Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2012

Nabot-Léon, empereur des mougeons

On l'appelle aujourd'hui le "président-candidat", ce qui n'est pas sans rappeler très fortement le "prince-président", Louis-Napoléon Bonaparte, à l'époque où il fut le premier président de la République française, et avant qu'il ne devienne empereur sous le nom de Napoléon III.
Mais la comparaison s'arrête là. Car Nabot-Léon le Petit n'arrive en fait pas à la cheville de Louis-Napoléon Bonaparte/Napoléon III. Il a le panache en moins, et une infinie médiocrité en plus. En vérité, Nabot-Léon n'est qu'un étron.

H.C.

Empire.jpg



18:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany |  Facebook | | |

23/04/2012

Le 22 avril 2012, c'était la fête aux mougeons

Mougeon.jpg

 

"Si tu ne votes pas, ne te plains pas", nous disent parfois certains, convaincus de la vérité et de la logique imparable de leur bon mot. Nous serions pourtant tentés de leur répliquer, de façon tout aussi catégorique : "Si tu votes pour des escrocs, des imposteurs et des charlatans, alors ne viens pas te plaindre ensuite d'être entubé à qui mieux-mieux"...

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de les avertir à notre humble niveau, mais malgré cela, pas moins de 80% des inscrits de sont déplacés aux urnes pour accomplir leur prétendu "devoir" civique, autrement dit pour participer à une énième mascarade électorale, véritable négation de la Démocratie digne de ce nom. Quatre-vingt pour cent ! C'est énorme. Mais le plus consternant dans cette affaire, c'est de constater qu'au final, et surtout en tenant compte de ce fort taux de participation, pas moins de 27% de mougeons -hybrides de moutons et de pigeons- ont trouvé le moyen de donner leur voix à Sarkozy !!!  Vingt-sept pourcents pour cette ordure sans nom, ce menteur professionnel, cet escroc, ce tyran, ce fossoyeur des acquis sociaux, ce criminel de guerre, cette charogne patentée !!!... On aurait pourtant raisonnablement pu espérer que la racaille élyséenne aurait été éliminée dès l'issue du premier tour, ce qui somme toute aurait été la moindre des choses, et aurait au moins permis de croire au relatif bon sens d'une large partie des ressortissants de l'Hexagonie. Mais en l'occurrence non, même pas. Et il y a véritablement là matière à s'interroger sur le QI véritable comme sur le niveau de conscience politique et sociale de ce navrant ramassis de masochistes et d'irresponsables.

L'autre prétendue surprise de ce srutin aura été le score effectué par Marine Le Pen, avec un peu plus de 17% au niveau national, score s'avèrant plus élevé que selon les sacro-saintes prévisions sondagières. Pourtant, toujours compte tenu du fort taux de participation, ce score n'est en fait qu'à peine honorable, voire décevant pour ceux qui attendaient davantage. Dix-sept pourcent seulement dans un tel contexte, cela ne laisse augurer rien de très réjouissant quant au degré de réveil socio-politique dans ce pays. Marine Le Pen aura néanmoins la satisfaction d'avoir largement devancé l'imposteur Mélenchon, qui avec ses 11% aura donc au final perdu son pari d'être positionné devant le FN.

A présent, pour le second tour de cette sinistre fumisterie, entre Sarkollande et Hollozy, le choix est fort, c'est du joli. Un grand merci à la masse des mougeons bien dociles, qui nous condamnent ainsi de facto à cinq années supplémentaires de diktat et de statu-quo systémique. Pepsi ou Coca ? Peste ou choléra ? Faites donc votre choix !

En ce qui me concerne, le choix est tout de suite fait : le Système n'aura certainement pas ma voix, ni sous l'une, ni sous l'autre de ses incarnations. Sarkozy, immonde raclure de bidet droitarde et libérale,  et criminel de guerre notoire, inutile de revenir sur son cas. Mais Hollande, non content d'être un faux "socialiste" et un vrai capitaliste libéral, est aussi un fervent partisan du N.O.M. Il a non seulement approuvé et soutenu l'agression impérialiste contre la Libye en 2011, mais il se dit aussi d'ores et déjà prêt à envoyer des soldats en Syrie ! Réfléchissez donc à deux fois, avant de donner aveuglément un blanc-seing à Flamby, et de lui permettre ainsi de poursuivre allègrement les mêmes ignominies internationales que son funeste prédécesseur...

De toute façon, je réalise d'autant plus à présent combien le chemin à parcourir sera long et fastidieux. Ce blog enregistre certes des dizaines de milliers de visites chaque année -des centaines chaque jour-, mais ce n'est en définitive qu'une goutte d'eau dans l'océan, au regard de la tâche à accomplir. Parfois, je l'avoue, je le confesse, le découragement voire le désespoir ne sont pas loin. Quand je vois, par exemple, que bon nombre de ceux et de celles qui se croient pourtant de notre côté continuent de perpétuer la fausse "démocratie" en s'empressant d'aller voter pour le "moins pire", je me dis qu'ils et elles n'ont toujours pas correctement assimilé certains principes fondamentaux, qui occupent pourtant une position centrale, essentielle, dans le corpus idéologique auquel nous nous référons. Si l'on ajoute à cela la grande masse de celles et de ceux qui ne font même pas l'effort de lire ce qu'on leur propose, et qui prétendent malgré tout en discuter (!), ainsi de celles et de ceux qui ne font que lire "en diagonale" (sic) et/ou qui s'avèrent au final totalement incapables de comprendre correctement le sens du peu qu'ils et elles auront daigné lire, je ne puis m'empêcher de me dire que la révolution des esprits à grande échelle n'est malheureusement pas pour demain...

Le gros souci, c'est que même parmi les gens qui dénoncent la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte (dite représentative) comme la falsification qu'elle est, beaucoup continuent malgré tout de participer au cirque électoral, par réaction et/ou conditionnement. Ils choisissent par dépit de voter pour le "moins pire", pour le "moindre mal" faute de mieux. Or, c'est un non-sens total, puisque c'est précisément leurs votes qui perpétuent indéfiniment l'imposture...

Voter pour un quelconque "représentant" de quelque bord que ce soit, c'est abdiquer, renoncer à la souveraineté populaire en distribuant des chèques en blanc à des "élus" potentiels. Contrairement à ce que cherche à faire croire la propagande électorale, l'abstention sert à quelque chose : c'est le plus puissant moyen de contestation, et l'abstention est comptabilisée, contrairement aux votes blancs et nuls. Plus le pourcentage d'abstention est important, moins l'élection d'un quelconque parti ou quidam est légitime, c'est mathématique. Et moins il y a de participants qui cautionnent l'imposture, plus cette dernière est remise en question, et plus il y a moyen de faire entendre des propositions alternatives, pour une VRAIE démocratie, directe et participative.

Ce que le Système craint le plus, ce n'est pas le vote pour untel ou untel -même pour des "extrêmes" ou de pseudo "rebelles" institutionnalisés-, mais c'est bel et bien l'ABSTENTION... Car l'abstention consciente et "militante", le boycott total, signifie à terme la mort de ce système de dupes, et l'avènement potentiel d'autre chose. Tant qu'il restera assez de naïfs pour jouer le jeu, ne serait-ce que celui du "moindre mal", on ne sera pas près de voir avancer le schmilblick.
Ne vous laissez plus berner, refusez de vous faire confisquer votre souveraineté, refusez de plébisciter untel ou untel sous prétexte de "moindre mal", alors que le ou la candidat(e) en question n'incarne nullement vos aspirations profondes et réelles, et qu'une fois élu(e), vous ne pourrez plus exercer le moindre contrôle sur ses agissements ni sur ceux de ses acolytes. Ceux qui vous disent qu'en ne votant pas, vous laisseriez les autres choisir et décider à votre place vous mentent, ou au mieux se trompent. Ils ne font qu'entretenir l'illusion du libre choix et donc de la légitimité de ce système fallacieux. Ne les écoutez pas, cessez de vous faire avoir. Comme le dit fort judicieusement l'adage, si les élections pouvaient réellement changer les choses, elles seraient purement et simplement interdites, et ce depuis longtemps. Ne l'oubliez jamais. La seule solution qui soit réellement efficiente , c'est l'objection de conscience permanente et généralisée, et donc le boycott, l'abstention consciente et révolutionnaire. Au contraire, contestez. Refusez de jouer le jeu. Informez vous, instruisez vous, découvrez des alternatives radicales, et faites-les connaître autour de vous. Le vrai changement, ce ne sont pas eux, ni leurs soi-disants rivaux dans la course à la gamelle. Le vrai changement, c'est vous, c'est nous. Car nous sommes le Peuple.

Quoi qu'il en soit, concernant le 6 mai 2012 et la fausse alternance qu'il propose, je ne puis mieux faire que de vous recommander de garder à l'esprit cette brillante formule de Michel Audiard : Cocu pour cocu, je préfère ne pas être consentant. Alors, je ne vote pas.

Hans CANY

 




TOUTE "REPRESENTATION" POLITIQUE EST UNE IMPOSTURE !

PAS DE SUBSTITUT AU POUVOIR DU PEUPLE !

PAS DE DEMOCRATIE REELLE EN DEHORS DE LA DEMOCRATIE DIRECTE ET PARTICIPATIVE !

PAS DE DEMOCRATIE SANS CONGRES POPULAIRES ET COMITES POPULAIRES !

EXIGEONS DES CONGRES POPULAIRES PARTOUT !


LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

VOTE_2.jpg

12:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, democratie |  Facebook | | |

22/04/2012

Pas une voix pour les criminels de guerre et leurs complices !

Kadhafi01.jpg

Tous les politicards suivants ont approuvé et soutenu l'agression impérialiste contre la Libye manigancée par Sarkozy, Juppé, BHL, Obama, Clinton, Cameron et tous leurs complices et sous-fiffres en 2011 :

. Jean-Luc MELENCHON (Front de Gauche)
. Eva JOLY (EELV)
. François HOLLANDE (PS)
. Olivier BESANCENNOT/Philippe POUTOU (NPA)
. François BAYROU (Modem)

...Et bien sûr Nicolas SARKOZY (UMP)

Pas une voix pour ces crapules !



NOUS N'OUBLIERONS PAS.
NOUS NE PARDONNERONS PAS.

H.C.


13:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : libye, democratie |  Facebook | | |

20/04/2012

Ce qu'est le SOCIALISME VERT

drapeau_vert.REVOLUTION.jpg

 

Le socialisme vert est l'expression militante et combattante d'un corpus idéologique révolutionnaire se démarquant à la fois du capitalisme et du marxisme, et constituant une troisième voie : la Troisième Théorie universelle, telle qu'exposée dans le Livre vert de Mouammar Kadhafi.

La Troisième Théorie Universelle, comme son nom l'indique, ne concerne pas que la Libye, ni même l'ensemble du continent africain uniquement : elle est universelle, et s'adresse donc de façon égale aux peuples du monde entier, de tous continents et de toutes cultures.

Les principes fondamentaux de la Troisième Théorie Universelle peuvent être résumés ainsi :

-La DEMOCRATIE DIRECTE, participative, seule forme de démocratie réelle et véritablement digne de ce nom, par opposition à la pseudo "démocratie" parlementaire indirecte et prétendument représentative qui est en vigueur dans la plupart des Etats du monde aujourd'hui encore. Cette démocratie directe se fonde sur les congrès populaires de base, permanents, ainsi que sur le Congrès général du peuple, qui se tient annuellement, permettant aux gens de se diriger eux-mêmes, et à tous et toutes de participer à la gestion des affaires publiques s'ils souhaitent y investir leurs efforts.

-Un SOCIALISME réel et d'essence autogestionnaire, visant à faire des travailleurs et des travailleuses non plus des salariés mais des associés, chaque échelon de la chaîne de production percevant une part égale, déterminée par ladite production. Le socialisme jamahiriyen, non-marxiste, est aussi d'essence redistributrice, et sa vocation est aussi d'assurer le droit au logement et à la propriété pour tous, l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme et du profit locatif, la gratuité de divers besoins fondamentaux de la population (eau, électricité, médecine etc), la solidarité et les aides financières aux plus démunis etc.

-Un PROGRESSISME SOCIAL ET MORAL, qui repose sur l'égalité fondamentale des droits de la femme et de l'homme, sur le refus de tout racisme, le rejet du colonialisme, l'opposition radicale à tous les impérialismes et l'affirmation de la souveraineté des peuples et de leurs territoires, sur le respect et la prise en compte des minorités ethniques ou sociales etc.

 

Hans CANY

 


19:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, hans cany, democratie, socialisme vert |  Facebook | | |

Guerre en Libye : EVA JOLY montre son vrai visage...

 

LIBYA.jpg

15:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : libye, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

Les présidentielles : une élection à 4 tours !

presidentielles.jpg

VOTE.jpg

 

LISEZ LE LIVRE VERT

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX



14:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, socialisme vert |  Facebook | | |

16/04/2012

A BAS LE TYRAN ! DEHORS, LE CRIMINEL DE GUERRE !

Sarkozy_sang.jpg

 

Sarkozy a du sang sur les mains. Notamment celui des Ivoiriens et des Libyens qu'il a délibérément fait massacrer en perpétrant les agressions impérialistes et néocoloniales que l'on sait. Cet agent zélé du Nouvel Ordre Mondial n'est rien de moins qu'un criminel de guerre, au même titre que ses acolytes et complices Juppé, BHL, Obama, Clinton, Cameron et consorts, et tous méritent impérieusement d'être jugés pour les indicibles crimes dont ils auront été les instigateurs.

Pour cette raison -et pour beaucoup d'autres raisons d'ordre social et de politique intérieure- , ce funeste tyran ne doit surtout pas être reconduit à la tête de l'Etat français, sous peine d'être condamnés à cinq années de diktat et de cauchemar supplémentaires.

Le b.a-ba du Livre vert et de la Troisième Théorie universelle, c'est de rejeter en bloc la pseudo-"démocratie" parlementaire indirecte, et donc de ne pas la plébisciter ni contribuer à la perpétuer en participant au processus électoral. Telle est, du moins, la position qu'il convient généralement d'adopter lorsqu'on s'en réclame, dans le contexte habituel de ce type de consultations.

Ceci dit, force est de reconnaître que le contexte est aujourd'hui très inhabituel, compte tenu notamment des évènements internationaux survenus depuis le début de l'année 2011, ainsi que du caractère éminemment néfaste des agissements de cet individu et de son association de malfaiteurs baptisée UMP sur le plan intérieur. A l'instar du Frère Guide, et à mon humble niveau, je suis personnellement adepte d'un certain pragmatisme, et je sais déroger exceptionnellement à certains dogmes idéologiques lorsque des circonstances particulières le nécessitent. Loin de moi l'idée de vous dicter ni même de vous suggérer ce qu'il convient de faire, car c'est à chacun, à chacune d'entre vous d'agir librement en votre âme et conscience. Je n'ai, dans ce registre, pas davantage de leçons à donner qu'à recevoir. Néanmoins, je l'avoue, je le confesse, je souhaite ardemment la défaite de la racaille élyséenne à l'issue de la mascarade électorale qui s'annonce. Tout sauf Sarkozy. Véritablement TOUT, sans la moindre exception.

Aussi, très exceptionnellement, je m'abstiendrai de jeter la pierre à quiconque choisira de contribuer à son éviction, ni même à quiconque appellera à voter contre lui pour le faire battre, s'il se trouvait présent au second tour. Puisse le 6 mai 2012, à défaut de nous apporter une démocratie véritable, nous soulager tout au moins du joug de ce tyran. Cinq ans de diktat droitard et libéral, cinq ans d'autocratie réactionnaire, cinq ans de soumission à l'axe américano-sioniste, cinq ans de terrorisme impérialiste et d'ingérences criminelles dans les affaires des peuples, ça suffit !

 

Hans CANY

racailleA4.jpg

 


13:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : hans cany, libye, socialisme vert |  Facebook | | |

06/04/2012

Mouammar KADHAFI : quelques citations

. "La lutte politique qui aboutit à la victoire d'un candidat, avec, par exemple 51% de l'ensemble des voix des électeurs, conduit à un système dictatorial, mais sous un déguisement démocratique. En effet, 49% des électeurs sont gouvernés par un système qu'ils n'ont pas choisi, et qui, au contraire, leur a été imposé. Et cela c'est la dictature. Cette lutte politique peut aussi aboutir à la victoire d'un appareil ne représentant que la minorité, notamment lorsque les voix des électeurs se répartissent sur un ensemble de candidats dont l'un obtient plus de voix que chacun des autres considéré à part. Mais si l'on additionnait les voix obtenues par les « battus », cela donnerait une large majorité. Malgré cela, c'est celui qui a le moins de voix qui est proclamé vainqueur, et son succès est considéré comme égal et démocratique ! Mais en réalité il s'instaure une dictature sous des apparences démocratiques. Voilà la vérité sur les régimes politiques qui dominent le monde actuel. Leur falsification de la vraie démocratie apparaît clairement: ce sont des régimes dictatoriaux." (Mouammar KADHAFI)



.
"La démocratie directe, quand elle est mise en pratique, est indiscutablement et incontestablement la méthode idéale de gouvernement. Comme une nation, quelle que soit sa population, ne peut être rassemblée pour discuter, étudier et décider de sa politique, les sociétés sont détournées de la démocratie directe, qui est demeurée une idée utopique éloignée de la réalité. Elle a été remplacée par de nombreuses théories de gouvernement, telles que les assemblées parlementaires, les coalitions de partis, les référendums. Toutes ont conduit à isoler le peuple de l'activité politique, à usurper sa souveraineté, et à confisquer son pouvoir au profit d' « appareils de gouvernement » successifs et en conflit, qu'ils soient individu, classe, secte, tribu, Parlement ou parti." (Mouammar KADHAFI)


.
"La propriété pourrait bien changer de mains, le résultat serait le même: le travailleur demeure un salarié tant qu'il n'a pas été rétabli dans son droit sur sa propre production, et que celle-ci continue à être détournée au profit de la "collectivité" ou de l'employeur.La solution finale à ce problème consiste à abolir le salariat, par la libération de l'homme de l'asservissement dans lequel celui-ci le maintient." (Mouammar KADHAFI)

. "Celui qui possède la maison que vous habitez, la voiture dans laquelle vous vous déplacez et qui assure votre salaire pour votre subsistance, s'approprie en fait votre liberté, ou du moins une partie de celle-ci. Or, la liberté est indivisible." (Mouammar KADHAFI)


.
"LE LOGEMENT est une nécessité pour l'homme et sa famille. Il ne doit appartenir à personne d'autre qu'à lui. Un homme n'est pas libre quand il habite une maison louée. En matière de logement, la politique suivie par les Etats a consisté à réglementer la location en bloquant ou en augmentant les loyers. La seule solution radicale et définitive est l'accession à la propriété. Dans la société socialiste, nul ne peut être maître des besoins de l'homme. Personne ne peut dans cette société, bâtir un logement autre que pour lui-même et ses héritiers. La maison de l'individu étant un de ses besoins fondamentaux, nul ne peut construire dans le but de louer." (Mouammar KADHAFI)

. "L'éducation obligatoire et standardisée constitue en fait une entreprise d'abrutissement des masses. Tous les Etats qui déterminent officiellement les matières et les connaissances à enseigner et qui organisent ainsi l'éducation, exercent une contrainte sur les citoyens. Toutes les méthodes d'éducation en
vigueur dans le monde devraient être abolies par une révolution culturelle mondiale visant à émanciper l'esprit humain de l'enseignement du fanatisme et de l'orientation autoritaire des goûts, du jugement et de l'intelligence de l'être humain. Cela ne veut pas dire qu'il faille fermer les écoles ou, comme pourrait le supposer un lecteur superficiel, tourner le dos à l'éducation. Cela veut dire, au contraire, que la société devrait fournir toutes sortes d'activités éducatrices, permettant aux jeunes de choisir spontanément et librement les matières qu'ils souhaitent étudier."  (Mouammar KADHAFI)
 

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

libye

 

 

13:40 Publié dans Lectures recommandées, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libye, socialisme vert |  Facebook | | |

01/04/2012

PROUDHON, théoricien majeur du socialisme réel

« Si, en 1840, j’ai débuté par l’anarchie, conclusion de ma critique de l’idée gouvernementale, c’est que je devais finir par la fédération, base nécessaire du droit des gens européen, et, plus tard, de l’organisation de tous les Etats »

PROUDHON, 1862

 

proudhon_enfant_terrible.gif

 

Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865)  se veut l'apôtre d'une troisième voie, celle du socialisme scientifique, qui va prendre la forme de l’« anarchie positive » ou du « fédéralisme autogestionnaire ».
Dans ses premiers travaux, Proudhon analyse la nature et les problèmes d'une économie capitaliste. Bien que profondément critique du capitalisme, il objecte aussi aux socialistes contemporains qui idolâtrent le collectivisme.

Pour Proudhon – à la suite de Locke – la seule source légitime de possession est le travail. Ce que chacun produit est sa possession et celle de nul autre. Il peut être considéré comme un socialiste libertaire puisqu'il plaida pour l’auto-gestion du travailleur et argua contre la propriété capitaliste des moyens de production. Cependant, il rejeta la propriété des produits du travail par la société. Proudhon exposait de nombreux arguments pour ne pas conférer des droits à la terre et au capital, arguments comprenant des raisons fondées sur la morale, l'économie, la politique et la liberté individuelle. Un de ses arguments était que de tels droits permettaient le profit, qui menait à son tour à l'instabilité sociale et à la guerre par la création de cycles d'endettement qui au final rendaient impossible le remboursement par le travail. Un autre argument était que cela produisait le « despotisme » et transformait les travailleurs en salariés sujets à l'autorité d'un chef.

Proudhon a une conception propre de l'exploitation : il y a exploitation en ce que le patron paie des forces de travail individuelles à ses ouvriers et recueille une force de travail collective supérieure. Ainsi, les 200 grenadiers qui ont érigé en un jour l'Obélisque sur la place de la Concorde ont accompli un travail que n'aurait pu accomplir un seul grenadier en 200 jours, mais son salaire aurait été la somme de ceux versés aux 200 grenadiers : le capitalisme ne paie pas la force immense qui résulte de l'union et de l'harmonie des travailleurs, de la convergence et de la simultanéité de leurs efforts.

En conséquence de son opposition au profit, au travail salarié, à l'exploitation des travailleurs, ainsi qu'à la propriété publique, Proudhon rejette à la fois capitalisme et communisme. Il préconise l'association et adopte le terme de mutualisme pour son genre d’anarchisme, qui implique le contrôle des moyens de production par les travailleurs. Dans sa vision, des artisans indépendants, des paysans, et des coopératives échangeraient leurs produits sur un marché. Pour Proudhon, les usines et autres larges lieux de travail seraient dirigés par des syndicats fonctionnant par démocratie directe. L'État serait aboli ; à la place la société devrait être organisée par une fédération de « communes libres ». Proudhon se fait théoricien du fédéralisme.

La théorie de Proudhon était révolutionnaire, mais sa révolution ne signifiait pas soulèvement violent ni guerre civile mais plutôt transformation de la société par l'avènement d'une classe moyenne.
Proudhon désapprouve l'action révolutionnaire. Fils d'artisans, il se méfie de la classe ouvrière dont il redoute la violence et dénonce les « charlataneries » d'organisation totale et globale de la société.
Il critiqua les socialistes autoritaires comme le socialiste étatiste Louis Blanc. Proudhon rejette vivement l'idée d'un État centralisateur défendue par le socialisme d'État.

Il flétrit de même le communisme: « le communisme est synonyme de nihilisme, d'indivision, d'immobilité, de nuit, de silence » (Système des contradictions économiques) ; le système phalanstérien « ne renferme que bêtise et ignorance ».

(Source : Wikipedia)



11:12 Publié dans Lectures recommandées, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : proudhon, anarchisme, fédéralisme |  Facebook | | |