Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2012

Khamis Kadhafi ou Mouammar Kadhafi est vivant (28 juin 2012)

Selon une dépêche en date du 28 juin 2012 publiée par Algeria ISP (source : http://www.algeria-isp.com/actualites/politique-libye/201... ), le docteur Hamza Touhami est intervenu le 24 juin 2012 sur le Paltok pour parler de la Résistance verte.
A la fin de son allocution, il a déclaré :

" « Akhoukom El Mayite » (votre frère mort) est arrivé à sortir du territoire Libyen. Il est en bonne santé."

Rappelons qu'il a déjà confirmé depuis plusieurs mois avoir parlé à cet énigmatique "frère mort"...
Cette formule sibylline fait de toute évidence allusion à Khamis Kadhafi, déclaré "mort" à au moins six reprises depuis mars 2011, voire au Frère Guide Mouammar Kadhafi lui-même. L'un des deux au moins est en vie, si ce ne sont les deux. Tôt ou tard, nous en aurons le coeur net.

Le docteur Hamza Touhami est quelqu'un de très bien informé et de sérieux. Il ne déclare jamais rien à la légère, et ses informations sont généralement fiables.

Par ailleurs, signalons qu'un échange d'e-mails entre pro-CNT, récemment intercepté par des acteurs de la Résistance verte, semble confirmer que Khamis Kadhafi est bel et bien vivant.

Nous vous le répètons sans relâche depuis des mois : gardez l'espoir, l'avenir finira probablement par vous surprendre !

Espérez et attendez.

H.C.

 

LIBYA.eagle.jpg



08:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

27/06/2012

Extradition d'Al Mahmoudi : crime d'Etat des autorités tunisiennes

mahmoudi1.JPG

Le dimanche 24 juin 2012 restera une marque d'infamie qui souillera à tout jamais les nouvelles autorités tunisiennes, dominées par le parti islamiste Ennhada. Al-Baghdadi Al-Mahmoudi, ancien secrétaire du Congrès Général du Peuple de la Jamahiriya libyenne (et non "ex-Premier ministre" comme on le lit trop souvent, la Jamahiriya n'ayant jamais eu de ministres en titres et encore moins de "Premier ministre") a été livré en catimini aux renégats du CNT. Une initiative prise à l'insu même du président tunisien, qui s'opposait théoriquement à toute initiative de ce type tant que la Libye ne disposerait pas d'un gouvernement élu...

Sitôt arrivé à Tripoli, sitôt torturé : selon les rares informations dont on dispose, Al-Mahmoudi, tombé entre les griffes de membres d'Al Qaïda tristement réputés, a immédiatement commencé à subir de mauvais traitements, sévices corporels et humiliations à la clé. Crachats collectifs, coups, insultes, menaces des pires supplices. Les séances de torture ayant d'ores et déjà commencé, on sait que le pauvre homme a le visage tuméfié, et qu'il aurait eu les ongles arrachés. Suite à un "interrogatoire" particulièrement musclé, ayant entraîné une hémorragie interne (côtes brisées ayant occasionné la perforation d'un poumon), il a déjà dû être évacué en urgence vers le service des soins intensifs d'un hôpital de Tripoli. Sans le moindre doute, il ne pourra survivre très longtemps à ce type d'exactions.

C'est donc en parfaite connaissance de cause que le gouvernement voyou de Tunis a décidé d'envoyer à la torture et à une mort quasi certaine un réfugié qu'il maintenait injustement en détention depuis neuf mois, ce qui constituait déjà une violation des traités internationaux en matière de droit d'asile. En le livrant ainsi pieds et poings liés aux bourreaux sanguinaires d'un autre Etat voyou, dirigé par une clique de criminels notoires, l'Etat tunisien se rend à présent lui-même complice -et coupable- d'un crime bafouant les règles les plus élémentaires du Droit international comme des Droits de l'Homme.
Ainsi que l'a immédiatement souligné Maître Ceccaldi, avocat français d'Al-Mahmoudi, cette extradition scandaleuse les viole en effet à au moins deux titres. D'une part, elle viole le droit tunisien lui-même, puisqu'elle aurait dû au préalable être avalisée par le président du pays. Et d'autre part, elle est aussi illégale puisque la Cour africaine des Droits de l'Homme avait précisément été saisie d'un recours contre cette extradition.

Maître Ceccaldi a notamment déclaré : "Il s'agit d'une extradition vers un Etat voyou de la part d'un gouvernement qui a des pratiques de voyous."  Il a en outre déploré le "double langage du gouvernement islamiste tunisien. Ce gouvernement parle de démocratie, de libertés et de droits de l'Homme mais dans la pratique, ils n'ont de cesse que de les violer car enTunisie, aux termes des textes applicables, c'est le président de la République qui doit signer le décret d'extradition. (...) Organiser ce véritable rapt alors que la CADH était saisie relève de pratiques de gangsters et de voyous"

Maître Ceccaldi a rencontré son client pour la dernière fois le 16 juin 2012. Al-Baghdadi Al-Mahmoudi lui avait fait part de son intention de contacter prochainement le juge Van Ruymbeke, en vue de faire des révélations concernant notamment le financement de la campagne d'un certain homme politique français en 2007, ainsi que certaines questions d'enrichissement personnel. Cette condamnation à mort programmée via une extradition illégale vient-elle donc, à point nommé, faire taire une voix potentiellement très embarrassante ?... Le silence assourdissant des médias occidentaux -et français en particulier- quant au sort épouvantable d'Al-Mahmoudi, en tout cas, témoigne bien d'un parti pris complice sinon coupable, doublé d'une faculté d'indignation à géométrie décidément très variable...

Cette extradition honteuse vient de déclencher une crise politique majeure en Tunisie, le président de la république étant furieux d'être ainsi mis devant le fait accompli. La population tunisienne, quant à elle, est largement indignée par cet acte tout aussi odieux qu'inattendu. En guise de représailles, et en signe de protestation contre ce crime d'Etat d'une grande lâcheté, le consulat de Tunisie a Tripoli a d'ores et déjà été la cible de plusieurs attaques depuis le lundi 25 juin, dont une au cocktail molotov.

Nous n'oublierons pas. Nous ne pardonnerons pas.

Hans CANY


EDIT DU 27 juin 2012 à 18H20 : Ca y est, ils l'ont apparemment déjà assassiné...


AJOUT DU 05 juillet 2012 : Al-Mahmoudi serait finalement vivant !

Le 4 juillet 2012, il a été conduit devant des journalistes, afin de prouver qu'il est toujours en vie, suite aux rumeurs de torture suivie de mort, largement diffusées (intox lancée par qui ? Et dans quel but ?...). Les attaques de la Résistance verte se multipliant à l'approche du simulacre d'élections censé se tenir en Libye le 7 juillet, c'est de toute évidence en étant soumis à des pressions qu'il a alors tenu des propos défaitistes pour le moins surprenants, à l'adresse des partisans de la Jamahiriya. Il aurait notamment déclaré :

« J'insiste pour que nous oublions le passé. L'ancien régime est fini. C'est fini. Le régime de Kadhafi n'est plus. L'ensemble de la Libye a parlé. Les Libyens n'ont d'autre choix maintenant que de s'unir. »

Reste à espérer que ce n'est que contraint et forcé qu'il a été amené à tenir les propos en question. S'il s'avérait qu'ils sont de sa propre initiative, et qu'ils reflètent véritablement le fond de sa pensée actuelle, ce serait plus que consternant... Il va sans dire qu'à titre personnel, je n'approuve ni ne soutiendrai en aucun cas ce type de position. Ceux, parmi les Libyens, qui pensent ainsi, n'ont qu'à mener leur "combat"  national par eux-mêmes. Qu'on ne compte par sur des étrangers comme moi pour les approuver et les soutenir : cela ne me concerne nullement, et je ne cautionnerai jamais semblable compromis. Ceux qui désirent aujourd'hui "tourner la page" ne m'intéressent pas. Et la construction d'une prétendue "nouvelle Libye" non-verte non plus, je m'en lave les mains. Pour ma part, je resterai fidèle à la Troisième Théorie universelle, et ce avec ou sans les Libyens. Ceci étant dit, il est clair qu'il faut que la vie de Mahmoudi soit sauvegardée, et qu'il recouvre la liberté. C'est tout ce que je lui souhaite. Mais rien de plus. Du moins, dans la mesure de ce que l'on est en droit de présumer pour l'instant, suite à cette ahurissante déclaration publique.
Affaire à suivre...

H.C.

Mamhoudi2.jpg
Al-Baghdadi Al-Mahmoudi, secrétaire du Congrès Général du Peuple
de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste

 

16:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

26/06/2012

LIBYE : la Résistance verte ne baisse pas les armes !

Le meilleur démenti aux allégations de ceux qui doutent, voire qui nient carrément l'existence et la persistance de la Résistance verte à l'heure actuelle en Libye, ce sont encore des images telles que celles de la vidéo ci-dessous. Celle-ci, filmée le 24 avril 2012, nous montre un grand convoi  des combattants de la Résistance verte, constitué de centaines de pick ups armés :

 

Par ailleurs, signalons que selon Green Libya, relayée par Algeria ISP, en date du 25 juin 2012, deux évènements dignes d'attention se sont produits dans le pays. En premier lieu, Tripoli a été secouée par deux explosions très puissantes, comparables à celles qui avaient lieu en 2011 pendant les bombardements de l'OTAN. En second lieu, et surtout, le bataillon Rijale Darf Hali de la Résistance verte a effectué une opération spectaculaire en tendant une embuscade à un convoi des milices du CNT, qui évacuaient la ville de Kofra. Une grande partie de ce convoi a été liquidée, et les survivants ont pris la fuite en s'éparpillant dans le désert.

Ce type d'opérations démontre sans appel qu'en cette fin du mois de juin 2012, la Résistance verte ne baisse absolument pas les armes, et que le coeur vert de la Libye bat toujours, en dépit du régime de terreur que s'efforcent tant bien que mal d'imposer les hordes de rats islamistes arrivées dans les fourgons de l'OTAN. Quant à la clique des renégats du prétendu CNT, ceux-ci ne détiennent le pouvoir que sur le papier. Dans la réalité des faits, ils ne contrôlent aucunement la situation. Ils ne contrôlent pas l'ensemble du pays, tant s'en faut, car concrètement, le CNT est dépassé. A vrai dire, il ne contrôle rien, ou si peu. Sur le terrain, d'innombrales milices de rats, rivales les unes des autres, imposent leur loi de la jungle à la population, lorsqu'elles ne se battent pas entre elles. Face à elles, les glorieux moudjahidines de la Résistance persistent et signent, et s'efforcent de rétablir la légitimité jamahiriyenne petit à petit. Ainsi que l'avait dit le Frère Guide dès février 2011, le pays sera progressivement assaini. Maison par maison. Rue par rue. Village par village. Ville par ville. Quartier par quartier.  Région par région. N'abandonnons pas l'espoir. Combattants verts, ne baissez pas la garde, ne vous résignez jamais. Dans le monde entier, des millions de personnes vous soutiennent et ont foi en vous. Vous n'êtes pas seuls, et votre combat est aussi le nôtre. Tôt ou tard, quel que soit le temps nécessaire, l'heure de la revanche, du renouveau et du triomphe finira par sonner !

Hans CANY

 

InflammableGREEN_RESISTANCE.jpg

Libya.free-green-libya-500x407.jpg

18:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

22/06/2012

SYRIE : Halte aux médiamensonges !

Tract distribué le samedi 16 juin 2012 place Saint-Michel, à Paris :



Bachar el-Assad ne tue pas son peuple !
Les violences sont le fait de terroristes !

 


Des enquêteurs crédibles et indépendants se sont rendus en Syrie et ont observé :

– Que Bachar el-Assad y est populaire,
– Que des combattants islamistes, lourdement armés, terrorisent la population,
– Que les chiffres sont manipulés et exagérés,
– Que certains faits sont falsifiés, sinon inventés…



Ils ont dit :


. « J’ai le sentiment que la grande majorité des Syriens soutient encore le président Bachar el-Assad » (Françoise Wallemacq, RTBF, de retour de Syrie)

Ces gangs tirent sur l’armée et les gens pour semer la terreur. On vit
l’enfer » (témoignage d’une syrienne rapporté par Karim Baïla, Les inRocks)

. « Un conflit plus médiatique que proprement militaire » (CIRET-AVT / Cf2R)

. « Les observateurs de la Mission ont noté que les groupes armés ont recours aux bombes thermiques et aux missiles anti-blindage. (…) La Mission a été témoin (…) d’actes de violence (…) contre les citoyens, entraînant de nombreux décès et blessures. » (Rapport de la Mission d’Observation de la Ligue Arabe)



Ils ont vérifié :


. En mars 2011, les médias occidentaux relatent une répression ‘sanglante’ à Deraa. Mais des enquêteurs du Quai d’Orsay, présents sur les lieux, ne voient que « quelques manifestations » après lesquelles « la tension [est] retombée ».

. En juillet 2011, les médias occidentaux annoncent 500 000 manifestants à Hama. Mais selon Pierre Piccinin, historien présent sur place, « ils n’étaient, en réalité, pas 10 000 ».

. En décembre 2011, les médias annoncent que le siège du parti Baas a été attaqué. Mais Pierre Piccinin, rendu sur place, voit un bâtiment « intact ».

. « À Homs, début décembre 2011, une manifestation a eu lieu pour réclamer le départ du gouverneur qui ne protège pas efficacement la population contre les insurgés. Elle a été présentée par les médias étrangers comme une manifestation contre le régime. »
(CIRET-AVT / Cf2R)

. Selon des témoins oculaires, « le massacre de Houla […] a été perpétré par les forces d’opposition en accord avec l’Armée syrienne libre » (Frankfurter Allgemeine Zeitung).



D’où vient l’information diffusée dans les grands médias ?
Essentiellement de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), lequel est dirigé par un partisan de l’Islam politique et adversaire résolu de Bachar el-Assad : Oussama Ali Suleiman. Le reste de l’Observatoire a fait scission.



Pourquoi Assad refuse-t-il l’entrée aux journalistes ?
En Libye, des agents de l’OTAN sont entrés avec de fausses cartes de presse et ont guidé les bombardements. C’est pourquoi Assad se méfie et ne laisse entrer que des journalistes triés sur le volet.



Bachar el-Assad est-il populaire ?
Bachar el-Assad est médecin de profession et a fait ses études à Londres. Il a modernisé son pays et ouvert l’économie. Il reste certes de nombreux défis à relever (corruption, multipartisme, inégalités…), mais le succès du référendum (57% de participation, 90% de “oui”) indique sans équivoque qu’entre Bachar el-Assad et les terroristes islamistes, les Syriens ont choisi. L’instauration d’un pouvoir islamiste menacerait non seulement les femmes mais aussi les nombreuses minorités (chrétiennes, alaouites, etc.).



« Depuis des siècles, des dizaines de communautés vivent ici en toute harmonie. La Syrie, c’est un miracle. Pourquoi veut-on nous déstabiliser ? »

(propos d’une Syrienne)


Syria_bachar.jpg



NOTE : Je tiens à apporter une précision importante concernant le problème du multipartisme, ci-dessus évoqué. Il importe en effet de rappeler que, contrairement aux allégations et aux mensonges par "omission" régulièrement colportés par les medias occidentaux aux ordres, le Parti socialiste Baas n'est aucunement un "parti unique". Le Baas est certes hégémonique de facto, mais cela n'en fait pas pour autant le seul parti autorisé. Nuance, et elle est de taille... Le multipartisme est une réalité en Syrie, comme en témoigne l'existence de diverses formations politiques autres que le Baas, et parfaitement légales. En outre, il est nécessaire de rappeler aussi que Bachar el-Assad a précisément annoncé voici quelques mois une réforme visant à une participation accrue des autres partis au processus démocratique et à la gestion du pays. Annonce aussitôt dénigrée par le très arrogant ex-ministre des Affaires étrangères français, l'ineffable Alain Juppé...

H.C.



12:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

11/06/2012

LIBYE : Les milices d'Al Qaïda interdisent l'université aux filles !

Selon Green Libya, relayée par l'agence de presse Algeria ISP, les milices d'Al Qaïda viennent de distribuer des tracts dans les mosquées de Benghazi, interdisant purement et simplement l'accès des filles à l'université ! Le tout assorti d'une menace à l'encontre des familles, les avertissant du fait qu'elles prendront "leurs responsabilités" quant au sort de leurs filles, si d'aventure elles s'avisait de passer outre cette interdiction, en se rendant quand même à la fac ! Rien que ça ! L'obscurantisme et la terreur islamistes dans toute leur "splendeur"...
Bravo encore à l'OTAN. Un grand bravo aux criminels BHL, Sarkozy, Juppé, Cameron, Obama, Clinton et consorts. Comme on peut le constater, grâce à leur action, la condition féminine a considérablement progressé dans le pays, à l'instar d'ailleurs de la démocratie et des droits de l'homme. A plus d'un titre, les femmes et filles de Libye peuvent à présent leur dire merci...

Hans CANY

 

CNT.jpg



20:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

SYRIE : coup d'Etat et grosse intox signée OTAN en perspective ?...

Je reproduis ici cette mise en garde pour le moins alarmante, à toutes fins utiles...

Source de l'article : http://www.voltairenet.org/L-OTAN-prepare-une-vaste-opera...



URGENT

L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication


Des États membres de l’OTAN et du CCG préparent un coup d’État et un génocide sectaire en Syrie. Si vous voulez vous opposer à ces crimes, agissez dès maintenant : faites circuler cet article sur le Net et alertez vos élus.


Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 10 juin 2012
 

Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »

Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.
• En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards !  ».
• En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.
• En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.
• En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et «  la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.



Le point sur la situation en Syrie par Thierry Meyssan, le 7 juin 2012 :


Irib 2012.06.07 Th.Meyssan par Hieronymus20

Appel du 11 juin 2012 :




SYRIE.jpg


16:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

07/06/2012

7 juin : ANNIVERSAIRE DU FRERE GUIDE !

Kadhafi_birthday_2.jpg

 

En ce 7 juin,
célébrons comme il se doit l'anniversaire du Frère Guide,
héros de la Révolution verte libyenne et internationale !

A jamais vivant dans nos coeurs, il vivra toujours à travers nous !
NOUS SOMMES DES MILLIONS DE MOUAMMAR KADHAFI,
DANS LE MONDE ENTIER !


Où que tu sois actuellement, Frère Guide,
sache que nous t'aimons, et qu'il ne se passe pas un seul jour sans que nos pensées aillent vers toi.


H.C.

Kadhafi_birthday.jpg

 

muammar_gaddafi_heroSHIRT.jpg

11:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, socialisme vert |  Facebook | | |

04/06/2012

VOICI POURQUOI NOUS DEVONS BOYCOTTER LES ELECTIONS LEGISLATIVES

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

LES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

 

Les assemblées parlementaires sont l'épine dorsale de la démocratie telle qu'elle existe actuellement.

 

L'assemblée parlementaire est une représentation trompeuse du peuple, et les régimes parlementaires constituent une solution tronquée au problème de la démocratie; l'assemblée parlementaire se présente fondamentalement comme représentante du peuple, mais ce fondement est, en soi, non démocratique, parce que la démocratie signifie le pouvoir du peuple et non le pouvoir d'un substitut... Le fait même de l'existence d'une assemblée parlementaire signifie l'absence du peuple. Or la démocratie véritable ne peut s'établir que par la participation du peuple lui-même et non au travers de l'activité de ses substituts. Les assemblées parlementaires, en excluant les masses de l'exercice du pouvoir et en usurpant la souveraineté populaire à leur profit, sont devenues un écran légal entre le peuple et le pouvoir. Il ne reste au peuple que cette apparence de démocratie qu'illustrent les longues files d'électeurs venant déposer dans l'urne, leur bulletin de vote.

 

Afin de mettre à nu la réalité de l'assemblée parlementaire, il nous faut rechercher d'où elle vient: elle est soit élue dans des circonscriptions électorales, soit constituée, dans un parti, une coalition de partis, par désignation. Mais aucun de ces moyens n'est démocratique, car la répartition des habitants en circonscriptions électorales signifie qu'un seul député représente, selon l'importance de la population, des milliers, des centaines de milliers, ou des millions de citoyens. Cela signifie aussi que le député n'est pas attaché par un lien organique populaire avec les électeurs, puisqu'il est considéré, selon la thèse de la démocratie classique, comme le représentant de tout le peuple au même titre que les autres députés. Dès lors, les masses se séparent définitivement du député, et le député se sépare définitivement des masses. Car dès qu'il est élu, il usurpe leur souveraineté et agit à leur place... La démocratie classique, actuellement dominante dans le monde, revêt les membres des assemblées parlementaires d'une respectabilité et d'une immunité qu'elle dénie au simple citoyen.

 

Cela signifie que les assemblées parlementaires sont devenues un moyen d'usurper et de monopoliser le pouvoir du peuple; c'est pourquoi il est aujourd'hui du droit des peuples de lutter à travers la révolution populaire, en vue d'éliminer ces instruments de la monopolisation de la démocratie et de la souveraineté, que sont les assemblées parlementaires, qui usurpent la volonté des masses. Il est du droit des peuples de proclamer un nouveau principe: « Pas de substitut au pouvoir du peuple ».

 

Lorsque l'assemblée parlementaire est formée à la suite du succès d'un parti aux élections, elle est l'assemblée du parti, et non l'assemblée du peuple, elle représente un parti et non le peuple; et le pouvoir exécutif détenu par l'assemblée parlementaire est le pouvoir du parti vainqueur, et non le pouvoir du peuple. Il en est de même de l'assemblée parlementaire au sein de laquelle chaque parti dispose d'un certain nombre de sièges ; les titulaires de ces sièges sont les représentants de leur parti et non ceux du peuple, et le pouvoir émanant d'une telle coalition est celui des partis coalisés et non le pouvoir du peuple. Dans de tels régimes le peuple est la proie pour laquelle on se bat. Il est alors abusé et exploité par ces appareils politiques qui se combattent pour parvenir au pouvoir, pour arracher des voix au peuple tandis que celui-ci s'aligne en files silencieuses, qui se déroulent comme un chapelet, afin de déposer des bulletins dans les urnes de même qu'il jetterait des papiers dans une poubelle... C'est cela la démocratie classique qui domine le monde entier, qu'il s'agisse de régimes à parti unique, de régimes bipartites ou multipartites, ou même sans parti; ainsi il apparaît clairement que « la représentation est une imposture ».

 

Quant aux assemblées qui se forment par la désignation ou la succession, elles n'ont aucun aspect démocratique.

 

Etant donné que le système des élections des assemblées parlementaires repose sur la propagande pour attirer les voix, c'est donc un système démagogique au vrai sens du mot. Il est possible d'acheter et de manipuler les voix alors que les plus pauvres ne peuvent être au cœur des luttes électorales : ce sont toujours et seulement les riches qui gagnent les élections !

 

Ce sont les philosophes, les penseurs et les écrivains qui se sont fait les avocats de la théorie de la représentation parlementaire, au temps où les peuples étaient ignorants et menés comme des troupeaux par les rois, les sultans et les conquérants... L'aspiration ultime des peuples était alors d'avoir un mandant pour les représenter auprès des gouvernants. Mais cette aspiration même était rejetée. C'est pour réaliser cette ambition que les peuples ont péniblement et longuement combattu. Il n'est donc pas raisonnable que maintenant, après la victoire de l'ère des républiques et le commencement de l'ère des masses, la démocratie soit seulement l'apanage d'un petit groupe de députés devant agir au nom des masses. C'est une théorie surannée et une méthode dépassée. Le pouvoir doit être entièrement celui du peuple.

 

Les plus tyranniques dictatures que le peuple ait connues se sont établies à l'ombre des assemblées parlementaires.

 

 

 

[EXTRAIT DU LIVRE VERT DE MOUAMMAR KADHAFI

LA DÉMOCRATIE, LE "POUVOIR DU PEUPLE"

LA BASE POLITIQUE DE LA TROISIÈME THÉORIE UNIVERSELLE]




 

12:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, democratie, socialisme vert |  Facebook | | |