Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2013

Bretagne : Bonnets rouges, oui. Mais encore ?...

 

bonnets_rouges_2.jpg

C'était à prévoir. Il aura donc suffi que le gouvernement hexagon "suspende" provisoirement la mise en application de la très contestée "Ecotaxe", et qu'il jette, tel un os à ronger,  un prétendu "pacte d'avenir" au molosse breton, pour que celui-ci accepte de reprendre le collier, et retourne docilement à sa niche. Le mouvement de masse surmédiatisé des "bonnets rouges" ne fait plus la une de l'actualité. Il a fait long feu, il s'essouffle. Oubliée, la Fronde populaire. Terminées, les manifestations de masse et les destructions de portiques. Déjà passés de mode, les incendies de radars routiers, expression d'une révolte légitime contre le racket institutionnalisé par l'Etat français. Et, même s'il convenait de ne se faire aucune illusion quant à cet énième feu de paille, force est de faire un amer constat.

Ce  triste constat, c'est que les masses populaires bretonnes restent profondément chloroformées. Le conditionnement colonial, l'amnésie programmée, l'abrutissement social et l'aliénation culturelle ont fait d'effroyables ravages. Le peuple breton, dans sa majorité, n'a encore qu'une conscience nationale fort limitée, ce qui le confine en quasi permanence à la myopie. Il ne consent à se soulever, périodiquement et de façon éphémère, que dans un cadre toujours bien délimité. Et surtout  sans jamais sortir de l'ornière imposée par la République jacobine. S'il se révolte sporadiquement, en brave peuple prolétaire, ce sera toujours sur la base de motivations d'ordre économique, et ceci dans un cadre plus ou moins corporatiste. Ici, ce sera contre le matraquage fiscal. Là, pour la sauvegarde du sacro-saint emploi dans la "région". Etc.

Jamais il ne fait preuve d'une vision plus large, d'une analyse et d'une compréhension plus globales des causes qui sont directement ou indirectement à l'origine des effets contre lesquels il s'insurge. Alors bien sûr, ici ou là, on pourra se réjouir d'entendre quelques individus, visiblement un peu plus lucides que la masse indifférenciée de leurs compatriotes, dénoncer le "centralisme parisien". Faute de mieux, c'est là le signe qu'au moins, tout ne semble pas irrémédiablement perdu. Les braises de Breizh sont là, toujours rougeoyantes. Aux esprits les plus éveillés -que nous voulons heureusement croire de plus en plus nombreux- de les entretenir comme il se doit, et de faire en sorte qu'à terme, la flamme éternelle de la Nation bretonne rejaillisse pleinement.


Les nationaux-anarchistes, bien qu'évidemment solidaires des mouvements de protestation populaires anti-fiscaux, insistent vigoureusement sur le fait que ce type de protestation ne saurait se suffire en soi.
Les nationaux-anarchistes, de toutes nations et de toutes régions, encouragent le peuple breton à reprendre pleinement conscience de lui-même, et à réaliser que les seules solutions d'avenir valables pour sa nation colonisée sont à rechercher du côté de ce que l'Occupant lui a toujours présenté mensongèrement comme des options soi-disant "irréalistes" et "extrémistes". Ces solutions passent au minimum par le régionalisme, et au mieux par l'autonomisme, voire par l'indépendance pure et simple. Mais dans tous les cas -et surtout- dans un contexte fédéral intégral, interne comme externe. Il ne faut en aucun cas reproduire les tares de l'Etat-Nation jacobin. Ensemble, sans faiblesse et avec détermination, luttons pour une Bretagne libre, fédérale, fédérée et autonome.

Hans CANY
A.N-A_bzh.jpg

16:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, fédéralisme, national-anarchisme, identité & racines |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.