Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2012

Mais qui donc veut la peau de Thierry Meyssan ?...

meyssan1.jpg

 

Depuis quelque temps, et plus particulièrement depuis le début de son engagement dans le cadre des tragiques évènements de Syrie, on assiste sur Internet à une vaste campagne de dénigrement visant Thierry Meyssan. Depuis peu, ce qu'il faut bien appeler une sorte de déchaînement se fait jour, comme s'il s'agissait d'une offensive de communication soigneusement orchestrée et coordonnée. Cette campagne d'attaques tous azimuts prend notamment la forme de vidéos et d'articles à caractère plus ou moins diffamatoire, relayés sans nuances non seulement par les ennemis « naturels » de Meyssan, mais aussi, chose plus surprenante, par des militants, des organisations et des cybermédias ayant pris fait et cause pour la Jamahiriya libyenne. C'est ainsi que l'on a pu voir, par exemple, le site Mathaba.net publier des textes anti-Meyssan1 attribués à un énigmatique collectif des « Pacifistes de Tunis », textes témoignant d'un certain acharnement frisant parfois la mauvaise foi, et dans lesquels la virulence des propos tenus le dispute aux insinuations scabreuses et aux procès d'intention purs et simples. On l'y accuse entre autres d'être pro-iranien, voire de travailler pour le gouvernement iranien, ou encore d'être un agent double, voire triple pour le compte des puissances occidentales et des forces sionistes. On l'y accuse aussi pêle-mêle de propagation de fausses nouvelles, d'usurpation de titres inventés, d'opportunisme, de falsification, d'incompétence journalistique. En outre, on lui reproche d'avoir usé du terme de "bataille de Damas", alors qu'il n'a fait là que reprendre un terme abondamment employé par les médias de tous bords et de tous horizons. Y a-t-il là mort d'homme, crime de haute trahison ? L'emploi de cette formule constitue-t-il donc une faute gravissime méritant la mise au pilori, sinon la lapidation publique ? Qu'il soit permis d'en douter.

Dans le même registre, certaines vidéos circulant sur Youtube et autres Dailymotion, prétendant dénoncer son « imposture », ne brillent pas davantage par le sens de la nuance qu'elles affichent. Ainsi, l'un de ces spots vidéos, sobrement intitulé "Syrie:T Meyssan l'homosexuel mythomane à Damas"2, reprend peu ou prou l'argumentation développée dans les articles précités, mais la complète aussi par quelques déclarations de Meyssan concernant l'affaire libyenne, censées illustrer l'étendue de sa prétendue mythomanie. Passons simplement sur la tendance nauséabonde consistant à stigmatiser la sexualité de Thierry Meyssan, comme si celle-ci constituait une sorte de tare honteuse suffisant à le disqualifier sans appel. Les individus qui se livrent à ce type d'attaques bassement homophobes, croyant probablement user là d'un argument imparable, n'en ressortent de toutes façons pas grandis, très loin s'en faut... Mais si l'on s'attarde plutôt sur les extraits vidéos montés en fin de spots en guise de « pièces à conviction », la vacuité des accusations portées contre lui, concernant le travail de réinformation qu'il avait accompli en 2011 durant la guerre de Libye, apparaît dans tout son éclat. Car enfin, en quoi le fait de déclarer que l'OTAN et Al Qaeda on avancé côte à côte, que Kadhafi n'était pas un « dictateur », ou encore que des images bidons d'une fausse prise de Tripoli ont été tournées au Qatar3 -puis diffusées par Al Jazeera- constituerait-t-il un flagrant délit de prétendue mythomanie ?? Bien au contraire, tout ceci ne constituait que la pleine et entière vérité ! De toute évidence, l'auteur de cette vidéo diffamatoire serait sans nul doute mieux inspiré s'il daignait s'informer convenablement au préalable...


Passons aussi sur les titres et fonctions plus ou moins imaginaires et farfelus que s'attribue de temps à autres Thierry Meyssan, et qui relèvent davantage de velléités de reconnaissance officielle, plutôt que d'une volonté perverse de tromper le public. Ainsi l'a-t-on effectivement entendu se targuer d'un improbable titre de « coordinateur  interministériel » de la Jamahiriya durant la crise libyenne, comme de contacts étroits avec tel ou tel « ministère » libyen. Ceci trahit de sa part une méconnaissance manifeste de la nature réelle du système en question : la Jamahiriya libyenne n'a en effet jamais eu de « ministères » ni de « ministres » en titres !... Aujourd'hui, de la même façon, il tend à revendiquer des titres et fonctions officiels auprès des autorités syriennes, lesquels sont sans doute totalement fictifs. Sa soif de légitimité, son ardent désir d'être pris au sérieux, le porte parfois à formuler ce type de pieux mensonges, alors que selon toute probabilité, il ne bénéficie certainement pas de la reconnaissance et des entrées privilégiées qu'il évoque auprès des instances officielles et des plus hautes autorités des pays concernés.

Somme toute, Thierry Meyssan n'est que ce qu'il est, à savoir un intellectuel dissident et un journaliste d'investigation parmi tant d'autres. La seule chose qui le différencie des simples blogueurs « de base » qui occupent plus ou moins le même créneau que lui réside dans le fait qu'il séjourne sur le « terrain », et surtout, qu'il bénéficie d'une large réputation, compte tenu des ouvrages qu'il a fait publier et de sa couverture médiatique passée. Sa propension à s'octroyer des fonctions imaginaires n'est donc à mettre que sur le compte de la vanité et du narcissisme inhérents à la nature humaine, et rien de plus. Ce n'est là qu'une faiblesse à laquelle nous sommes toutes et touts exposés, surtout dans le cadre de ce type d'activités, et il serait donc bien déplacé de la lui reprocher plus que de raison. Il y a certes parfois une petite part d'affabulations dans ce que dit Meyssan. Plus largement, il peut même lui arriver de se tromper, de formuler des inexactitudes. Voire d'être lui-même mal informé, ou désinformé. Mais devons-nous donc le blâmer pour cela ? Que celui ou celle qui n'a jamais péché lui jette la première pierre...


Néanmoins, reconnaissons-le, sans aller jusqu'à porter de graves accusations de trahison contre Thierry Meyssan, certaines questions restent en suspens, et on est en droit de se les poser.

Il est aujourd'hui évident que son engouement pour la cause libyenne ne fut que relatif, circonstanciel et éphémère. Dès la chute de Tripoli, fin août 2011, il a plié bagages, puis a clairement tourné la page, pour passer définitivement à tout autre chose. Il ne s'est jamais réellement « rallié » à Kadhafi, il n'a jamais été un véritable partisan de la Jamahiriya. Tout au plus a-t-il ponctuellement pris parti contre l'agression impérialiste, et a-t-il riposté à certains des plus grands mensonges concernant le Guide et le système libyen. Mais cela n'est pas allé plus loin. En outre, on peut légitimement s'interroger quant à son rôle réel dans le cadre du conflit libyen.

Comment se fait-il qu'il ait été protégé, parmi une kyrielle d'autres journalistes (et d'agents spéciaux) internationaux dans le fameux hotel Rixos de Tripoli, et qu'il ait pu en sortir, être exfiltré du pays sans être blessé, arrêté ni inquiété d'aucune manière, alors qu'il était notoirement censé être « pro-régime » ? Pourquoi a-t-il aussitôt cessé de se préoccuper de la question libyenne, alors que le conflit n'était même pas encore terminé, comme s'il avait dès lors accompli une mission, et avait donc les mains libres pour passer à autre chose ?... Mais d'un autre côté, pourquoi, s'il avait trahi Kadhafi, n'aurait-il pas déjà fait l'objet de tentatives de liquidation, pour le châtier de sa supposée traîtrise ?...

Comment se fait-il qu'il se trouve parfois en possession d'informations secrètes censées provenir des instances dirigeantes occidentales ?...

Pourquoi, s'il est pro-iranien comme certains le suggèrent, s'est-il en apparence engagé du côté de Kadhafi, alors que les relations entre ce dernier et le régime des mollahs ont toujours été exécrables, que les autorités de Téhéran ont soutenu les rats libyens (tout en condamnant l'intervention occidentale, il est vrai), et ont même clairement applaudi la chute de Kadhafi ?... A sa décharge, on peut cependant arguer de la complexité et de la subtilité des relations internationales. Le régime syrien de Bachar Al-Assad qu'il soutient aujourd'hui, par exemple, avait à la fois de bonnes relations avec Kadhafi, tout en étant un proche allié du régime iranien, ennemi juré du Guide libyen. En d'autres termes, on pourrait, pour simplifier, dire que la Syrie de Bachar est une sorte d'intermédiaire entre la Libye verte et l'Iran des mollahs, deux inconciliables. On en conviendra, la simplicité n'est pas de ce monde, et nous devons donc nous garder de tout manichéisme à l'emporte-pièce concernant les choix des uns comme des autres. D'autant moins lorsqu'ils ne sont dictés que par la seule opposition à l'impérialisme et au sionisme, ce qui constitue apparemment le seul vrai fil conducteur de Thierry Meyssan.

Thierry Meyssan serait-il en réalité un agent double, voire triple, qui travaillerait selon les uns pour les services secrets iraniens, selon les autres pour les services secrets français, et selon d'autres encore pour la CIA et/ou le Mossad (rayer la mention inutile), tout en faisant mine d'agir pour le compte des deux premiers ?... Quel inextricable imbroglio !

Avec les évènements actuels de Syrie, la guerre psychologique bat son plein. Les ennemis de Damas, de toutes natures, ont grand intérêt à semer le doute, à salir la réputation de Thierry Meyssan, et à discréditer durablement l'une des principales voix francophones qui, à l'heure actuelle, combat les mensonges concernant la Syrie en atteignant une large audience. Il est infiniment regrettable de constater qu'aujourd'hui, de nombreux militants et militantes anti-impérialistes du monde entier foncent tête baissée dans un processus de discrédit manifestement orchestré, et s'en font les relais sans prendre la peine au préalable de peser le « pour » et le « contre ». Certains et certaines le font en toute bonne foi, n'en doutons pas. Il y a de nombreuses questions que l'on peut légitimement se poser au sujet de Thierry Meyssan. Mais des questions qui se contredisent parfois radicalement les unes les autres...

Gardons-nous donc de tout jugement catégorique dans l'état actuel des choses. Gardons-nous de faire le jeu d'intérêts qui ne sont pas forcément ceux qu'on croit défendre. Et ne perdons pas de vue que, jusqu'à preuve incontestable du contraire, Thierry Meyssan est un ennemi irréductible de l'impérialisme et du sionisme. Il fut le premier, dès 2001, à contester la version officielle des évènements du 11 septembre à New York, notamment grâce à son fameux livre4 , qui défraya la chronique et suscita la polémique mondiale que l'on sait. Il fut le premier à révéler la supercherie des fausses images tournées au Qatar, au moment de la chute de Tripoli. Il ne ménage pas ses efforts pour contrer les médiamensonges, et pour nous donner des informations qui non seulement s'avèrent exactes la plupart du temps, mais dont nous n'aurions de surcroit peut-être jamais pris connaissance sans lui. Eu égard à son remarquable travail d'investigation, qui n'accouche pas que de fariboles, n'en déplaise à certains, il n'y a pour l'heure aucune raison valable de le « disgracier ».
Ne jetons donc pas le bébé avec l'eau du bain, comme le dit l'adage.


Hans CANY






NOTES :

1 . Mathaba.net : « L'effroyable imposture libyenne de Thierry Meyssan , fossoyeur de l'anti-impérialisme » ( http://www.mathaba.net/news/?x=630673), « La bataille de Damas et les commérages de l'astrologue Thierry Meyssan » (http://www.mathaba.net/news/?x=630870)


2 . http://www.youtube.com/watch?v=5JLQ_ppS0TE

3 . http://www.dailymotion.com/video/xkpj15_la-chute-de-tripo...

 
4. « L'effroyable imposture », Thierry Meyssan, 2002

 

 

 

16:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : hans cany, libye, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

24/07/2012

Sommes-nous carnivores, omnivores ou herbivores ?

Pour en finir avec une certaine idée reçue...


Par Charles Danten

 


Un rapport récent de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO 2006) est particulièrement éloquent : Si nous continuons à privilégier un régime omnivore à tendance carnivore, nous finirons avant longtemps par épuiser les ressources d’eau, polluer les rivières, les lacs et les terres, assécher les prairies, détruire les forêts et la biodiversité

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Les 1.3 milliards de bêtes à cornes qui nous servent de garde-manger produisent une quantité phénoménale de gaz méthane (NH4) un gaz à effet de serre 23 fois plus puissant que le CO2. "C’est ainsi que le bovin réchauffe plus que la voiture", explique l’éthicien Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, l’auteur du livre Éthique Animale (PUF, 2008).

LE BIEN ÊTRE ANIMAL

Et c’est sans mentionner les milliards de poulets, de porcs, de lapins, de canards, d’oies et de poissons qui croupissent dans des élevages hyper polluants, dans des conditions proches du sadisme, totalement injustifiées même d’un point de vue strictement productiviste. Les poules pondeuses par exemple, sont enfermées à cinq dans un espace de 45 cm par 50 cm, ce qui fait pour chacune un espace équivalent à une feuille de papier. "À titre de comparaison, conclue Vilmer, cela reviendrait à enfermer durant toute leur vie cinq humains dans une cabine téléphonique."

LE RISQUE DE PANDÉMIE

Plusieurs de nos maladies contagieuses sont transmises par les animaux domestiques. La peste porcine par exemple a tué des millions de personnes au siècle dernier. Et présentement, le spectre de la grippe aviaire - une maladie dérivée de la mondialisation et de néo-libéralisme - plane sur nous.

LES EFFETS DÉLÉTÈRES SUR LA SANTÉ

Mis à part les méfaits sur la santé des antibiotiques et des hormones de croissance couramment employés pour augmenter le taux de rendement de l’élevage, certains cancers du système digestif et les accidents cardiovasculaires sont reliés à un régime alimentaire trop riche en produits d’origine animale. Selon certains chercheurs indépendants de l’industrie agro-alimentaire, non seulement le lait de vache ne prévient pas l’ostéoporose, mais il la favorise. À ce tableau, il faut aussi ajouter notamment la salmonellose et le E.Coli deux maladies fréquentes associée à une denrée hautement périssable.

LA FAMINE

Enfin, selon J.-B. J. Vilmer, "les excès de l’élevage industriel contribuerait à l’iniquité de la distribution de nourriture, creusant ainsi un gouffre entre malnutrition d’un côté et suralimentation de l’autre […] La quantité de céréales nécessaires pour nourrir le bétail qui nourrira un seul homme permettrait en effet de nourrir directement 20 personnes."


***


Or, compte tenu de ce sombre bilan, peut-on vivre sans manger les animaux et leurs sous-produits ? Sommes-nous carnivores, omnivores ou herbivores ? C’est pour répondre à cette question vitale que j’ai rencontré le médecin, physiologiste et nutritionniste Américain, Milton Mills.



Ne pouvons-nous pas - et c'est ce qui expliquerait notre grand succès comme espèce - manger tout ce que nous voulons ? Ne sommes-nous pas foncièrement des omnivores ?

Milton Mills : Non ! Nous sommes des herbivores. Notre corps est admirablement bien équipé pour se procurer et traiter la matière végétale. Nous avons évolué pendant des millions d’années dans le berceau africain. C’est à cet endroit, dans des conditions climatiques et écologiques équatoriales, que se sont forgées nos caractéristiques morphologiques et physiologiques actuelles. Or, selon les données issues de l'étude des fossiles, notre ancêtre était un herbivore. Il se nourrissait de fruits, de baies, de racines et de graines. Il avait une niche écologique très spécialisée qui lui a permis de survivre et de prospérer. Il n’était pas en compétition avec les prédateurs comme le loup et le lion. Et heureusement d’ailleurs, car il ne faisait pas le poids. Entre autres, sa vitesse de déplacement était insuffisante, son odorat était relativement faible, son ouïe était médiocre. De plus, la marche est notre mode de locomotion le plus naturel, et cette activité est particulièrement bien adaptée à la cueillette.



Oui, mais nous avions des outils et des armes, c’était un avantage décisif !

En effet, mais pas aussi important qu’on pourrait le croire. Les premiers outils sont apparus il y a environ un million d’années. Pendant des centaines de milliers d’années, ces outils étaient très rudimentaires et peu efficaces. Essayez de chasser un bison, un auroch - l’ancêtre du boeuf - ou même une gazelle avec des pierres taillées grossièrement ! Plus tard, avec l’invention de la lance et de l’arc, il y a à peine 100 000 ans, les techniques de chasse s’améliorent quelque peu. Cependant, cette activité est pleine d’imprévus et la réussite est loin d’être assurée. En étudiant les quelques tribus qui vivent encore plus ou moins comme nos ancêtres, nous avons appris qu’il est très difficile, avec des armes rudimentaires, de capturer ou de tuer une proie. Ils réussissent environ une fois sur vingt après maints efforts. Il serait tout à fait absurde dans ces conditions d’essayer d'assurer la survie de ses enfants sur ce genre d’activité. Chez les cueilleurs-chasseurs modernes, la base de l’alimentation est végétale, complétée à l’occasion par des insectes, quelques œufs et, rarement, avec un animal de taille petite ou moyenne. L’activité principale est la cueillette et non la chasse.



L’image de l’homme des cavernes, chasseur redoutable et sanguinaire, cruel et carnivore, toutes dents et toutes griffes dehors, est donc un mythe ?

Oui, tout à fait ! Vous savez, la paléoanthropologie est née en Angleterre, au XIXème siècle, en pleine révolution industrielle. À cette époque, et ça n’a guère changé, la viande était associée à la force, à la virilité, à la longévité et au statut social. Par ignorance des principes nutritionnels, on la considérait comme l’aliment idéal pour notre espèce. C’est avec ces notions erronées que les premiers anthropologues ont interprété notre histoire. De là est né le mythe de l’homme des cavernes. C’est devenu un des éléments pivots du machisme et de la fierté masculine. L’idée du grand chasseur, maître de la nature et pourvoyeur de ces dames, a fait couler beaucoup d’encre depuis. Or, cette notion ¨romantique¨ est peu plausible et difficile à concilier avec la réalité. Plusieurs anthropologues contemporains remettent en question cette interprétation.



Sur quels critères vous appuyez-vous pour déterminer le type d'alimentation le plus naturel pour notre espèce ?

Il y a un minimum de trois facteurs à prendre en compte : les considérations anthropologiques - que nous venons de discuter - puis l’adaptation biologique et, enfin, les conséquences physiologiques ou, si vous voulez, les bénéfices d’un régime alimentaire particulier.

Examinons maintenant les caractéristiques biologiques. On peut classifier les mammifères, selon leur type d’alimentation, en carnivores, en omnivores ou en herbivores. Comme chaque classe a des caractéristiques anatomiques et physiologiques bien spécifiques, il est facile, par une étude comparative, de situer notre espèce.

Les carnivores et les omnivores sont équipés pour poursuivre, capturer, tuer, manger et digérer rapidement leur proie. Leurs griffes sont longues, robustes et acérées, pour les aider à la saisir et l’immobiliser. Ils ont une gueule très grande par rapport à la taille du crâne. Cela leur donne un avantage certain pour saisir, tuer et déchiqueter une prise. Leurs dents sont pointues et très acérées car elles servent surtout à déchiqueter la viande. L’articulation de la mâchoire ne permet que les mouvements verticaux. En général, ces animaux avalent tout rond, sans mastication, la plus grande quantité possible de nourriture. Par conséquent, leur estomac est relativement volumineux- 60 à 70% du volume total de l’appareil digestif- pour recueillir une grande quantité de nourriture d‘un seul coup. La très grande acidité de l’estomac favorise la digestion rapide des aliments et protège ces animaux contre une contamination bactérienne très élevée. Les intestins sont courts – 3 à 5 fois la longueur du corps mesuré de la bouche à l’anus, car les produits de la digestion sont absorbés rapidement.

Par comparaison, les herbivores n’ont pas de griffes acérées. Comme nous, en général, ils ont une gueule de petite taille proportionnellement à la tête. Ils ont des lèvres charnues et très musclées spécialisées dans la préhension fine de petites quantités d’aliments. La structure des dents, de la mâchoire et de la langue est hautement spécialisée. La surface des dents est plate, ce qui favorise la mastication. La mâchoire est très mobile, permettant les mouvements dans tous les sens. La nourriture est mastiquée, broyée, mélangée longuement avant d’être avalé en petite quantité. Notre salive, contrairement aux carnivores, et aux omnivores comme l’ours et le raton laveur, contient une enzyme qui amorce et facilite la digestion. Nos secrétions gastriques sont beaucoup moins acides que chez les carnivores. L’intestin, où la plupart des aliments sont absorbés, est beaucoup plus long – 10 à 12 fois la longueur du corps – ce qui favorise la digestion. Enfin, le colon ou le gros intestin, la partie la plus postérieur du système digestif, est en général beaucoup plus complexe que chez les carnivores et les omnivores. Notre anatomie, à nous êtres humains, cadre très bien avec cette description.



Quand on pense à un herbivore, on pense à la vache, au mouton ou au cheval. Or, ces animaux ont un système digestif très complexe, souvent composé d'un estomac à plusieurs compartiments. Ces animaux peuvent manger et digérer le foin, ce qui n'est pas notre cas?

Selon ma définition, tout animal qui mange une nourriture dérivée des plantes est un herbivore. Cela dit, il y en a plusieurs types, équipés de façon variable pour digérer différentes sortes de matières végétales. Ceux qui mangent du foin, une matière très fibreuse, riche en cellulose, difficile à digérer, ont un système digestif très complexe. Ils sont capables, par un processus de fermentation bactérienne, de dégrader et de transformer des aliments très indigestes. Notre espèce est plutôt adaptée pour traiter une matière végétale beaucoup plus digeste comme les fruits, les légumes tendres, les racines et les noix. Par conséquent, notre système digestif est plus simple. Il n'en demeure pas moins que nous sommes des herbivores.



Et la fameuse vitamine B12 ?

La manière dont nous métabolisons cette vitamine confirme notre nature d’herbivores. Nous sommes fait pour manger des aliments qui en contiennent en général une infime quantité. Cependant, nous sommes merveilleusement bien équipés pour l'absorber, la transformer et la préserver. Ce n’est pas le cas des carnivores et des omnivores qui en trouvent facilement de très grandes quantités dans la viande.



Voulez-vous dire qu’on n’a pas à se soucier de cette vitamine ?

La vitamine B12 est produite par les bactéries, or, depuis que l'on aseptise eau et aliments, il est plus difficile de combler ses besoins, quoique ce ne soit pas impossible. En effet, certaines bactéries résidant dans notre bouche et nos intestins en synthétisent une certaine quantité. Enfin, plusieurs aliments ainsi que les fruits et les légumes biologiques non traités et que l’on mange avec la peau (et donc ayant en surface une quantité appréciable de bactéries) en contiennent également. Les végétaliens qui s’alimentent bien n’ont pas de difficultés à combler leurs besoins en B12. En cas de doute, il est tout de même préférable de vérifier annuellement son taux de B12 ou de prendre un supplément, à raison de 25 mg par semaine, et non de 50 mg par jour comme le recommandent les fabricants.



C’est tout de même étonnant, depuis le temps, qu’on ne soit pas mieux adaptés pour manger de la viande ?

Nous ne sommes devenus omnivores puis carnivores que depuis relativement peu de temps, en réponse à des impératifs culturels et non biologiques. Cette nuance est très importante, car même si nous pouvons manger presque n'importe quoi, cela ne veut pas nécessairement dire que c’est bon pour nous. Contrairement à l’évolution technologique et culturelle, l’évolution biologique se produit sur des centaines de milliers, voire des millions d’années. C’est un peu le lièvre et la tortue. Ce ne sont pas les adaptations morphologiques qui ont permis à l’homme préhistorique de chasser, puis de consommer des animaux; c’est son intelligence qui lui a permis de faire ce que son anatomie lui refusait. En d’autres termes, au lieu de sélectionner les modifications gastro-intestinales les mieux adaptées à ce type d’alimentation, la sélection naturelle a favorisé les plus habiles chasseurs, les plus ingénieux fabricants d’outils ainsi que les adaptations culturelles associées.



Pour résumer, nous sommes surtout faits pour manger des plantes. Or, en Occident, la plupart des gens font le contraire; comment expliquez-vous cette déviation ?

C’est en quittant le berceau africain pour occuper des régions plus froides que l’homme a changé, en très peu de temps, pour des raisons vitales, son régime alimentaire. Il a dû s’adapter aux variations saisonnières de la croissance des végétaux en incorporant à son alimentation de plus en plus de produits carnés au fur et à mesure qu’il s’est déplacé vers le Nord. Les animaux étaient abondants et il ne semblait y avoir aucune contre-indication. L’invention de l’outil et son perfectionnement a facilité cette évolution. Puis, il y a 10 000 ans, c’est la domestication massive des plantes et des animaux. Cependant, le régime alimentaire de base demeure essentiellement composé de plantes. Les agriculteurs avaient des animaux pour les aider à travailler la terre. Ils buvaient leur lait, ils mangeaient les oeufs de la volaille, mais, en général, ils ne les tuaient pas. Les animaux étaient bien trop précieux. Ils s’en servaient également comme monnaie d’échange. Pendant des siècles, la viande était une denrée presque exclusivement réservée aux riches marchands, aux nobles et aux aristocrates.

C’était un symbole de rang social et de prospérité. Les pauvres en mangeaient seulement à certaines occasions, lors des fêtes religieuses par exemple. Puis, il y a à peine deux cents ans, à la suite de la révolution industrielle, l’élevage des animaux de boucherie s’est intensifié, et la viande, notamment le bœuf, est devenue de plus en plus populaire et accessible à tous les échelons sociaux. Nous sommes donc devenus des omnivores à tendance carnivore à une grande échelle, depuis tout récemment, avec les conséquences que nous connaissons tous.



Vos arguments sont convaincants. Pourtant, comment expliquer que de nombreuses personnes vivent en santé et parfois très vieux, en mangeant de la viande et ses nombreux dérivés ?

Il y a d'autres facteurs en jeu. Le stress, la génétique, les polluants chimiques et autres, la quantité consommée, le niveau d'activité ont une grande influence. Manger de la viande, des œufs et du lait en modération, passe encore. Toutefois, ce n'est pas l'idéal pour notre espèce. Nous sommes essentiellement des herbivores et notre corps a de la difficulté à digérer et à métaboliser cette nourriture. Ce n'est pas pour rien que les maladies nutritionnelles sont si nombreuses. Enfin, il importe de faire des choix alimentaires qui concordent avec le contexte démographique et écologique actuel. Il serait donc prudent de revenir à un régime, somme toute, beaucoup plus naturel pour notre espèce. Ce n'est pas une régression, mais un retour salutaire. C'est sans doute pour notre espèce une question vitale.

(Image : cliquez pour agrandir)

homme_vegetarien.jpg

 

 A lire aussi, pour complément d'information,
mon petit texte explicatif personnel :

"Pourquoi je suis végé"

 

20:19 Publié dans Cause animale et végétarisme | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : végétarisme, ecologie, libération animale |  Facebook | | |

Islam et Droits des animaux : l'Aïd sans sacrifice animal

L'association Droits des Animaux estime qu'il est important d'aller au-delà des clichés sur l'islam, souvent assimilé à une démarche contraire aux droits des animaux.

 

Ce dépliant démontre qu'il n'en est rien : la compassion envers les animaux est très présente en islam, parfaitement compatible avec le respect des animaux pour qui veut bien connaitre cette religion.

Source : http://www.droitsdesanimaux.net/islam.php

 



CLIQUEZ SUR CHAQUE IMAGE
POUR AFFICHER EN GRAND,
ET POUR POUVOIR AINSI LIRE LE TEXTE :

 

AÏD_1.jpg

AÏD_2.jpg

17/07/2012

Géo-ingénierie, chemtrails : informez-vous, réveillez-vous !!!

chemtrails2.jpg

Chemtrails_autruche.2.jpg

 

Comme vous l'aurez sans aucun doute constaté, si vous vous êtes toutefois donné la peine de l'observer, l'épandage de traînées chimiques (chemtrails) dans le ciel de nos régions est aujourd'hui devenu massif et quasi-quotidien. Pourtant, l'apathie règne parmi l'écrasante majorité de nos concitoyens, leur indifférence et leur apparente cécité face à l'évidence flagrante de la chose s'expliquant par l'ignorance totale dans laquelle les maintiennent les médias et les pouvoirs publics.

A l'origine, ce sont d'abord les USA, puis tous les pays qui leurs sont inféodés (pays de l'OTAN et pays envahis) qui ont pratiqué la géo-ingénierie : chemtrails, nuages artificiels etc. Mais depuis trois ou quatre ans, on peut voir la Chine et la Russie s'y essayer également...

Il est donc grand temps de nous mobiliser, afin de partager des témoignages, des informations, des photographies, des documents divers, et d'agir dans la mesure de nos possibilités afin de révéler la vérité au plus grand nombre.

Vous pourrez trouver de nombreuses informations concernant les chemtrails en explorant en détails le contenu de ce site, parmi de très nombreuses autres sources consultables sur le Web : http://www.chemtrails-france.com/

Malgré l'accumulation des plus criantes évidences, il se trouve encore une forte proportion de sceptiques professionnels pour soutenir que la géo-ingénierie n'existerait pas, et que ce ne serait somme toute qu'un fantasme "conspirationniste", tout juste bon à être tourné en dérision... Consternant. Comme le dit l'adage bien connu, il n'est hélas pas pires aveugles que ceux qui se refusent à voir.

OUVREZ LES YEUX ! REVEILLEZ-VOUS ! Les nuages et les intempéries artificiellement créés, ça existe ! Et les épandages aériens de produits chimiques (chemtrails) aussi ! C'est tous les jours au-dessus de vos têtes, et quasiment partout !!!...

 

Enfin, vous trouverez ci-dessous quelques petites vidéos didactiques concernant ce problème qui me tient particulièrement à coeur depuis un certain temps, et que je vous invite très vivement à visionner, à partager et à diffuser.



Hans CANY

 

1/ CHEMTRAILS pour débutants (Une bonne entrée en matière) :

 

 

2/ NE NOUS VOILONS PLUS LA FACE... :


Ne nous voilons plus la face... par ActuChem

 

 

3/ Création de nuages artificiels (autre technique de géo-ingénierie) :


Une machine de la NASA fabrique des nuages de... par cbknikII

 

 

4/ Témoignage d'un ex-agent du FBI :


Ex agent du FBI témoigne sur les chemtrails... par JaneBurgermeister

 

5/ Un appel téléphonique pour informations à Météo France (Edifiant...) :

 

6/ Séquence mettant en évidence un épandage par 2 avions,
avec début et fin bien marqués :


Chemtrails Qui peut expliquer cette video ? par killuminatis

 

chemtrails3.jpg

 

11/07/2012

Contre tout déviationnisme : Manifeste pour une Garde Verte

livre_vert.1.jpg

 

A l'heure où les tragiques évènements de Libye, en cours depuis 2011, ont entraîné la destruction de la Jamahiriya et la désintégration de toutes ses instances officielles, une certaine confusion règne dans les esprits de beaucoup de celles et de ceux qui, de par le monde, avaient pris fait et cause pour le Frère Guide et son peuple, contre l'agression impérialiste et l'ignoble coalition des traîtres et des renégats. Les cartes du jeu étant aujourd'hui quelque peu brouillées, le désespoir voire le renoncement et la résignation l'ont hélas emporté chez certain(e)s, qui considèrent que puisque la Jamahiriya libyenne est tombée, il n'y aurait désormais plus lieu de lutter, plus rien à défendre. D'après ces derniers, il conviendrait donc à présent de "tourner la page" pour "passer à autre chose", selon des formulations fréquemment rencontrées. D'autres, se berçant d'improbables illusions, animé(e)s par le fervent désir de voir la Libye "verte" restaurée à n'importe quel prix, n'hésitent pas à envisager les plus folles compromissions sous couvert de prétendues réformes, au prix de l'abandon pur et simple de certains principes élémentaires et fondamentaux de la Troisième Théorie universelle. Principes élémentaires et fondamentaux sans lesquels la notion même de Jamahiriya n'aurait pourtant plus le moindre sens... Si un certain nombre de celles et de ceux qui adoptent ce type de positions sont d'authentiques confusionnistes dont il convient de combattre vigoureusement les dangereuses et néfastes dérives, la plupart des frères et soeurs qui s'y laissent prendre ne le font heureusement que par naïveté, oubli et/ou méconnaissance de ce qui fait l'essence même de notre lutte commune. Il est donc aujourd'hui nécessaire d'être plus que jamais vigilants, de rappeler publiquement l'essentiel à chaque fois que cela s'avère nécessaire, et de combattre sans relâche le déviationnisme où qu'il se trouve, fut-il ou non pétri d'intentions louables...mais erronées. La Garde Verte, héritière informelle des Comités révolutionnaires de la Jamahiriya libyenne, se fixe cet objectif : celui de contrer les déviances idéologiques, malveillantes ou non, et de défendre en toutes circonstances les idéaux réunis dans le Livre vert, manifeste dont la valeur reste intemporelle.
Dans la Jamahiriya libyenne, les Comités révolutionnaires étaient des collectifs de fervents militants de la cause verte, qui prenaient part à tous les congrès populaires de base, ces assemblées libres de citoyens où chacun pouvait s'exprimer, où l'on débattait de choses et d'autres relatives à la gestion de la vie quotidienne et des administrations locales, et où des décisions étaient prises collectivement, en vertu du principe de la Démocratie directe. Lors de ces congrès populaires, des membres, hommes et femmes, des Comités révolutionnaires, prenaient la parole au même titre que les autres participants, toujours pour exprimer des points de vue conformes aux idéaux du Livre vert. Cela permettait de répondre aux propos de tel ou tel intervenant, ou d'exprimer des points de vue plus généraux, relatifs aux sujets débattus. L'ensemble de l'assistance bénéficiait ainsi de ces points de vue éclairés, pouvant constituer de judicieux rappels à celles et ceux qui avaient ponctuellement perdu de vue certaines orientations importantes, ou tout simplement de précieux enseignements à l'adresse de celles et de ceux dont le niveau de culture et de conscience politiques restait limité. En résumé, leur rôle était donc de suggérer des orientations allant dans le sens de la Révolution verte, d'encourager le peuple à se gouverner lui-même, d'expliquer les idées, et de rectifier d'éventuelles erreurs ou malentendus concernant l'interprétation du Livre vert. De façon plus générale, la Garde Verte se fixe donc le même objectif.



Qu'est-ce que la Garde Verte ?

La Garde Verte est un courant spontané, informel, non structuré, qui ne dépend de l'autorité ni de la supervisation d'aucune organisation ni d'aucun individu. La seule et unique autorité morale que la Garde Verte peut éventuellement reconnaître -sans obéissance aveugle- est celle du Frère Guide Mouammar Kadhafi lui-même. La Garde Verte est constituée par l'association libre et volontaire de militants et de militantes éveillés du socialisme vert, désirant contrer les mensonges et le déviationnisme idéologique en y répliquant par l'écrit ou par la parole où qu'il se trouve, qu'il s'agisse de discussions orales au cours de la vie quotidienne, de la presse écrite, d'internet (blogs etc), ou de  débats ayant lieu par le biais des réseaux sociaux, moyen majeur de communication de notre époque.
Comme son nom l'indique, elle désigne celles et ceux pour qui importe tout particulièrement la sauvegarde des idéaux fondamentaux de la Troisième Théorie universelle exposés dans le Livre vert, notamment ceux qui se rapportent à la Démocratie directe et participative, au socialisme, à l'abolition du salariat, et à la souveraineté nationale et populaire contre tous les impérialismes.



A qui s'oppose la Garde Verte ?

Elle s'oppose de façon radicale à toutes les velléités déviationnistes, qui que soient celles ou ceux qui  les formulent, sous couvert de prétendues réformes ou de falsifications éhontées.
Elle s'oppose radicalement, notamment, à toutes les velléités de conversion au parlementarisme, de participation aux élections de la fausse "démocratie" bourgeoise, de conversion au capitalisme, ou de constitution en parti politique.
Elle s'oppose radicalement à toutes les velléités d'alliances ou de compromis circonstanciels avec l'Ennemi sous couvert d' "unité" ou de "réconciliation" : aucun accord ne peut décemment voir le jour avec les fossoyeurs de la Jamahiriya libyenne, ni avec les ennemis du socialisme vert en général.
Pas d'oubli ni de pardon pour tous les criminels de 2011, de tous pays, ni pour tous ceux qui les auront approuvés voire soutenus, politicards, journalistes ou autres.
Seules les questions relatives à l'organisation territoriale peuvent éventuellement faire l'objet de réformes, puisqu'elles concernent simplement la vie quotidienne et la volonté des peuples, sans nécessairement remettre en cause les principes fondamentaux de la Démocratie directe et participative et du socialisme réel.  



Comment devient-on membre de la Garde Verte ?

Simplement en le voulant, en s'en réclamant, et en le faisant savoir. La Garde Verte se compose uniquement de militants et de militantes fervents de la Troisième Théorie universelle, qui peuvent éventuellement associer leurs efforts sur la seule base de la libre entente, ou qui peuvent agir en solitaires, de manière individuelle. La Garde Verte est un courant spontané, informel, non-structuré, non hiérarchisé, qui ne donne lieu à aucune adhésion officielle. Seules la culture, l'intégrité, et la ferveur politiques de celles et de ceux qui s'en réclament ont valeur d' "adhésion". Celui ou celle qui ne satisferait pas à ces critères perdrait de facto la reconnaissance de ses camarades, ainsi que celle d'autrui. Il ou elle se disqualifierait de ce simple fait.



Quel est le but ultime poursuivi par la Garde Verte ?

La Garde Verte n'a pas pour vocation d'être un comité de soutien ni une quelconque courroie de transmission de la Résistance verte libyenne. Elle ne se fixe pas pour objectif le seul rétablissement  de la Jamahiriya en Libye. En outre, elle n'entend pas soutenir une telle restauration de la Jamahiriya libyenne à n'importe quel prix. Elle reste vigilante vis-à-vis des reniements des uns et des autres, et ne soutiendra pas aveuglément les agissements de tel ou tel individu sur la seule base de son prestige passé. La Garde Verte insiste sur le fait que la Troisième Théorie universelle est précisément universelle, et qu'elle s'adresse donc aux peuples du monde entier. De même, ainsi que l'a souligné en 2011 le Frère Guide Mouammar Al-Kadhafi, le drapeau vert appartient à tout le monde. Il n'est pas un simple étendard national, mais bel et bien le symbole d'une idéologie spécifique, qui peut être diffusée et appliquée partout. La Garde Verte est donc un courant militant appelant à une révolution mondiale, tout en encourageant chaque peuple, chaque nation, à développer le mouvement selon ses propres spécificités culturelles et nationales.




Pour dire NON à la résignation, aux compromissions et au déviationnisme, un nouveau courant de défense de l'idéal révolutionnaire vert est né !

Rejoignez-le, faites-le connaître, diffusez ce manifeste, frères et soeurs de tous horizons !

Sous le signe de l'étoile verte, la Garde Verte lutte pour préserver la flamme de l'idéal libérateur qui nous anime !

Partout, controns les propos des égarés, des défaitistes, des traîtres, des renégats et des liquidateurs de la pensée jamahiriyenne !

Soyons vigilants, et toujours présents !
Vive la Garde Verte !



Hans CANY
(le 11 juillet 2012)

 

LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

 

Etoile_verte.GARDE_VERTE.jpg

 

 

 

ABIDJAN TALK (07/7/2012) : "Mouammar Kadhafi serait toujours vivant"


Pour rappel, (re)lire mes articles à ce sujet :


. LA MORT DE KADHAFI : UNE INTOX SANS PRECEDENT ? (25/10/2011)

. MORT PRESUMEE DE KADHAFI : LES DOUTES PERSISTENT (30/10/2011)

. La mort de Kadhafi et ses zones d'ombre : ma nécessaire mise au point (01/12/2011)

(Entre autres)

En guise de complément d'information susceptible de vous apporter des précisions supplémentaires, je vous invite maintenant à prendre connaissance du texte ci-dessous, publié sur le forum ABIDJAN TALK le 07 juillet 2012 (Source : http://www.abidjantalk.com/forum/viewtopic.php?p=390339#3... )

H.C.


______________________________________________

Mouammar Kadhafi serait toujours vivant


Près de 9 mois après l’annonce de la mort du Guide Libyen de très nombreuses personnes à travers le monde continuent de penser que Mouammar Qaddafi est toujours vivant.

Selon la bloggeuse, américano-corse, Christella Bernadene Krebs, la vidéo (qui a fait le tour du monde) où le Guide Libyen apparaît blessé, sodomisé et malmené par une foule hostile serait en réalité une « mise en scène» tourné le 19 octobre 2011 à Misrata et ayant pour acteur principal un certain, Ahmed Ramadan, censé incarner le Guide Libyen, Mouammar Qaddafi.

Selon cette bloggeuse dont le blog est disponible à http://12160.info/profile/ChristellaBernardeneKrebs et qui a accordé un entretien téléphonique à Morris ( http://www.youtube.com/watch?v=Pv1iuLuOmGE&feature=bf... ) , le corps de la personne qui a été exposé à la morgue de Misrata le 20 octobre 2011 n’est pas celui de Mouammar Qaddafi, ni d’ailleurs celui d’Ahmed Ramadan (dont le rôle s’est limité à celui d’acteur), mais celui d’un certain Ali Majid al Andalous ,un résident de Syrte connu en Libye pour sa ressemblance avec Mouammar Qaddafi.

Quand on observe attentivement on constate qu’Ahmed Ramadan, qui affirmé avoir été un « proche » du régime ,qui a été capturé par les forces du CNT après la chute de Tripoli et qui a fait des « révélations »ressemble lui aussi énormément au Guide Libyen.

La photo de ce Ahmed Ramadan est disponible à http://www.ronpaulforums.com/entry.php?483-al-GADAFI-is-a...

Deux entretiens d’Ahmed Ramadan,avec sous-titrage en anglais où il accuse Qaddafi d’être responsable de l’attentat de Lockerbie et de la disparition de l’Imam Libanais Moussa al Sadr sont également disponibles ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=jkPpH6kXh_4&feature=re... (Affaire Imam Moussa al Sadr)

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&... (Affaire Lockerbie)

Christella Bernadene Krebs affirme qu’Ahmed Radaman s’est ensuite rétracté à la fin du mois de novembre 2011 en déclarant avoir été payé pour accuser le Guide Libyen et en soulignant avoir été « l’acteur » incarnant le Guide bléssé et malmené par la foule hostile

La bloggeuse affiirme quant à elle être certaine que le Guide Libyen et son fils Khamis sont toujours vivants !

L’OTAN a utilisé la guerre psychologique pendant tout le conflit Libyen en 2011 et il n’est pas à exclure que "l’arme suprême" utilisée par l’Alliance Atlantique pour en « finir » avec les soutiens du Guide Libyen ait été celle de l’annonce de sa mort, avec comme « preuve » : une vidéo fabriquée.

Les images de synthèse et l'informatique permettent aujourd'hui de réaliser n'importe quel type de montage vidéo, ce qui signifie que l'image n'est en réalité plus "une preuve", et ce même si nos esprits sont conditionnés à penser le contraire.

Si l’objectif était d’abattre moralement, tous ceux qui à l’intérieur et à l'extérieur de la Libye,soutenaient le Guide, les stratèges de l’OTAN ont « réussi » leur coup.

 

 

libye,hans cany,géopolitique et politique internationale


11:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

05/07/2012

Pourquoi être pro-Kadhafi aujourd'hui ?

panneau_vert.jpg

France : le scandale des éthylotests obligatoires

Ethylotest.jpg

 

A lire et transmettre sans modération ! Un vrai scandale.

 


 

Bonjour à tous.

Ils sont revendus entre 2 et 3 € dans les grandes surfaces, et au bout de 12 mois ils sont périmés.

Pour info : Savoir que les éthylotests restent « consommables » très peu de temps dans la chaleur d’une voiture.

Ainsi, même si vous n’avez pas bu une goutte d’alcool, il risque d’indiquer un taux d’alcool irréel et vous ne pourrez pas vous fier à cet instrument.
Voilà un scandale qui, s'il était connu d'un grand nombre de Français, ferait sans doute une onde de choc à travers tout le pays...
Vous savez sans doute que le gouvernement a récemment publié un décret qui oblige chaque automobiliste à détenir dans sa voiture un éthylotest – enfin deux, l'un pour se tester en cas de doute, et l'autre à présenter aux gendarmes en cas de contrôle.
Officiellement, le but est de lutter contre l'alcoolisme au volant. Tout le monde aimerait voir moins de drames sur la route liés à l'alcool, c'est incontestable. Mais je vais vous montrer qu'il s'agit de bien autre chose ici...

L'affaire est tellement scandaleuse qu'il fallait absolument que je vous envoie un mail pour vous informer !

Alors, voilà ce qui se passe :

En juillet, une association, "I-Test" se crée pour militer en faveur d'éthylotests obligatoires dans toutes les voitures.
Ils interpellent le Ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et hop quelques mois plus tard le décret sort. La nouvelle infraction est créée, avec une amende de 11 euros à la clef. Quand on sait qu'il faut des années d'habitude pour obtenir quoi que ce soit quand on est une association, nous avons été saisis par cette rapidité !
Vous le savez, ici à la Ligue de Défense des Conducteurs, nous enquêtons depuis plus de trois ans sur la répression routière il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir le pot aux roses !
Qui sont les membres de cette "association I-Test" ? S'agit-il, comme on aurait pu le croire, d'un collectif de familles qui ont perdu un proche sur la route à cause d'un chauffard qui avait trop bu ?

Pas du tout : ce sont tout simplement... des fabricants d'éthylotests !

Le Président de "l'association" est chargé de mission chez Contralco, le plus grand fabricant d'éthylotests chimiques (les fameux "ballons").

Et là, il vient de réussir un coup de maître : assurer à sa boîte un marché 100 % garanti sur 38 millions de voitures !
Le calcul est vite fait : 38 millions de voitures x 2 éthylotests à 1€ pièce = 76 millions d'euros garantis dès l'application du décret en juillet prochain.

Mieux : le décret comporte une obligation de norme NF pour les éthylotests... norme que cette entreprise est la seule à avoir !
Voilà : un marché juteux, 100 % garanti, qui va rapporter des millions à une grosse entreprise...

Et nous, on vient nous dire que c'est pour notre sécurité ? Et que si l'éthylotest venait à manquer dans notre boîte à gants, ce serait tellement grave qu'on devrait payer une amende ?
Franchement, de qui se moque-t-on ?

M'aider à faire connaître ce scandale au plus grand nombre de Français possible, en transférant ce message à tous vos amis, vos proches, ou vos collègues. Ne les laissez pas tomber dans le piège de la propagande des pouvoirs publics qui utilisent la sécurité routière comme un alibi pour engraisser un business juteux.

Christiane Bayard
Secrétaire Générale
Ligue de Défense des Conducteurs
LIGUE DE DÉFENSE DES CONDUCTEURS
116, rue de Charenton 75012 PARIS

 


--------------------------

 

 
A lire aussi, l'article suivant tiré de Mediapart.

 

 

Les éthylotests au cœur d'une combine ?

 

Le lobbying dans les couloirs de l'assemblée ca marche bien. Fabricant d'ethylotest, le gars à réussit à faire passer une loi + faire partis du comité de norme NF... Et tout le monde devra s'équiper pour le plus grand bonheur de son chiffre d'affaire. Bravo M. Orgeval...
(de Sabrina Ait -Matouk)

 


Le président de l'association à l'origine du décret est aussi un salarié de l'entreprise qui les fabrique !

L’éthylotest, l'accessoire indispensable de notre été est le jackpot commercial de l'année. Rendu obligatoire par un décret, il devra garnir, dès dimanche, toutes les boîtes à gants de l'Hexagone. Une PME de l'Hérault, Contralco, jubile.

Déjà leader mondial de ces ballons gonflables, Contralco devrait aussi devenir le fournisseur quasi exclusif des 46 millions d'automobilistes français. Au bord de la faillite voici à peine quelques saisons, l'entreprise familiale a depuis embauché à tour de bras pour satisfaire une demande désormais estimée à 5 millions d'éthylotests par mois. « 174 personnes travaillent chez nous, soit une grosse centaine de plus que l'an dernier », se réjouit Guillaume Neau, le responsable marketing de la société.

Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes économiques si l'un de ses salariés n'était pas curieusement le président d'I-Test, l'association à l'origine du décret arraché au gouvernement Fillon. Créée il y a moins d'un an (le 26 juin 2011) par un certain Daniel Orgeval, cette petite structure a su convaincre très rapidement l'État de l'intérêt supérieur de sa démarche.

 

 Le marché est juteux

De là à hurler au conflit d'intérêts, il n'y a qu'un pas que la Ligue de défense des conducteurs (LDC) n'a évidemment pas hésité à franchir. « C'est un scandale », assure sa secrétaire générale, Christiane Bayard. D’autant que le décret comporte une obligation de norme NF ... norme que cette entreprise est la seule à avoir !

Dominique Bussereau, ancien ministre des transport, trouve « choquant que le président de l'association en faveur des éthylotests soit également employé de l'entreprise qui les fabrique. De toute façon, dit il, la vraie solution serait d'équiper en série les véhicules. Hélas, le conservatisme et la paresse intellectuelle des constructeurs automobiles pesaient lourds alors que je cherchais à les convaincre. »

Pigeons ou pas, petits Français, n’oubliez pas de garnir votre boite à gants… il serait bon aussi de vous équiper d’un climatiseur, car il parait que l’éthylotest et sa chimie ne supportent ni le chaud de l’été, ni le froid de l’hiver…

 


13:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |