Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2011

Interview de Saïf Al-Islam Kadhafi, parue dans "Le Monde"

 

Puisse Saïf Al-Islam ne pas se tromper. Je l'espère de tout coeur.

________________________

 

 

Saïf Al-Islam, fils du colonel Mouammar Kadhafi

"Avec l'OTAN ou sans l'OTAN, les rebelles vont perdre" en Libye

LEMONDE | 04.07.11 | 13h58  •  Mis à jour le 04.07.11 | 14h30


 

Saïf Al-Islam, ici à Tripoli en mars, est le deuxième fils du Guide libyen.

 

Tripoli Envoyé spécial - Parmi les enfants de Mouammar Kadhafi, Saïf Al-Islam avait l'ambition d'être le réformateur de la Libye. Le deuxième fils du Guide libyen a vécu et étudié à l'étranger, lancé de grands travaux de transformation des villes libyennes. Lorsqu'a éclaté la contestation armée, en février, l'ingénieur de formation a sidéré la planète par une allocution télévisée où il promettait de continuer la guerre contre les rebelles de l'est libyen, le Conseil national de transition (CNT), "jusqu'au dernier homme, jusqu'à la dernière femme, jusqu'à la dernière balle."

Quatre mois plus tard, Saïf Al-Islam Kadhafi, l'ex-"jet-setter", joue un rôle clef à Tripoli. En raison des frappes de l'OTAN, il reste discret sur ses déplacements mais, en cet après-midi, il est allé "nager dans la mer". Depuis le 20 juin, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), comme son père et le chef des services de renseignements libyens.

 

Vous sentez-vous visé par les frappes de l'OTAN ?

L'OTAN a bombardé ma propre maison, le bureau de mon père, sa tente et d'autres endroits où ils pensent mon père pourrait se trouver. Ils essayent de le tuer de toutes leurs forces. Ce qui montre que ce sont des gangsters, un groupe de criminels. Je ne crois pas que la résolution (1973) du Conseil de sécurité dise : "Vous devez tuer Monsieur Kadhafi", ou tuer mon frère (Saïf Al-Arab, le plus jeune des fils de Mouammar Kadhafi, tué par un bombardement de l'OTAN avec sa famille en mai), ou tuer les enfants de Libye.

Comment vivez-vous les poursuites de la CPI ?

Il y a deux mois, on nous appelait de plusieurs pays, en nous disant : "Si vous partez en exil, on fera cesser les poursuites. On réglera ça." Ça signifie que ce n'est pas un véritable tribunal. C'est un outil pour nous mettre sous pression. Mais on pense plus à la bataille en cours, pour l'instant, qu'à la CPI. Dieu est avec nous, on va se battre, et on gagnera. Ils (le Conseil national de transition (CNT), les rebelles) sont du côté du Mal. Ils commettent des horreurs. Benghazi est comme Mogadiscio, avec des terroristes partout.

Vous dites "ils" pour qualifier le CNT. Vous ne souhaitez pas les qualifier de rebelles ?

Je les appelle plutôt des rats. Ils n'ont aucune chance de prendre le contrôle de la Libye par le biais de l'OTAN et de la France. Les rats sont très fiers d'eux-mêmes. Ils n'étaient personne. Maintenant, ils sont reçus à l'Elysée, au 10 Downing Street, chez Obama. Il y a des avions, des sous-marins qui font la guerre pour eux. C'est comme au cinéma, mais le peuple ne les soutient pas. Un jour, vous vous souviendrez de ce que je vous dis : les rats n'ont strictement aucune chance de contrôler ce pays. Ce sont des traîtres. Ils travaillent avec des Européens, des Américains, d'autres encore pour bombarder leur propre peuple.

Il y a aussi des pays africains qui soutiennent le CNT.

La France a ses valets en Afrique. Ils ne vénèrent pas Dieu, ils vénèrent l'Elysée. Certains ont leurs raisons. Abdoulaye Wade (le président sénégalais) a reçu 20 millions d'euros pour son fils (Karim, son possible successeur). C'est le Qatar qui a payé, nos espions nous disent tout. Mais nous avons de nombreux amis sur le continent.

Il y avait à l'origine de cette crise un mouvement de contestation du pouvoir en Libye.

Les véritables enjeux sont l'argent, l'argent, l'argent et le pétrole. Personne ne soutient les rebelles en Syrie, par exemple. Mais ici, il y a du pétrole. La Libye est un gigantesque gâteau que les pays (étrangers) veulent se partager. Ça suffit, on n'est pas dans un bazar. On fait couler le sang des gens pour pouvoir signer ces contrats.

Nicolas Sarkozy avait reçu Mouammar Kadhafi à Paris en 2007. A présent, la France soutient le CNT. Que s'est-il passé ?

On considérait M. Sarkozy comme notre meilleur ami en Europe. La relation qu'il avait avec mon père était tellement spéciale. Nous avions même des liens avec son ex-femme. Nous avions une sorte de relation familiale avec lui. En une nuit, il a changé d'avis. Nous avons entendu qu'il était fâché parce que nous n'avons pas signé beaucoup de contrats avec la France. On n'a pas acheté le Rafale. Le Brésil et Abou Dhabi ne l'ont pas acheté non plus. Est-ce que la France va les bombarder aussi ? Mais il reste une chance pour restaurer cette amitié. Si vous continuez à nous bombarder, vous n'obtiendrez rien. Mais les rebelles ne l'emporteront jamais. Pétrole, Rafale, contrats : fini ! Total ? Fini ! Quant à ces gens (les rebelles), bientôt ils vont disparaître. Si vous voulez faire des affaires en Libye, vous devriez venir à la bonne adresse (Tripoli). Là, vous traitez avec les mauvais interlocuteurs.

On se bat toujours sur les fronts...

Les rebelles ne sont que quelques centaines de combattants, huit cents ou mille à l'échelle du pays. Ils sont relativement forts parce qu'ils ont l'OTAN qui se bat pour eux, avec l'argent, les médias, les armes, les (hélicoptères) Apache. Les Tornado, les Rafale, le Charles-de-Gaulle. La VIe flotte (américaine), les Awacs. Ce n'est pas une plaisanterie, tout ceci. Si vous soutenez Mickey Mouse avec de tels moyens, Mickey Mouse sera quelque chose en Libye ! En dépit de cela, ils perdent du terrain tous les jours.

Que se passerait-il si l'OTAN arrêtait ses frappes ? Vous arrêteriez la guerre ?

Avec l'OTAN ou sans l'OTAN, et même si le diable vient faire la guerre avec les rebelles, ils vont perdre ! Les Américains ont soutenu le Sud Vietnam pendant longtemps, à la fin ils ont dû partir en courant. Aujourd'hui même, les Américains essayent de faire plaisir aux talibans en Afghanistan et négocier avec eux. Les Mirage 2000 sont envoyés depuis la Corse, les Tornado anglais depuis la Sicile. Ils font des missions depuis l'Europe pour bombarder un Land Cruiser (un 4×4) en Libye et ils retournent sur leur base. Vous pensez qu'ils vont contrôler la Libye en s'y prenant de cette manière ? Ce sont les gens sur le terrain qui vont l'emporter.

L'opération de l'OTAN est particulièrement stupide, mal préparée. Tout a été fait dans la hâte. Une campagne fast-food, une campagne McDonald's. Nous, nous avons notre armée. Nous avons plus de munitions, plus d'armes. Le moral est au plus haut. Les autres sont de plus en plus faibles.

Les possibilités de négociation qui se dégagent peuvent-elles mettre fin au conflit ?

Vous voulez la paix ? On est prêts. Vous voulez la démocratie ? On est prêts. Vous voulez des élections ? On est prêts. Vous voulez que la Libye devienne comme la Suisse ? On est prêts. Vous voulez une nouvelle Constitution ? On est prêts. Vous voulez la guerre ? On est prêts aussi. On est prêts pour toutes les options.

Moi, j'aime la démocratie. Je veux que la Libye soit la Suisse ou l'Autriche du Moyen-Orient. Je veux que nous ayons une économie moderne, une démocratie moderne, avec la liberté, des élections. Mais si vous voulez la guerre, nous adorons nous battre ! Jusqu'à la mort. Laissez les Libyens décider. S'ils veulent une monarchie, une république, ou tout ce qu'on peut imaginer.

Quelles sont les chances de voir aboutir les négociations qui s'annoncent ?

Laissez-nous organiser des élections, avec des observateurs du monde entier, de manière transparente.

Des élections pour quoi exactement ? A quel niveau ?

A tous les niveaux. Il suffit de demander. On peut mettre en place un gouvernement de transition avec des technocrates de tout le pays, pour la transition, pendant trois ou quatre mois. Ensuite on établit une nouvelle Constitution. Les élections suivent tout de suite et ce sera le retour à la paix. Libye n'est pas l'Irak. Les enfants pourront retourner à l'école, on voyagera, on ira se baigner dans la mer, on fera des affaires, point final. Nous sommes cinq millions, on est riches, on peut s'entendre. Ce n'est compliqué qu'à cause des autres, de l'OTAN, de la France, Royaume-Uni, Italie, Amérique, Turquie et Qatar.

Jugera-t-on les crimes commis ?

A Benghazi, ils font des horreurs, et on les appelle "combattants de la liberté". On a accusé Kadhafi d'avoir bombardé Tripoli. Il n'y a aucune preuve. Où sont les victimes ? Cette fois, ils viennent avec une nouvelle histoire : les viols. On viole les femmes et on prend du Viagra (distribué aux combattants). C'est un vrai film ! Et là, encore une autre histoire : nous serions prêts à attaquer avec des armes chimiques. Tout ceci pour rendre la situation "sexy". Comme on l'avait fait pour les armes de destruction massives de Saddam Hussein.

Ce pays a-t-il besoin d'un président (il n'y en a pas dans l'état actuel) ?

Non, ce pays a besoin de pouvoirs locaux très forts, avec un système fédéral.

Quelle peut être dans ce cas la place du Guide, votre père ?

Mon père ne fait pas partie des négociations. C'est un conflit libyen, avec des Libyens et des traîtres, des milices, des terroristes. Vous pensez qu'on peut trouver une solution qui ne l'implique pas ? Non, c'est impossible.

Propos recueillis par Jean-Philippe Rémy Article paru dans l'édition du 05.07.11




MES COMMENTAIRES PERSONNELS (Hans Cany) :

"On peut mettre en place un gouvernement de transition avec des technocrates de tout le pays, pour la transition, pendant trois ou quatre mois. Ensuite on établit une nouvelle Constitution. Les élections suivent tout de suite et ce sera le retour à la paix."
===> En même temps, ce qu'il propose là m'inquiète un peu... En tant que fervent partisan, pur et dur, du système de la Jamahiriya, je ne supporte pas l'idée qu'on puisse revenir sur un de ses principes fondamentaux (démocratie directe, pas d'élections de "représentants" à la manière occidentale, pas de constitution etc). J'ose espérer qu'il ne s'agit là que de propos "diplomatiques", et que même si élections il y a, ça ne foutra pas tout par terre. De toutes façon, vu que 50 à 70% des Libyens soutiennent Kadhafi à fond, je pense qu'on pourrait quand même prendre ce risque, histoire de démontrer la chose au reste du monde. M'est avis que les résultats d'une telle élection en surprendraient plus d'un...^^

Là où en revanche je le rejoins pleinement (Saïf Al-Islam fait figure de réformateur), c'est lorsqu'il prône la mise en place du fédéralisme en Libye, avec beaucoup de démocratie locale. Excellente suggestion, qui rejoint pleinement mes propres idées. C'est justement ça que je trouvait qu'il manquait encore à la Jamahiriya libyenne : le fédéralisme.

H.C.



14:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : géopolitique et politique internationale, libye |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.