Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2015

Impôts, taxes : A quand la grande révolte des "contribuables" ?

Pierre-Joseph Proudhon l'avait déjà résumé en 1860, en une formule demeurée célèbre : "Ce nom depuis tant de siècles odieux et maudit : l'impôt." C'en est devenu le plus évident de tous les lieux communs. Qui, au cours de sa vie, n'a jamais pesté contre le paiement de ses impôts ?
Seulement, le sujet est bien trop grave pour ne se solder que par quelques traditionnelles et bien désuètes bougonneries.


Car au-delà des contestations routinières qui consistent à se plaindre tantôt du taux d'imposition, tantôt du champ d'application de la taxe, c'est en réalité le principe même de nombre de ces prélèvements obligatoires qu'il convient de remettre radicalement en question.

La TVA, que tout un chacun, puissant comme misérable, doit payer sur absolument tout ce qu'il achète, des biens de consommation quotidiens jusqu'aux articles de grand luxe, en tant que "Taxe sur la Valeur ajoutée", n'est rien de moins qu'une taxe visant les marges bénéficiaires des commerçants et prestataires de tous poils. Outre le fait qu'en soi, le principe même d'un tel impôt, nuisible à la liberté d'entreprendre, plombe la vie économique et est des plus contestables, le comble de l'injustice est atteint lorsque l'on prend conscience du fait que le coût de cette TVA  est répercuté sur le prix de vente. De sorte qu'au final, cet impôt censé taxer les bénéfices est en fait payé par...l'acheteur ou consommateur !
C'est en vertu de ce principe d'une simplicité confondante que la TVA joue un rôle majeur dans l'inflation, et que son impact sur le sacro-saint pouvoir d'achat des ménages est considérable.


La prétendue "taxe d'habitation" et l'ignoble taxe dite foncière, elles, ont pour objet de rendre payant ce qui est théoriquement censé relever du droit inaliénable et fondamental de tout citoyen. Ces deux "taxes", dignes héritières du scandaleux impôt sur les "portes et fenêtres" de l'Ancien Régime, consistent en effet, tout bonnement, à faire payer -et au prix fort- le simple fait d'habiter sous un toit ! Peu importe que vous ayiez la chance de posséder le logement et les terrains que vous occupez, ou que cette acquisition soit l'aboutissement de longues années de labeur et de sacrifices personnels. Vous devrez vous acquitter à ce titre d'une rançon conséquente, à laquelle s'ajoutera en sus l'inique "taxe d'habitation", qui frappe de façon arbitraire et inégale  tous les citoyens, même les locataires les plus modestes, en fonction de la commune où ils résident.
Et si vous ne payez pas, "ils" ont tout prévu : les "pénalités de retard", les saisies, et même jusqu'à l'expulsion, voire l'expropriation ! Comment est-il donc simplement possible  qu' à notre époque, si peu de gens soient encore conscients de l'abjection que représente l'existence même de ces "taxes" ? Même les allocataires de minimas sociaux s'y  retrouvent aujourd'hui assujettis. Faire payer le droit d'habiter sous un toit !! Certaines révolutions ont pourtant éclaté pour moins que ça...


La soi-disant "Cotisation Foncière des Entreprises", qui là encore frappe arbitrairement tous les commerçants et artisans, et dont le montant est aussi fixé ici en fonction de leur commune de résidence. Cet "impôt", qui relève davantage du vol qualifié que d'autre chose, remplace de facto la "Taxe professionnelle" prétendument abolie par Sarkozy. Mais comme dans bien des cas, "ils" reprennent donc d'une main ce qu'ils font mine de donner de l'autre. Le prétexte invoqué pour justifier l'existence de cette ignoble "CFE", c'est le fait de taxer les locaux dans lesquels un quelconque entrepreneur exerce son activité, qu'il s'agisse d'un magasin, d'un atelier ou autre, et que l'entrepreneur en question soit propriétaire ou locataire desdits locaux. Pire encore : s'il ne dispose d'aucun local spécifique, se contentant, par exemple, d'exercer son activité à partir de son domicile personnel, la "CFE" s'appliquera par conséquent à ce domicile personnel, et revient donc à lui imposer une seconde "taxe d'habitation" : les mêmes locaux sont ainsi taxés deux fois, voire trois fois s'il en est l'heureux propriétaire !!
Ajoutons à cela que le comble de l'infamie a été atteint lorsque l'exonération de cette "CFE", pour les "sans-dents" que sont les auto-entrepreneurs, a été abrogée fin 2014. Depuis le 1er janvier 2015, aussi aberrant et scandaleux que cela puisse paraître, les auto-entrepreneurs, qui sont dans la presque totalité des cas  des gens désargentés, ne réalisant que peu ou pas de chiffre d'affaire et qui ne disposent bien évidemment d'aucun local dédié à l'exercice de leur activité, se retrouvent donc eux aussi soumis à ce véritable racket institutionnalisé. Pour peu qu'il s'agisse d'allocataires du RSA, donc sans réelles ressources, on ne leur impose pas moins et la "taxe d'habitation", et la "CFE", dont on imagine mal comment ils pourraient s'acquitter, compte tenu de leurs revenus.

La liste des impôts et taxes totalement injustes et injustifiables dans leur essence même serait pour le moins fastidieuse à établir. Que l'on songe par exemple à la prétendue "Redevance audiovisuelle", dont le but est de financer la propagande médiatique, ainsi qu'une colossale entreprise permanente d'abrutissement des masses. Mais  que l'on songe aussi au Contrôle Technique obligatoire -et bien entendu payant, au prix fort- pour tous les véhicules de plus de quatre ans d'existence. Au RSI, qui fait de la vie de millions de travailleurs indépendants un véritable enfer. Aux "droits de succession", qui vous font acheter le droit d'hériter de vos proches.  Ou encore aux multiples "frais de gestion", "de dossier", frais administratifs divers, amendes et autres pénalités, qui ne sont jamais que des impôts déguisés, uniquement destinés à vous détrousser encore et toujours davantage, pour le plus grand profit de l'oligarchie parasitaire qui prétend vous gouverner. Car le butin qu'elle amasse ainsi ferait pâlir de jalousie les plus tristement célèbres figures du grand banditisme et de la Mafia.

Nous n'avons que faire, aujourd'hui, des organismes "respectables" qui prétendent défendre les intérêts des contribuables en usant d'une rhétorique mesurée, policée, consensuelle et aseptisée, toujours prompts à capituler, à se résigner aux plus honteuses et aux plus humiliantes compromissions. Ces organismes ne nous représentent aucunement, et il y a bien longtemps déjà que plus personne ne se fait d'illusions déplacées à leur sujet. Face au racket administratif et étatique généralisé, face à ce qu'il faut bien qualifier de crime en bandes organisées, c'est à l'émergence d'une nouvelle génération de résistants à l'ignominie que les temps appellent. Une nouvelle génération de résistants qui ne craindra pas de remettre radicalement en question l'existence même de l'infamie, ni de sortir, au besoin, du cadre de la "légalité" établie. Car lorsque l'injustice, la négation du droit et l'inacceptable se font loi, l'insoumission et la révolte deviennent le premier devoir de tout citoyen libre et éveillé.

Hans CANY

 

taxation-vol_1.jpg

 

 

 

12:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.