsche/Max Stirner), n'hésitait pas lui non plus à affirmer son « nationalisme ». Il proclamait : "Les différenciations nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation." Par le terme de "nation", Landauer comme Bakounine se référait à une entité organique, factuelle, et non pas à une entité politique. Et comme Bakounine, il se positionnait en faveur de l'autonomie de tous les peuples, dans un contexte libertaire et anti-impérialiste. En Ukraine, pendant la révolution russe, Nestor Makhno a lui aussi brillamment incarné cette tendance pendant la légendaire épopée de la « Makhnovtchina » (1918-1921). L'anarchisme qu'il prônait savait faire la distinction entre les notions de patrie et d' Etat ("Etat-Nation"). Makhno et ses partisans étaient d'authentiques patriotes ukrainiens qui combattaient pour la Liberté, à la fois contre les tyrannies tsariste, bolchevique, et étatique. Leur combat revêtait aussi la dimension d'une lutte de libération nationale, et était empreinte d'un sentiment identitaire très prononcé. Le tout, bien sûr, sous les plis du drapeau noir. Beaucoup d' "anars" contemporains feraient mieux de s'inspirer de leur souvenir, au lieu de verser dans un "antipatriotisme" et un "internationalisme" marxistoïde bête et méchant, qui fait au final le jeu du libéralisme apatride, et donc du Système dominant... Et au lieu de rejeter systématiquement le "passé" sous le seul prétexte qu'il s'agit du passé ! La confusion savamment entretenue dont fait aujourd'hui l'objet le terme de "nation", systématiquement assimilé au concept d'"Etat-Nation", doit désormais être dénoncée.

Les Nationaux-Anarchistes ont pour but la création de communautés décentralisées, indépendantes de toute entité étatique, et reposant sur l'association libre et volontaire d'individus se regroupant sur la base de leurs affinités (ethniques, culturelles, philosophiques...). Rejetant toute forme de pouvoir imposé, ils lui opposent la notion de Souveraineté, en vertu de laquelle les individus librement associés peuvent occuper leur propre territoire précisément délimité, et y vivre selon leurs propres choix, coutumes et principes. Ces espaces peuvent ainsi être régis de façon très différente les uns des autres, offrant à chacun un vaste éventail de possibilités en fonction de ses choix et aspirations, ainsi qu'une alternative véritable à la dictature de la majorité improprement nommée «démocratie» au sein des Etats-Nations. De surcroit, ces communautés autonomes peuvent éventuellement choisir de s'associer entre elles sur la base de leurs propres affinités et se fédérer, pouvant même aller jusqu'à s'associer plus largement sous la forme de confédérations (fédérations de fédérations), respectant et préservant l'autonomie de chaque composante, à tous niveaux. Il s'agit là d'une alternative véritable à tous les dogmes idéologiques de «droite» comme de «gauche», que ceux-ci se veuillent «modérés» ou «extrêmes». Une alternative qui respecte à la fois la liberté de l'individu, la liberté des collectivités volontaires d'individus, et la grande diversité du genre humain, richesse inestimable qu'il convient de préserver de toute uniformisation d'essence totalitaire.

Au delà des clivages systémiques ineptes de la gauche et de la droite, le National-Anarchisme est à présent implanté dans de nombreux pays du monde. Le développement de notre mouvance est à présent inexorable, rien ne parviendra à le stopper. Et les manigances de ceux qui cherchent à la discréditer sur la base de sophismes fallacieux resteront pitoyablement vaines.

Hans CANY

Pour en savoir plus, visitez et suivez régulièrement le blog officiel de
l'Alliance Nationale-Anarchiste :
http://national-anarchisme.hautetfort.com


Qu'est-ce que le NATIONAL-ANARCHISME ? par Farkasember

 

30/08/2013

44ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh

 

Kadhafi_1sept.jpg 

 

Ce 1er septembre 2013 marque le 44ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh de 1969, et donc l'entrée dans la 45ème année de son esprit immortel. Une pensée toute particulière pour la Libye martyre, pour le peuple libyen qui souffre aujourd'hui sous le joug de la dictature des traîtres et des islamistes parvenus au pouvoir dans les fourgons de l'OTAN, ainsi que pour la Résistance verte qui ne baissera jamais les armes.

Nombreux sont ceux qui, s'étant laissés abuser par les mensonges et les mirages de 2011, en sont à présents réduits à déchanter amèrement. Finie la démocratie directe et participative, fini le logement gratuit pour tous, finies l'eau et l'électricité gratuites, finie l'essence à 8 centimes d'euro le litre, finis les prix bas et régulés, finies les aides sociales diverses, finie la sécurité dans les rues, finie l'égalité des droits entre hommes et femmes etc etc ! Nous les avions pourtant avertis. Ceux-là auraient certainement mieux fait de nous écouter et d'y réfléchir en temps voulu... Ils n'ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer, et tout le temps de regretter, de méditer sur leur pitoyable inconséquence.

Concernant les Libyens, la plupart des meilleurs d'entre eux sont soit tombés en martyrs en 2011, soit croupissent dans les geôles des barbares, soit sont actuellement exilés à l'Etranger. N'oublions pas que ce n'est pas moins d'un million et demi de citoyens qui ont fui le régime de terreur imposé à la suite de l'agression impérialiste, ce qui, pour un pays qui ne comptait qu'à peine six millions d'habitants, représente un nombre considérable. N'oublions pas non plus les courageux membres de la Résistance verte qui, dans la clandestinité, poursuivent le combat avec opiniâtreté.

Que ce 1er septembre 2013 soit aussi une journée de protestation internationale contre le régime de terreur des rats du prétendu CNT, et pour les milliers de prisonniers politiques victimes aujourd'hui de détentions arbitraires, de parodies de procès iniques, de spoliation, de tortures et autres actes inhumains de toutes natures...
Le coeur vert de la Libye véritable bat toujours, et tôt ou tard, la Jamahiriya renaîtra de ses cendres !

Hans CANY

 

Kadhafi_1sept_2.jpg

Drapeau_vert_3.jpg
NOUS SOMMES TOUJOURS LA !

Vous vous demandez toujours comment on peut soutenir Kadhafi et continuer de prôner ses idées ? Alors faites un effort, prenez le temps de lire le Livre vert, dont vous trouverez ci-dessous les trois parties en liens. Alors seulement vous pourrez dire que vous savez de quoi vous parlez. Tant que vous ne vous serez pas donné cette peine, vos jugements de valeur, reposant uniquement sur l'image diabolisée que vous a servie la propagande médiatique, resteront sans le moindre fondement sérieux.

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

 

. 2ème partie : LE SOCIALISME

 

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

 

Kadhafi_Hero.jpg

 

18:26 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, libye, socialisme vert, democratie |  Facebook | | |

29/08/2013

Dieudonné répond à Valls... Et c'est du bon ! [VIDEO]

Réponse de Dieudonné au Sinistre de l'Intérieur, et autres commentaires à propos de la Syrie etc... Triple quenelle épaulée !!!

 

Dictature_PS.jpg

18:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie |  Facebook | | |

21/08/2013

L'Alliance Nationale-Anarchiste se dote d'un blog officiel

L' Alliance Nationale-Anarchiste (A.N-A), section francophone autonome du Mouvement National-Anarchiste mondial, annonce la naissance de son site/blog officiel. Il s'agit là de la toute première initiative consistant à offrir une tribune spécifique au courant national-anarchiste de langue française, dans le cadre d'une approche sérieuse et cohérente, bien loin des contre-vérités, des calomnies, des approximations et des déviances véhiculées par les uns comme par les autres.

Vous pouvez donc dès à présent découvrir ce qu'est véritablement le national-anarchisme en vous rendant ici :
http://national-anarchisme.hautetfort.com


En outre, vous pourrez également retrouver l'Alliance Nationale-Anarchiste sur Facebook grâce à cette page officielle, dont vous pourrez suivre l'actualité en cliquant sur "J'aime" : http://www.facebook.com/alliancenationaleanarchiste

 

Bonnes visites, et bonnes lectures.

A.N-A_Identite.jpg

 

16:44 Publié dans Politique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, national-anarchisme, anarchisme, democratie, identité & racines |  Facebook | | |

La vérité sur KADHAFI et sur la guerre en Libye [LIENS]


QUELQUES LIENS UTILES, A PARTAGER ET A DIFFUSER SANS MODERATION




1/ Kadhafi, ses idées, et la vraie nature du système de la Jamahiriya :


. La vie en Libye "sous Kadhafi" : ce qu'on ne vous dit pas
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/06/17/la-vie-en-libye-sous-kadhafi-ce-qu-on-ne-vous-dit-pas.html


. Le point de vue d'un jeune Libyen de France [VIDEO]
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/09/13/le-point-de-vue-d-un-jeune-libyen-de-france.html


. Mouammar KADHAFI : quelques citations
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/04/06/mouammar-kadhafi-quelques-citations.html


. Testament de Mouammar KADHAFI : un message au monde
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/11/27/testament-de-mouammar-kadhafi-un-message-au-monde-video.html


. Ce qu'est le SOCIALISME VERT
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/09/03/ce-qu-est-le-socialisme-vert.html


. Pourquoi être pro-Kadhafi aujourd'hui ?
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/07/05/pourquoi-etre-pro-kadhafi-aujourd-hui.html


. Hissons le Drapeau vert ! Partout ! toujours !
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/12/27/hissons-le-drapeau-vert-partout-toujours.html





2/ LE LIVRE VERT :


. 1ère partie : LA DEMOCRATIE
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/01/04/le-livre-vert-m-kadhafi-1ere-partie-la-democratie.html


. 2ème partie : LE SOCIALISME
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/01/04/le-livre-vert-m-kadhafi-2eme-partie-le-socialisme.html


. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX DE LA TROISIEME THEORIE UNIVERSELLE
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/01/04/le-livre-vert-m-kadhafi-3eme-partie-les-fondements-sociaux.html






3/ La vérité sur la guerre en Libye :


. "Révolutions" arabes et agression contre la Libye
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/06/02/revolutions-arabes-et-agression-contre-la-libye.html


. Libye : CIA, réseaux sociaux, et fabrique de l'opinion [VIDEO]
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/06/02/libye-cia-r.html


. Prétendus "mercenaires" de Kadhafi : le mensonge est tombé
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/01/16/pretendus-mercenaires-de-kadhafi-le-mensonge-est-tombe.html


. "Vous regretterez lorsqu'il sera trop tard"
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/12/15/vous-regretterez-lorsqu-il-sera-trop-tard.html


. Thierry Meyssan dit la vérité au sujet de la Libye [VIDEO]
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/07/05/thierry-meyssan-dit-la-verite-au-sujet-de-la-libye.html


. Libye : Même Berlusconi avoue la vérité !
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/09/14/libye-meme-berlusconi-avoue-la-verite.html


. Hugo Chavez, sur une lettre qu'il a reçue de Kadhafi [VIDEO]
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/09/16/hugo-chavez-sur-une-lettre-qu-il-a-recue-de-kadhafi.html


. Message de Mouammar KADHAFI au monde
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/08/27/nouveau-message-de-mouammar-kadhafi-au-monde.html


. Mouammar KADHAFI appelle a une révolution mondiale
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/10/16/mouammar-kadhafi-appelle-a-une-revolution-mondiale.html


. Le bal des ordures (par Alain BENAJAM)
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/10/28/le-bal-des-ordures-par-alain-benajam.html


. Mélenchon, complice des assassins impérialistes
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/01/19/melenchon.html


. Guerre en Libye : Eva JOLY montre son vrai visage
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/04/20/guerre-en-libye-eva-joly-montre-son-vrai-visage.html




4/ Contre les déviances :


. De l'incohérence des "kadhafistes" pro-iraniens et pro-Hezbollah
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/08/07/de-l-incoherence-des-kadhafistes-pro-iraniens-et-pro-hezboll.html


. Contre tout déviationnisme : Manifeste pour une Garde Verte
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/07/11/vive-la-garde-verte.html


. Hans CANY : les motivations de mon soutien à KADHAFI et à la Libye verte
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/08/08/hans-cany-les-motivations-de-mon-soutien-a-kadhafi-et-a-la-l.html


. Les vrais socialistes, les vrais libertaires soutiennent KADHAFI
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/09/16/les-vrais-socialistes-les-vrais-libertaires-soutiennent-kadh.html


. Contre la dictature des partis politiques
http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2012/03/30/contre-la-dictature-des-partis-politiques.html

 

 

Kadhafi_5.jpg

 

20/04/2013

Cessons de coopérer, boycottons la Machine

Il convient non seulement d'ignorer la Machine à titre personnel -dans notre propre intérêt-, mais aussi de contribuer, de façon plus ou moins subtile, à en corroder les rouages. Tel le grain de sable capable d'entraver tout un système mécanique d'engrenages, nous avons tous, aussi modeste notre condition soit-elle, le pouvoir de le faire. Le pouvoir de l'obstruction, de l'inertie, de la désobéissance et de la non-coopération est véritablement immense. Il vient à bout de toutes les tyrannies.

Hans CANY

 

PEUPLE_FORCE.jpg

13:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, socialisme vert, democratie |  Facebook | | |

26/11/2012

Sous le signe de l'Etoile Noire & Verte

L'étoile noire est le symbole combattant du socialisme libertaire originel, celui qu'incarna en son temps, entre autres, l'illustre Pierre-Joseph PROUDHON (1809-1865), premier homme à s'être défini comme anarchiste, pionnier du socialisme autogestionnaire, chantre de l'antiparlementarisme, de la Démocratie directe, et du fédéralisme intégral.

L'étoile verte est le symbole combattant du socialisme vert, défini par Mouammar KADHAFI dans le cadre de la Troisième Théorie Universelle, et dont les principes fondamentaux reposent sur la Démocratie directe, un socialisme non-marxiste et d'essence autogestionnaire (abolition du salariat), l'anti-impérialisme, la souveraineté nationale et populaire.

L'étoile noire et verte représente la synthèse et la complémentarité de ces deux références essentielles, la seconde s'inscrivant pleinement dans la continuité de la première. La partie noire de l'étoile exprime en outre la négation totale du Système inique d'obédience capitalisto-libérale et de ses pseudo-valeurs, illustrées notamment par la fausse "démocratie" parlementaire indirecte, dite "représentative". Enfin, cette partie noire porte symboliquement le deuil de la Jamahiriya libyenne, assassinée en 2011 sur fond de complot impérialiste.

L'étoile noire, l'étoile verte, et l'étoile noire & verte sont les symboles d'une dissidence radicale, d'une résistance en constante expansion, déterminée à ne  jamais baisser les armes.

Hans CANY

 

Noir&vert.jpg

 

 

12:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, socialisme vert, proudhon, libye, democratie, fédéralisme |  Facebook | | |

04/06/2012

VOICI POURQUOI NOUS DEVONS BOYCOTTER LES ELECTIONS LEGISLATIVES

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

LES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

 

Les assemblées parlementaires sont l'épine dorsale de la démocratie telle qu'elle existe actuellement.

 

L'assemblée parlementaire est une représentation trompeuse du peuple, et les régimes parlementaires constituent une solution tronquée au problème de la démocratie; l'assemblée parlementaire se présente fondamentalement comme représentante du peuple, mais ce fondement est, en soi, non démocratique, parce que la démocratie signifie le pouvoir du peuple et non le pouvoir d'un substitut... Le fait même de l'existence d'une assemblée parlementaire signifie l'absence du peuple. Or la démocratie véritable ne peut s'établir que par la participation du peuple lui-même et non au travers de l'activité de ses substituts. Les assemblées parlementaires, en excluant les masses de l'exercice du pouvoir et en usurpant la souveraineté populaire à leur profit, sont devenues un écran légal entre le peuple et le pouvoir. Il ne reste au peuple que cette apparence de démocratie qu'illustrent les longues files d'électeurs venant déposer dans l'urne, leur bulletin de vote.

 

Afin de mettre à nu la réalité de l'assemblée parlementaire, il nous faut rechercher d'où elle vient: elle est soit élue dans des circonscriptions électorales, soit constituée, dans un parti, une coalition de partis, par désignation. Mais aucun de ces moyens n'est démocratique, car la répartition des habitants en circonscriptions électorales signifie qu'un seul député représente, selon l'importance de la population, des milliers, des centaines de milliers, ou des millions de citoyens. Cela signifie aussi que le député n'est pas attaché par un lien organique populaire avec les électeurs, puisqu'il est considéré, selon la thèse de la démocratie classique, comme le représentant de tout le peuple au même titre que les autres députés. Dès lors, les masses se séparent définitivement du député, et le député se sépare définitivement des masses. Car dès qu'il est élu, il usurpe leur souveraineté et agit à leur place... La démocratie classique, actuellement dominante dans le monde, revêt les membres des assemblées parlementaires d'une respectabilité et d'une immunité qu'elle dénie au simple citoyen.

 

Cela signifie que les assemblées parlementaires sont devenues un moyen d'usurper et de monopoliser le pouvoir du peuple; c'est pourquoi il est aujourd'hui du droit des peuples de lutter à travers la révolution populaire, en vue d'éliminer ces instruments de la monopolisation de la démocratie et de la souveraineté, que sont les assemblées parlementaires, qui usurpent la volonté des masses. Il est du droit des peuples de proclamer un nouveau principe: « Pas de substitut au pouvoir du peuple ».

 

Lorsque l'assemblée parlementaire est formée à la suite du succès d'un parti aux élections, elle est l'assemblée du parti, et non l'assemblée du peuple, elle représente un parti et non le peuple; et le pouvoir exécutif détenu par l'assemblée parlementaire est le pouvoir du parti vainqueur, et non le pouvoir du peuple. Il en est de même de l'assemblée parlementaire au sein de laquelle chaque parti dispose d'un certain nombre de sièges ; les titulaires de ces sièges sont les représentants de leur parti et non ceux du peuple, et le pouvoir émanant d'une telle coalition est celui des partis coalisés et non le pouvoir du peuple. Dans de tels régimes le peuple est la proie pour laquelle on se bat. Il est alors abusé et exploité par ces appareils politiques qui se combattent pour parvenir au pouvoir, pour arracher des voix au peuple tandis que celui-ci s'aligne en files silencieuses, qui se déroulent comme un chapelet, afin de déposer des bulletins dans les urnes de même qu'il jetterait des papiers dans une poubelle... C'est cela la démocratie classique qui domine le monde entier, qu'il s'agisse de régimes à parti unique, de régimes bipartites ou multipartites, ou même sans parti; ainsi il apparaît clairement que « la représentation est une imposture ».

 

Quant aux assemblées qui se forment par la désignation ou la succession, elles n'ont aucun aspect démocratique.

 

Etant donné que le système des élections des assemblées parlementaires repose sur la propagande pour attirer les voix, c'est donc un système démagogique au vrai sens du mot. Il est possible d'acheter et de manipuler les voix alors que les plus pauvres ne peuvent être au cœur des luttes électorales : ce sont toujours et seulement les riches qui gagnent les élections !

 

Ce sont les philosophes, les penseurs et les écrivains qui se sont fait les avocats de la théorie de la représentation parlementaire, au temps où les peuples étaient ignorants et menés comme des troupeaux par les rois, les sultans et les conquérants... L'aspiration ultime des peuples était alors d'avoir un mandant pour les représenter auprès des gouvernants. Mais cette aspiration même était rejetée. C'est pour réaliser cette ambition que les peuples ont péniblement et longuement combattu. Il n'est donc pas raisonnable que maintenant, après la victoire de l'ère des républiques et le commencement de l'ère des masses, la démocratie soit seulement l'apanage d'un petit groupe de députés devant agir au nom des masses. C'est une théorie surannée et une méthode dépassée. Le pouvoir doit être entièrement celui du peuple.

 

Les plus tyranniques dictatures que le peuple ait connues se sont établies à l'ombre des assemblées parlementaires.

 

 

 

[EXTRAIT DU LIVRE VERT DE MOUAMMAR KADHAFI

LA DÉMOCRATIE, LE "POUVOIR DU PEUPLE"

LA BASE POLITIQUE DE LA TROISIÈME THÉORIE UNIVERSELLE]




 

12:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, democratie, socialisme vert |  Facebook | | |

03/05/2012

METAL URBAIN : Gauche-droite, élections piège à cons !

 

Chaque candidat soutient mordicus que ne pas voter, s'abstenir, cela revient à voter pour son adversaire... Ce qui démontre bien que ce sophisme, c'est du pipeau, visant juste à effrayer les gogos, afin de les  convaincre de voter pour tel ou tel candidat, par simple rejet épidermique de son rival.

Hans CANY


 

 

50 / 50

Retourner ma veste
Et baisser mon froc
Mon bulletin dans l'urine
Ma voix au plus offrant
Ni à gauche ni à droite
Encore moins du milieu
Je ne suis pas électeur
Je ne jouerai jamais le jeu

Gauche-droite, gauche-droite
En avant les moutons
Gauche droite gauche droite
Elections, piège à cons !

Deuxième tour de passe passe
La mafia au pouvoir
Mais les cons obéissent
Ils aiment se faire avoir
Ni travail ni famille
Ni parti ni patrie
De partout de nulle part
Je n'ai pas de territoire

Gauche-droite, gauche-droite
En avant les moutons
Gauche droite gauche droite
Elections, piège à cons !



Abstention_2.jpg

11:34 Publié dans Musique, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hans cany, democratie, punk |  Facebook | | |

23/04/2012

Le 22 avril 2012, c'était la fête aux mougeons

Mougeon.jpg

 

"Si tu ne votes pas, ne te plains pas", nous disent parfois certains, convaincus de la vérité et de la logique imparable de leur bon mot. Nous serions pourtant tentés de leur répliquer, de façon tout aussi catégorique : "Si tu votes pour des escrocs, des imposteurs et des charlatans, alors ne viens pas te plaindre ensuite d'être entubé à qui mieux-mieux"...

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de les avertir à notre humble niveau, mais malgré cela, pas moins de 80% des inscrits de sont déplacés aux urnes pour accomplir leur prétendu "devoir" civique, autrement dit pour participer à une énième mascarade électorale, véritable négation de la Démocratie digne de ce nom. Quatre-vingt pour cent ! C'est énorme. Mais le plus consternant dans cette affaire, c'est de constater qu'au final, et surtout en tenant compte de ce fort taux de participation, pas moins de 27% de mougeons -hybrides de moutons et de pigeons- ont trouvé le moyen de donner leur voix à Sarkozy !!!  Vingt-sept pourcents pour cette ordure sans nom, ce menteur professionnel, cet escroc, ce tyran, ce fossoyeur des acquis sociaux, ce criminel de guerre, cette charogne patentée !!!... On aurait pourtant raisonnablement pu espérer que la racaille élyséenne aurait été éliminée dès l'issue du premier tour, ce qui somme toute aurait été la moindre des choses, et aurait au moins permis de croire au relatif bon sens d'une large partie des ressortissants de l'Hexagonie. Mais en l'occurrence non, même pas. Et il y a véritablement là matière à s'interroger sur le QI véritable comme sur le niveau de conscience politique et sociale de ce navrant ramassis de masochistes et d'irresponsables.

L'autre prétendue surprise de ce srutin aura été le score effectué par Marine Le Pen, avec un peu plus de 17% au niveau national, score s'avèrant plus élevé que selon les sacro-saintes prévisions sondagières. Pourtant, toujours compte tenu du fort taux de participation, ce score n'est en fait qu'à peine honorable, voire décevant pour ceux qui attendaient davantage. Dix-sept pourcent seulement dans un tel contexte, cela ne laisse augurer rien de très réjouissant quant au degré de réveil socio-politique dans ce pays. Marine Le Pen aura néanmoins la satisfaction d'avoir largement devancé l'imposteur Mélenchon, qui avec ses 11% aura donc au final perdu son pari d'être positionné devant le FN.

A présent, pour le second tour de cette sinistre fumisterie, entre Sarkollande et Hollozy, le choix est fort, c'est du joli. Un grand merci à la masse des mougeons bien dociles, qui nous condamnent ainsi de facto à cinq années supplémentaires de diktat et de statu-quo systémique. Pepsi ou Coca ? Peste ou choléra ? Faites donc votre choix !

En ce qui me concerne, le choix est tout de suite fait : le Système n'aura certainement pas ma voix, ni sous l'une, ni sous l'autre de ses incarnations. Sarkozy, immonde raclure de bidet droitarde et libérale,  et criminel de guerre notoire, inutile de revenir sur son cas. Mais Hollande, non content d'être un faux "socialiste" et un vrai capitaliste libéral, est aussi un fervent partisan du N.O.M. Il a non seulement approuvé et soutenu l'agression impérialiste contre la Libye en 2011, mais il se dit aussi d'ores et déjà prêt à envoyer des soldats en Syrie ! Réfléchissez donc à deux fois, avant de donner aveuglément un blanc-seing à Flamby, et de lui permettre ainsi de poursuivre allègrement les mêmes ignominies internationales que son funeste prédécesseur...

De toute façon, je réalise d'autant plus à présent combien le chemin à parcourir sera long et fastidieux. Ce blog enregistre certes des dizaines de milliers de visites chaque année -des centaines chaque jour-, mais ce n'est en définitive qu'une goutte d'eau dans l'océan, au regard de la tâche à accomplir. Parfois, je l'avoue, je le confesse, le découragement voire le désespoir ne sont pas loin. Quand je vois, par exemple, que bon nombre de ceux et de celles qui se croient pourtant de notre côté continuent de perpétuer la fausse "démocratie" en s'empressant d'aller voter pour le "moins pire", je me dis qu'ils et elles n'ont toujours pas correctement assimilé certains principes fondamentaux, qui occupent pourtant une position centrale, essentielle, dans le corpus idéologique auquel nous nous référons. Si l'on ajoute à cela la grande masse de celles et de ceux qui ne font même pas l'effort de lire ce qu'on leur propose, et qui prétendent malgré tout en discuter (!), ainsi de celles et de ceux qui ne font que lire "en diagonale" (sic) et/ou qui s'avèrent au final totalement incapables de comprendre correctement le sens du peu qu'ils et elles auront daigné lire, je ne puis m'empêcher de me dire que la révolution des esprits à grande échelle n'est malheureusement pas pour demain...

Le gros souci, c'est que même parmi les gens qui dénoncent la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte (dite représentative) comme la falsification qu'elle est, beaucoup continuent malgré tout de participer au cirque électoral, par réaction et/ou conditionnement. Ils choisissent par dépit de voter pour le "moins pire", pour le "moindre mal" faute de mieux. Or, c'est un non-sens total, puisque c'est précisément leurs votes qui perpétuent indéfiniment l'imposture...

Voter pour un quelconque "représentant" de quelque bord que ce soit, c'est abdiquer, renoncer à la souveraineté populaire en distribuant des chèques en blanc à des "élus" potentiels. Contrairement à ce que cherche à faire croire la propagande électorale, l'abstention sert à quelque chose : c'est le plus puissant moyen de contestation, et l'abstention est comptabilisée, contrairement aux votes blancs et nuls. Plus le pourcentage d'abstention est important, moins l'élection d'un quelconque parti ou quidam est légitime, c'est mathématique. Et moins il y a de participants qui cautionnent l'imposture, plus cette dernière est remise en question, et plus il y a moyen de faire entendre des propositions alternatives, pour une VRAIE démocratie, directe et participative.

Ce que le Système craint le plus, ce n'est pas le vote pour untel ou untel -même pour des "extrêmes" ou de pseudo "rebelles" institutionnalisés-, mais c'est bel et bien l'ABSTENTION... Car l'abstention consciente et "militante", le boycott total, signifie à terme la mort de ce système de dupes, et l'avènement potentiel d'autre chose. Tant qu'il restera assez de naïfs pour jouer le jeu, ne serait-ce que celui du "moindre mal", on ne sera pas près de voir avancer le schmilblick.
Ne vous laissez plus berner, refusez de vous faire confisquer votre souveraineté, refusez de plébisciter untel ou untel sous prétexte de "moindre mal", alors que le ou la candidat(e) en question n'incarne nullement vos aspirations profondes et réelles, et qu'une fois élu(e), vous ne pourrez plus exercer le moindre contrôle sur ses agissements ni sur ceux de ses acolytes. Ceux qui vous disent qu'en ne votant pas, vous laisseriez les autres choisir et décider à votre place vous mentent, ou au mieux se trompent. Ils ne font qu'entretenir l'illusion du libre choix et donc de la légitimité de ce système fallacieux. Ne les écoutez pas, cessez de vous faire avoir. Comme le dit fort judicieusement l'adage, si les élections pouvaient réellement changer les choses, elles seraient purement et simplement interdites, et ce depuis longtemps. Ne l'oubliez jamais. La seule solution qui soit réellement efficiente , c'est l'objection de conscience permanente et généralisée, et donc le boycott, l'abstention consciente et révolutionnaire. Au contraire, contestez. Refusez de jouer le jeu. Informez vous, instruisez vous, découvrez des alternatives radicales, et faites-les connaître autour de vous. Le vrai changement, ce ne sont pas eux, ni leurs soi-disants rivaux dans la course à la gamelle. Le vrai changement, c'est vous, c'est nous. Car nous sommes le Peuple.

Quoi qu'il en soit, concernant le 6 mai 2012 et la fausse alternance qu'il propose, je ne puis mieux faire que de vous recommander de garder à l'esprit cette brillante formule de Michel Audiard : Cocu pour cocu, je préfère ne pas être consentant. Alors, je ne vote pas.

Hans CANY

 




TOUTE "REPRESENTATION" POLITIQUE EST UNE IMPOSTURE !

PAS DE SUBSTITUT AU POUVOIR DU PEUPLE !

PAS DE DEMOCRATIE REELLE EN DEHORS DE LA DEMOCRATIE DIRECTE ET PARTICIPATIVE !

PAS DE DEMOCRATIE SANS CONGRES POPULAIRES ET COMITES POPULAIRES !

EXIGEONS DES CONGRES POPULAIRES PARTOUT !


LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

VOTE_2.jpg

12:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

22/04/2012

Pas une voix pour les criminels de guerre et leurs complices !

Kadhafi01.jpg

Tous les politicards suivants ont approuvé et soutenu l'agression impérialiste contre la Libye manigancée par Sarkozy, Juppé, BHL, Obama, Clinton, Cameron et tous leurs complices et sous-fiffres en 2011 :

. Jean-Luc MELENCHON (Front de Gauche)
. Eva JOLY (EELV)
. François HOLLANDE (PS)
. Olivier BESANCENNOT/Philippe POUTOU (NPA)
. François BAYROU (Modem)

...Et bien sûr Nicolas SARKOZY (UMP)

Pas une voix pour ces crapules !



NOUS N'OUBLIERONS PAS.
NOUS NE PARDONNERONS PAS.

H.C.


13:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : libye, democratie |  Facebook | | |

20/04/2012

Ce qu'est le SOCIALISME VERT

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

 

Le socialisme vert est l'expression militante et combattante d'un corpus idéologique révolutionnaire se démarquant à la fois du capitalisme et du marxisme, et constituant une troisième voie : la Troisième Théorie universelle, telle qu'exposée dans le Livre vert de Mouammar Kadhafi.

La Troisième Théorie Universelle, comme son nom l'indique, ne concerne pas que la Libye, ni même l'ensemble du continent africain uniquement : elle est universelle, et s'adresse donc de façon égale aux peuples du monde entier, de tous continents et de toutes cultures.

Les principes fondamentaux de la Troisième Théorie Universelle peuvent être résumés ainsi :

-La DEMOCRATIE DIRECTE, participative, seule forme de démocratie réelle et véritablement digne de ce nom, par opposition à la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte et prétendument représentative qui est en vigueur dans la plupart des Etats du monde aujourd'hui encore. Cette démocratie directe se fonde sur les congrès populaires de base, permanents, ainsi que sur le Congrès général du peuple, qui se tient annuellement, permettant aux gens de se diriger eux-mêmes, et à tous et toutes de participer à la gestion des affaires publiques s'ils souhaitent y investir leurs efforts.

-Un SOCIALISME réel et d'essence autogestionnaire, visant à faire des travailleurs et des travailleuses non plus des salariés mais des associés, chaque échelon de la chaîne de production percevant une part égale, déterminée par ladite production. Le socialisme jamahiriyen, non-marxiste, est aussi d'essence redistributrice, et sa vocation est aussi d'assurer le droit au logement et à la propriété pour tous, l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme et du profit locatif, la gratuité de divers besoins fondamentaux de la population (eau, électricité, médecine etc), la solidarité et les aides financières aux plus démunis etc.

-Un PROGRESSISME SOCIAL ET MORAL, qui repose sur l'égalité fondamentale des droits de la femme et de l'homme, sur le refus de tout racisme, le rejet du colonialisme, l'opposition radicale à tous les impérialismes et l'affirmation de la souveraineté des peuples et de leurs territoires, sur le respect et la prise en compte des minorités ethniques ou sociales etc.

 

Hans CANY

 


19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, hans cany, democratie, socialisme vert |  Facebook | | |

Les présidentielles : une élection à 4 tours !

presidentielles.jpg

VOTE.jpg

 

LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX



14:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, socialisme vert |  Facebook | | |