Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2012

Le 22 avril 2012, c'était la fête aux mougeons

Mougeon.jpg

 

"Si tu ne votes pas, ne te plains pas", nous disent parfois certains, convaincus de la vérité et de la logique imparable de leur bon mot. Nous serions pourtant tentés de leur répliquer, de façon tout aussi catégorique : "Si tu votes pour des escrocs, des imposteurs et des charlatans, alors ne viens pas te plaindre ensuite d'être entubé à qui mieux-mieux"...

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de les avertir à notre humble niveau, mais malgré cela, pas moins de 80% des inscrits de sont déplacés aux urnes pour accomplir leur prétendu "devoir" civique, autrement dit pour participer à une énième mascarade électorale, véritable négation de la Démocratie digne de ce nom. Quatre-vingt pour cent ! C'est énorme. Mais le plus consternant dans cette affaire, c'est de constater qu'au final, et surtout en tenant compte de ce fort taux de participation, pas moins de 27% de mougeons -hybrides de moutons et de pigeons- ont trouvé le moyen de donner leur voix à Sarkozy !!!  Vingt-sept pourcents pour cette ordure sans nom, ce menteur professionnel, cet escroc, ce tyran, ce fossoyeur des acquis sociaux, ce criminel de guerre, cette charogne patentée !!!... On aurait pourtant raisonnablement pu espérer que la racaille élyséenne aurait été éliminée dès l'issue du premier tour, ce qui somme toute aurait été la moindre des choses, et aurait au moins permis de croire au relatif bon sens d'une large partie des ressortissants de l'Hexagonie. Mais en l'occurrence non, même pas. Et il y a véritablement là matière à s'interroger sur le QI véritable comme sur le niveau de conscience politique et sociale de ce navrant ramassis de masochistes et d'irresponsables.

L'autre prétendue surprise de ce srutin aura été le score effectué par Marine Le Pen, avec un peu plus de 17% au niveau national, score s'avèrant plus élevé que selon les sacro-saintes prévisions sondagières. Pourtant, toujours compte tenu du fort taux de participation, ce score n'est en fait qu'à peine honorable, voire décevant pour ceux qui attendaient davantage. Dix-sept pourcent seulement dans un tel contexte, cela ne laisse augurer rien de très réjouissant quant au degré de réveil socio-politique dans ce pays. Marine Le Pen aura néanmoins la satisfaction d'avoir largement devancé l'imposteur Mélenchon, qui avec ses 11% aura donc au final perdu son pari d'être positionné devant le FN.

A présent, pour le second tour de cette sinistre fumisterie, entre Sarkollande et Hollozy, le choix est fort, c'est du joli. Un grand merci à la masse des mougeons bien dociles, qui nous condamnent ainsi de facto à cinq années supplémentaires de diktat et de statu-quo systémique. Pepsi ou Coca ? Peste ou choléra ? Faites donc votre choix !

En ce qui me concerne, le choix est tout de suite fait : le Système n'aura certainement pas ma voix, ni sous l'une, ni sous l'autre de ses incarnations. Sarkozy, immonde raclure de bidet droitarde et libérale,  et criminel de guerre notoire, inutile de revenir sur son cas. Mais Hollande, non content d'être un faux "socialiste" et un vrai capitaliste libéral, est aussi un fervent partisan du N.O.M. Il a non seulement approuvé et soutenu l'agression impérialiste contre la Libye en 2011, mais il se dit aussi d'ores et déjà prêt à envoyer des soldats en Syrie ! Réfléchissez donc à deux fois, avant de donner aveuglément un blanc-seing à Flamby, et de lui permettre ainsi de poursuivre allègrement les mêmes ignominies internationales que son funeste prédécesseur...

De toute façon, je réalise d'autant plus à présent combien le chemin à parcourir sera long et fastidieux. Ce blog enregistre certes des dizaines de milliers de visites chaque année -des centaines chaque jour-, mais ce n'est en définitive qu'une goutte d'eau dans l'océan, au regard de la tâche à accomplir. Parfois, je l'avoue, je le confesse, le découragement voire le désespoir ne sont pas loin. Quand je vois, par exemple, que bon nombre de ceux et de celles qui se croient pourtant de notre côté continuent de perpétuer la fausse "démocratie" en s'empressant d'aller voter pour le "moins pire", je me dis qu'ils et elles n'ont toujours pas correctement assimilé certains principes fondamentaux, qui occupent pourtant une position centrale, essentielle, dans le corpus idéologique auquel nous nous référons. Si l'on ajoute à cela la grande masse de celles et de ceux qui ne font même pas l'effort de lire ce qu'on leur propose, et qui prétendent malgré tout en discuter (!), ainsi de celles et de ceux qui ne font que lire "en diagonale" (sic) et/ou qui s'avèrent au final totalement incapables de comprendre correctement le sens du peu qu'ils et elles auront daigné lire, je ne puis m'empêcher de me dire que la révolution des esprits à grande échelle n'est malheureusement pas pour demain...

Le gros souci, c'est que même parmi les gens qui dénoncent la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte (dite représentative) comme la falsification qu'elle est, beaucoup continuent malgré tout de participer au cirque électoral, par réaction et/ou conditionnement. Ils choisissent par dépit de voter pour le "moins pire", pour le "moindre mal" faute de mieux. Or, c'est un non-sens total, puisque c'est précisément leurs votes qui perpétuent indéfiniment l'imposture...

Voter pour un quelconque "représentant" de quelque bord que ce soit, c'est abdiquer, renoncer à la souveraineté populaire en distribuant des chèques en blanc à des "élus" potentiels. Contrairement à ce que cherche à faire croire la propagande électorale, l'abstention sert à quelque chose : c'est le plus puissant moyen de contestation, et l'abstention est comptabilisée, contrairement aux votes blancs et nuls. Plus le pourcentage d'abstention est important, moins l'élection d'un quelconque parti ou quidam est légitime, c'est mathématique. Et moins il y a de participants qui cautionnent l'imposture, plus cette dernière est remise en question, et plus il y a moyen de faire entendre des propositions alternatives, pour une VRAIE démocratie, directe et participative.

Ce que le Système craint le plus, ce n'est pas le vote pour untel ou untel -même pour des "extrêmes" ou de pseudo "rebelles" institutionnalisés-, mais c'est bel et bien l'ABSTENTION... Car l'abstention consciente et "militante", le boycott total, signifie à terme la mort de ce système de dupes, et l'avènement potentiel d'autre chose. Tant qu'il restera assez de naïfs pour jouer le jeu, ne serait-ce que celui du "moindre mal", on ne sera pas près de voir avancer le schmilblick.
Ne vous laissez plus berner, refusez de vous faire confisquer votre souveraineté, refusez de plébisciter untel ou untel sous prétexte de "moindre mal", alors que le ou la candidat(e) en question n'incarne nullement vos aspirations profondes et réelles, et qu'une fois élu(e), vous ne pourrez plus exercer le moindre contrôle sur ses agissements ni sur ceux de ses acolytes. Ceux qui vous disent qu'en ne votant pas, vous laisseriez les autres choisir et décider à votre place vous mentent, ou au mieux se trompent. Ils ne font qu'entretenir l'illusion du libre choix et donc de la légitimité de ce système fallacieux. Ne les écoutez pas, cessez de vous faire avoir. Comme le dit fort judicieusement l'adage, si les élections pouvaient réellement changer les choses, elles seraient purement et simplement interdites, et ce depuis longtemps. Ne l'oubliez jamais. La seule solution qui soit réellement efficiente , c'est l'objection de conscience permanente et généralisée, et donc le boycott, l'abstention consciente et révolutionnaire. Au contraire, contestez. Refusez de jouer le jeu. Informez vous, instruisez vous, découvrez des alternatives radicales, et faites-les connaître autour de vous. Le vrai changement, ce ne sont pas eux, ni leurs soi-disants rivaux dans la course à la gamelle. Le vrai changement, c'est vous, c'est nous. Car nous sommes le Peuple.

Quoi qu'il en soit, concernant le 6 mai 2012 et la fausse alternance qu'il propose, je ne puis mieux faire que de vous recommander de garder à l'esprit cette brillante formule de Michel Audiard : Cocu pour cocu, je préfère ne pas être consentant. Alors, je ne vote pas.

Hans CANY

 




TOUTE "REPRESENTATION" POLITIQUE EST UNE IMPOSTURE !

PAS DE SUBSTITUT AU POUVOIR DU PEUPLE !

PAS DE DEMOCRATIE REELLE EN DEHORS DE LA DEMOCRATIE DIRECTE ET PARTICIPATIVE !

PAS DE DEMOCRATIE SANS CONGRES POPULAIRES ET COMITES POPULAIRES !

EXIGEONS DES CONGRES POPULAIRES PARTOUT !


LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

VOTE_2.jpg

12:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

Commentaires

Merci Hans pour cet article...Aprés des décennies de participation à ces "cérémonies" au cours desquelles les citoyens co-souverains du pays sont appelé à se démettre, à intervalles plus ou moins régulers, de leur co-souveraineté pour la remettre à la MEDIATION médiatico-politicienne (régime de "démocratie déléguée" dite "représentative"), j'ai cette fois "voté" pour un honnête homme, indépendamment de son formatage idéologico-culturel à l'instar de ses "collègues présidentiables", qui proposait le vote blanc comme suffrage valablement esxprimé...

Et pour la répétition de cérémonie le 6 mai...Biquette...Vite !!

Écrit par : Bernard | 25/04/2012

Les commentaires sont fermés.