Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2021

Contre l'ethnocide, pour un réveil identitaire européen

Europe_yeux_clairs.jpg

Pourcentages d'yeux de couleurs claires (bleus, gris et verts) en Europe.

 

Dans l'Hexagone actuellement, 40% environ de la population dite "de souche" a des origines franchement germaniques. Chiffre qui monte jusqu'à 70% pour les régions situées au nord de la Loire, ce fleuve constituant de facto une sorte de frontière ethnique depuis plus de 1500 ans.

Cela représente donc à peu près 15 à 18 millions d'individus.
Ce qui est à la fois beaucoup et peu, sur une population globale de 60 millions. D'autant plus que la grande majorité de ces 15 à 18 millions d'individus est complètement amnésique et acculturée, lamentablement dépourvue de toute conscience d'elle-même...

Ce chiffre était de toute évidence beaucoup plus important au Moyen-Âge (que l'on songe notamment à la différence flagrante de densité de population entre la moitié nord et la moitié sud), et tend de plus en plus, surtout depuis deux siècles, à diminuer peu à peu. En cause, le "nomadisme" d'une région à l'autre, avec les inévitables brassages de population qu'il implique, mais aussi et surtout l'immigration extra-européenne galopante, laquelle se poursuit inexorablement depuis près d'un demi-siècle.

Mais il y a ne serait-ce qu'un peu plus de 200 ans, pas moins de 65% des recrues de l'armée napoléonienne avaient les yeux bleus, ce qui est assez révélateur de leur identité ethnique. Si l'on faisait le même type de recensement aujourd'hui au sein de l'armée française, à peine deux siècles plus tard, il y a fort à parier que l'on n'obtiendrait pas exactement le même pourcentage...

A présent, le constat est clair : la composition ethnique de l' Hexagone, comme celle de la Belgique voisine, est en train de changer drastiquement sous les coups de boutoir constants de l' invasion migratoire, dont le caractère massif ne peut plus échapper au moindre observateur attentif. Cette inquiétante constatation s'impose bien évidemment à quiconque jette un regard un tant soit peu objectif autour de lui, dans les rues de nos villes et de nos banlieues.

Depuis longtemps déjà, la France est en pleine dégénérescence, principalement du fait d'un déclin de sa composante germanique originelle. Celle-ci, n'en déplaise à certains négationnistes, est à prendre en considération au même titre que les éléments celtiques et romans/latins dans la substance fondatrice de l'essence nationale, de l'identité profonde de nos peuples.

Compte tenu du Grand Remplacement en cours supervisé par nos "élites" politiques criminelles de tous bords, du caractère irrémédiable de la modification organique insidieuse qu'il implique, et donc de la menace de disparition pure et simple qu'il induit pour nous, notre devoir à tous, ne serait-ce que par simple instinct élémentaire de conservation, est d'entrer en dissidence ouverte, en résistance active comme passive. Il nous faut combattre cette agression d'une ampleur sans précédent historique, mais sans jamais, toutefois, lâcher la proie pour l'ombre.

Ne perdons jamais de vue le fait qu'il ne sert à rien de ne s'attaquer qu'aux conséquences les plus visibles et les plus tangibles de ce processus mortifère, si l'on néglige dans le même temps d'en identifier et d'en combattre les causes réelles et profondes, les véritables instigateurs. Car ceux-ci ne sont pas nécessairement des éléments allogènes ou étrangers, même s'ils se font les agents zélés de l'idéologie mondialiste qui nous menace tous, par le biais d'un libéralisme se présentant de manière interchangeable comme "démocrate", "républicain" ou "progressiste". Les masques de ses chantres, de droite comme de gauche, tombent un par un, puisqu'ils ne sont en réalité tous que les serviteurs d'un seul et même Système. Qu'aucun d'entre nous ne se laisse plus berner, à l'avenir, par les boniments de tous ces traîtres. Il en va carrément de notre survie et de notre pérennité en tant que peuples, en tant que nations, en tant que familles, lignées et individus qui les composent.

Si vous ne souhaitez pas disparaître, il n'est pas encore trop tard pour qu'un sursaut salvateur se produise enfin, même si l'heure est gravissime. Le temps nous est compté, plus que jamais. Il est minuit moins une, et l'urgence plus que criante. C'est aujourd'hui que nous nous devons de nous faire entendre et de réagir à la juste mesure du péril qui nous guette, tout en faisant nôtre cette célèbre phrase du regretté Dominique Venner : Exister, c'est combattre ce qui me nie.

Le réveil identitaire dont l'impérieuse nécessité se précise aujourd'hui d'un bout à l'autre de l'Europe représentera véritablement, cette fois, une chance pour nos peuples.

Mais sans doute la dernière.

Hans Cany

Sources :
. Présence germanique en France, Hubert Kohler, Editions de L'Aencre, 1998
Les Germains en France, Ludwig Woltmann, Doxa, 2008

23:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, identité & racines, europe |  Facebook | | | |

07/02/2021

LA HAINE QUI TUE LA FRANCE [par Robert Dun]

Germanophobie_4.jpg


Un vieil adage de la sagesse ésotérique affirme que la haine nuit davantage à celui qui hait qu’à celui qui est haï. La haine développée en France depuis 1871 en fournit une éclatante illustration.

L’aveuglement et les bévues de Napoléon durant l’occupation de l’Allema­gne avaient bien semé quelques ressentiments dans un peuple qui ne deman­dait qu’à rallier la cause de la Révolution et de l’Empire. Mais, après 1815, tout fut vite oublié et la France retrouva Outre‑Rhin le prestige acquis au temps de Voltaire.

Par contre la défaite de 1871 déchaîna en France une haine non encore apaisée et qui s’est nourrie de tous les événements survenus depuis. Bien qu’au traité de Francfort Bismarck eut été de la plus extrême modération, la haine nourrie au terreau de la vanité blessée ne cessa d’enfler.

La France était aussi totalement vaincue qu’en 1940 et des colonnes allemandes pénétrèrent jusqu’à Roanne. Riche en charbon, l’Allemagne man­quait de fer. Pourtant Bismarck, sans doute l’une des plus nobles figures de l’histoire européenne, se contenta, conformément à sa propre doctrine de l’identité nationale, d’annexer l’Alsace‑Lorraine germanophone, qui avait appartenu au Reich allemand pendant douze siècles, jusqu’au traité de Westphalie, et avait conservé son identité culturelle germanique. Situés en zone francophone, les gisements de minette restèrent à la France. Bis­marck poussa même la chevalerie jusqu’à laisser à la France la région de Belfort, à l’époque pourtant germanophone.

Le premier déchirement du à la haine de l’Allemagne fut la Commune, so­cialiste certes, mais aussi farouchement anti‑prussienne. Celle‑ci écrasée, la haine ne se calma pas. Elle resurgit dans le boulangisme et surtout dans la déshonorante affaire Dreyfus qui divisa plus profondément la France que ne l’avaient fait les guerres de religion. Il faut bien, le préciser : ce n’est nullement en tant que Juif que Dreyfus suscita la haine de l’armée, c’est à cause de sa sympathie et de son admiration envers l’Allemagne.

La haine gangréna tout l’éventail idéologique. Personne n’aurait osé, com­me jadis Victor Hugo, se proclamer germanophile. Oublieux du fait que républicains et socialistes avaient été les ennemis les plus acharnés de la Prusse, les royalistes chantaient: « A bas la Marianne, la fille à Bismarck. La France est à son roi, la France est à Jeanne d’Arc ». Charles Péguy se proclamera « français parce que chrétien et chrétien parce que français », tandis que Charles Maurras, autre furieux du nationalisme, re­merciait « ce catholicisme romain, qui nous a préservés de devenir chré­tiens ». Tel fut le degré de pagaille idéologique dans lequel la haine de l’Allemagne nous plongea. Maurras traitait de « rusé Sarmate » Nietzsche, à qui il devait une bonne part de ses idées. Au niveau populaire sévissait une propagande revancharde dont la bassesse fait rougir.

Puis vint le complot qui déclencha la première guerre mondiale. complot mené par Poincaré et des fanatiques orthodoxes à l’insu du tsar. L’inter­vention américaine nous permit de paraître vainqueurs et nous reprîmes l’Alsace‑Lorraine. Mais un million trois cent mille soldats français morts, parmi lesquels 80% de paysans, gisaient sous les champs de bataille. Par là nous étions bien plus vaincus qu’en 1871 et la campagne française ne s’est jamais relevée de cette boucherie.

Obligées de sacrifier leur féminité pour remplacer les hommes absents, puis morts ou mutilés. les paysannes prirent la haine de leur condition. et la transmirent à leurs filles qui partirent en ville faire n’importe quel métier, y compris celui du trottoir. Les garçons les plus dégourdis leur emboîtèrent le pas. Autrefois honorée, la condition paysanne devint méprisée. Le péquenaud, le plouc devient l’abruti. Une telle évolution est un véritable suicide national, car il n’est de vrai peuple sans racines paysannes.

Il y eut bien à gauche une timide réaction contre la haine de l’Allema­gne. Mais la propagande venimeuse ne cessa jamais et annonça le véritable océan de calomnies et de mensonges qui sévit depuis plus de 50 ans. Bien qu’on n’ait pu trouver un seul enfant aux mains coupées dans toute la Belgique, la fable des Boches coupeurs de mains d’enfants continua à être répandue avec un inlassable acharnement.

Le résultat fut la seconde guerre mondiale. Là, pour l’honneur du peuple français, il faut reconnaître qu’en 1939 la conviction n’y était plus. Elle ne revint que plus tard et par les plus savantes machinations convergentes des affairistes, des nationalistes et des communistes.

Les excès de mensonges et d’injustices qui suivirent la seconde guerre mondiale firent que la haine gagna une partie de la population allemande pourtant fort peu apte à ce sentiment. Des agents allemands se lancèrent de leur propre initiative dans la destruction des empires coloniaux. On retrouva le Docteur Schacht, ministre de Mossadegh en Iran, von Leers conseiller de Nasser, des SS instructeurs des hommes‑panthères du Kenya, un colonel allemand puissant chef de secte aux Indes. Mais surtout, en Afrique du Nord, il y eut plus de dix mille déserteurs allemands de la Légion qui devinrent de redoutables commandants d’unités dans la révolte algé­rienne. Les tracts, que j’évoque dans “Le grand suicide” et qui incitent les légionnaires allemands à la désertion, ne sont pas de l’invention : je les eus en mains. Et les actions spontanées d’Allemands isolés furent bientôt appuyées par des agents de l’Allemagne de l’Est.

Le résultat vous l’avez sous les yeux : un peuple pourri jusqu’à la moelle, qui continue à donner 23% de voix à Bernard Tapie (après tout, pour­quoi pas ? Il est à peine pire que la moyenne), la culture monopolisée par les gays et les convulsionnaires du désespoir, l’enfance trahie par les enseignants et les parents, névrosée par une douche de musique patholo­gique dont on sait depuis au moins 60 ans qu’elle rend les animaux malades. 1400 zones d’insécurité dans lesquelles la police ne pénètre plus, selon sa Majesté Harlem Désir 17 millions d’étrangers sur notre sol en 1986, 6 millions de chômeurs en attendant plus, le baratin politique le plus cynique qu’on puisse imaginer, des déchaînements de fanatisme dignes des temps de l’Inquisition, 20% d’analphabètes, et j’en oublie certainement ! Le bout sur un fond de politique et de législation que je ne peux quali­fier que de dictature de la haute trahison, liberté de pensée et d’expres­sion bafouées. suppression, de fait du droit de légitime défense, préférence pathologique (typiquement chrétienne) dans tous les domaines. Maintenant on veut désarmer ce qui reste de Français en France. Dans quel but ? Veut‑on nous faire croire que la police ira perquisitionner dans les quartiers à dominante africaine ?

Quand l’horreur aura atteint son comble, l’Oncle Sam interviendra et ses boys seront accueillis en libérateurs… pour la plus grande gloire de Jéhovah !

Robert DUN
Article paru dans la revue L’HOMME LIBRE , fils de la terre, Juin 1997

 

00:51 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : robert dun, europe |  Facebook | | | |