Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2011

"Grande Picardie" et...petite Picardie !

france-picardie.gifOn connaissait déjà les partisans de la prétendue "Grande Picardie", qui réduisent l'identité picarde à une expression linguistique, et qui sous prétexte que les divers patois "ch' tis" sont des formes dialectales de la langue picarde, voudraient nous faire croire que l'ensemble des gens du "Nord de la France" ne seraient autres que des...Picards !
Une démarche confusionniste dans laquelle la notion de Picardie perd alors tout son sens, puisqu'elle est étendue bien au-dela des limites géographiques de la région historique, niant du même coup la spécificité de l' identité des Artésiens, des Flamands, des Hennuyers etc, en les plaçant sous l' étiquette aussi vague qu'indifférenciée de "gens du Nord", voire pire encore, de "Nordistes" (sic) ou de "Ch'tis" (re-sic)...

Mais connaissez-vous aussi l'existence de ces autres négationnistes, que je n'hésiterai pas à qualifier, à l'inverse, de partisans de la "Petite Picardie" ?...
Un livre couramment présenté comme ouvrage de référence sur l'histoire de nos régions illustre assez bien cette tendance, laquelle relève tout autant du parisianisme forcené que du chauvinisme amiènois bon teint.
Il s'agit d' "HISTOIRE DU NORD" de Pierre Pierrard (Hachette, 1978), qui entend précisément retracer l'histoire de la Flandre, de l' Artois, du Hainaut, et de la Picardie.
A priori, on pourrait considérer comme un point plutôt positif le fait que l'auteur prenne en considération la Picardie comme faisant partie intégrante des provinces du "Nord". Pourtant, d'entrée de jeu, le lecteur devra déchanter.
Dès la première page précédant l'avant-propos nous est en effet présentée une carte des régions concernées, mais sur laquelle la Picardie est réduite à la seule vallée de la Somme : la région se retrouve ainsi purement et simplement amputée des départements de l' Oise et de l' Aisne, sans autre forme de procès !...
L'explication de ce réductionnisme incongru se trouve dans l'avant-propos. Apportant de l'eau au moulin de ceux qui ont toujours voulu faire de la Picardie une dépendance de l' Ile de France voire une "grande banlieue de Paris", l'auteur ne craint pas de justifier cet ostracisme avec le plus grand sérieux par...le sens des cours d'eau !!!

Extrait pour le moins révélateur :

"La Somme n'est que la partie occidentale de la Picardie : il est vrai que son axe naturel, la rivière de Somme, la tourne vers la mer, alors que l' Aisne et l' Oise coulent vers Paris, si bien que les deux départements qui portent leur nom sont plus liés à l'Ile de France qu'au Nord."

Et hop ! , voila donc l'art et la manière d'éluder la question à peu de frais et de façon fort commode, en une seule phrase lapidaire. Exit, donc, l'Oise et l'Aisne : circulez, y'a rien à voir !
En vertu d'un tel raisonnement, on pourra tout aussi bien déduire que les régions du centre de la France traversées par le cours de la Loire sont elles aussi "tournées vers la mer", qu'elles sont de surcroit peuplées de Charentais et d' Aquitains, puisque la Loire se jette dans l' Atlantique... Enfin passons.
Mais quid des peuples fondateurs du Beauvaisis et du Soissonnais ? Vous savez, ces peuples belges qu'étaient les Bellovaques et les Suessions, lesquels ont légué rien moins que leurs noms aux régions de la Gaule Belgique qu'ils occupaient ?... Eh bien là encore, la question est évacuée de façon fort simple, puisque l'auteur n'hésite pas un seul instant, conformément à la vulgate académique, à nier la germanité de TOUS les Belges, pour ne voir en eux QUE des Celtes, et donc au final...des Gaulois "comme les autres" !
Voila comment la chose est avancée sur un ton des plus péremptoires :

"Le dernier flot d'invasion des Celtes continentaux -celle (sic) qui intéresse particulièrement la région du Nord- est celle (re-sic) des Belges, à partir de 300 et peut-être jusqu'en 150 av. JC. Ils sont bien celtes, bien que César les ait crus germains."


Un semblant d'argument plus ou moins convaincant pour étayer une telle affirmation ? Que nenni, c'est comme ça et puis c'est tout !

Dans une optique réductionniste similaire, mais semble-t-il davantage inspirée par un esprit de clocher lui faisant voir la Somme comme la seule et unique "vraie Picardie", mentionnons également l' écrivain et poète Jacques Béal, par ailleurs éminent journaliste chez le très conformiste, très institutionnel et très aseptisé "COURRIER PICARD".
Pour Monsieur Béal, auteur assez prolifique d'ouvrages se consacrant dans leurs titres à la Picardie, seuls ont en fait droit de cité l' Amiènois, la vallée de la Somme, la baie de Somme, et donc la Picardie maritime où il a d'ailleurs élu domicile. La Picardie intérieure, celle de l' Oise et de l' Aisne ? A la trappe, elles ne font visiblement pas partie des préoccupations de cet "amoureux de la région" !

Moralité, à la lumière de semblables exemples et compte tenu de l'attitude des "gens de lettres" et autres historiens officiels qui prétendent pourtant s'en réclamer, il apparait hélas clair qu'un long chemin reste à parcourir dans l' affirmation de l'identité picarde, qui à ce tarif-là n'est pas près de s'affranchir de la tutelle parisienne ni de celle des sectateurs de la "Petite Picardie"...

A méditer.

 

Hans CANY

 

flag-picardie-mixer-flagge-80x134.gif

 

22:27 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, identité & racines |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.