Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2024

LE GRAND MALENTENDU FLAMAND

Je ne m'intéresserai à la politique flamande belge - et même à celles des petits courants autonomistes ou séparatistes flamands "de France" - que le jour où lesdits Flamands cesseront de plébisciter des partis de droite libéraux, pro-UE et sionistophiles, et surtout losque les uns comme les autres cesseront de ne même pas prendre en considération les parties historiquement francophones de longue date de la Flandre et de l'Artois (Flandre dite "romane" ou "gallicante", notamment, mais aussi une partie non négligeable de l'Artois, aujourd'hui "flamand" ou pas). Tant que ces dernières seront considérées comme une sorte de "parent pauvre" de la Flandre, tant qu'elles seront négligées voire purement et simplement ignorées au pofit exclusif de la minuscule partie restée - occasionnellement - néerlandophone de France, et/ou de la seule Flandre "belge" exclusivement néerlandophone, je ne vois aucune raison de soutenir des gens qui estiment que l'hégémonie linguistique est primordiale, et qui ne considèrent même pas comme véritablement flamandes leurs propres minorités culturelles. C'est un peu comme si les nationalistes bretons ne considéraient comme vraiment bretonnes que les zones bretonnantes, et renonçaient - voire dédaignaient - tout le reste de la Bretagne historique, ce qui serait tout à la fois absurde et inacceptable !!

Les Belges d'aujourd'hui - Flamands comme Wallons - ont une conception complètement étriquée de leurs identités respectives, les réduisant de part et d'autre à un simple facteur linguistique : être néerlandophone, c'est être "flamand", et être francophone, c'est être "wallon". Le raisonnement ne vole certes pas bien haut, mais force est de constater qu'il se résume grosso modo à ça... En réalité, rien n'est plus réducteur, en sus d'être historiquement erroné. Car n'en déplaise à certains, en la matière, la langue ne fait pas tout... tant s'en faut !!! Ce clivage Wallons/Flamands tels qu'il est communément admis en Belgique n'est donc en réalité qu'une coneption typiquement belgo-belge, laquelle ne repose nullement sur une quelconque réalité ethno-historique.

De surcroit, je ne suis pas du tout convaincu que les populations artésiennes et de Flandre romane soient très emballées à l'idée de se voir annexées aux Pays-Bas (!), ni même de se voir englobées dans une grande Flandre certes indépendante, mais où seule la langue néerlandaise aurait droit de cité, contraignant ainsi plusieurs millions de locuteurs de la langue française à une néerlandisation forcée, bien peu conforme à la réalité historique. N'être vaguement considérés que comme des "Flamands de seconde zone" ne saurait les enthousiasmer plus que ça... Et c'est bien compréhensible !!

Alors certes oui, l'affirmation et la défense de l'identité flamande me tiennent particulièrement à coeur, et ce d'autant plus qu'elles correspondent à une large part de mon propre héritage ancestral. Seulement, dans l'état actuel des choses, les conceptions pour le moins étriquées - sans même évoquer les orientations politico-économiques - de la grande majorité des représentants du mouvement flamand , tant du côté "français" que du côté "belge", ne me conviennent absolument pas. Je ne vois aucune raison de soutenir les objectifs "semi-séparatistes" voire "rattachistes" de structures politiques modernes qui n'ont que faire d'une Flandre "romane" perçue comme une sorte de zone ethniquement et définitivement perdue, lesquels ne correspondent pas du tout à l'idée que pouvaient se faire mes aïeux de leur patrie charnelle : la Flandre certes, mais la Flandre tout entière, Flandre "gallicante" et Artois compris !

Hans CANY
 

hans cany,europe,identité

01:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, europe, identité |  Facebook | | | |

06/06/2024

Elections "européennes" : la grande illusion

Tout comme l'était l'URSS, l'UE est un système bien verrouillé, et qui n'est fondamentalement pas réformable. Ne commettez pas la même erreur que Gorbatchev et autres communistes idéalistes, qui avaient naïvement cru pouvoir "réformer", "libéraliser", "aménager", "améliorer" le système de l'intérieur. Ne vous faites pas d'illusions : l'Union dite "européenne" n'est foncièrement pas plus réformable que ne l'était la défunte Union "soviétique". Et tôt ou tard, minée, écrasée par sa gabegie et sous le poids de ses propres contradictions, cette tyrannie atlantiste, libérale et transnationale finira elle aussi par imploser, par s'effondrer d'elle-même comme un château de cartes. En participant à la mascarade électorale de l'UE, vous ne ferez que retarder l'échéance de cet inéluctable effondrement. 

Hans CANY 

UE_17.jpg

21:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, europe, democratie |  Facebook | | | |

18/02/2024

Front de Libération des Gaules

Extraits des N° 1 et 6 (1979 et 1980) de son bulletin "Le Triscèle dextrogyre", deux petits textes de présentation du FLG, par Pierre de la Crau. Au-delà de leur caractère parfois daté, d'un certain utopisme, d'une indéniable dimension dilettante et de leurs imperfections de forme comme de fond, il n'en demeure pas moins que l'initiative n'était pas totalement dénuée d'intérêt. C'est donc en tant que document pouvant éventuellement faire office de piste de réflexion que je les porte aujourd'hui à votre connaissance ci-dessous, à titre purement informatif.

- Hans CANY -

_________________________________________________


A quoi bon un Front de Libération des Gaules ?

" C'est qu'il y a un abîme entre la théorie et la pratique. Notre Front de Libération des Gaules ne sera pas un Xème cercle d'étude celto-druidique.

Le celtisme breton a déjà une longue histoire derrière lui. Il n'en va pas du tout de même dans les autres régions de l'Etat qui s'appelle France : Francie (c'est-à-dire domaine de la langue d'oïl), Occitanie etc.

Dans ces régions le celtisme n'en est qu'à ses balbutiements, et tout reste à faire. Or pourtant ces régions ont un fond celtique très important, même au point de vue ethnique, mais il est encore presque totalement méconnu et opprimé par la pesanteur d'une culture "officielle" d'origine judéo-gréco-latine.

Le Front de Libération des Gaules aura donc un véritable rôle de pionnier en la matière, en rassemblant la petite poignée de militants culturels voulant se consacrer dans la mesure de leurs moyens à la restauration de la Celtique dans toute sa splendeur de jadis. Il s'occupera de réveiller les éléments celtiques non seulement en Bretagne (c'est déjà fait là-bas) mais aussi en Francie, en Occitanie etc, car ces régions font partie elles aussi de la Grande Celtie au sens large.

Par exemple en assurant la promotion des produits de l'artisanat celtique, des produits gastronomiques gaulois (hydromel etc), sans aucune préoccupation mercantile bien sûr, en encourageant la création de poèmes d'inspiration celtique gauloise, , en assurant la diffusion de la médecine par les plantes (en la rattachant bien sûr à la science médicale de nos ancêtres), en faisant connaître le cheval camarguais s'il est prouvé qu'il descend bien du cheval gaulois, en encourageant la diffusion pour nos enfants des prénoms gaulois (exemple : Rosmartha, nom de la déesse gauloise, adapté en Rose-Martha) etc.

EN BREF IL S'AGIT DE FA1IRE DU CELTISME EN FRANCE ET DANS LES PAYS LIMITROPHES UNE VALEUR MODERNE ET VIVANTE.

- Pierre de la Crau -

------------------------------------

NI ROUGE NI BLANC, GAULOIS SEULEMENT !

" Le FLG sera le porte-étendard des droits imprescriptibles des Gaulois, et leur représentant auprès des pouvoirs publics.

Il a pour but :

1/ Défendre le patrimoine ancestral commun aux peuples de l'Europe celtique, c'est-à-dire d'abord des Gaulois en particulier (pan gallicisme), ensuite des Celtes en général (pan celtisme).
Tout en pensant déjà à la dernière étape, qui devra bien venir un jour ou l'autre, la défense du patrimoine commun aux Celtes et aux Germains (pan germano-celtisme). Ce qui concerne les 3/4 de l'Europe, de l'Espagne à la Pologne et de l'Irlande à la Roumanie.

2/ Soutenir absolument tout ce qui est d'origine celto-indo-européenne : civilisation, traditions, culture etc. Nous croyons au syncrétisme de l'indo-européanisme, qui est un diamant magnifique. Mais pour que ce diamant brille de tous ses feux, il faut que la facette celtique soit redégagée et retaillée, car elle a été trop longtemps oubliée et méprisée.

3/ Lutter contre la pollution morale. C'est-à-dire contre la destruction insidieuse par des éléments culturels étrangers de notre identité culturelle justement, et pour la renaissance, en un torrent impétueux, de nos sources propres. Il nous faut donc (in)former l'opinion au point de vue culturel, réveiller les masses de nos pays de leur léthargie, et créer un vaste courant de pensée contre cette destruction, et pour cette renaissance.

4/ Lutter contre la pollution physique. N'oublions pas que les Celtes et les Druides étaient des écologistes avant la lettre.

5/ Poser avec honnêteté  et objectivité la question ethnique et les problèmes qui en découlent.

6/ Sensibiliser l'opinion publique et les masses de nos peuples à toutes ces questions, et pour ce faire user de tous les moyens possibles (journaux de tous bords, échanges d'écrits et de conférenciers, propagande culturelle etc). Mais sans brimade et sans violence. Car nous agirons de façon non violente et sans effusion de sang. Mais cette non violence sera active : interventions auprès des personnalités, articles dans la presse parallèle etc, et dans les cas extrêmes - mais dans les cas extrêmes seulement, et s'il y a lieu - , marches en diverses villes de France, campagnes d'inscriptions murales, grèves de la faim (procédé celtique pour qui réclame justice) etc.

Bien tenir compte du fait suivant : la question de l'égalité ou de l'inégalité des êtres humains, et de l'hérédité ou de la non hérédité de ces inégalités, relève de la science et de la politique, mais absolument pas de notre action qui reste uniquement culturelle. "

- Pierre de la Crau -

FLG_2.jpg

20:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : identité & racines, europe |  Facebook | | | |

20/08/2023

Une idée-force : le celtisme [par Olier Mordrel]

Il y a toujours eu des fédéralistes en France. Mais leur doctrine n’a jamais réussi à percer, pour la raison qu’ils respectait les tabous jumeaux du latinisme et de l’unéindivisibilité, et n’avait pas pu pour ce bon motif dégager sa mystique propre.

On méconnaît par trop que la conception romaine de l’Etat – par essence colonialiste – a fini par dominer en France, à partir du XVIIe siècle, la tradition celto-germanique des libertés individuelles, locales et régionales, avec le dogme de la monarchie absolue (de droit divin), muée en tyrannie de la Majorité dans la ligne immuable de la Raison d’Etat, sous la république. Il y a antagonisme fondamental entre le césarisme romain et le fédéralisme nordique. On ne peut pas prendre position pour le second sans condamner le premier.

Le celtisme apporte à la révolution fédéraliste une âme et un dynamisme. Et sa logique. Il en fait une idée-force. D’une formule de sage administration il fait un programme révolutionnaire en profondeur. C’est pourquoi nous osons croire aujourd’hui à son succès possible entre Rhin et Pyrénées.

Nous étions un peu comme ces Allemands qui voulaient garder pour eux leur Nazionalsozialismus, quand après la victoire de 40, tout le monde voulait leur emboiter le pas. Ils ont payé cet égocentrisme fort cher. À nous aussi, il ne venait pas à l’idée que d’autres que nous puissent s’inspirer du celtisme, ni même aient le droit de le faire. Le celtisme, hors de nos frontières, c’était une affaire classée : la celtomanie.

Il serait injuste de continuer à le penser. Les Français qui maintenant se disent Celtes ne se livrent pas à une affirmation gratuite, fondée sur des souvenirs archéologiques qui font sourire, mais en appelant aux mêmes lois que nous : celle du sang. Ils savent fort bien ce qu’est leur celtisme : une foi virile en eux-mêmes. Il n’est jamais trop tard pour recevoir le fils prodigue au foyer de la tribu.

L’idée bretonne, qui n’est qu’une expression entre quelques autres de l’idée celtique, reçoit du coup un cadre encore plus large que celui auquel avait songé pour elle la jeune Bretagne Réelle, avec son idée d’une plus grande Bretagne allant chercher les limites de l’Armorique que la dynastie de Nominoë avait réunie sous son sceptre. Mais sans recevoir l’adhésion des Bas-Normands, Maigneaux, Angevins et Vendéens, aussi étrangers à leurs origines, depuis que l’école primaire y a mis bon ordre, qu’inconscients de leurs intérêts propres et n’ayant aucun lien entre eux, si ce n’est à travers Paris. Eux aussi cette fois sont mis dans le bain ipso facto.

Dans la mue du monde à laquelle nous assistons, les anciennes positions ne représentent plus grand chose et les anciens remèdes sont inopérants. Nous avons pris en exemple le Plaid gallois. Il est à suivre sous le rapport de la persévérance et de l’organisation de l’effort, mais transposé ici, il n’offrirait qu’un espoir illusoire et seulement au bout de deux décades de travail de fourmis. Aucune réforme locale, aucune “concession” de l’état parisien n’apporterait un solution au problème de la civilisation européenne qui est pour nous comme pour tous les blancs le problème. Il ne modifierait pas la physionomie de la France, sans quoi une influence néfaste ainsi qu’écrasante continuerait à s’exercer sur nous. La continuation de la décadence celtique de l’Irlande, malgré l’indépendance politique, proclame assez haut que le mal n’a pas été attaqué à la racine. Notre erreur a été de croire que la crise était un phénomène breton. Elle est générale, en France, en Italie, en Allemagne, en Angleterre, partout où l’homme blanc a cessé de suivre sa loi. À crise générale, il faut un remède commun.

Dans notre tragique isolement, l’ouverture qui se présente est la chance de la Bretagne. Lui tourner le dos serait assez conforme à notre myopie politique, mais indigne d’hommes qu’un demi-siècle de coups de pieds au derrière devrait avoir remis dans le chemin du bon sens.

L’idée est donc lancée. On écrit : l’Europe sera celte ou ne sera pas ! La formule est belle. Flatteuse, mais dangereuse sous cette forme, car elle pourrait indisposer contre l’Europe tout ce qui ne descend pas des Celtes et produire l’effet répulsif du pangermanisme goulu. Il serait mieux de dire : l’Europe se fera sous le signe du celtisme ou ne se fera pas. Il faut un principe fédérateur. Je n’en vois pas d’autre que celui-là : la liberté ethnique, sans ambitionner faire des Celtes avec les Greco-liguro-arabo-latins de la Sicile, ou les Germano-illyriens des Alpes orientales. L’esprit celte d’humanisme et de tolérance engendrera les institutions communes, qui permettront à tous les peuples de notre vieux continent de renouer avec leurs origines, y compris Magyars, Basques, Albanais ou Lithuaniens, qui sont 100% étrangers au celtisme.

Impérialisme celte ? Soit, puisque ce sera l’impérialisme de la liberté. 

 

- Olier Mordrel -

europe,identité & racines,fédéralisme

 

18:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, identité & racines, fédéralisme |  Facebook | | | |

21/11/2022

A lire : Regards sur Vladimir Poutine

Poutine_Regards sur.jpg

Publié en juin 2022 par l'éditeur Philippe Hugounenc, ce petit livre d'un peu moins d'une centaine de pages constitue un ouvrage collectif rassemblant les contributions de cinq auteurs européens de profils très distincts et issus d'horizons divers, avec pour fil conducteur une volonté commune d'exposer des visions alternatives à celle dont nous abreuve sans relâche la doxa médiatico-politique occidentale. En ligne de mire, ainsi que le suggère très explicitement son titre, l'action de Vladimir Poutine en Russie de manière générale, mais aussi les tenants et aboutissants du conflit russo-ukrainien en cours, dont les implications vont bien au-delà d'une "simple" querelle entre Etats voisins.

Le texte de Jordi Garriga, intitulé Le Retour du Tsar, fait office d'introduction en évoquant le redressement de la Russie sous l'égide de Poutine, à l'issue du long purgatoire post-soviétique qui avait trop longtemps abandonné le pays entre les griffes d'un libéralisme débridé, lequel l'avait laissé exsangue, de même que les enjeux qui le poussent aujourd'hui à intervenir sur la scène internationale pour y défendre les intérêts vitaux du pays.

Dans Vladimir Poutine et l'empire russe, le très russophile Kris Roman défend avec passion le bilan et l'action du maître du Kremlin, dépeignant des traits de caractère qui le dotent d'une personnalité hors du commun, et présente de façon concise les grandes orientations de sa politique intérieure comme extérieure, non sans mettre un accent tout particulier sur une essence très conservatrice, inhérente selon lui à la morale orthodoxe. Il y voit donc le promoteur et le défenseur des grandes valeurs traditionnelles de la Russie éternelle, perçue comme le bastion de valeurs saines face aux dérives et autres déviances tant politiques que sociétales qui mènent aujourd'hui le monde occidental à sa perte. En cela, la Russie de Poutine constitue donc à ses yeux un modèle de portée universelle, puisqu'elle indique la voie à suivre pour s'opposer à la décadence. Pour sortir du schéma unipolaire des atlantistes, il prône par conséquent la constitution d'un grand axe Paris-Berlin-Moscou, seul à même d'affranchir l'Europe - la vraie, pas celle de l'UE - du carcan mondialiste auquel elle se voit assujettie depuis de nombreuses décennies sous  férule états-unienne. Non exempt d'un certain manichéisme assumé - le combat du camp du Bien contre celui du Mal, le texte de Kris Roman se conclut par une alternative sans équivoque : soit ce sera celui des forces lumineuses - celui de Poutine - qui l'emportera, soit ce sera celui des forces obscures,  condamnant le monde à subir le cauchemar sans fin d'une tyrannie orwellienne...

Si le troisième texte, intitulé Poutine vu d'Europe et signé Pierre Le Vigan, se veut quant à lui beaucoup plus réservé voire franchement critique à l'égard du président russe, affichant même une certaine méfiance - pour ne pas dire défiance - à l'encontre de ses présumées velléités impérialistes comme d'hypothétiques prétentions hégémoniques russes inavouées (on sent ici poindre les élans à peine réfrénés de préjugés antirusses anachroniques, héritiers directs d'une  vieille "tradition" antisoviétique un rien obsolète, toujours très vivace dans certains milieux nationalistes occidentaux), il a en tout cas le mérite d'exposer une vision distanciée des évènements en cours - on ne pourra donc pas lui reprocher de verser dans le panégyrique -, et surtout celui de proposer des solutions équilibrées au conflit russo-ukrainien, en tenant compte de certains faits ethniques comme de la nécessité de préserver les intérêts géopolitiques des uns comme des autres. Après un rappel des grandes dates de l'histoire de l'Ukraine des origines à nos jours, lequel s'avèrera fort utile aux lecteurs désireux d'y voir un peu plus clair, Pierre Le Vigan se livre donc ici à une analyse plutôt pertinente et objective de la situation actuelle, et propose un plan de concertation, la solution passant selon lui par une inévitable partition du territoire ukrainien, respectant les souhaits et les choix de chaque groupe de population en présence qui devra être consulté par voie référendaire. Une proposition qu'à titre personnel, même si je n'adhère pas nécessairement à toutes les vues exprimées par Le Vigan (notamment à celles qui se font un peu trop complaisantes à mon goût vis-à-vis de Kiev), je ne puis en définitive que saluer, puisqu'elle rejoint dans ses grandes lignes la solution que je préconise moi-même depuis le début de la crise. Ce texte m'apparait donc globalement, en dépit des réserves que m'inspirent certains jugements exprimés par l'auteur, particulièrement intéressant.

La quatrième contribution, signée Tony Baillargeat et intitulée Vladimir Poutine ou "Le soupçon d'un Grand Mystère" - tout un programme, est la plus touffue de l'ouvrage, puisqu'elle n'en occupe à elle seule pas moins de trente pages. Changement de ton radical, puisque Poutine, la question russe et la crise actuelle y sont ici vus à travers le prisme du traditionalisme guénonien, sur fond de spéculations ésotériques, de conceptions métaphysiques, de prophéties bibliques et de mysticisme chrétien (orthodoxe), versant dans une sorte de messianisme, et attribuant au combat entre les deux camps en présence une véritable dimension eschatologique. Un texte étrange, pouvant paraître quelque peu obscur et alambiqué à ceux auxquels ce type d'approche semble hermétique - et je dois avouer que tel est mon cas, ni Guénon ni le mysticisme biblique/chrétien n'étant mes tasses de thé - , mais qui apparaîtra toutefois  porteur d'espoir à d'autres, tant il exprime une foi ardente en la victoire finale des forces lumineuses sur celles des ténèbres. Heureusement pour moi, la dernière partie du texte, plus rationnel que son début, "s'éclaircit" quelque peu et me "parle" davantage, me paraissant en définitive un peu moins rébarbative que ce qui la précède. Je ne recommanderai toutefois vraiment cette quatrième contribution qu'aux "initiés"... et autres réceptifs.

Enfin, si le cinquième et dernier texte, signé Bernard Fontaine et qui  s'intitule quant à lui La géopolitique secrète de Vladimir Poutine, porte lui aussi la marque évidente d'un auteur de sensibilité plutôt guénonienne, à fort penchant ésotérique, il m'est apparu plus terre-à-terre, nettement plus accessible que la contribution précédente. Il est ici davantage question du dessous des cartes, des influences méconnues car plus ou moins cachées de Vladimir Poutine, notamment à travers des personnalités atypiques telles qu'Alexandre Douguine et ses vues eurasistes, ou encore - et surtout - que l'énigmatique  Jean Parvulesco, personnage de l'ombre totalement inconnu du grand public (mais déjà évoqué dans le texte de Tony Baillargeat), mais dont le rôle insoupçonné semble avoir été déterminant depuis déjà fort longtemps. Bernard Fontaine nous apprend  dans ce texte que, selon lui, un plan secret visant à préserver et à protéger la Russie éternelle est à l'oeuvre depuis des lustres, et qu'il a été préparé avant même la chute de l'URSS, dès le "règne" de Iouri Andropov... au moins. Mais chut, je n'en dirai pas davantage, et laisserai aux lecteurs intrigués le plaisir d'en découvrir plus par eux-mêmes.

Au final, à l'exception du texte de Pierre Le Vigan qui reflète des conceptions plutôt  ethnicistes voire identitaires, il s'agit donc là d'un petit livre aux orientions plutôt conservatrices et traditionnalistes dans son ensemble, et dont l'intérêt principal réside surtout dans le fait qu'il offre une tribune à des points de vue que l'on pourrait aujourd'hui légitimement qualifier de dissidents, puisque totalement ("totalitairement" ?) exclus des médias du Système. Ne serait-ce que pour cette raison, il mérite bien de retenir notre attention.

Hans Cany

Regards sur Vladimir Poutine (ouvrage collectif)
Broché – 96 pages – ISBN 978-2-492047-33-6
Philippe Hugounenc Editeur 2022

Disponible directement chez l'éditeur : philippehugounencediteur.com
Egalement disponible via Amazon ainsi que sur le site de la Fnac, le livre peut en outre être commandé en librairie.

17/02/2021

Contre l'ethnocide, pour un réveil identitaire européen

Europe_yeux_clairs.jpg

Pourcentages d'yeux de couleurs claires (bleus, gris et verts) en Europe.

 

Dans l'Hexagone actuellement, 40% environ de la population dite "de souche" a des origines franchement germaniques. Chiffre qui monte jusqu'à 70% pour les régions situées au nord de la Loire, ce fleuve constituant de facto une sorte de frontière ethnique depuis plus de 1500 ans.

Cela représente donc à peu près 15 à 18 millions d'individus.
Ce qui est à la fois beaucoup et peu, sur une population globale de 60 millions. D'autant plus que la grande majorité de ces 15 à 18 millions d'individus est complètement amnésique et acculturée, lamentablement dépourvue de toute conscience d'elle-même...

Ce chiffre était de toute évidence beaucoup plus important au Moyen-Âge (que l'on songe notamment à la différence flagrante de densité de population entre la moitié nord et la moitié sud), et tend de plus en plus, surtout depuis deux siècles, à diminuer peu à peu. En cause, le "nomadisme" d'une région à l'autre, avec les inévitables brassages de population qu'il implique, mais aussi et surtout l'immigration extra-européenne galopante, laquelle se poursuit inexorablement depuis près d'un demi-siècle.

Mais il y a ne serait-ce qu'un peu plus de 200 ans, pas moins de 65% des recrues de l'armée napoléonienne avaient les yeux bleus, ce qui est assez révélateur de leur identité ethnique. Si l'on faisait le même type de recensement aujourd'hui au sein de l'armée française, à peine deux siècles plus tard, il y a fort à parier que l'on n'obtiendrait pas exactement le même pourcentage...

A présent, le constat est clair : la composition ethnique de l' Hexagone, comme celle de la Belgique voisine, est en train de changer drastiquement sous les coups de boutoir constants de l' invasion migratoire, dont le caractère massif ne peut plus échapper au moindre observateur attentif. Cette inquiétante constatation s'impose bien évidemment à quiconque jette un regard un tant soit peu objectif autour de lui, dans les rues de nos villes et de nos banlieues.

Depuis longtemps déjà, la France est en pleine dégénérescence, principalement du fait d'un déclin de sa composante germanique originelle. Celle-ci, n'en déplaise à certains négationnistes, est à prendre en considération au même titre que les éléments celtiques et romans/latins dans la substance fondatrice de l'essence nationale, de l'identité profonde de nos peuples.

Compte tenu du Grand Remplacement en cours supervisé par nos "élites" politiques criminelles de tous bords, du caractère irrémédiable de la modification organique insidieuse qu'il implique, et donc de la menace de disparition pure et simple qu'il induit pour nous, notre devoir à tous, ne serait-ce que par simple instinct élémentaire de conservation, est d'entrer en dissidence ouverte, en résistance active comme passive. Il nous faut combattre cette agression d'une ampleur sans précédent historique, mais sans jamais, toutefois, lâcher la proie pour l'ombre.

Ne perdons jamais de vue le fait qu'il ne sert à rien de ne s'attaquer qu'aux conséquences les plus visibles et les plus tangibles de ce processus mortifère, si l'on néglige dans le même temps d'en identifier et d'en combattre les causes réelles et profondes, les véritables instigateurs. Car ceux-ci ne sont pas nécessairement des éléments allogènes ou étrangers, même s'ils se font les agents zélés de l'idéologie mondialiste qui nous menace tous, par le biais d'un libéralisme se présentant de manière interchangeable comme "démocrate", "républicain" ou "progressiste". Les masques de ses chantres, de droite comme de gauche, tombent un par un, puisqu'ils ne sont en réalité tous que les serviteurs d'un seul et même Système. Qu'aucun d'entre nous ne se laisse plus berner, à l'avenir, par les boniments de tous ces traîtres. Il en va carrément de notre survie et de notre pérennité en tant que peuples, en tant que nations, en tant que familles, lignées et individus qui les composent.

Si vous ne souhaitez pas disparaître, il n'est pas encore trop tard pour qu'un sursaut salvateur se produise enfin, même si l'heure est gravissime. Le temps nous est compté, plus que jamais. Il est minuit moins une, et l'urgence plus que criante. C'est aujourd'hui que nous nous devons de nous faire entendre et de réagir à la juste mesure du péril qui nous guette, tout en faisant nôtre cette célèbre phrase du regretté Dominique Venner : Exister, c'est combattre ce qui me nie.

Le réveil identitaire dont l'impérieuse nécessité se précise aujourd'hui d'un bout à l'autre de l'Europe représentera véritablement, cette fois, une chance pour nos peuples.

Mais sans doute la dernière.

Hans Cany

Sources :
. Présence germanique en France, Hubert Kohler, Editions de L'Aencre, 1998
Les Germains en France, Ludwig Woltmann, Doxa, 2008

23:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, identité & racines, europe |  Facebook | | | |

07/02/2021

LA HAINE QUI TUE LA FRANCE [par Robert Dun]

Germanophobie_4.jpg


Un vieil adage de la sagesse ésotérique affirme que la haine nuit davantage à celui qui hait qu’à celui qui est haï. La haine développée en France depuis 1871 en fournit une éclatante illustration.

L’aveuglement et les bévues de Napoléon durant l’occupation de l’Allema­gne avaient bien semé quelques ressentiments dans un peuple qui ne deman­dait qu’à rallier la cause de la Révolution et de l’Empire. Mais, après 1815, tout fut vite oublié et la France retrouva Outre‑Rhin le prestige acquis au temps de Voltaire.

Par contre la défaite de 1871 déchaîna en France une haine non encore apaisée et qui s’est nourrie de tous les événements survenus depuis. Bien qu’au traité de Francfort Bismarck eut été de la plus extrême modération, la haine nourrie au terreau de la vanité blessée ne cessa d’enfler. La France était aussi totalement vaincue qu’en 1940 et des colonnes allemandes pénétrèrent jusqu’à Roanne. Riche en charbon, l’Allemagne man­quait de fer. Pourtant Bismarck, sans doute l’une des plus nobles figures de l’histoire européenne, se contenta, conformément à sa propre doctrine de l’identité nationale, d’annexer l’Alsace‑Lorraine germanophone, qui avait appartenu au Reich allemand pendant douze siècles, jusqu’au traité de Westphalie, et avait conservé son identité culturelle germanique. Situés en zone francophone, les gisements de minette restèrent à la France. Bis­marck poussa même la chevalerie jusqu’à laisser à la France la région de Belfort, à l’époque pourtant germanophone.

Le premier déchirement dû à la haine de l’Allemagne fut la Commune, so­cialiste certes, mais aussi farouchement anti‑prussienne. Celle‑ci écrasée, la haine ne se calma pas. Elle resurgit dans le boulangisme et surtout dans la déshonorante affaire Dreyfus qui divisa plus profondément la France que ne l’avaient fait les guerres de religion. Il faut bien, le préciser : ce n’est nullement en tant que Juif que Dreyfus suscita la haine de l’armée, c’est à cause de sa sympathie et de son admiration envers l’Allemagne.

La haine gangréna tout l’éventail idéologique. Personne n’aurait osé, com­me jadis Victor Hugo, se proclamer germanophile. Oublieux du fait que républicains et socialistes avaient été les ennemis les plus acharnés de la Prusse, les royalistes chantaient: « A bas la Marianne, la fille à Bismarck. La France est à son roi, la France est à Jeanne d’Arc ». Charles Péguy se proclamera « français parce que chrétien et chrétien parce que français », tandis que Charles Maurras, autre furieux du nationalisme, re­merciait « ce catholicisme romain, qui nous a préservés de devenir chré­tiens ». Tel fut le degré de pagaille idéologique dans lequel la haine de l’Allemagne nous plongea. Maurras traitait de « rusé Sarmate » Nietzsche, à qui il devait une bonne part de ses idées. Au niveau populaire sévissait une propagande revancharde dont la bassesse fait rougir.

Puis vint le complot qui déclencha la première guerre mondiale. complot mené par Poincaré et des fanatiques orthodoxes à l’insu du tsar. L’inter­vention américaine nous permit de paraître vainqueurs et nous reprîmes l’Alsace‑Lorraine. Mais un million trois cent mille soldats français morts, parmi lesquels 80% de paysans, gisaient sous les champs de bataille. Par là nous étions bien plus vaincus qu’en 1871 et la campagne française ne s’est jamais relevée de cette boucherie.

Obligées de sacrifier leur féminité pour remplacer les hommes absents, puis morts ou mutilés. les paysannes prirent la haine de leur condition. et la transmirent à leurs filles qui partirent en ville faire n’importe quel métier, y compris celui du trottoir. Les garçons les plus dégourdis leur emboîtèrent le pas. Autrefois honorée, la condition paysanne devint méprisée. Le péquenaud, le plouc devient l’abruti. Une telle évolution est un véritable suicide national, car il n’est de vrai peuple sans racines paysannes.

Il y eut bien à gauche une timide réaction contre la haine de l’Allema­gne. Mais la propagande venimeuse ne cessa jamais et annonça le véritable océan de calomnies et de mensonges qui sévit depuis plus de 50 ans. Bien qu’on n’ait pu trouver un seul enfant aux mains coupées dans toute la Belgique, la fable des Boches coupeurs de mains d’enfants continua à être répandue avec un inlassable acharnement.

Le résultat fut la seconde guerre mondiale. Là, pour l’honneur du peuple français, il faut reconnaître qu’en 1939 la conviction n’y était plus. Elle ne revint que plus tard et par les plus savantes machinations convergentes des affairistes, des nationalistes et des communistes.

Les excès de mensonges et d’injustices qui suivirent la seconde guerre mondiale firent que la haine gagna une partie de la population allemande pourtant fort peu apte à ce sentiment. Des agents allemands se lancèrent de leur propre initiative dans la destruction des empires coloniaux. On retrouva le Docteur Schacht, ministre de Mossadegh en Iran, von Leers conseiller de Nasser, des SS instructeurs des hommes‑panthères du Kenya, un colonel allemand puissant chef de secte aux Indes. Mais surtout, en Afrique du Nord, il y eut plus de dix mille déserteurs allemands de la Légion qui devinrent de redoutables commandants d’unités dans la révolte algé­rienne. Les tracts, que j’évoque dans “Le grand suicide” et qui incitent les légionnaires allemands à la désertion, ne sont pas de l’invention : je les eus en mains. Et les actions spontanées d’Allemands isolés furent bientôt appuyées par des agents de l’Allemagne de l’Est.

Le résultat vous l’avez sous les yeux : un peuple pourri jusqu’à la moelle, qui continue à donner 23% de voix à Bernard Tapie (après tout, pour­quoi pas ? Il est à peine pire que la moyenne), la culture monopolisée par les gays et les convulsionnaires du désespoir, l’enfance trahie par les enseignants et les parents, névrosée par une douche de musique patholo­gique dont on sait depuis au moins 60 ans qu’elle rend les animaux malades. 1400 zones d’insécurité dans lesquelles la police ne pénètre plus, selon sa Majesté Harlem Désir 17 millions d’étrangers sur notre sol en 1986, 6 millions de chômeurs en attendant plus, le baratin politique le plus cynique qu’on puisse imaginer, des déchaînements de fanatisme dignes des temps de l’Inquisition, 20% d’analphabètes, et j’en oublie certainement ! Le bout sur un fond de politique et de législation que je ne peux quali­fier que de dictature de la haute trahison, liberté de pensée et d’expres­sion bafouées. suppression, de fait du droit de légitime défense, préférence pathologique (typiquement chrétienne) dans tous les domaines. Maintenant on veut désarmer ce qui reste de Français en France. Dans quel but ? Veut‑on nous faire croire que la police ira perquisitionner dans les quartiers à dominante africaine ?

Quand l’horreur aura atteint son comble, l’Oncle Sam interviendra et ses boys seront accueillis en libérateurs… pour la plus grande gloire de Jéhovah !

Robert DUN
Article paru dans la revue L’HOMME LIBRE , fils de la terre, Juin 1997

 

00:51 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : robert dun, europe |  Facebook | | | |