Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2012

NE VOUS LAISSEZ PLUS ENFUMER !


sarkosegout6.jpg

Quel que soit le choix, cela nuit gravement à la santé...
Une seule solution : arrêter de fumer !!!




. TOUTE "REPRESENTATION" POLITIQUE EST UNE IMPOSTURE !

. PAS DE SUBSTITUT AU POUVOIR DU PEUPLE !

. PAS DE DEMOCRATIE EN DEHORS DE LA DEMOCRATIE DIRECTE !

. EXIGEONS DES CONGRES POPULAIRES PARTOUT !

http://www.greencharter.com/

REPRESENTATION_IMPOSTURE.jpg



LISEZ LE LIVRE VERT



Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

. 2ème partie : LE SOCIALISME

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX





19:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : socialisme vert |  Facebook | | |

16/02/2012

L'abolition des frontières : une idée irresponsable

"Les différences nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation."

 Gustav LANDAUER (1870-1919)

 

"L'Etat n'est pas la patrie. C'est l'abstraction, la fiction métaphysique, mystique, politique, juridique de la patrie. Les masses populaires de tous les pays aiment profondément leur patrie; mais c'est un amour réel, naturel. Pas une idée : un fait... Et c'est pour cela que je me sens franchement et toujours le patriote de toutes les patries opprimées."

 Mikhaïl BAKOUNINE ("Circulaire à mes amis d'Italie", 1871)


"Si, en 1840, j’ai débuté par l’anarchie, conclusion de ma critique de l’idée gouvernementale, c’est que je devais finir par la fédération, base nécessaire du droit des gens européen, et, plus tard, de l’organisation de tous les Etats."

Pierre-Joseph PROUDHON
, 1862



"La force motrice de l'histoire humaine est le facteur social, c'est-à-dire le facteur national. Le lien social qui assure la cohésion de chaque groupe humain, de la famille à la tribu et à la nation, est le fondement même de la dynamique de l'Histoire."

Mouammar KADHAFI (in le Livre vert, 3ème partie)



"Nous croyons que tous les peuples, toutes les nations et les cultures, tous les groupes ethniques ont le droit absolu de se préserver tels qu'ils sont et de s'auto-déterminer. Non seulement le Nouvel Ordre Mondial (NOM) projette de détruire toutes les indépendances nationales et populaires, mais le Capital lui-même s'emploie sans interruption à éroder l'identité et la diversité des cultures, des nations et des peuples, afin d'imposer une monoculture globale basée sur le négoce. Il faut lutter de toutes nos forces contre cette homogénéisation de l'humanité."

Raven's Banner Collective

 

 

hans cany,anarchisme,géopolitique et politique internationale,national-anarchisme,fédéralisme,bakounine

 

La question des frontières entre différents territoires donne aujourd'hui lieu à des débats passionnés. Bien évidemment, les frontières politiques des actuels Etats-Nations, ne tenant aucun compte des réalités historiques, linguistiques, culturelles, et régionales sont non seulement arbitraires mais complètement aberrantes. Mais allez simplement demander aux Amérindiens, aux Palestiniens, ou aux Aborigènes d'Australie ce qu'ils pensent de l'absence totale de frontières reconnues, à la lumière de leurs tragiques expériences !...

 Qu'est-ce donc qu'une frontière, au juste ? Une frontière, c'est ce qui définit la territorialité, le droit pour un groupe d'individus d'être souverain chez lui, au même titre qu'un individu a droit à la souveraineté et à l'intimité dans son propre domicile. Un individu insécurisé, non souverain chez lui, ne serait assurément pas libre. Il en va bien évidemment de même pour un groupe d'individus, sur le territoire qui constitue son cadre de vie, et sur lequel il a élu domicile.

 Une frontière, c'est tout simplement ce qu'implique le droit à l'autodétermination, à l'autonomie et à l'indépendance pour tous les peuples et collectivités humaines. Sans territoires définis, sans délimitations précises, les notions d'autodétermination et de souveraineté/indépendance ne signifient plus rien...

 Une frontière, c'est ce qui marque la délimitation entre deux nations distinctes, c'est-à-dire entre deux groupes humains ayant chacun une identité culturelle qui lui est propre.

Par "nation", il faut entendre entité CULTURELLE, et non entité politique. La nation ne doit surtout pas être confondue avec l'Etat-Nation, qui pour sa part relève d'une essence politique, administrative, autoritaire, et donc liberticide. L'ennemi, c'est l'Etat, et son avatar abstrait l'Etat-Nation. Mais pas le sentiment national réel, concret, qui en soi ne constitue aucunement un facteur aliénant et liberticide imposé par une quelconque autorité étatique. Le fait national est tout simplement un fait naturel, reposant sur la transmission héréditaire, d'individus à individus, de liens socio-culturels, et sur l'adhésion volontaire de chacun(e).

 Certaines personnes pensent apparemment que la suppression des frontières constituerait la panacée contre la xénophobie et le racisme, et qu'elle constituerait un remède à toutes les vieilles injustices, en ouvrant les portes des pays industrialisés et traditionnellement impérialistes à l'immigration en masse des populations pauvres. Outre son caractère dangereusement irresponsable, cette idée de libre circulation totale et sans entrave, si généreuse qu'elle puisse sembler de prime abord, ne tient aucun compte d'un fait pourtant évident : les problèmes sociaux, économiques, politiques, culturels et religieux des pays du Tiers-Monde ne seront nullement résolus par une fuite en masse de leurs ressortissants vers les pays "riches", bien au contraire, même !...

 Pour les pays d'accueil, l'impact sur l'Ecologie comme sur l'environnement social d'un flux migratoire aussi colossal serait catastrophique. Et nul n'est besoin de mentionner le cataclysme économique et le déséquilibre ethno-démographique qu'il engendrerait. Néanmoins, quelles que soient les politiques d'immigration à venir, l'Occident devra tôt ou tard faire face aux conséquences de son exploitation permanente des nations d'Afrique, d'Asie, et d'Amérique latine. La véritable solution aux conditions misérables que subissent les peuples de ces trois continents réside, comme pour tous les autres peuples, dans une véritable révolution sociale émancipatrice, dans leur affranchissement des carcans obscurantistes et théocratiques, dans la préservation et la mise en valeur de leurs particularismes ethno-culturels les plus enrichissants.

 La suppression des frontières est un thème très répandu à l'heure actuelle dans la propagande des mouvements "radicaux", que ceux-ci soient de sensibilité libertaire ou d'extrême-gauche. Pourtant, ce concept, outre sa dimension hautement utopique, implique de possibles développements racistes, impérialistes, et écologiquement dévastateurs qui ne sont que fort rarement analysés.

 Les libéraux, désireux d'asseoir leur domination politico-économique sur le monde entier par la mondialisation du capitalisme, ne tendent-ils pas, eux aussi, à nier les frontières et à encourager l'uniformisation ?... Aller en ce sens, c'est objectivement faire leur jeu.

 Des frontières se sont créées puis sont tombées dans le passé, d'autres tomberont ou se créeront dans le futur, et les composantes ethniques de diverses régions du globe continueront à subir des changements plus ou moins accentués : tels sont les impératifs de l'Histoire. L'internationalisme anti-étatique est bien entendu partagé par tous les libertaires, pour qui la notion de solidarité internationale n'est pas un vain mot.

 Les problèmes qu'implique le maintien des frontières actuelles sont hélas particulièrement criants pour des peuples sans souveraineté reconnue comme les Basques, les Bretons, les Flamands, les Corses, les Kurdes, ou encore beaucoup de peuples africains, américains et asiatiques dont les terres ont été spoliées, escamotées par des lignes tracées sur une carte. Les gouvernements et les Etats ne doivent pas s'interposer sur le chemin de l'auto-détermination des peuples et des individus. Et il ne doit pas y avoir de frontières limitant la solidarité, l'entraide, et la coopération volontaire. Ainsi donc, le combat internationaliste doit être compris et appliqué dans le sens le plus équitable : pas de frontières limitant la SOLIDARITE, et pas de frontières imposées contre leur gré à des groupes humains sans souveraineté. En revanche, pourquoi nier le droit des peuples et des groupes humains à l'autodétermination et à la souveraineté territoriale ? Le choix individuel des "apatrides" volontaires est certes respectable. Mais il cesse de l'être à partir du moment où ils/elles entendent l'imposer de façon universelle, en refusant aux autres le droit de se constituer en entités collectives souveraines.

 Par le refus de toute logique génocidaire ou assimilationniste , il convient de lutter pour le pluralisme, car la diversité ethnique, culturelle, et linguistique est le fondement même de la richesse de l'humanité. Par la solidarité de tous les peuples en lutte contre l'impérialisme de par le monde, il convient donc d'opter pour un internationalisme véritable qui, au lieu de nier et de rejeter les différences, au lieu de détruire les souverainetés et les autonomies, les reconnaît et les défend.

 L'internationalisme consiste à mon sens en la solidarité internationale de tous les peuples opprimés et des exploités en lutte contre leurs oppresseurs et leurs exploiteurs, et non en une sorte de mondialisme massifiant, uniformisant et négateur de toutes les frontières.

 Il ne s'agit pas ici de plaider en faveur des rivalités et de la division du genre humain, mais bien au contraire pour L'UNITE DANS LA DIVERSITE, sur des bases fédéralistes. Car l'autodétermination, l'autonomie, l'indépendance et la souveraineté sont tout simplement des questions de LIBERTE. Liberté de choix, liberté d'association.

 

Hans CANY

 

 


14/02/2012

Prétendu "cadavre" de Mouammar Kadhafi : la preuve du fake ?...


Attention, voici un document vidéo troublant, et peut-être bien d'une importance capitale :
il met en évidence les bords d'un masque appliqué sur le prétendu cadavre de Mouammar Kadhafi !!!...





[IMPORTANT : regardez attentivement TOUTE la vidéo, avec ses plans très rapprochés, pour vous en faire une vraie opinion]



Si l'on prend bien la peine de regarder les agrandissements présentés dans ce film, on constate que ce qui, vu "de loin", pourrait n'être qu'un détail insignifiant, ne l'est en fait pas du tout. Ce qui est ici mis en évidence ne correspond en rien au tracé ni à l'aspect d'une quelconque cicatrice ou d'un simple pli de la peau. Il semble bien que nous soyons ici en présence d'un raccord imparfait, qui trahit la présence d'un élément postiche, probablement un masque.

Comme beaucoup d'entre vous le savent d'ores et déjà (voir à ce sujet mes articles des 25 et 30 octobre 2011, notamment), j'ai toujours fortement douté de l'authenticité de ce fameux cadavre. Il ne ressemble pas réellement à Mouammar Kadhafi, et il ne s'agit donc certainement pas de lui.


Ce document est TRES important. C'est sans doute là une preuve incontestable, au moins de la fausseté de ce soi-disant cadavre du Guide libyen...


Hans CANY





Pour rappel, (re)lire mes articles à ce sujet :


. LA MORT DE KADHAFI : UNE INTOX SANS PRECEDENT ? (25/10/2011)

. MORT PRESUMEE DE KADHAFI : LES DOUTES PERSISTENT (30/10/2011)

. La mort de Kadhafi et ses zones d'ombre : mise au point (01/12/2011)





libye,hans cany,géopolitique et politique internationale



libye,hans cany,géopolitique et politique internationale
Autre photo présentée comme étant le cadavre du Guide libyen : trouvez-vous vraiment que cela ressemble à Mouammar Kadhafi ?...



18:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : libye, hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

09/02/2012

ILS NE ME FONT PAS PEUR

De temps à autres, ignares manipulés, pantins fanatisés et imbéciles patentés, constatant que ni les tentatives d'intimidation, ni les menaces, ni les agressions de diverses natures n'ont de prise sur moi -bien au contraire même-, se répandent en calomnies et en diffamation à mon sujet. Ils espérent par là-même que l'ostracisme, la diabolisation, la marginalisation et donc l'isolement qui en découle finiront par avoir raison de ma motivation, et me feront à la longue baisser les bras. C'est là fort mal me connaître.

D'Enver Hoxha et de ma lointaine période pro-albanaise, s'il y a un principe que je retiens et que je ne renie pas, c'est bien qu'il ne faut compter que sur ses propres forces. Et tendre vers l'autarcie autant que possible. C'est la clé de la liberté, de la souveraineté, de l'autonomie et de l'indépendance. Le concept du bastion inexpugnable est applicable à tous niveaux, de l'individu à la collectivité militante ou nationale.

Vous ne m'intimiderez pas, vous ne me ferez jamais taire.
Je n'écris pas pour vous faire plaisir, mais pour vous faire réfléchir. Si tant est que vous soyez capables de me lire, de comprendre correctement le sens de mes écrits, et, surtout, que vous vous en donniez la peine...

J'ai beaucoup d'ennemis, me direz-vous ? Certes, oui.
Et après ? Grand bien leur fasse : beaucoup d'ennemis, beaucoup d'honneur.

H.C.

 

lutte_par_la_plume.jpg



14:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hans cany, anarchisme, national-anarchisme |  Facebook | | |

Sagesse amérindienne

MESSAGE DES INDIENS D'AMERIQUE
AU MONDE OCCIDENTAL

"Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes; parfois nous l'approchons par leur intermédiaire. (...) Nous croyons en l'Etre Suprême, d'une foi bien plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traité de païens... Les Indiens vivant près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas dans l'obscurité.

Saviez-vous que les arbres parlent? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas non plus les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m'ont beaucoup appris: tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit."

Tatanga Mani (ou Walking Buffalo),
indien Stoney (Canada)


Le destin des Indiens d'Amérique annonçait celui de l'ensemble des habitants de la planète qui assistent impuissants à la destruction de leur environnement, réduits à la misère et l'esclavage après la confiscation de leur espace et de leurs ressources.

Le message des Indiens est aussi une source de sagesse, fondée sur le respect de la nature et la compréhension de "l'Esprit qui est en toute chose"...


"Notre terre vaut mieux que de l'argent. Elle sera toujours là. Elle ne périra pas, même dans les flammes d'un feu. Aussi longtemps que le soleil brillera et que l'eau coulera, cette terre sera ici pour donner vie aux hommes et aux animaux. Nous ne pouvons vendre la vie des hommes et des animaux. C'est pourquoi nous ne pouvons vendre cette terre. Elle fut placée ici par le Grand Esprit et nous ne pouvons la vendre parce qu'elle ne nous appartient pas."

Chef indien Blackfeet (Pieds-Noirs)

 





Par ailleurs, les Amérindiens, contrairement à nombre d'Occidentaux aveuglés par les mensonges et la propagande médiatique, savent discerner le vrai du faux, et savent s'élever contre l'injustice :

indians_qaddafi.jpg





14:00 Publié dans Politique, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

01/02/2012

Propos du paria

J'inaugure ici une nouvelle catégorie de publications, les "Propos du paria", dont la périodicité sera irrégulière et aléatoire : je n'en publierai, de temps à autres, que lorsque ça me chantera.
Ces "Propos du paria" consistent en de brefs commentaires et réflexions se rapportant à l'actualité ou à des faits de société en général, voire à des thèmes intemporels, sans qu'ils donnent lieu à un développement sous forme d'articles entiers.  Aussi, ces commentaires et réflexions vous seront livrés en vrac, passant du coq à l'âne, bruts et sans fioritures. A chaud et dans le feu de l'action, pourrait-on dire...



_______________________________________________




. Face aux dérives voire au déviationnisme des uns, et aux tentatives de récupération des autres, il m'apparait nécessaire aujourd'hui d'être particulièrement vigilants, pour que les principes fondamentaux du Livre vert et de la Troisième Théorie universelle ne soient ni dévoyés, ni déformés, ni bradés à vil prix sous des prétextes divers. Pour ce faire, j'entends lancer un nouveau concept, la Garde Verte. Celle-ci sera informelle, mais son rôle s'apparentera à celui des indispensables Comités révolutionnaires dans la Jamahiriya. J'y reviendrai prochainement, dans un article qui présentera la chose de façon détaillée, et qui expliquera en quoi consiste le fait d'être un garde vert ou une garde verte.



. Au Sénégal, cette ordure de Wade avait honteusement lâché et trahi Kadhafi. A présent, c'est le retour de manivelle pour lui, et le peuple sénégalais exige qu'il dégage ! Ce dont je me réjouis !! DEHORS WADE, ESPECE DE VIEUX FUMIER !!!


. La guerre en Libye, ce sont entre 50 000 et 100 000 morts (selon les estimations). Dont 20 000, au bas mot, sont directement imputables aux bombardements terroristes de l'OTAN... Obama et Clinton, comme leurs complices européens, devraient être jugés pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par le prétendu TPI, si toutefois celui-ci était une institution judiciaire digne de ce nom et impartiale.



. Obama est un CRIMINEL DE GUERRE. Ce type a du sang sur les mains, au même titre que ses complices Sarkozy et autres Cameron (sans même parler de leurs sous-fifres respectifs comme Hillary Clinton, Juppé etc). Tous ces individus sont des criminels en puissance, et rien de moins. Déjà pour la Libye (un scandale sans précédent), mais aussi sans doute prochainement pour la Syrie et l'Iran. Leur plan est en cours d'application, et chaque jour est pire que le précédent : on se rapproche de l'échéance...



. Les médiamensonges et la propagande médiatique au sujet de la Syrie ne connaissent décidément aucune limite, ni aucune retenue. Pas plus tard qu'hier, j'ai pu constater que des présentateurs d'émissions grand public sur l'actualité n'hésitaient pas, désormais, à parler du "terroriste Bachar el-Assad", du "dictateur/tyran Assad", ni à affirmer, sans sourciller, que "la torture systématique des enfants" (par le régime) était devenue monnaie courante en Syrie !  Histoire de mieux faire pleurnicher dans les chaumières... Et de renchérir en précisant bien que la méchante Marine Le Pen qualifiait, elle, les évènements syriens de dérisoires...   Comme ça, on fait d'une pierre deux coups : l'art et la manière de diaboliser à la fois Bachar el-Assad et Marine Le Pen. Plus c'est gros et plus ça passe, comme on dit...



. Les USA acheminent en catimini un très vieux porte-avions nucléaire, l'USS Enterprise, vers l'Iran. Une quasi-épave en fin de carrière, qu'il est prévu de démanteler en 2013. De là à penser qu'un coup fumeux se prépare, une opération sous faux drapeau consistant à saborder ce navire pour en accuser l'Iran, et ainsi avancer un bon prétexte pour attaquer ce pays, il n'y a qu'un pas que l'on n'oserait bien sûr pas franchir...




.  Depuis 2009, les bienheureux "bénéficiaires" (sic) de minimas sociaux de type RSA ne sont plus exonérés d'un impôt aussi infâme et exorbitant pour les petits revenus que la Taxe dite "d'habitation", qui frappe tout autant les miséreux que les foyers aisés. Cet impôt archaïque, digne de l'impôt sur les "portes et fenêtres" de l'Ancien Régime, consiste tout bonnement à faire banquer le simple droit de vivre...sous un toit ! Ignoble. C'est vraiment du racket étatique.Même si le butin est censé revenir aux municipalités. Lesquelles nous rançonnent déjà bien avec leur répugnant stationnement payant et autres rackets légaux du même tonneau.



.  A la mairie, en allant faire renouveler ma putain de carte d'identité voici deux ans, je suis tombé sur une employée de mairie très con, une vieille grognasse aimable comme une porte de prison. Au moment de prendre mes empreintes digitales, j'ai eu un bref moment d'hésitation, et elle m'a dit "faites ça avec l'index, le doigt le plus long". Je lui ai alors répondu "non, le plus long c'est celui-ci, le majeur", en lui faisant un gros doigt...  C'était juste un geste spontané, irréfléchi sur le coup. Mais je ne le regrette pas.



.  Les végétariens radicaux et les vegans contestent le caractère soi-disant "carnivore" de l'Homme. Au pire, c'est un "omnivore" de fait, mais certainement pas un carnivore. Un "omnivore" physiologiquement conçu pour être plus végétarien qu'autre chose, et qui -surtout- a le choix d'être vg ou "omni"... Ce qui fait toute la différence, d'une part avec les vrais carnivores (qui eux n'ont pas le choix), et d'autre part avec les animaux omnivores, qui eux ne disposent pas de libre-arbitre, et ne s'embarrassent guère de considérations morales puisque leur psychisme ne le leur permet pas. Mon positionnement, comme celui de la grande majorité de ceux qui sont vg pour les animaux, n'a strictement rien à voir avec un quelconque "respect de la vie" en soi, mais prend en considération la vie sensible (et consciente aussi, accessoirement, puisque tous les êtres sensibles ont au minimum une conscience perceptive). Jusqu'à preuve du contraire, les végétaux ne disposent en effet d'aucun système nerveux, ni d'aucun organe assimilable au cerveau des animaux. Je suis quelque peu surpris qu'on puisse encore se poser la question...


EDIT DU 8 FEVRIER 2012 :

. Si Serge Letchimy doit présenter des excuses à quelqu'un, ça ne peut être qu'aux néonazis. Moi, si j'étais nazi, je serais outré d'avoir été comparé à un personnage aussi vil et aussi méprisable que Guéant.





H.C.

 

lutte_par_la_plume.jpg



 

14:30 Publié dans Propos du paria | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hans cany |  Facebook | | |