Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2016

Mars, mois de tous les dangers ?

Mars_1_rouge.JPG

 Identifié à l'Arès grec,  Mars, qui fut pour la Rome antique le terrible dieu de la guerre offensive et de la destruction, a légué son nom au mois qui lui était traditionnellement consacré. Dans l' ancien calendrier romain, ce mois, ainsi placé sous le patronage du cruel et impitoyable fils de Jupiter, ouvrait la nouvelle année.
De par les vertus guerrières qu'il incarnait, Mars, qui en outre personnifiait la force brutale et l'intrépidité, faisait évidemment l'objet d'une popularité et d'une dévotion toutes particulières au sein des légions, et le mois qui porte son nom était souvent choisi pour lancer des offensives militaires. Celles-ci étaient alors censées avoir les meilleures chances d'être rapidement couronnées de succès, quel qu'en soit le prix, et ce au delà de toute considération d'ordre éthique ou moral.


Mais cet archaïque usage romain est-il réellement tombé en désuétude à notre époque ? On est en droit de se poser la question, lorsque l'on constate qu'aujourd'hui encore, le mois de mars est celui qui marque très souvent le déclenchement de conflits majeurs.  Ceci semble tout particulièrement se vérifier si l'on se penche sur les agissements récents, sur la scène internationale, de tout ou partie de l'hydre atlantiste ;  ou des Etats-Unis d'Amérique seuls, lorsque ceux-ci se livrent de façon unilatérale à des agressions militaires.


Les deux dernières décennies, à elles seules, nous en offrent en effet quelques exemples interpellants.

Le 23 mars 1999, les forces de l'OTAN attaquent ce qui subsiste de la fédération de Yougoslavie et bombardent la Serbie, dans le cadre de la guerre dite du Kosovo.

Le 20 mars 2003, les USA attaquent l'Irak sous des prétextes mensongers, avec les conséquences que l'on sait.

Le 19 mars 2011, les forces de l'OTAN, au premier rang desquelles la France, le Royaume-Uni et les USA, également sous des prétextes fallacieux, attaquent et bombardent la Libye du colonel Kadhafi. Là aussi avec toutes les conséquences que l'on sait...

Le 12 mars 2012, une intense campagne de propagande attribue au forces loyalistes syriennes du président Bachar Al-Assad un prétendu massacre de femmes et d'enfants dans la ville de Homs, prétexte que saisiront aussitôt les USA et leurs sbires de l'OTAN pour menacer d'intervenir en Syrie. On est alors à deux doigts du déclenchement d'une nouvelle guerre d'agression ouverte aux répercussions internationales, mais cette tentative d'intervention tournera court. 

En mars 2013, les USA et leurs vassaux occidentaux menacent une nouvelle fois la Syrie d'agression imminente, cette fois sur la base d'allégations attribuant aux forces loyalistes syriennes l'usage répété d'armes chimiques. Seules l'intervention habile de la diplomatie russe et l'intelligence stratégique de Vladimir Poutine parviendront finalement à désamorcer la crise, et à écarter une catastrophe aux conséquences imprévisibles.

Le 18 mars 2014, suite au référendum du 16 mars approuvant à une écrasante majorité le rattachement de  la Crimée à la Russie, les puissances occidentales s'opposent vivement à cette dernière. L'escalade qui s'ensuit envenime gravement la crise ukrainienne en cours, et pendant quelque temps, le monde, au bord du gouffre, retient son souffle.  Une fois de plus, le pire ne sera évité que de justesse.

Le 26 mars 2015, l'Arabie Saoudite, à la tête d'une coalition formée par diverses monarchies du Golfe auxquelles s'associe l'Egypte, lance une attaque de grande envergure sur le Yemen, contre les rebelles chiites alliés à l'Iran.

Début mars 2016, sur fond de tensions permanentes entre les superpuissances russe et états-unienne, et sous le climat anxiogène d'une nouvelle guerre froide qui s'annonce, l'avenir paraît plus que jamais incertain. La propagande politico-médiatique ambiante ne cesse de nous abreuver de propos alarmistes quant au risque de conflit généralisé à l'échelon mondial. Quelle sera donc la suite des évènements ? Seul l'avenir nous le dira.

Comme on le voit, le mois de mars semble donc bien, aujourd'hui encore, être étroitement  associé aux velléités interventionnistes et aux initiatives belliqueuses. Leurs acteurs agissent-ils pour autant de façon consciente ? Ce calendrier des agressions militaires est-il donc établi de façon délibérée, et suit-il une logique d'essence magico-métaphysique qui échappe au commun des mortels ?

Face à l'énumération de ces quelques exemples, qui tendent à souligner un mystérieux rapport entre le mois de mars et les actes ou risques de guerre, les sceptiques se contenteront d'un dédaigneux haussement d'épaules. Ils ne manqueront pas d'arguer du fait que tout ceci n'est du qu'à de simples coïncidences, qu'à une singulière concordance de dates qui n'a en soit rien d'intentionnel. Ils s'empresseront d' écarter le problème d'un revers de main méprisant, sans daigner accorder le moindre crédit à ce qui ne relève à leurs yeux que d'une énième "théorie du complot",  d'inspiration hautement  fantaisiste.

D'autres au contraire, s'agissant des dates de déclenchement des conflits au cours des dernières années, se sentiront interpellés par cette récurrence du mois de mars à laquelle ils n'avaient peut-être jamais prêté attention. Ils sentiront confusément qu'il y a ici un "détail" pour le moins troublant, lequel se répète décidément  à une trop forte
 fréquence pour n'être que le simple fruit du hasard.

Certaines sociétés secrètes qui, dit-on, exercent dans l'ombre une influence déterminante sur la politique suivie par les pays du camp occidental, ont-elles intégré la vieille croyance romaine dans leur propre doctrine ? Les dirigeants qui y sont affiliés, américains en tête, croient-ils sincèrement que leurs campagnes militaires ont davantage de chances d'atteindre leurs buts dans les meilleurs délais si elles sont lancées au mois de mars ?  Ce fait intrigant, qui aura jusqu'ici échappé à l'attention du plus grand nombre, mérite d'être enfin mis en lumière.
Et la question, même si elle demeure pour l'heure en suspens, mérite pour le moins d'être posée.


L'objet du présent texte n'est nullement de développer une quelconque théorie à grand coups d'affirmations péremptoires. Loin de moi cette prétention. Plus modestement, il se veut juste l'indicateur d'une piste de réflexion.  A chacun de mener ses propres recherches, et d'en tirer les conclusions qui lui sembleront les plus pertinentes.

Pour l'heure, seul le retour à un salutaire équilibre des forces dans un monde qui tend à redevenir multipolaire semble être en mesure d'enrayer la machine infernale enclenchée par l'impérialisme.
Cet équilibre nous évitera le pire, en annihilant la menace permanente que fait planer depuis 1991 sur le monde la dynamique "martienne". Tout ce qui tend à favoriser son émergence se doit à présent d'être soutenu.

Hans CANY

 

  

04:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.