Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2014

Remaniement ministériel : rien de nouveau à l'Ouest...

Remaniement ministériel : la nomination de deux banquiers de chez Rothschild au sein de leur prétendu gouvernement a au moins un avantage, celui de faire tomber les masques une bonne fois pour toutes... Mais au fond, que cela soit Tartempion ou un autre jean foutre qui soit "nommé" à tel ou tel poste, je m'en tamponne grave le coquillard. Car :

Proudhon_7.jpg

 

11:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : national-anarchisme, anarchisme, proudhon |  Facebook | | |

02/08/2014

Dominique de Villepin, ou le non-interventionnisme à la petite semaine

Villepin.jpg

Certains font l'éloge de Villepin, suite à sa prise de position concernant le conflit actuel à Gaza.
Pourtant, il n'y a vraiment pas de quoi tresser des couronnes de lauriers à ce type-là...

Petit rappel, pour ceux qui ont la mémoire courte :

 

 ______20 Mars 2011______

Libye résolution 1973 : communiqué de Dominique de Villepin

 

Je veux saluer au nom de République Solidaire l’engagement de la communauté internationale à travers la résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations Unies en faveur de sa responsabilité à protéger les populations civiles libyennes. Celles-ci sont soumises depuis plusieurs semaines à une répression et à des attaques militaires meurtrières inacceptables.

A cet égard la mise en œuvre d’une zone d’exclusion aérienne et de frappes ciblées restent les meilleurs moyens à disposition, dans le cadre d’une étroite concertation avec la Ligue Arabe et l’Union Africaine à chaque étape du processus.

J’ai évoqué la nécessité de garantir la paix à Benghazi, devenue ville-symbole de l’avenir de la Libye.

Il ne s’agit pas aujourd’hui de créer un statu quo autour d’un conflit gelé mais d’avancer avec une détermination sans faille pour obtenir le retrait du colonel Kadhafi et des siens. Parallèlement, doivent être menées, dans le cadre de la légalité internationale incarnée par la Cour Pénale Internationale, des enquêtes rapides et approfondies sur les crimes contre l’humanité suspectés. De même, toutes les sanctions et pressions nécessaires doivent être intensifiées.

Je veux saluer ici le rôle de la France qui a su, dans une démarche d’initiative, être à la hauteur de ses messages à un moment décisif pour le renouveau de la légitimité internationale et l’avenir de la paix et de la démocratie.

Dominique de VILLEPIN
Président de République Solidaire

(Source : http://www.republiquesolidaire.fr/7490-libye-resolution-1... )

_____________________________

 


On connait la suite des événements...
Ne soyez pas amnésiques, ni dupes. Souvenez-vous de ce que fut, à ce moment précis, l'attitude et le positionnement adopté par ce soi-disant "anti-impérialiste", et l'absence totale de clairvoyance dont il a ainsi fait preuve de manière éclatante. Le masque est tombé. N'encensez pas, ne soutenez pas les simagrées calculatrices des imposteurs.
Nous n'oublierons pas.
Nous ne pardonnerons pas.

Hans CANY


01:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, libye, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

15/07/2014

Gaza, Ukraine : billet d'humeur sur l'actualité mondiale

Je suis solidaire des forces d'autodéfense ukrainiennes de la République Populaire du Donbass et autres, qui résistent courageusement à la répression du régime fantoche de Kiev, issu d'un coup d'Etat orchestré par l'Occident.

Je suis solidaire de la Palestine martyre, et du peuple de Gaza, de nouveau bombardé par l'hydre sioniste sous un prétexte douteux (false flag ?).

Pour autant, je ne suis pas un fanatique du régime russe, pas plus que je ne suis un adepte du panslavisme/"eurasisme" à la Douguine, et je conchie copieusement les islamistes du Hamas qui tiennent Gaza. Je ne pardonnerai jamais au Hamas sa prise de position de 2011 au sujet de la Libye, et je ne suis pas de ceux qui ont la mémoire courte.

Hamas qui, de surcroit, est très probablement une création originelle des services secrets de l'entité sioniste, destinée à diviser la résistance palestinienne, et qui s'est par la suite affranchie de cette tutelle pour se retourner contre Israël. Exactement comme Al Qaïda fut à l'origine une émanation occulte de la CIA, qui a fini par échapper à son contrôle en se retournant contre les USA et l'Occident. Ne soyons pas dupes.


Prendre fait et cause pour les uns ou pour les autres, ce serait pour moi courir le risque de me faire l'idiot utile de gens qui ne sont pas mes "amis",  et de servir des intérêts géostratégiques ou politico-religieux qui ne sont pas ceux que je défends. Je refuse d'effectuer un choix entre la peste et le choléra. Mon regard porte beaucoup plus loin, bien au-delà.

Pour parler franchement, je dois même avouer un certain écoeurement lorsque je constate l'ampleur de la mobilisation  actuelle pour Gaza et la Palestine, alors que malgré tous nos efforts, bien peu de gens se sont activés au sujet de la Syrie, et encore moins (!) lorsqu'il s'est agi de la Libye... Ca me désole, ça me dégoute, de voir ça.

Aussi, on comprendra que je ne souhaite pas particulièrement m'impliquer dans ce combat. J'estime avoir donné beaucoup plus que mon dû, avec la très désagréable sensation de hurler dans le désert, compte tenu du faible nombre de gens qui ont daigné nous écouter, et qui ont pris la peine de relayer nos multiples appels. En fait, j'ai déjà donné, selon l'expression consacrée. Cette fois-ci, ça se fera donc sans moi. Et je ne cache pas que j'éprouve aujourd'hui une vive amertume, une profonde rancœur à l'encontre de masses autistes et indifférentes, aux indignations très sélectives.

Hans CANY

hamas.jpg

hans cany,géopolitique et politique internationale,libye

16:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hans cany, géopolitique et politique internationale, libye |  Facebook | | |

11/07/2014

KRONOS, blog de l'archéologie hérétique

Venez découvrir KRONOS, blog consacré à l'archéologie mystérieuse au sens large, et plus ou moins dans le même état d'esprit général que la revue belge KADATH, fondée en 1973, ou que la publication française ATLANTIS, avec son impressionnante longévité (depuis 1926). KRONOS est également ouvert à tout ce qui s'inscrit dans la démarche de chercheurs-auteurs indépendants et dissidents, comme entre autres Peter Kolosimo, Erich Von Däniken , Graham Hancock, Denis Saurat, etc. Mais divers articles concernant tout simplement l'archéologie et l'histoire antique, protohistorique et préhistorique officielle au sens large  y sont aussi les bienvenus, comme pistes de réflexion et sources d'informations.

KRONOS, le blog, c'est ici :

http://kronos-archeo.blogspot.fr


Retrouvez aussi  KRONOS sur son groupe Facebook :

https://www.facebook.com/groups/kronos.archeo/

 

KRONOS_carte.jpg

15:37 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, identité & racines |  Facebook | | |

Redécoupage territorial : de qui se moque-t-on ?

Le 4 juillet 2014, le soi-disant Sénat a -fort heureusement- rejeté le scandaleux plan de redécoupage régional voulu par Hollande, Valls et consorts. Un moment de répit passager, qui n'est peut-être en fait qu'un recul destiné à mieux sauter par la suite... Les hommes et les femmes aux racines profondes, qui conçoivent des identités solides relevant de leurs patries charnelles, les nations réelles, se doivent à présent de ne pas baisser la garde.


Voici l'inique plan de redécoupage administratif que ces crapules cherchaient originellement à imposer :

Regions_2.jpg

La Bretagne même pas réunifiée, contrairement à ce qu'on pouvait légitimement espérer il y a peu... La Picardie arbitrairement rattachée à Champagne-Ardennes (Sur quelles bases historiques et culturelles ?!?). Une fusion avec le "Nord-Pas de ...Calais", comme prévue initialement, eut été moins aberrante)... Etc etc.  DE QUI SE MOQUE-T-ON ?!?

Voici à présent une proposition alternative, infiniment plus cohérente que le scandaleux et inacceptable "redécoupage régional" que veut imposer le gouvernement hexagon. Ainsi, au moins,  le redécoupage en question serait-il plus juste, plus équilibré, et donc beaucoup plus acceptable :

Regions_3.jpg

 

 Puisse cette dernière formule être finalement retenue, en lieu et place de l'ignoble projet initial.Même si on peut déplorer quelques imperfections. La Lorraine, par exemple, serait davantage de nature à fusionner avec l'Alsace qu'avec la région Champagne-Ardenne, entre autres.

Les jacobinards de tous poils, de gauche comme de droite, nient les particularismes ethno-culturels et l'héritage géographico-historique inhérents aux  prétendues "régions". Il semble donc que nous soyons encore loin, hélas, du respect du droit élémentaire des peuples à l'autodétermination, ou même de l'instauration d'un simple système fédéral préservant l'actuelle intégrité de l'Hexagonie.  La résistance est longue, la résistance est rude. Il s'agit de rester vigilants. On ne doit attendre des gouvernements qu'ils servent les intérêts des peuples ni aujourd'hui, ni demain. Les peuples doivent agir et lutter d'eux-mêmes, sans relâche, pour reconquérir et leurs droits, et leur émancipation, tant sociale que nationale.

Hans CANY

AN-A_cent_drapeaux.jpg

 

 

 

15:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, identité & racines, national-anarchisme, fédéralisme |  Facebook | | |

02/07/2014

Envoyez Sarkozy à la CPI !

L'ex-tyranneau Nabot-Léon vient donc, au matin du 1er juillet 2014, d'être placé en garde à vue, et le 2 juillet, le voici officiellement inculpé de corruption active, de trafic d'influence.

Les raisons pour lesquelles il lui est enfin demandé de rendre des comptes ne sont pourtant rien, en comparaison du degré d'abomination et d'abjection atteint par ses agissements.

Il faut aujourd'hui plus que jamais proclamer et maintenir la vérité : Sarkozy a du sang sur les mains. Notamment celui des Ivoiriens et des Libyens qu'il a délibérément fait massacrer en perpétrant les agressions impérialistes et néocoloniales que l'on sait.

Cet agent zélé du Nouvel Ordre Mondial n'est rien de moins qu'un criminel de guerre, au même titre que ses acolytes et complices Juppé, BHL, Obama, Clinton, Cameron et consorts, et tous méritent impérieusement d'être jugés pour les indicibles crimes dont ils auront été les instigateurs.

Exigeons que tout ce beau monde soit traduit devant la Cour Pénale Internationale de La Haye, pour crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Vous avez dit Sarkozy ? A la CPI !

Hans CANY

Sarko_Juppe2.jpg

16:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : hans cany, libye, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

Jésus-Christ n'a jamais existé (par Emilio Bossi)

Personnage historique ou purement mythologique ? N'en déplaise à ses thuriféraires divers et variés, comme à ses "fans" plus ou moins avoués, l'existence historique du personnage de Joshua Ben Youssef, alias Jésus fils de Joseph, alias Jésus-Christ, est loin d'être sérieusement démontrée.
Certains n'hésitent pas à la contester radicalement, et les arguments sur lesquels ils se fondent sont à priori tout à fait recevables. Et, du reste, est-il simplement permis, aujourd'hui encore, de se poser des questions ?  Doit-on croire aveuglément à la réalité de faits qu'absolument rien ne vient étayer de façon significative, et doit-on pour autant s'interdire de formuler toute objection, toute réflexion, et toute remise en question à ce sujet ?... Le B.A-BA de l'esprit scientifique, de la libre recherche, cela réside dans le fait de savoir prendre du recul, de ne jamais considérer une quelconque "vérité" comme définitivement acquise, et de toujours se réserver la possibilité de remettre en cause les "certitudes" supposément établies, au-delà du passionnel, de l'émotionnel, et des dogmes religieux. En dehors de cela, le retour de l'Inquisition n'est pas loin...
(Hans CANY)

Cimabue_027.jpg

Emilio Bossi

Jésus-Christ n'a jamais existé

 

 
Aucun historien contemporain n’a parlé de ce personnage. L’histoire n’a conservé sur Jésus-Christ aucun document, aucun témoignage, aucune preuve qui établisse la réalité de sa personne, la vérité de son existence humaine.
 
 
 
Jésus n’a laissé aucun témoignage
 
Lui-même n’a jamais rien écrit (1) A la vérité, Socrate non plus n’a rien écrit, s’étant contenté du seul enseignement oral. Mais entre Socrate et le Christ, il y a trois différences capitales : la première est que Socrate n’enseigna rien qui ne fût rationnel, ou mieux encore, humain, tandis que le Christ, à peu de vérité humaine, mêla beaucoup de fables merveilleuses; la seconde est que Socrate apparaît dans l’histoire uniquement comme un être naturel, tandis que le Christ n’a été et n’est connu que comme un être surnaturel; la troisième est que Socrate eut pour disciples des personnages historiques qui rendent témoignage de son existence,  tels que Xénophon, Aristippe, Euclide, Phédon, Eschine et le divin Platon,  tandis que tous les prétendus disciples du Christ, il n’en est pas un qui nous soit connu autrement que par les documents suspects de l’Église, comme fut connu leur maître. Si donc, du fait que Socrate n’a rien écrit, on ne peut conclure qu’il n’ait jamais existé, la conclusion de la non-existence de Jésus s’impose, au contraire, à titre de présomption, du fait que ce dernier, vivant cinq siècles plus tard, n’a laissé aucune écriture. Il n’existe aucun témoignage écrit sur Jésus, hors des évangiles, qui sont sans autorité Il y a, du reste, mieux à dire. Non seulement le Christ n’a jamais rien écrit lui-même, mais on n’a rien écrit sur son compte. Citerez-vous la Bible ? Elle ne peut nous fournir la preuve que le Christ ait été un personnage réel (2), et même elle nous fournit force preuves contraires; au vrai, elle est d’un bout à l’autre la preuve de la non-existence de Jésus.
 
 
 
Silence étrange de tous les historiens juifs ou païens
 
En dehors de la Bible, aucun auteur profane, parmi tous ceux qui auraient été ses contemporains, ne nous a transmis à son sujet le moindre renseignement. Flavius Josèphe, Tacite, Suétone et Pline font tout juste mention du Christ. Mais les textes des deux premiers ont été interpolés et falsifiés; quant aux deux autres, ils n’ont parlé de lui qu’étymologiquement, pour désigner la superstition chrétienne qui lui avait emprunté son nom et la secte attachée à cette superstition. Ces écrivains, d’ailleurs, n’ont pas connu le Christ; ils ne se portent pas garants de son existence; ils ont écrit longtemps après la date à laquelle le Christ aurait vécu, et ils ne parlent que d’après des manifestations passagères qui attesteraient plutôt la non-existence.
 
Ernest Renan, le plus grand des historiens critiques de Jésus, qui a eu le tort de présenter sa Vie de Jésus comme une biographie, alors qu’elle n’est qu’un ingénieux roman, est pourtant obligé de remarquer le silence de l’histoire sur son héros. «Les pays grecs et romains n’entendirent pas parler de lui; son nom ne figure dans les auteurs profanes que cent ans plus tard, et encore d’une façon indirecte, à propos des mouvements séditieux provoqués par sa doctrine ou des persécutions dont ses disciples furent l’objet. Dans le sein même du judaïsme, Jésus ne fit pas une impression bien durable.
 
Philon, mort vers l’an 50, n’a aucun soupçon de lui. Josèphe, né l’an 37, en écrivant sur la fin du siècle, mentionne son exécution en quelques lignes (3), comme un événement d’une importance secondaire (4); dans l’énumération des sectes de son temps, il omet les chrétiens. Juste de Tibériade, historien contemporain de Josèphe, ne prononçait pas le nom de Jésus. La Mishna, d’un autre côté, n’offre aucune trace de l’école nouvelle; les passages des deux Gémares où le fondateur du christianisme est nommé n’ont pas été rédigés avant le quatrième siècle ou le cinquième siècle.» (5)
 
Un auteur juif, Juste de Tibériade, qui avait fait une histoire des Juifs, de Moïse à l’an 50 de l’ère chrétienne, ne prononçait même pas, au dire de Photius, le nom de Jésus. Javénal, qui poursuivit de da satire les superstitions de son temps, parle des Juifs, mais il ne s’occupe pas plus des chrétiens que s’ils n’existaient pas (6) Plutarque, né 50 ans après le Christ, historien minutieux, qui n’aurait certes pas ignoré Jésus-Christ et ses gestes, s’ils s’étaient réellement produits, n’a pas, dans ses nombreux ouvrages, un seul passage qui fasse une allusion quelconque au chef de la secte nouvelle ou à ses disciples.
 
César Cantu, pour qui la foi la plus aveugle, indigne d’un historien, est un voile épais sur les yeux, et qui en vient à tenir pour faits historiques les plus absurdes légendes du christianisme, s’avoue déconcerté par le silence de Plutarque; il dit tristement que «Plutarque demeurait attaché à sa foi aux divinités païennes comme si aucune voix encore n’avait menacé leurs autels... et que, par suite, dans tant d’ouvrages de morale qu’il écrivit, il ne voulut jamais dire un mot des chrétiens.» (7) Sénèque, qui, par ses écrits remplis de ces sentences qui donnèrent corps et vie au christianisme, fit penser qu’il avait été lui-même chrétien ou qu’il avait eu des relations avec des disciples du Christ, dans son livre sur les Superstitions, perdu ou détruit, mais que saint Augustin nous a fait connaître, ne dit pas un mot du Christ et, quand il parle des chrétiens déjà répandus en diverses parties de la terre, il ne les distingue pas des Juifs, qu’il appelle une nation abominable (Cool
 
Mais c’est surtout le silence de Philon sur Jésus qui a une importance décisive. Philon, qui avait déjà 25 ou 30 ans lorsque Jésus aurait du naître et qui mourut plusieurs années après la date à laquelle ce dernier aurait dû mourir, ne sait rien et ne dit jamais rien de Jésus-Christ. C’était un homme docte, qui s’occupa spécialement de religion et de philosophie. Il n’aurait assurément pas négligé de citer Jésus, qui était de son pays et de sa race, si Jésus avait paru sur la terre et s’il avait accompli une si grande révolution dans l’histoire de l’esprit humain. Une circonstance singulière rend encore plus significatif le silence de Philon : c’est que tout l’enseignement de Philon peut se dire chrétien, à ce point que Havet n’a pas hésité à l’appeler «un vrai père de l’Église.» Philon, en effet, s’efforça d’unir le judaïsme et l’hellénisme, en interprétant habilement les parties les moins nobles de l’Ancien Testament par la distinction du sens littéral et du sens allégorique, et en pénétrant la religion juive du mysticisme des néoplatoniciens alexandrins. C’est ainsi qu’il constitua une doctrine platonicienne du Verbe ou Logos, qui a beaucoup d’affinité avec celle du quatrième Évangile et, dans cet évangile, le Logos c’est précisément le Christ. N’est-ce pas là une circonstance révélatrice ? Philon vit dans le temps où l’on a placé l’existence du Christ; il est déjà célèbre avant que le Christ naisse; il meurt plusieurs années après le Christ; il accomplit, à l’égard du judaïsme, la même transformation, la même hellénisation, la même platonisation qui fut l’œuvre des Évangiles, et spécialement du quatrième; il parle du Logos ou du Verbe exactement comme le quatrième Évangile; et pourtant, il ne nomme pas une seule fois le Christ ! Jamais, dans aucun de ses ouvrages !
 
 
N’y a-t-il pas là la preuve que Jésus-Christ ne fut pas un personnage historique et réel, mais une création mythologique et métaphysique, à laquelle contribua plus que tous Philon lui-même, qui écrivit comme un chrétien sans rien savoir encore de ce nom de chrétien, qui parla du Verbe sans connaître le Christ, et qui enseigna une doctrine identique à celle que l’on a attribuée au Christ sans même soupçonner l’existence du Christ ? Si Philon a pu parler du Verbe et écrire comme un chrétien avant le Christ, n’est-ce pas la démonstration que le christianisme se produit sans le Christ, par les oeuvres précisément de ce même Philon, qui ne dit pas un seul mot de la personnalité humaine, de l’existence matérielle et historique de Jésus-Christ ? Non, Jésus n’a pas existé, car, s’il avait existé, Philon n’aurait pas pu ne pas parler de lui.
 
Philon, le Platon juif-alexandrin, contemporain du Christ, cite tous les événements et tous les grands personnages de son temps et de son pays, sans même oublier Pilate; il connaît et décrit avec force détails la secte des Esséniens, qui vivaient aux environs de Jérusalem et sur les rives du Jourdain; sous le règne de Caligula, il fut envoyé à Rome pour défendre les Juifs, et cela fait supposer en lui une connaissance exacte des choses et des hommes de sa nation; immanquablement, si Jésus avait réellement existé, il aurait été obligé d’en faire au moins mention. Silence de Philon - Le silence de tous les historiens ne peut s’expliquer que par la non-existence de Jésus.
 
 
 
Ce silence de tous les écrivains contemporains sur Jésus-Christ n’a pas été pris, jusqu’à présent, en considération autant qu’il conviendrait pour l’arrêt de la vérité historique (9) Même les écrivains d’esprit libre ont passé avec trop de hâte et de légèreté sur cette constatation. J. Salvador (10) explique facilement (c’est son mot) un tel silence, par ce fait que le fils de Marie ne laissa à Jérusalem que de faibles traces; Stefanoni (11), pour pouvoir l’expliquer, réduit la naissance et la vie de Jésus à de si mesquines proportions que ce n’est plus qu’un évènement très vulgaire. Ces explications sont trop inadéquates. Nous ne connaissons qu’un seul Jésus, celui des Évangiles et des Actes des Apôtres. Or, non seulement ce personnage n’aurait pas laissé à Jérusalem d’aussi «faibles traces» que le prétend Salvador; non seulement sa vie n’aurait pas été réduites aux «mesquines proportions» que suppose Stefanoni; mais, tout au contraire, la vie du Christ, à en croire la Bible, se serait déroulée avec un retentissement si extraordinaire que jamais aucune vie humaine n’en aurait eu de semblable.
 
La personnalité du Christ aurait donné lieu à des tumultes publics, à une arrestation, à un procès, à un drame judiciaire suivi d’une mort tragique; elle aurait accompli tant et de tels prodiges, et si merveilleux ¾ visite des anges, apparitions d’étoile qui marchent pour indiquer le lieu de sa naissance aux rois qui viennent d’Asie lui apporter leurs hommages, massacre des innocents dispute avec les docteurs à l’âge de douze ans, multiplication des pains, changement de l’eau en vin, guérison des malades, résurrection des morts, domination des éléments et des ténèbres, tremblement de terre à la suite de sa mort, et sa propre résurrection, tant et tant que les plus indifférents auraient été forcés de s’en émouvoir, que l’univers entier, sur l’heure, en aurait eu immanquablement connaissance, et que la curiosité des chroniqueurs, des annalistes, des historiographes n’aurait pas pu ne pas s’y intéresser.
 
Quand il s’agit d’un tel personnage et de tels événements, le silence de l’histoire est absolument inexplicable, invraisemblable, déconcertant. Et c’est ce que M. Auguste Dide a remarqué avec raison : «Une pareille ignorance, une inattention aussi dédaigneuse, déjà bien inexplicable s’il s’agissait seulement d’une manifestation historique ayant abouti à des tumultes, à des troubles violents, à une arrestation, à un drame judiciaire suivi de mort, devient (si on croit à la vérité des apologies évangéliques) tout à fait invraisemblable et stupéfiante. Car elle s’appliquerait aux faits les plus prodigieux, à des événements non seulement dignes de la curiosité et des commentaires des annalistes, mais qui devaient préoccuper l’intelligence et la conscience des spectateurs les plus indifférents et les plus distraits par nature... Et nul n’en sait rien? Pas un mot chez l’historien juif contemporain, Flavius Josèphe qui raconte les plus menus détails de l’histoire de ce temps-là; pas un mot dans Tacite, dans Suétone, dans les historiens grecs ou latins !» (12)
 
C’est pourquoi l’on ne peut moins faire que de conclure qu’un tel silence constitue une grave présomption contre l’existence historique de Jésus-Christ.
 
D’autres éléments, d’ailleurs, permettent de dire que, si l’inexistence du Christ peut seule expliquer le silence de l’histoire à l’égard de ce personnage, le silence du l’histoire à son tour démontre son inexistence. Le même silence de l’histoire se constate relativement aux apôtres. Nous n’avons, en ce qui les concerne, d’autres documents que ceux qui viennent de l’Église, qui, par là même, sont dépourvus de toute valeur probative, et qui nous les font connaître non comme des hommes naturels, mais comme des êtres surnaturels ou du moins, comme des thaumaturges, ¾ ce qui est à peu près la même chose. Les seuls faits historiques qui soient attribués aux apôtres ¾ le voyage de saint Pierre à Rome, sa dispute avec Simon le Magicien, la rencontre de saint Pierre avec Jésus et le fameux Quo vadis, Domine ? la mort de saint Pierre ¾ ne se trouvent racontés que dans les livres déclarés apocryphes par l’Église elle-même. On peut faire la même observation pour Joseph et Marie, les parents de Jésus, pour ses frères et toute sa famille. Ce sont là des circonstances qui donnent plus de signification au silence de l’histoire à l’égard de Jésus.
 
Emilio BOSSI
(Traduction en français par l’ex-Abbé défroqué Victor Charbonnel, 1926)
 

-----------------

NOTES :
 
(1) La prétendue lettre de Jésus au roi Abgar est une fraude pieuse; cela est démontré. Origène et saint Augustin la répudient nettement, et ils déclarent que le Christ n’a rien écrit. Du reste, l’Église elle-même le reconnaît, puisqu’elle n’a pas mis cette lettre au premier rang des documents canoniques, et elle aurait eu un intérêt capital à le faire si une telle pièce avait présenté quelque caractère d’authenticité. On peut dire la même chose des dernières lettres de Pilate à Tibère. (NOTE DE L’AUTEUR) ¾ Ajoutons que cette fabrication de documents par les chrétiens, ces «fraudes pieuses», prouvent le manque de documents authentiques. S’il y en avait eu de vrais, on n’aurait pas eu besoin d’en faire de faux. (NOTE DU TRADUCTEUR)
 
(2) M. Ch. Guignebert, chargé du cours d’histoire des religions à la Sorbonne, dit : «Tout le monde ou à peu près, avoue aujourd’hui que nos Évangiles ne sont pas des histoires de Jésus et de ses premiers disciples, mais seulement des biographies édifiantes, où les épisodes sont choisis et arbitrairement disposés pour encadrer des enseignements. On admet généralement que chacun des trois évangiles a eu son but particulier, en vue duquel il a organisé sa narration.» (Manuel d’Histoire ancienne du Christianisme, p. 40) Ce sont là des dispositions bien peu compatibles avec la véracité de l’historien; - et le même savant professeur dit encore : «Le christianisme rapporte son origine à Jésus-Christ. La tradition orthodoxe prétend posséder son histoire humaine dans les Évangiles, mais nous savons qu’ils ne nous ont conservé que des témoignages lointains, indirects, souvent contradictoires, toujours arbitrairement ordonnés, tout à fait étrangers au souci de la prédiction et de la vérité objective... on a pu très sérieusement se demander si tout ce que nous savons de Jésus n’était pas légendaire, si son existence même ne devait pas être rejetée parmi les mythes.» (Man. d’Hist. anc. du Christianisme, pp. 156-157.) - M. Guignebert, il est vrai, admet encore l’existence de Jésus, mais il constate que les études critiques sur les affirmations évangélistes sont d’autant plus négatives dans leurs conclusions qu’elles sont scientifiquement conduites (p. 156.) (NOTE DU TRADUCTEUR)
 
(3) Renan ici ajoute une note pour avertir que le passage de Josèphe a été altéré par une main chrétienne. Pourquoi seulement altéré ? Il a été INTERPOLE. (NOTE DE L’AUTEUR)
 
(4) Josèphe était un historien juif, né en l’an 37 (donc quatre ans après la mort prétendue de Jésus) Il a laissé un ouvrage appelé : Antiquités judaïques. Au livre XVIII, chapitre III, de ces Antiquités, on trouve le passage suivant : «Dans ce même temps naquit Jésus, homme sage, si toutefois on peut l’appeler un homme, car il accomplit des oeuvres admirables, enseignant à ceux qui l’aimaient à s’inspirer de la vérité. Non seulement il fut suivi par beaucoup de Juifs, mais aussi par les Grecs. C’était le Christ. Les principaux de notre nation l’ayant accusé devant Pilate, celui-ci le fit crucifier. Ses partisans ne l’abandonnèrent pas après sa mort. Vivant et ressuscité, il leur apparut le troisième jour, comme les saints prophètes l’avaient annoncé, pour faire mille autres choses miraculeuses. La société des chrétiens qui subsiste encore aujourd’hui a reçu de lui son nom.» ¾ Tel est le seul passage profane en faveur de Jésus. Or, est-ce là ce qu’aurait écrit un historien juif, tel que le juif Josèphe ? Non, un juif n’aurait pu tenir un pareil langage qui fait de Jésus un Dieu, et un Dieu ressuscité. C’est un chrétien qui a rédigé ce texte et qui l’a introduit, par interpolation ou intercalation, dans une copie de l’ouvrage historique de Josèphe. A l’endroit où il se trouve, ce passage interrompt brusquement la suite du récit de Josèphe. Rien ne l’appelle. On sent que c’est un morceau ajouté après coup. Perdu au milieu d’un chapitre qui raconte les amours d’une dame romaine et un châtiment infligé au peuple de Jérusalem, sans lien aucun avec le contexte; il est considéré comme la critique moderne, non seulement comme altéré, mais comme absolument interpolé. - Le seul texte d’écrivain profane que cite Renan et que l’on puisse citer est donc une pieuse fraude chrétienne. Saint Justin, Tertullien, Origène, saint Cyprien ont souvent cité l’historien Josèphe dans leurs polémiques contre les juifs et les païens. Jamais ils n’ont invoqué à leur avantage ce texte de Josèphe. C’est donc qu’il n’avait pas été intercalé dans les copies qu’avaient en mains ces défenseurs du christianisme et que la fabrication est postérieure. Bien plus, Origène dit expressément que l’historien Josèphe ne reconnaissait pas Jésus pour le Christ (Contre Celse, liv. I, p. 47.) Il n’eût pu le dire, si le passage avait été, de son temps, dans l’œuvre de Josèphe. (NOTE DU TRADUCTEUR)
 
(5) Renan, Vie de Jésus, chap. XXVIII.
 
(6) Stefanoni, Dictionnaire philosophique, au mot «Jésus».
 
(7) César Cantu, Histoire universelle, Ep. VI, 2ème partie.
 
(Cool Ernest Havet, Le Christianisme et ses Origines, t. II, chap. XIV.
 
(9) M. Stéphane Servant, dans une étude de La Revue Intellectuelle (juin 1908), à propos de l’ouvrage du Dr Binet-Sanglé sur la Folie de Jésus, a excellemment noté l’importance de ce silence des historiens sur Jésus, et, surtout en ce que concerne Philon, il dit : «Ce qui paraît tout à fait extraordinaire dans l’énigme de Jésus-Christ, c’est que pas un seul auteur contemporain, pas même un auteur juif, n’en ait dit un mot. Philon, qui vécut en même temps que lui, qui mourut après lui, qui était en relation avec Jérusalem et les pèlerins qui s’y rendaient chaque année pour Pâques, Philon qui décrit les sectes juives; Flavius Josèphe, qui s’étend sur les plus obscures parmi ces dernières, ignorent le Christ. Figurez-vous quelque catholique à la façon de l’abbé Loisy, quelque libre-penseur à la façon de Renan, entreprenant, avec le souci d’exactitude historique, un ouvrage sur les sectes actuelles de l’Église romaine en France et, supposant qu’il existât de nos jours, oubliant de mentionner précisément l’Homme-Dieu. Ajoutez à cela que, suivant l’Évangile, cet Homme-Dieu ne s’est pas glissé obscurément sur la route de l’Histoire, mais y fut accompagné d’un cortège de miracles et d’évènements inouÏs, que le massacre des Innocents, la venue des Rois Mages sont les moindres faits se rapportant à sa naissance pour laquelle le Ciel des annonciateurs et la Terre des rédempteurs furent bouleversés, et tâchez de comprendre. Hors des historiens juifs, même silence. Pas un seul contemporain de Jésus, pas un, n’en a entendu parler : il y a là quelque chose d’inouï. S’il y avait un miracle réel dans la vie réelle de cet homme, le plus miraculeux serait celui d’une pareille omission.»
 
(10) J. Salvador, Jésus-Christ et sa Doctrine, t. I, liv. II.
 
(11) Stefanoni, Dictionnaire philosophique et Histoire critique de la Superstition, vol. II, chap. I.
 
(12) Les tentatives de faire rentrer dans l’histoire, d’arracher aux brouillards de la théologie une personnalité qui, jusqu’à l’âge de trente ans, est absolument inconnue et qui, à partir de cet âge, apparaît au milieu des miracles, tantôt absurdes et tantôt ridicules, est une tentative si difficile qu’on peut, a priori, le déclarer impossible.» (Dide, La fin des religions.) Ernest Havet, dans son grand ouvrage : Le Christianisme et ses Origines, sans aller jusqu’aux conclusions de la critique actuelle sur la non-existence de Jésus, exprime ses doutes. Il dit : «Socrate est une personne réelle, et Jésus est un personnage idéal. Nous connaissons Socrate par Xénophon et Platon, qui l’ont connu; ils écrivent sur lui dans Athènes, pour les Athéniens, au milieu desquels s’est passée sa vie, et ils écrivent au lendemain de sa mort. On verra au contraire que ceux qui nous ont parlé de Jésus ne le connaissent pas et s’adressaient à des hommes qui le connaissaient encore moins; qu’ils ont écrit à plus d’un demi-siècle de distance, dans des pays qui n’étaient pas le sien, en une langue qui n’était pas la sienne. Ils n’ont écrit qu’une légende : Jésus est un personnage historique qui n’a pas d’histoire. J’ai déjà développé ailleurs cet idée et je prie qu’on me permette de me répéter : «Socrate est, comme on dit, percé à jour. Nous connaissons sa figure et son nez retroussé. Nous n’ignorons ni sa femme Xanthippe, ni l’humeur de Xanthippe. Nous le suivons à l’Agora, aux gymnases, à tables, au lit; nous assistons à ses amusements avec ses amis ou à ses disputes avec ses adversaires; nous l’accompagnons dans l’atelier d’un peintre, dans la boutique d’un marchand ou chez la belle Théodote qui pose pour un portrait. Nous l’entendons, pour ainsi dire, toutes les fois qu’il parle et aussi longtemps qu’il parle. Celui qu’on entend causer, celui qu’on voit rire, ne sera jamais un dieu. Je ne sais si Jésus a jamais ri ou causé, car c’était un homme de Lorient; mais ses biographes ne nous le diraient pas ou plutôt il n’a pas de biographie. On ne nous parle pas de son visage; son âge même n’est pas indiqué. Il n’était pas marié sans doute, il a été de ceux qui se font eunuques pour le royaume des cieux; mais on n’a pas seulement pris la peine de nous le marquer en termes exprès. On ne nous dit rien de ses habitudes et du détail de sa vie. On ne nous raconte de lui que des apparitions, on ne recueille de sa bouche que des oracles. Tout le reste demeure dans l’ombre; or, l’ombre et le mystère, c’est précisément ce qui est divin. Si on aperçoit quelque chose de ses passions ou de ses préjugés, c’est autant que ses disciples les partagent et les sanctifient; on n’entrevoit rien de ses faiblesses. En un mot, ceux qui nous racontent Socrate sont des témoins; ceux qui nous parlent de Jésus ne le connaissent pas : ils l’imaginent.»

14:22 Publié dans Histoire, Mystères, mythes, légendes & paranormal, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : religions |  Facebook | | |

30/05/2014

Les anciens Belges : Des Celtes pas comme les autres

 

On a trop souvent tendance à l'ignorer, mais le petit royaume dit "de Belgique" actuel, qui n'est somme toute que de création relativement récente (1830), ne représente en fait que la moitié du territoire de la Belgique réelle.

La Belgique originelle, ou Gaule Belgique, c'est en réalité tout l'espace compris entre la Seine (et la Marne) au sud, et le Rhin au nord-est. Elle est, à tous points de vue, un espace de transition entre les mondes celtique et germanique.

 

Cette carte restitue fidèlement l'intégralité de cette Belgique originelle, et permet en outre d'y localiser l'implantation des différents peuples belges :

identité & racines,hans cany,paganisme

La Gaule Belgique 

(Précisions : sur cette carte, le "Belgium" est le nom de la province sud-ouest de la Belgique, correspondant en gros aux département de l'Oise et de la Somme de la Picardie actuelle. Au sud-est, le nom de "Germani" n'est pas à confondre avec la Germanie située au-delà du Rhin : il s'agit juste d'un nom de peuple.)

 

 

Germains celtisés et Celtes germanisés

 

Voyons à présent ce qu'écrit Jules César à propos des Belges dans ses fameux Commentaires sur la Guerre des Gaules :

 

"La plupart des Belges sont issus des Germains ; ils avaient autrefois passé le Rhin, et s'étaient fixés en ces lieux à cause de la fertilité du sol, après en avoir chassé les habitants gaulois."

 

En outre, il précise :

 

"Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples, parce qu'ils restent tout à fait étrangers à la politesse et à la civilisation de la province romaine, et que les marchands, allant rarement chez eux, ne leur portent point ce qui contribue à énerver le courage : d'ailleurs, voisins des Germains qui habitent au-delà du Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux."

 

Comme César l'avait bien noté, il est donc manifeste que la Belgique constitue une zone spécifique depuis la plus haute antiquité, dont l'identité ethno-culturelle est celto-germanique, donc ni totalement celtique ni totalement germanique, mais les deux à la fois. Les peuples belges étaient donc constitués de Germains celtisés et de Celtes germanisés, les deux composantes étant chez eux si étroitement imbriquées qu'il est souvent difficile de les distinguer l'une de l'autre...

 

Les sources se rapportant spécifiquement à ces peuples germano-celtiques de la Gaule Belgique sont hélas assez rares.Néanmoins, il est tout à fait légitime de supposer chez eux un étroit syncrétisme non seulement sur les plans culturel, artistique, sociétal etc, mais aussi dans le domaine spirituel, où le Paganisme celtique s'est très certainement mêlé au Paganisme germanique, donnant ainsi naissance à une Tradition religieuse spécifique. Nous avons donc là un exemple tout à fait exceptionnel de symbiose entre germanité et celticité.

 

Un ensemble de peuples qui a profondément marqué la région

 

Au delà de l'image  fort sympathique  mais caricaturale -et souvent anachronique- qu'évoque dans l'esprit du grand public la fameuse bande dessinée "Astérix chez les Belges" , il faut bien se figurer que ces derniers représentent un ensemble de peuples fondateurs ayant marqué de façon indélébile l'ensemble des territoires qui constituent aujourd'hui tant le Royaume de Belgique que la France septentrionale,  du nord de la Seine jusqu'à l'ouest du Rhin. 

Parmi les peuples belges les plus marquants de l'actuel "nord de la France", Picardie et Nord-Pas de Calais, citons notamment, les Bellovaques, dont le nom a donné celui de Beauvais, leur ancien oppidum, les Ambiens (Amiens), les Suessions (Soissons), ou encore les Atrébates, qui ont donné leur nom à Arras (en flamand Atrecht), et qui sont même peut-être à l'origine du nom de l'Artois (à vérifier). Pour l'actuel Royaume de Belgique, on songera bien entendu aux célèbres Nerviens et Ménapiens, auxquels sont parfois identifiés respectivement, de façon quelque peu hâtive, les actuels Wallons et Flamands. Mais on pourrait tout aussi bien mentionner d'autres peuplades majeures telles que les Eburons, dont le territoire se situait dans l'actuelle province de Liège, ou encore les prestigieux Aduatuque, établis dans ce qui est aujourd'hui l'Ardenne.

Enfin, au niveau des grandes figures historiques signalons entre autres les chefs belges Ambiorix, roi des Eburons, Catuvolcos (dont le nom signifie "Loup de Guerre"), ainsi que le chef bellovaque Correos (ou Correus dans sa forme latinisée, voire Korreos, véritable "Vercingétorix belge" qui a donné beaucoup de fil à retordre aux envahisseurs romains, en poursuivant une résistance acharnée après la défaite d'Alésia, à la tête d'une coalition de peuples belges. Ce Correos a particulièrement marqué César, qui y fait allusion à plusieurs reprises dans sa "Guerre des Gaules".

 

Fameuse représentation des derniers instants de Correos, tenant tête aux Romains :

identité & racines,hans cany,paganisme

La mort de Corréus (Correos/Korreos), gravure de D. Maillart, XIXème siècle

 
Cette brève présentation aura peut-être -du moins convient-il de l'espérer- su éveiller l'intérêt du lecteur ou de la lectrice pour les traces historiques, archéologiques, ethnologiques, linguistiques et toponymiques léguées par l'ensemble de ces peuples, qui ont tant contribué à forger un certain nombre de particularismes encore observables de nos jours, et qui ont ainsi grandement contribué à donner au Royaume de Belgique et à la France du nord et du nord-est une identité ethno-culturelle spécifique, tout à fait distincte du monde gaulois pris dans son ensemble.

 

Pour quelques précisions complémentaires, vous pourrez par exemple consulter la fiche Wikipedia relative aux anciens Belges : http://fr.wikipedia.org/wiki/Belges

Voir aussi la liste des peuples de la Gaule Belgique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_peuples_de_la_Gaul...

 Les livres et autres sources littéraires spécifiquement consacrés aux anciens Belges constituent hélas une denrée rare dans le contexte actuel, surtout lorsqu'il est question d'ouvrages de vulgarisation à destination du grand public. Néanmoins, et de façon bien entendu non exhaustive, signalons entre autres le livre d'Eugène Warmenbol "La Belgique gauloise : Mythes et archéologies", paru en 2010 aux Editions Racine. Et enfin, si d'aventure vous êtes de passage un de ces jours dans la jolie Province de Luxembourg, au cœur de l'Ardenne belge, ne manquez pas de faire un détour par la commune de Libramont-Chevigny, qui abrite un remarquable et fort sympathique petit Musée des Celtes ( http://www.museedesceltes.be ), dont je vous recommande chaudement la visite.

Hans CANY



18:46 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, identité & racines, paganisme |  Facebook | | |

03/04/2014

VIDEO : Quelle est la situation en LIBYE ?

Interview de militants à l'occasion d'une manifestation de protestation à Paris, le 29 mars 2014.
A VOIR / ECOUTER ABSOLUMENT

libye, géopolitique et politique internationale, democratie, socialisme vert

REJOIGNEZ LA PAGE FACEBOOK "DRAPEAU VERT" :
https://www.facebook.com/drapeauvert

 

Le National-Anarchisme : un oxymore ?

 

Batman_robin_N-A2.jpg

Notre conception du mot «Nation» ne se rapporte absolument pas à une quelconque entité étatique (nous rejetons et combattons évidemment l' «Etat-Nation»), mais se rapporte à une entité FACTUELLE, à une collectivité naturelle et organique d'individus, qui se regroupent volontairement sur la base d'affinités communes (ethniques, culturelles, linguistiques, idéologiques, philosophiques...), et constituent ainsi une NATION à part entière, au sens profond, réel et noble du terme. En quoi une telle conception de la Nation serait-elle donc soi-disant «incompatible» avec l'idée anarchiste, n'en déplaise à certains ?...

Refusez de croire les calomnies et les contre-vérités que certaines crapules déversent sans relâche sur notre dos, et donnez vous donc plutôt la peine de lire ce qui suit, pour découvrir ce que nous sommes réellement !

L'idée d'anarchisme « patriotique » ou « national » n'a rien d'une invention nouvelle.

Pour ne mentionner que quelques exemples historiques parmi d'autres, Proudhon et Bakounine affichaient une conscience nationale/ « identitaire » très marquée. Ce fut également le cas de Louis-Auguste Blanqui. Ce dernier, même s'il n'était pas anarchiste au sens strict du terme, se réclamait malgré tout d'un socialisme révolutionnaire dont certains aspects sont étroitement apparentés au socialisme libertaire, et il est aussi le père de la fameuse formule « Ni Dieu ni Maître », si chère aux  anarchistes athées. Le théoricien anarchiste allemand Gustav Landauer (1870-1919), qui était de tendance individualiste (Nietzsche/Max Stirner), n'hésitait pas lui non plus à affirmer son « nationalisme ». Il proclamait : "Les différenciations nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation." Par le terme de "nation", Landauer comme Bakounine se référait à une entité organique, factuelle, et non pas à une entité politique. Et comme Bakounine, il se positionnait en faveur de l'autonomie de tous les peuples, dans un contexte libertaire et anti-impérialiste. En Ukraine, pendant la révolution russe, Nestor Makhno a lui aussi brillamment incarné cette tendance pendant la légendaire épopée de la « Makhnovtchina » (1918-1921). L'anarchisme qu'il prônait savait faire la distinction entre les notions de patrie et d' Etat ("Etat-Nation"). Makhno et ses partisans étaient d'authentiques patriotes ukrainiens qui combattaient pour la Liberté, à la fois contre les tyrannies tsariste, bolchevique, et étatique. Leur combat revêtait aussi la dimension d'une lutte de libération nationale, et était empreinte d'un sentiment identitaire très prononcé. Le tout, bien sûr, sous les plis du drapeau noir. Beaucoup d' "anars" contemporains feraient mieux de s'inspirer de leur souvenir, au lieu de verser dans un "antipatriotisme" et un "internationalisme" marxistoïde bête et méchant, qui fait au final le jeu du libéralisme apatride, et donc du Système dominant... Et au lieu de rejeter systématiquement le "passé" sous le seul prétexte qu'il s'agit du passé ! La confusion savamment entretenue dont fait aujourd'hui l'objet le terme de "nation", systématiquement assimilé au concept d'"Etat-Nation", doit désormais être dénoncée.

Les Nationaux-Anarchistes ont pour but la création de communautés décentralisées, indépendantes de toute entité étatique, et reposant sur l'association libre et volontaire d'individus se regroupant sur la base de leurs affinités (ethniques, culturelles, philosophiques...). Rejetant toute forme de pouvoir imposé, ils lui opposent la notion de Souveraineté, en vertu de laquelle les individus librement associés peuvent occuper leur propre territoire précisément délimité, et y vivre selon leurs propres choix, coutumes et principes. Ces espaces peuvent ainsi être régis de façon très différente les uns des autres, offrant à chacun un vaste éventail de possibilités en fonction de ses choix et aspirations, ainsi qu'une alternative véritable à la dictature de la majorité improprement nommée «démocratie» au sein des Etats-Nations. De surcroit, ces communautés autonomes peuvent éventuellement choisir de s'associer entre elles sur la base de leurs propres affinités et se fédérer, pouvant même aller jusqu'à s'associer plus largement sous la forme de confédérations (fédérations de fédérations), respectant et préservant l'autonomie de chaque composante, à tous niveaux. Il s'agit là d'une alternative véritable à tous les dogmes idéologiques de «droite» comme de «gauche», que ceux-ci se veuillent «modérés» ou «extrêmes». Une alternative qui respecte à la fois la liberté de l'individu, la liberté des collectivités volontaires d'individus, et la grande diversité du genre humain, richesse inestimable qu'il convient de préserver de toute uniformisation d'essence totalitaire.

Au delà des clivages systémiques ineptes de la gauche et de la droite, le National-Anarchisme est à présent implanté dans de nombreux pays du monde. Le développement de notre mouvance est à présent inexorable, rien ne parviendra à le stopper. Et les manigances de ceux qui cherchent à la discréditer sur la base de sophismes fallacieux resteront pitoyablement vaines.

Hans CANY

Pour en savoir plus, visitez et suivez régulièrement le blog officiel de
l'Alliance Nationale-Anarchiste :
http://national-anarchisme.hautetfort.com


Qu'est-ce que le NATIONAL-ANARCHISME ? par Farkasember

 

24/02/2014

L'antifascisme dans le miroir

Le symétrique du mal, ce n'est pas le bien, c'est juste le mal opposé.

 

Bien sûr, il y a l’antifascisme grossier, pathétique et pathologique des antifas tel qu’on l’a vu s’illustrer à Rennes au début de ce mois, mais il s’agit là d’une singerie du fascisme des années trente : vociférations, brutes cagoulées, barres de fer, vitrines cassées. Et en vandalisant les librairies catholiques, les permanences ou les meetings du FN, en affrontant des « commandos anti-IVG » – en général trois retraités et deux mères de famille armés de chapelets -, ils se perçoivent sérieusement comme des partisans boutant les commandos de la Wehrmacht !

 

Mais ne nous attardons pas sur ces tristes clowns : les incohérences des miliciens du régime n’impressionnent guère au-delà du périphérique intérieur. En dépit de sa collusion avec le premier, l’authentique antifascisme, celui de la classe dirigeante, est au contraire tout à fait cohérent. Il se présente toujours et se perçoit souvent sincèrement comme l’opposé du fascisme. Or, au-delà de quelques troublantes ressemblances comme la promotion de l’euthanasie ou la volonté de formater les enfants dès l’école primaire, il faut avouer qu’il s’oppose bien point par point au fascisme historique.

 

Le fascisme vénérait l’État, l’antifascisme l’affaiblit au maximum dans ses fonctions régaliennes. Le fascisme sanctifiait la nation et justifiait toutes les agressions pour la renforcer; l’antifascisme déteste la nation et encourage toutes les attaques contre elle. Le fascisme avait le culte du chef et du groupe ; l’antifascisme adore les anti-héros et vénère l’individu. Le fascisme rêvait d’une purification ethnique et culturelle ; l’antifascisme loue le métissage et le multiculturalisme. Le fascisme adulait les valeurs viriles et méprisait les faibles ; l’antifascisme révère le féminisme et les victimes autoproclamées. Sa justice excuse le criminel – forcément rendu mauvais par sa famille ou la société – mais sanctionne le courage et la légitime défense.

 

Faut-il en conclure, comme ses thuriféraires, que l’authentique antifascisme est aussi noble que le fascisme fut ignoble ? Si le fascisme fut bien une peste brune criminogène, l’antifascisme est un SIDA rose qui attaque les défenses immunitaires de la société et de la civilisation. Si le fascisme justifiait le crime de masse, l’antifascisme milite pour le suicide de masse qu’il maquille en acte charitable. Certes, au temps du fascisme, le plus aimable des citoyens courait le risque d’être battu à mort par les forces de l’ordre dans un commissariat, et cela n’est plus le cas aujourd’hui ; le problème, c’est que cela peut lui arriver à peu près partout ailleurs en raison de l’impunité coupable dont bénéficient les forces du désordre.

 

Il faudra bien en finir un jour avec cette illusion : le symétrique du mal, ce n’est pas le bien, c’est juste le mal opposé. Lorsqu’un monstre se regarde dans le miroir, il ne se voit pas tel qu’il est. Il se voit avec les traits inversés, mais ce qu’il voit, c’est bien toujours un monstre !

 

(Source : http://www.bvoltaire.fr/francoisfalcon/lantifascisme-dans... )

Antifas3.jpg

 

15:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

09/02/2014

Rennes, ville gangrénée par la racaille gaucharde "antifa"

La racaille "antifa" a fait des siennes samedi 8 février 2014 au soir, à Rennes, en marge d'un meeting du FN que ces grands démocrates entendaient empêcher. Vous pourrez visionner ci-dessous des vidéos qui témoignent de la violence des évènements, et qui, je pense, se passent de tous commentaires superflus.


Rennes manif anti FN guerilla urbaine par OuestFranceFR

 

 

Ces milices d'excités "antifas", de par leurs exactions à Rennes hier soir, auront à coup sûr réussi quelque chose : faire gagner des voix supplémentaires au FN lors des prochaines élections. Ah c'est sûr, ça valait vraiment la peine de se livrer à ce genre de facéties... Joli résultat. Bande de sombres abrutis.

Antifas_rennes1.png

Antifas_Rennes2.png

Antifas_rennes3.png



Et ce n'est pas tout. Car le mercredi 5 février 2014, toujours dans la même ville, c'est un conférencier de l'Université Populaire Celtique, dans un amphi de l'Université Rennes 2, qui a fait l'objet d'une agression au jet d'amoniaque, par le même type de nervis gauchistes :


Perchirin conférencier aspergé d'ammoniac... par OuestFranceFR

 

Que font donc la police de Monsieur Valls et la "Justice" de Madame Taubira, dans de tels cas ??...
Il n'échappera qu'aux gogos et autres lobotomisés de service que ces dangereux barbouzes qui sévissent dans une impunité quasi-totale sont de facto protégés et instrumentalisés par le pouvoir.
L'Etat français totalitaire montre - une fois de plus - son vrai visage...


Hans CANY

 

ANTIFA_3.jpg

15:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hans cany |  Facebook | | |

30/01/2014

National-Anarchisme : visitez http://national-anarchisme.hautetfort.com

Les ennemis déclarés du national-anarchisme ont tout intérêt à ce qu'on signale le moins possible au public l'existence d'une section francophone de la mouvance, incarnée par l' Alliance Nationale-Anarchiste ( A.N-A ) et son blog officiel, tribune fondée au cours de l'été 2013.

Qu'il s'agisse des ennemis politiques déclarés du national-anarchisme, de gauche comme de droite, comme de certaines sources d'information faussement objectives telles que les diverses "encyclopédies" en ligne, tous rivalisent de mauvaise volonté et de mauvaise foi pour dissimuler autant  que faire se peut son implantation dans l'espace francophone.

Ils craignent l'émergence d'un rival potentiellement préjudiciable aux chapelles respectives qu'ils défendent. Ils craignent aussi par-dessus tout anarchistes à la présentation biaisée, mensongère et diffamatoire de ce courant  de pensée qu'ils s'efforcent de propager.
Ainsi qu'a pu le dire un groupe musical français des années 80, les maîtres de la calomnie ont le  verbe facile...

Cette véritable conspiration du silence ne serait pas complète sans l'étrange mutisme des moteurs de recherche qui, jusqu'à présent, ne  référencent toujours pas le national-anarchisme francophone comme il se devrait. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c'est  bizarre...  N'est-il pas ?

Aussi, pour en finir avec cette chape de plomb délibérément imposée à l' A.N-A , il n'y a rien de tel que de diffuser le plus massivement possible l'URL de sa tribune internet, et d'accéder ainsi au référencement naturel de nos pages.


Visitez le blog, et diffusez sans modération son URL :

http://national-anarchisme.hautetfort.com


Lisez attentivement et intégralement nos textes. Découvrez ce que nous sommes, ce  que nous professons, et ce que nous prônons réellement, à des milliers d'années-lumière de ce  que prétendent  les ignorants, les menteurs et les faussaires de tous poils. Donnez-vous la peine de découvrir la vérité, afin de vous faire vos propres opinions en réelle connaissance  de cause.

Ne perdez jamais de vue le fait que ce blog est le blog OFFICIEL de l'Alliance Nationale-Anarchiste, et que cette dernière constitue à ce jour le seul et unique réseau national-anarchiste francophone digne  de ce nom.

Méfiez-vous comme de la peste des imposteurs en tous genres, comme des initiatives fantaisistes ou autres cas psychiatriques plus ou moins lourds qui, non contents d'usurper la bannière du national-anarchisme, en véhiculent une image totalement déformée, et  sans le moindre rapport avec la réalité.
Ne faites pas écho aux propos ineptes et délirants de ce type d'individus isolés qui ne représentent en réalité qu'eux-mêmes, qui la plupart du temps ne saisissent même pas l'essence profonde du national-anarchisme dont ils prétendent se réclamer,  et qui ne font en définitive que nuire à l'émergence de la vérité. Ils desservent la cause.

Enfin, ne perdez jamais de vue le fait que l'Alliance Nationale-Anarchiste est un réseau totalement autonome  -et même indépendant-, et qu'elle ne constitue en aucun cas la branche locale d'un mouvement étranger auquel elle  serait inféodée. Dans le cadre du Mouvement National-Anarchiste mondial, les structures issues de chaque pays sont librement fédérées, librement associées  sur la base de la LIBRE ENTENTE et des groupes affinitaires. Les propos et les prises de position des uns n'engagent donc pas nécessairement les autres et vice versa, étant entendu que notre mouvance rassemble une grande variété de sensibilités philosophiques et de points de vue, et qu'il est nécessaire de permettre à tous de s'exprimer.

Diffusez, partagez cet article et l'URL du blog officiel de l'A.N-A aussi largement et aussi régulièrement que vous le pourrez, que ce soient via les réseaux sociaux, via des mailing-lists, via vos propres pages internet, ou par quelque autre moyen que ce soit.

Si vous administrez vous-mêmes des blogs ou des sites, ajoutez cette URL dans la liste des liens proposés.

Grâce à l'effort des uns et des autres ici et là, l'effet boule de neige suivra, et finira inexorablement par porter ses fruits. Nous sommes une force nouvelle, une force d'avenir. Il ne tient qu'à vous de contribuer à l'émergence de cette force en devenir. Et aujourd'hui, dès à présent, nous comptons sur vous.

Hans CANY

 

A.N-A_Identite.jpg

hans cany,national-anarchisme

15:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, national-anarchisme |  Facebook | | |

24/01/2014

LIBYE : Des évènements en cours ? Oui mais...

ACTUALITE LIBYENNE IMMEDIATE :

Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes, renforcées par des "révélations" quotidiennes toujours plus sensationnelles, font état d'une supposée insurrection populaire massive initiée par la Résistance Verte et qui, partie du sud libyen censément libéré (?), atteindrait même désormais Benghazi et Tripoli. A en croire les tenants de cette thèse, le régime criminel des rats serait sur le point de s'effondrer, et la renaissance de la Jamahiriya serait imminente...

Pourquoi donc de tels événements, y compris le déploiement de navires de guerre russes au large des côtes libyennes (rien que ça !!), comme on a pu le lire dernièrement, ne rencontrent-ils absolument aucun écho en dehors de quelques sources ultra-confidentielles via les réseaux sociaux ?? Pourtant, l'ampleur des faits en question ne devrait pas les faire passer inaperçus, même en tenant compte d'une éventuelle conspiration du silence des merdias officiels... N'y a-t-il pas là  quelque chose de singulier, de paradoxal ?

J'ai des doutes. Je ne le cache pas. Certes, je ne suis pas de ceux qui soutiennent mordicus, avec une assurance qui frise la suffisance, qu'il ne se passe rien... alors que ces gens qui veulent sembler plus sérieux et mieux informés que les autres ne font que bluffer : ils ne savent RIEN de plus que le commun des mortels, en réalité. Ils ne font que parier sur ce qui leur semble le plus probable pour, si l'avenir leur donne raison, renforcer leur crédibilité et élargir leur audience. C'est un stratagème calculé.

Pour autant, j'ai de plus en plus de mal à croire aux affirmations de ceux qui nous parlent d'évènements aussi extraordinaires et d'une portée aussi considérable que ceux que l'on sait. Ca semble un peu trop beau -et trop gros- pour être totalement vrai. Hélas, les mythomanes, les affabulateurs et ceux qui cherchent juste à attirer l'attention sur eux sont légions, on a déjà eu l'occasion de le voir de nombreuses fois... La prudence est donc de rigueur.

A mon humble avis, et plus raisonnablement, la réalité doit se situer quelque part entre ces deux extrêmes. Je me trompe peut-être, ceci dit. L'avenir proche nous le dira. Attendons et voyons. C'est là tout ce que nous puissions faire dans l'état actuel des choses. Ne perdons jamais espoir, et gardons une foi inébranlable. Mais sachons raison garder, et ne cédons pas à la tentation de prendre trop rapidement nos souhaits pour des  réalités.
 
 
Hans CANY
 

Libye3.jpg

 

16:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, libye, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

12/12/2013

Bretagne : Bonnets rouges, oui. Mais encore ?...

 

bonnets_rouges_2.jpg

C'était à prévoir. Il aura donc suffi que le gouvernement hexagon "suspende" provisoirement la mise en application de la très contestée "Ecotaxe", et qu'il jette, tel un os à ronger,  un prétendu "pacte d'avenir" au molosse breton, pour que celui-ci accepte de reprendre le collier, et retourne docilement à sa niche. Le mouvement de masse surmédiatisé des "bonnets rouges" ne fait plus la une de l'actualité. Il a fait long feu, il s'essouffle. Oubliée, la Fronde populaire. Terminées, les manifestations de masse et les destructions de portiques. Déjà passés de mode, les incendies de radars routiers, expression d'une révolte légitime contre le racket institutionnalisé par l'Etat français. Et, même s'il convenait de ne se faire aucune illusion quant à cet énième feu de paille, force est de faire un amer constat.

Ce  triste constat, c'est que les masses populaires bretonnes restent profondément chloroformées. Le conditionnement colonial, l'amnésie programmée, l'abrutissement social et l'aliénation culturelle ont fait d'effroyables ravages. Le peuple breton, dans sa majorité, n'a encore qu'une conscience nationale fort limitée, ce qui le confine en quasi permanence à la myopie. Il ne consent à se soulever, périodiquement et de façon éphémère, que dans un cadre toujours bien délimité. Et surtout  sans jamais sortir de l'ornière imposée par la République jacobine. S'il se révolte sporadiquement, en brave peuple prolétaire, ce sera toujours sur la base de motivations d'ordre économique, et ceci dans un cadre plus ou moins corporatiste. Ici, ce sera contre le matraquage fiscal. Là, pour la sauvegarde du sacro-saint emploi dans la "région". Etc.

Jamais il ne fait preuve d'une vision plus large, d'une analyse et d'une compréhension plus globales des causes qui sont directement ou indirectement à l'origine des effets contre lesquels il s'insurge. Alors bien sûr, ici ou là, on pourra se réjouir d'entendre quelques individus, visiblement un peu plus lucides que la masse indifférenciée de leurs compatriotes, dénoncer le "centralisme parisien". Faute de mieux, c'est là le signe qu'au moins, tout ne semble pas irrémédiablement perdu. Les braises de Breizh sont là, toujours rougeoyantes. Aux esprits les plus éveillés -que nous voulons heureusement croire de plus en plus nombreux- de les entretenir comme il se doit, et de faire en sorte qu'à terme, la flamme éternelle de la Nation bretonne rejaillisse pleinement.


Les nationaux-anarchistes, bien qu'évidemment solidaires des mouvements de protestation populaires anti-fiscaux, insistent vigoureusement sur le fait que ce type de protestation ne saurait se suffire en soi.
Les nationaux-anarchistes, de toutes nations et de toutes régions, encouragent le peuple breton à reprendre pleinement conscience de lui-même, et à réaliser que les seules solutions d'avenir valables pour sa nation colonisée sont à rechercher du côté de ce que l'Occupant lui a toujours présenté mensongèrement comme des options soi-disant "irréalistes" et "extrémistes". Ces solutions passent au minimum par le régionalisme, et au mieux par l'autonomisme, voire par l'indépendance pure et simple. Mais dans tous les cas -et surtout- dans un contexte fédéral intégral, interne comme externe. Il ne faut en aucun cas reproduire les tares de l'Etat-Nation jacobin. Ensemble, sans faiblesse et avec détermination, luttons pour une Bretagne libre, fédérale, fédérée et autonome.

Hans CANY
A.N-A_bzh.jpg

16:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, fédéralisme, national-anarchisme, identité & racines |  Facebook | | |

09/11/2013

Sami Aldeeb : "Plus je connais l'Islam, plus je m'en éloigne"

 

Islam.jpg

 

Une interview pleine d’évidences et de bon sens.

Sami Aldeeb est un juriste d’origine palestinienne et de nationalité suisse. De 1980 à 2009, il a été responsable du droit arabe et musulman à l’Institut Suisse de Droit Comparé. Il dirige le Centre de droit arabe et musulman et enseigne dans différentes universités. Auteur d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles, il a notamment publié en 2008 une édition bilingue du Coran (arabe — français) en classant les sourates par ordre chronologique.

 

 

 

Extraits textes principaux : « Il faut mettre des garde-fous en disant aux musulmans que nous ne tolérerons pas les éléments négatifs de leur texte. Je dis aux musulmans: « si vous voulez être digestes et acceptables pour la société, il y a beaucoup de choses du coran que vous devriez mettre à la poubelle. Il faut aller jusqu’à désacraliser le Coran et Mahomet. Si vous ne faites pas cela, vous serez piégés pour toujours».

Le Coran est une copie de l’Ancien Testament. On y trouve la même idéologie. Le refus de la liberté individuelle, la violence, les sanctions prévues par la Bible, vous allez les retrouver dans le Coran. C’est la même chose. On a l’avantage avec les Juifs qu’ils ne sont pas très nombreux. S’il y avait autant de Juifs que de Musulmans, on aurait probablement eu des catastrophes, comme avec les Musulmans [NDLR : on en a eu des catastrophes dues aux juifs, les deux guerres mondiales par exemple].

On a le même problème avec le judaïsme et l’islam du fait que les textes sacrés sont des textes légaux. Le Christ, lui, se foutait royalement de la loi. C’est un moralisateur pas un législateur. Le problème avec Moise et Mahomet, avec l’Ancien Testament et le Coran donc, c’est que ce sont des textes législatifs. Et si vous leur donnez une légitimité divine, vous les rendez imperméables à la société et il devient impossible de les adapter.

La solution est simple et compliquée à la fois. Il faut désacraliser les textes. Vous savez, quand vous êtes face à un serpent, ça ne sert à rien de lui couper un petit bout de la queue. Il faut lui écraser la tête. Si vous ne balayez pas le concept traditionnel de la révélation, nous sommes foutus.

 

 

 

Quelle est votre vision de l’avenir ?

 

 Elle est tout à fait pessimiste. Je pense que la génération actuelle est perdue. Elle a digéré tout le poison de l’enseignement religieux depuis des siècles. Est-ce qu’on a la possibilité d’avoir une nouvelle génération ? Il n’y en a pas la volonté.

L’islam est un problème spécifique. Il faut enseigner à nos générations : on ne traite pas avec l’islam comme on traite avec n’importe qui. Leur idéologie est tout à fait différente et ça nécessite une connaissance. En Occident, malheureusement, ils ne se sont pas préparés, et ils ne voudront pas le faire aujourd’hui face à la déferlante islamique. Toutes nos universités occidentales ont complètement fait faillite sur ce plan.

Nous sommes en train de payer la politique de l’autruche. Il n’y pas de courage chez nos politiciens et chez nos professeurs. Nos universités ne rendent aucun service au contraire. Elles aident à l’aveuglement général et mènent toute la société occidentale à sa perte.

Aucune faculté de droit suisse n’enseigne le droit musulman, aucune n’indique où est le problème. Il faut une refonte totale et préparer une nouvelle génération de juristes capable d’identifier le mal. Comment voulez-vous gérer une société avec 400.000 ou 500.000 musulmans ? (ndlr : la Suisse). Il faut quand même que vous sachiez ce qu’ils pensent, ce qui rode dans leurs têtes, ce qu’ils enseignent dans leurs mosquées…

 

 

 

Ne craignez vous pas que l’occidental finisse séduit par l’islam s’il se met à l’étudier ?

 

J’ai rencontré un grand professeur arabe d’Afrique du Nord; qui a une position importante dans son pays. Il m’a dit ‘ »Tant que les musulmans croient que le coran est la parole de Dieu, il n’y a aucun progrès possible. Je lui ai demandé : « mais c’est extraordinaire , vous l’avez écrit ou ? ». Il m’ a répondu : « Mais vous êtes dingue ou quoi, vous voulez ma mort ? »

 

 

Êtes vous en train de nous dire que l’islam règne par la terreur ?

 

Oui. Regardez la ligue arabe. En 1976 elle a adopté un projet de loi dans lequel il est écrit : « toute personne qui quitte l’islam doit être mise à mort. C’est une déclaration officielle que l’islam règne par la terreur.

Je prophétise la fin de l’islam : le problème est que c’est une religion légaliste, et c’est ce qui les perdra. La fin de l’islam, ca commencera par une nation qui dira « on en a ras-le-bol de l’islam. » Et puis une autre…

On va assister à une implosion de la société islamique, parce que les gens sont exaspérés par cette religion.

 

20:09 Publié dans Politique, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religions |  Facebook | | |

Citoyen du Monde ? Moi ?!? Jamais de la vie !

diversité.jpg

 
Je suis l'antithèse du gauchiste cosmopolite et apatride qui se veut "citoyen du Monde". Je suis Européen, de racines multiples : picardes et artésiennes/flamandes (donc quasi-belges), espagnoles, et en prime, Breton de cœur et d'adoption. De surcroit, je suis très ouvert au monde entier, me passionne volontiers pour les pays et les cultures de toutes latitudes, et suis précisément tout le contraire d'un patriotard chauvin comme d'un ethnocentriste étriqué. Je suis loin d'être racialiste, et j'exècre le racisme, tout comme j'abhorre la xénophobie. Suis-je pour autant un adepte du grand mélange et de la disparition des frontières ? Que nenni ! Que les dieux m'en préservent ! La diversité, culturelle comme génétique, n'a justement de sens et d'intérêt que si les identités et les différences sont conservées. Il n'y a rien de pire que l'uniformisation au moyen d'un grand mélange incontrôlé. Les "citoyens du Monde" et autres négateurs des frontières sont bien les idiots utiles du mondialisme libéral.
 
Hans CANY

02:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : hans cany, identité & racines |  Facebook | | |

07/11/2013

Sur le principe du Front de libération et de l’offensive stratégique en démocratie

 

FRONT_~1.JPG

S’inspirer de la guerre révolutionnaire sera utile, à l’avenir, pour l’avant garde nationale bretonne si elle veut vaincre. Et plus exactement d’en retenir quelques grands principes, déclinés d’une façon nouvelle, afin de correspondre aux conditions imposées par un état parlementaire garantissant, a minima en France, les libertés fondamentales démocratiques.

Le principe de la guerre révolutionnaire, et surtout du type maoïste, c’est sa dimension politique. Mao démontre qu’on ne gagne pas une guerre sur le plan conventionnel, mais sur le plan politique. Aussi, les masses doivent-elles acquises à la cause révolutionnaire, asséchant de facto le vivier de ressources humaines de l’ennemi. Et ainsi de suite jusqu’à la victoire. Sa stratégie s’est avérée juste puisqu’il a écrasé un ennemi largement plus puissant que lui, en l’occurrence la Chine nationaliste du Kuomintang.

Le principe développé par le Nord Vietnam contre les USA n’est pas de vaincre les Etats-Unis militairement. Pour le général Giap, cet objectif est impossible en raison du déséquilibre des forces. Le but stratégique est d’utiliser la supériorité du moral du camp communiste, encadré idéologiquement, sur le moral de la démocratie américaine, en l’espèce son opinion publique, ouverte et non encadrée. Il s’agit, littéralement, d’assécher le vivier du soutien à la guerre en usant le moral adverse jusqu’à le faire céder.

Ces deux exemples démontrent que dans les guérillas, du faible au fort, c’est bien le moral qui est la clef de tout. Celui qui perd une guerre est celui qui ne veut plus la mener.

Nous avons d’autres exemples de guérilla qui ont échoué, car elle n’avait pas compris la nature de leur adversaire démocratique. C’est le cas de l’IRA notamment. L’IRA en pratiquant une violence de haute intensité contre une démocratie apaisée, ne pouvait que détourner d’elle une opinion moyenne rétive à cette violence. Or une démocratie, même impérialiste, ne peut capituler devant la violence terroriste. Pire, cette violence légitime même l’ennemi démocratique dans ses buts de guerre sous couvert de maintien de l’ordre, “de l’état de droit”.

La guérilla politique de type maoïste, face à un état parlementariste ouvert, doit être amendée. Elle doit conserver ses quatre fronts : politique, culturel, socio-économique et militaire.

L’organisation des Fronts

Le front militaire

Son aspect militaire doit simplement opter pour une violence d’une très faible intensité. Sa force réside dans l’endurance et non dans la puissance. Ne recherchant pas l’escalade, sa violence s’exercera par des moyens ne visant que des cibles matérielles impopulaires. Les cibles liées à la fiscalité occupante sont prioritaires. La violence spectaculaire doit être proscrite. Des actions telles que des occupations ou actions coups de poing de même nature y sont adjointes. C’est ce que l’on pourrait nommer une “chouannerie médiatique“. Le but n’est pas de détruire les forces ennemies ou ses instruments, mais de retourner l’opinion publique afin qu’elle soutienne le camp révolutionnaire et assécher ainsi les soutiens de l’ennemi.

Ce front militaire n’use d’aucune arme ni de violence physique envers les personnes car on affronte pas une démocratie en usant de la violence contre les individus. Car pour une démocratie l’individu est au centre du système de valeurs. Ce serait donc lui donner des raisons de mobiliser son opinion publique. Or il s’agit précisément d’obtenir l’inverse : saper la volonté de se battre de l’ennemi. Donc sa démobilisation.

La règle du Front militaire est la très faible intensité, mais la régularité de ses actions. Ainsi, le Front militaire réalise une catharsis, une vengeance symbolique applaudie en secret par les masses, qui changent ainsi progressivement de camp politique. Le but d’une armée est de défendre le peuple. Pour devenir l’armée légitime du peuple, le Front militaire doit défendre la justice pour le peuple. C’est ce qu’il fait en détruisant les cibles fiscales ou symboles de l’injustice. Car le but est la conquête du coeur des masses.

Le front culturel

Le front culturel lui subvertit les représentations collectives établies par l’ennemi. Il change progressivement le cadre de compréhension du monde, de la société, des valeurs. Mais surtout, il oeuvre à créer deux camps : celui de la révolution et celui de l’ennemi. Il s’attarde plus spécialement à bâtir un “nous” en en délimitant le périmètre. Il s’agit donc de tous les aspects pouvant différencier : histoire, langue, drapeaux, modes de vie, critiques sociales, médiats affirmant un point de vue spécifique, etc.

Pour ce qui concerne les Bretons, cette guerre culturelle est pour l’essentiel gagnée. Mais le camp du “nous” breton doit désormais s’opposer à celui de l’ennemi, l’Etat Français. Car le but est d’encadrer les masses.

Le Front économique

La bourgeoisie nationale, dans le cadre la lutte de libération, doit se nationaliser avant d’aider à la nationalisation des masses. Pour cela un fossé indépassable doit exister entre la bourgeoisie bretonne, puisque nous traitons de ce cas, et la bourgeoisie française.

Ce n’est plus un obstacle : la bourgeoisie française, largement acquise au capitalisme d’état, ne survit que par le cannibalisme exercé contre les bourgeoisies périphériques non incluses dans le système de domination. C’est notamment par l’instrument de l’impôt que cette bourgeoisie d’état survit. La bourgeoisie bretonne commence à prendre conscience qu’elle est en danger si elle ne rompt pas avec le système qui la détruit progressivement. Par la lutte anti-fiscale menée contre l’Etat central, la bourgeoisie prépare sa rencontre avec la classe laborieuse nationale, elle aussi victime du fiscalisme de l’ennemi, incarné par l’Etat Français.

Une fois conscientisée, la bourgeoisie nationale ou des fractions d’entre elle appuie le front politique dans sa lutte pour la conquête de l’Etat mais aussi pour nationaliser les ouvriers et salariés qui sont sous son influence ou les consommateurs qui achètent ses produits. Car le but est d’unifier les masses.

Le Front politique

Le Front politique est le front de toutes les organisations politiques à proprement parler. Elles théorisent la lutte de libération, les modalités de sa mise en oeuvre, et la conquête effective de l’Etat. Cela peut passer par des élections ou autre. Le Front politique peut agir sur le terrain électoral ou tout au contraire préférer “l’insurrection médiatique” permanente en s’engouffrant dans toutes les crises potentielles pour les présenter au public selon son idéologie et en déterminer l’évolution et la conclusion. Car le but est de conquérir l’esprit des masses.

L’offensive stratégique et la convergence des Fronts

La guérilla procède selon le principe de l’escalade. Elle frappe toujours là où l’ennemi est faible. Elle joue de sa mobilité contre un ennemi en charge de garder la totalité d’un territoire. L’ennemi affronte une contradiction interne insurmontable. La guérilla en frappant là où on l’ennemi ne l’attend pas, le contraint à se déplacer sans cesse, sans aucun résultat à la clef. Sa puissance ne lui est d’aucune utilité.

D’opérations limitées à quelques escarmouches, la guérilla monte en puissance en montant des offensives locales, puis régionales et enfin globales. A mesure qu’elle frappe, la guérilla se renforce en conquérant les masses, affaiblissant son ennemi. Dans la phase finale, la guerilla use de la guerre conventionnelle et achève l’ennemi lors d’une offensive générale qu’il a déjà gagné.

Car on ne mène de bataille que si l’on est certain de la gagner.

Naturellement, face à une démocratie, il n’est pas question d’user de moyens militaires. Mais c’est le principe de coordination des Fronts, de montée en puissance stratégique et de mobilité qui doit être retenue.

Les quatre fronts, politique, culturel, économique et militaire doivent agir ensemble et créer une dynamique, avec à chaque fois un objectif clair et défini.

C’est ce qui s’est passé en région Bretagne ces dernières semaines, quoique de manière spontanée. Par une convergence fortuite et conjoncturelle, ces quatre fronts se sont rencontrés et ont ainsi créé une crise pour l’Etat occupant.

Le Front politique, incarné par une vitrine d’élus et d’éléments syndiqués, représente l’intérêt national. Le front économique soutient l’action. Le front culturel quant à lui a préparé le terrain des représentations et appuie moralement les acteurs. Le front militaire mène des actions coups de poing pour retourner l’opinion publique, briser la volonté de se battre de l’ennemi et occuper le terrain médiatique grâce à des actions éclairs.

Lorsque ces quatre fronts convergent, ils sont en situation de faire reculer l’Etat Français car ils ont alors acquis une dimension stratégique et non plus tactique, désordonnée.

Cette convergence des fronts est virtuellement invincible. Il suffit que les fronts demeurent unis et se coordonnent pour des actions toujours plus larges, passant de l’escarmouche à l’offensive stratégique globale.

Une feuille de route tactique

L’Etat Occupant ne légitime son action que par les élections, le consentement des masses à sa domination. Naturellement, ce consentement est obtenu par l’usage d’une propagande permanente et la détention des moyens de l’état et l’encadrement de la société. Aussi doit-on voir chaque élection comme une offensive stratégique en soi contre la nation bretonne.

Une fois l’élection passée et la victoire obtenue pour l’Etat Central, le voilà en situation de vainqueur. Il passe immédiatement de l’offensive – l’élection est un mouvement – à la défensive, qui est la gestion des affaires courantes.

C’est à ce moment là, entre les grandes élections, que les offensives stratégiques du camp national breton, appelons-le ainsi, doivent être déclenchées. Elles visent à discréditer le pouvoir occupant, à ruiner sa légitimité et à accroître toujours plus le périmètre national au sein des masses bretonnes. Les quatre fronts, à cette occasion, se coordonnent et frappent. Fragilisant ainsi le pouvoir colonial, le Front politique exploite les élections suivantes, profitant du discrédit induit par l’offensive stratégique des quatre fronts.

Progressivement, la légitimité induite par l’élection passe des représentants de l’Etat Occupant à ceux du Front de libération.

Le but stratégique est la séparation irréversible entre les masses bretonnes et l’Etat Français dans ce qui est une lutte de libération. Pour cela, la recherche du conflit doit être permanente. Il faut pour cela pousser, systématiquement, l’Etat Français à la répression et au durcissement.

Aussi dans le cadre d’un front de libération, qui n’a pas cependant besoin d’être formalisé mais qui doit exister en pratique, les divergences entre groupes sont dépassées par l’antagonisme grandissant avec l’ennemi. le Front de libération nourrit ainsi sa propre cohésion, se renforçant de fait, tandis qu’il accroit le fossé entre les masses bretonnes et l’ennemi, renforçant sa position stratégique et affaiblissant son adversaire.

L’ennemi, pour casser la dynamique du front, doit alors briser le moral de celui-ci en le privant d’une partie du soutien des masses. Il cherchera pour cela à diviser les quatre front en suscitant entre eux des divisions, mais aussi entre le front et le peuple. C’est ce qu’ont fait les syndicats et partis français impérialistes en suscitant une contre manifestation et un barrage médiatique.

Cela ne doit pas impressionner : tant que les quatre fronts demeurent unis et coordonnés et qu’ils frappent ensemble, l’Etat impérialiste ne peut que reculer. L’intensité croissante des offensives stratégiques menées par les quatre fronts aboutissent à une succession de défaites, incarnées par une cession de portion de pouvoirs toujours plus grande, jusqu’à la capitulation complète.

La victoire est obtenue par la destruction du moral de l’ennemi, son refus de poursuivre la guerre.

Observations

Notre observation sur la situation bretonne nous fait dire une seule chose : il nous manque encore un Front politique très large afin d’exploiter électoralement les victoires obtenues lors des offensives stratégiques que nous avons détaillées. Car l’intégration des fronts économique, culturel et militaire semble acquise.

La lutte contre l’Etat Français passe par la lutte anti-fiscale. C’est d’autant plus aisé que le parti de gouvernement français est fiscaliste par essence. C’est aussi celui qui gouverne la région Bretagne.

Les conditions objectives pour le développement du séparatisme et son amorce qu’est l’autonomisme sont réunies et vont perdurer avec la faillite de l’Etat Providence. Les forces centrifuges ne peuvent que se développer.

Convergence et unité offrent au camp autonomiste-indépendantiste des perspectives très réelles de développement à court, moyen et long terme. C’est un phénomène nouveau car pour la première fois, c’est la totalité du Peuple Breton qui peut se reconnaître dans la lutte, n’ayant que de moins en moins de choses à attendre de la part de l’Etat colonial.

 

 

Source : site BREIZ ATAO : http://breizatao.com/?p=15977%20

13:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : identité & racines, fédéralisme |  Facebook | | |

20/10/2013

Mouammar Kadhafi vivant ??...

C'est l'hypothèse que je maintiens depuis le début, contre vents et marées... Le site de la radio francophone iranienne IRIB vient de relayer l'info, que je reproduis ci-dessous telle quelle. Je n'affirme rien avec certitude, entendons nous bien. Mais il n'en demeure pas moins qu'il reste, aujourd'hui encore, d'excellentes raisons de douter... Et c'est le moins que je puisse dire. A vous de vous faire votre propre opinion. Suivez votre intuition, et donnez vous la peine d'analyser les faits objectivement. TOUS les faits. En tenant compte notamment de tout ce qui "cloche" dans les versions officielles...
Reste néanmoins que j'émets les plus grandes réserves quant aux propos tenus par Asaad Ambiya Abou Ghayla, le "journaliste indépendant libyen" en question, lorsqu'il attribue les éventuels montages vidéos aux pro-Kadhafi. Pour quiconque maîtrise un tant soit peu le sujet, il est bien évident que si mise en scène il y a bien eu, celle-ci bénéficie aux rats et a donc très probablement été orchestrée par eux, et non l'inverse !! Un tel contresens fleure fortement l'amateurisme, et décrédibilise quelque peu son auteur... Même si cette bourde disqualifiante n'invalide pas forcément la première partie de ses affirmations. Prudence et circonspection sont de mise, donc.


Hans CANY

( Source :
http://french.irib.ir/info/afrique2/item/279409-kadhafi,-... )

 

 

 

samedi, 19 octobre 2013 11:25

Kadhafi, vivant?!!!


IRIB- un journaliste  indépendant libyen qui examine de près les évolutions de son pays évoque dans l'un de ses derniers articles les rumeurs qui courent ces temps ci en Libye et qui affirme quie l'ex leader libyen est vivant !! l'article signé Asaad Ambiya Abou Ghayla, est repris par le journal égyptien Al Messrioun .

" Des informations sur le sort de Kadhafi et de sa famille ont toujours des preneurs en Libye et une dernière rumeur confirme que l'ex leader libyen est bien en vie et qu'il se fait soigner dans l'un des pays africains voisin de la Libye " !! Selon le journaliste , " Kadhafi aurait perdu l'une de ses jambes dans le bombardement de l'Otan en 2011" et le journaliste d'ajouter : " La vidéo qui mettait en scène le corps lynché et ensanglanté de Kadhafi et qui a été visionné par des millions de personnes via les réseaux sociaux est pour beaucoup de ses opposants , un coup monté par les pro Kadhafi qui voulaient refléter une image négative des ennemis de l'ex leader. Selon les révolutionnaires, " Ces vidéos sont toutes fabriquées et ne sont pas fondées sur la réalité ". Aucune source officielle n'est en mesure de confirmer ces informations.
 

Kadhafi_9.jpg

18/10/2013

Devoir de mémoire : Erich Priebke, le dernier « criminel de guerre nazi », parle

Bien conscient du fait que cela ne manquera pas de faire grincer certaines dents, je prends néanmoins l'initiative de reproduire ci-dessous un document du plus haut intérêt. Voici un entretien avec un homme honnête, intègre et sincère, auquel je ne puis que souhaiter de reposer en paix. Ainsi que vous le constaterez par vous-même à la lecture de ces propos, il ne s'est pas renié, tout en sachant prendre du recul et en relativisant. Tout le monde devrait lire cela. Aussi bien les pourfendeurs de la "Bête immonde" que les néo-hitlériens sans nuances...

Hans CANY

 

 

INTERVIEW – L’ex-officier nazi Erich Priebke nous livre un important message post-mortem

 

priekbe.jpg 

Source de l'article : Site medialibre.eu ( http://www.medialibre.eu/monde/devoir-de-memoire-le-derni... )

 

Erich Priebke, le dernier « criminel de guerre nazi », est mort le vendredi 11 octobre 2013 à Rome, à l’âge de 100 ans. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut capitaine de la Sicherheitspolizei allemande (police de sûreté). Enfui en Argentine après la guerre, il avait été retrouvé et arrêté en 1994, puis condamné à la perpétuité en Italie en 1998 pour le massacre des Fosses ardéatines à Rome en mars 1944. Le journal britannique International Business Times a mis en ligne une interview réalisée quelques mois avant sa mort.

 

Cet entretien avec Erich Priebke constitue le témoignage historique d’un des derniers témoins directs de la deuxième guerre mondiale, du nazisme et d'Adolf Hitler. En cela il est d’un grand intérêt pour qui est attaché à l’analyse historique objective, celle qui consiste à étudier les témoignages des deux camps, s’affranchissant d’un manichéisme aussi peu scientifique que crédible.

 

 

 

------------------------

 

 

Q. — M. Priebke, il y a quelques années vous avez déclaré que vous ne reniiez pas votre passé. Aujourd’hui où vous avez 100 ans, pensez-vous toujours ainsi ?

R. — Oui.

Q. — Qu’entendez-vous exactement par cela ?

R. — Que j’ai choisi d’être moi-même.

Q. — Par conséquent encore aujourd’hui vous vous sentez nazi ?

R. — La fidélité à son passé, c’est une question de convictions. Il s’agit de ma façon de voir le monde, de mes idéaux, de ce que nous Allemands nous appelons la Weltanschauung [façon de voir le monde] et c’est aussi une question d’amour propre et d’honneur. La politique est une autre affaire. Le national-socialisme a disparu avec sa défaite et de toute façon il n’aurait aujourd’hui aucune possibilité de revenir.

Q. — Cette vision du monde dont vous parlez, l’antisémitisme en fait-il partie ?

R. — Si vos questions ont pour but de connaître la vérité il va falloir abandonner les lieux communs : critiquer quelqu’un ne signifie pas qu’on veuille le détruire. En Allemagne, dès le tout début des années 1900 on critiquait ouvertement le comportement des juifs. Le fait que les juifs aient accumulé entre leurs mains un immense pouvoir économique, et en conséquence politique, alors qu’ils représentaient une partie absolument infime de la population mondiale était considéré comme injuste. Il est un fait qu’encore aujourd’hui, si nous prenons les mille personnes les plus riches et puissantes du monde, il nous faut constater qu’une partie notable d’entre eux sont des juifs, banquiers ou actionnaires de sociétés multinationales. Puis en Allemagne, en particulier après la défaite de la première guerre mondiale et l’injustice des traités de Versailles, les immigrations juives de l’Est européen avaient provoqué de véritables désastres, avec l’accumulation en quelques années de capitaux immenses de la part de ces immigrés, pendant que dans la République de Weimar la majeure partie du peuple allemand vivait dans une extrême pauvreté. Dans ce climat les usuriers s’enrichissaient et le sentiment de frustration à l’égard des juifs croissait.

Q. — Une vieille histoire dit que les juifs pratiquaient l’usure qui était admise par leur religion, alors qu’elle était interdite aux chrétiens. Qu’y a-t-il de vrai, d’après vous ?

R. — En fait, ce n’est certainement pas une idée qui m’est personnelle. Il suffit de lire Shakespeare et Dostoïevsky pour comprendre que de tels problèmes avec les juifs ont effectivement existé au cours de l’histoire, depuis Venise jusqu’à Saint-Pétersbourg. Ceci ne veut absolument pas dire que les seuls usuriers à l’époque étaient des juifs. J’ai fait mienne une phrase du poète Ezra Pound : « Entre un voleur juif et un voleur aryen je ne vois aucune différence ».

Q. — Pour toutes ces raisons, vous justifiez l’antisémitisme ?

R. — Non, écoutez, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas chez les juifs des gens bien. Je le répète : l’antisémitisme veut dire haine, haine indiscriminée. Et moi, même au cours de ces dernières années de ma persécution, moi qui suis vieux, privé de liberté, j’ai toujours refusé la haine. Je n’ai jamais voulu haïr même ceux qui me haïssaient. Je parle seulement de droit à la critique et j’en explique les motifs. Et je vous dirai de plus : il ne faut pas oublier que, en raison de leurs raisons religieuses particuières, une grande partie des juifs se considéraient supérieurs à tous les autres êtres humains. Ils s’identifiaient au « Peuple élu » de la Bible.

Q. — Hitler aussi disait de la race aryenne qu’elle était supérieure.

R. — Oui, Hitler s’est laissé allé lui aussi à recourir à cette idée équivoque de supériorité. Ce fut là une des causes d’erreurs sans retour. Considérez toutefois qu’un certain racisme était la norme dans ces années-là, non seulement au niveau des mentalités populaires mais aussi au niveau des gouvernements et du système juridique.

Les Américains, après avoir déporté les populations africaines et avoir été esclavagistes, continuaient à être racistes, et en réalité ils faisaient de la discrimination contre les Noirs. Les premières lois, dites raciales, d’Hitler ne limitaient pas les droits des juifs plus que n’étaient limités les droits des Noirs dans divers Etats des USA. Il en était de même pour les populations indiennes de la part des Anglais et des Français, qui ne se sont pas comportés tellement différemment avec ce qu’on appelle les sujets de leurs colonies. Et ne parlons pas du traitement que subissaient à l’époque les minorités ethniques de l’ex-URSS.

Q. — Et ensuite comment les choses se sont-elles aggravées en Allemagne, d’après vous ?

R. — Le conflit s’est radicalisé, il a empiré. Les juifs allemands, américains, anglais et la communauté juive mondiale d’un côté, contre l’Allemagne de l’autre. Naturellement, les juifs allemands se sont retrouvés dans une situation toujours plus difficile. La décision qui fut prise ensuite de promulguer des lois très dures rendit la vie vraiment difficile aux juifs en Allemagne. Ensuite, en novembre 1938, un juif, un certain Grynszpan, pour protester contre l’Allemagne, a tué en France un conseiller de notre ambassade, Ernst von Rath. S’ensuivit la fameuse « Nuit de cristal ». A travers le Reich des groupes de manifestants ont brisé les vitrines de magasins appartenant à des juifs. C’est à partir de ce moment que les juifs furent considérés seulement et uniquement comme des ennemis. Hitler, après avoir gagné les élections, les avait, dans un premier temps, encouragés de multiples façons à quitter l’Allemagne. Par la suite, dans le climat de forte méfiance à l’égard des juifs allemands, causé par la guerre et le boycottage et en raison du conflit ouvert contre les plus importantes organisations juives mondiales, il les enferma dans des ccamps, en tant qu’ennemis. Il est certain que pour beaucoup de familles, qui souvent n’avaient rien à se reprocher, ce fut désastreux.

Q. — Par conséquent, pour vous, il faut rechercher chez les juifs eux-mêmes la cause de ce qui leur est arrivé ?

R. — La cause est à rechercher un peu de tous les côtés. Chez les Alliés, aussi, qui déclenchèrent la seconde guerre mondiale contre l’Allemagne, à la suite de l’invasion de la Pologne, pour revendiquer des territoires où la forte communauté allemande était soumise à d’incessantes vexations. C’étaient des territoires qui avaient été placés par le Traité de Versailles sous le contrôle de l’Etat polonais nouveau-né. Contre la Russie de Staline et l’invasion de cette dernière dans le reste de la Pologne, personne n’a bougé le petit doigt. Mieux : à la fin du conflit, qui avait pris naissance officiellement pour défendre précisément l’independance de la Pologne contre les Allemands, on fit cadeau à Staline, sans façons, de tout l’Est européen, Pologne comprise.

Q. — Donc, toute politique mise à part, vous épousez les thèses historiques révisionnistes ?

R. — Je ne comprends pas bien ce qu’on entend par révisionnisme. Si nous parlons du procès de Nuremberg de 1945, alors je peux vous dire que ce fut une chose incroyable, une grande mise en scène créée exprès pour déshumaniser le peuple allemand et ses chefs aux yeux de l’opinion publique mondiale. Pour s’acharner sur le vaincu mis désormais dans l’impossibilité de se défendre.

Q. — Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

R. — Que peut-on dire d’un prétendu tribunal qui juge seulement les crimes des vaincus et non ceux des vaiqueurs ; où le vainqueur est en même temps accusateur public, juge et partie lésée et où les articles du délit ont été spécialement créés après la constatation des faits, autrement dit pour condamner rétroactivement ? Le président américain Kennedy lui-même a condamné ce procès en le qualifiant de chose « dégoûtante » en ce que « les principes de la constitution américaine avaient été violés pour punir un adversaire vaincu ».

Q. — Si vous voulez dire que le délit de crime contre l’humanité qui a permis de condamner à Nuremberg n’existait pas avant d’être invoqué par ce tribunal international, cela veut dire en tout cas que les accusations concernaient des faits quand même terribles.

R. — A Nuremberg, les Allemands furent accusés du massacre de Katyn, et puis en 1990 Gorbatchev reconnut que c’étaient eux, les accusateurs russes, qui avaient tué les vingt mille officiers polonais par une balle dans la nuque dans la forêt de Katyn. En 1992, le président russe Eltsine produisit également le document original contenant l’ordre signé de Staline.

Les Allemands furent aussi accusés d’avoir fait du savon à partir des juifs. Des échantillons de ce savon aboutirent dans les musées des USA, en Israël et dans d’autres pays. Il fallut attendre 1990 pour qu’un professeur de l’Université de Jérusalem étudie les échantillons et finisse par admettre qu’il s’agissait d’une escroquerie.

Q. — Oui, mais les camps de concentration ne sont pas une invention des juges de Nuremberg.

R. — Dans ces années terribles de guerre, enfermer dans des Lager (en italien ce sont les camps de concentration) les populations civiles qui présentent un danger pour la sécurité nationale était une chose normale. Dans le dernier conflit mondial les Russes en ont fait autant, tout comme les USA. Ces derniers en particulier avec les citoyens américains d’origine orientale.

Q. — Toutefois, en Amérique, dans les camps de concentration pour les populations d’ethnie japonaise il n’y avait pas de chambres à gaz ?

R. — Comme je l’ai dit, à Nuremberg on a inventé une infinité d’accusations. Pour ce qui concerne le fait que dans les camps de concentration il y avait des chambres à gaz, nous attendons toujours les preuves. Dans les camps, les détenus travaillaient. Beaucoup de détenus sortaient du Lager pour travailler et rentraient le soir. Le besoin de main-d’œuvre pendant la guerre est incompatible avec la possibilité qu’au même moment il y ait eu, dans quelque point du camp, des files de personnes se rendant à la chambre à gaz. L’activité d’une chambre à gaz est envahissante, mortelle, et même à l’extérieur elle est terriblement dangereuse. L’idée d’envoyer à la mort des millions de personnes de cette manière, dans le lieu même où vivent et travaillent d’autres personnes sans que ces dernières s’aperçoivent de quoi que ce soit, c’est de la folie, c’est difficilement réalisable, même sur le plan pratique.

Q. — Mais vous, quand avez-vous entendu parler pour la première fois du projet d’extermination des juifs et des chambres à gaz ?

R. — La première fois que j’ai entendu des choses pareilles la guerre était finie et je me trouvais dans un camp de concentration anglais, j’étais avec Walter Rauff. Nous sommes restés tous les deux pantois. Nous ne pouvions absolument pas croire des choses aussi horribles : des chambres à gaz pour exterminer des hommes, des femmes et des enfants ! Pendant des jours nous en avons parlé entre nous, avec le colonel Rauff et d’autres collègues. Nous avions beau avoir été tous des SS, chacun d’entre nous à son niveau à une position particulière dans l’appareil national-socialiste, mais jamais des choses pareilles n’étaient parvenues à nos oreilles. Imaginez que, des années et des années plus tard, j’ai appris que mon ami et supérieur Walter Rauff, qui avait aussi partagé avec moi des morceaux de pain dur dans le camp de concentration, avait été accusé d’être l’inventeur d’un fantomatique camion à gaz ! On ne peut pas croire à des choses de ce genre quand on a connu Walter Rauff.

Q. — Et tous les témoignages de l’existence des chambres à gaz ?

R. — Dans les camps on n’a jamais trouvé de chambres à gaz, sauf celle construite après la guerre par les Américains à Dachau. Il n’existe pas de témoignages fiables sur le plan judiciaire ou historique à propos des chambres à gaz ; à commencer par ceux de certains des derniers commandants et responsables de camp, comme par exemple celui du plus connu des commandants d’Auschwitz, Rudolf Höss. Outre les grandes contradictions de son témoignage, il fut torturé avant de déposer à Nuremberg et, après son témoignage, sur l’ordre des Russes on le fit taire pour de bon en le pendant. Pour ces témoins, considérés comme précieux par les vainqueurs, les violences physiques et morales qu’on leur infligea en cas de manque de complaisance étaient insupportables ; ainsi que les menaces de vengeance sur les membres de leur famille. Je sais, par expérience personnelle en prison et celle de mes collègues, comment les vainqueurs parvenaient à extorquer, dans les camps de concentration, des confessions aux prisonniers, qui souvent ne connaissaient même pas l’anglais. Et puis, le traitement réservé aux prisonniers dans les camps russes de la Sibérie était connu, on signait alors n’importe quel type d’aveux demandé ; un point c’est tout.

Q. — Donc pour vous ces millions de morts sont une invention ?

R. — Moi j’ai connu personnellement les Lager. La dernière fois que je suis allé à Mauthausen, c’était en 1944 pour interroger le fils de Badoglio, Mario, sur l’ordre d’Hitler. J’ai tourné dans ce camp de long en large pendant deux jours. Il y avait d’immenses cuisines en fonction pour les internés et il y avait aussi à l’intérieur du camp un bordel pour leurs exigences. Pas de chambres à gaz.

Malheureusement tellement de gens sont morts dans les camps mais pas en vertu d’une volonté de tuer: la guerre, les dures conditions de vie, la faim, l’absence de soins adéquats ont tourné au désastre. Mais ces tragédies des civils, elles étaient à l’ordre du jour non seulement dans les camps mais dans toute l’Allemagne, et principalement à cause des bombardements sans discernement des villes.

Q. — Par conséquenet vous minimisez la tragédie des juifs : l’Holocauste ?

R. — Il ne s’agit pas de minimiser, une tragédie est une tragédie. S’il y a un problème, c’est celui de la vérité historique.

Les vainqueurs du second conflit mondial avaient intérêt à ce qu’on ne leur demande pas de rendre compte de leurs crimes. Ils avaient rasé des villes allemandes entières où il n’y avait pas un soldat, et ce pour tuer des femmes, des enfants et des vieillards et ainsi affaiblir la volonté de combatre de leur ennemi. C’est ce qui est arrivé à Hambourg, à Lübeck, à Berlin, à Dresde et à tant d’autres villes. Ils profitaient de la supériorité de leurs bombardiers pour tuer impunément et avec une cruauté folle les civils. Puis c’est arrivé à la population de Tokyo et, finalement, avec les bombes atomiques, aux civils de Nagasaki et d’Hiroshima.

Pour cette raison il était nécessaire d’inventer des crimes spéciaux commis par l’Allemagne et de les colporter suffisamment pour présenter les Allemands comme des créatures maléfiques et autres non-sens : des sujets de romans d’horreur sur lesquels Hollywood a tourné des centaines de films.

D’ailleurs, depuis lors la méthode des vainqueurs de la deuxième guerre mondiale n’a pas beaucoup changé : à les entendre ils exportent la démocratie à l’aide de ces prétendues missions de la paix contre les canailles, ils décrivent des terroristes qui ont commis des actes toujours monstrueux, indicibles. Mais dans la pratique ils attaquent surtout au moyen de leur aviation ceux qui ne se soumettent pas. Ils massacrent les militaires et les civils qui n’ont pas les moyens de se défendre. Finalement, d’une intervention humanitaire à l’autre dans divers pays, ils placent, sur les fauteuils des gouvernements, des marionnettees qui servent leurs intérêts économiques et politiques.

Q. — Mais alors certaines de ces preuves inattaquables comme les films et les photographies des camps, comment les expliquez-vous ?

R. — Ces films sont une preuve supplémentaire de la falsification. Presque tous proviennent du camp de Bergen-Belsen. C’est un camp où les autorités allemandes envoyaient les internés des autres camps qui étaient inaptes au travail. Il y avait à l’intérieur un secteur pour convalescents. Rien que cela en dit long sur la volonté des Allemands d’assassiner : il semble étrange que, en temps de guerre, on mette en place une structure pour accueillir ceux qu’on voulait gazer. Les bombardements de 1945 ont laissé ce camp dénué de vivres, d’eau et de médicaments. Une épidémie de typhus s’est répandue qui a causé des milliers de malades et de morts. Ces films datent de ces faits, lorsque le camp de réfugiés de Bergen Belsen, dévasté par l’épidémie, en avril 1945, était alors entre les mains des Alliés. Les scènes furent tournées exprès, à des fins de propagande, par le metteur en scène anglais Hitchcock, le maître de l’horreur. Il est affrreux de voir le cynisme, l’absence de tout sens d’humanité avec lesquels encore aujourd’hui on spécule sur ces images. En les projetant pendant des années sur les écrans de télévision, accompagnées de fonds musicaux angoissants, on a trompé le public en associant, avec une ruse impitoyable, ces scènes terribles aux chambres à gaz, alors qu’elles n’avaient aucun rapport. Un faux !

Q. — D’après vous, le motif de toutes ces mystifications serait, de la part des vainqueurs, de couvrir leurs crimes ?

R. — Dans un premier temps il en fut ainsi. Un scénario identique à celui de Nuremberg fut inventé aussi par le général McArthur au Japon avec le procès de Tokyo. Pour pendre les accusés ils imaginèrent d’autres histoires et d’autres crimes. Pour criminaliser les Japonais qui avaient été victimes de la bombe atomique, ils allèrent à l’époque jusqu’à inventer des accusations de cannibalisme.

Q. — Pourquoi « dans un premier temps » ?

R. — Parce que par la suite la littérature sur l’Holocauste fut utilisée principalement par l’Etat d’Israël pour deux raisons. La première est bien expliquée par un écrivain juif fils de déportés : Norman Finkelstein. Dans son livre L’Industrie de l’Holocauste, il explique comment cette industrie a rapporté, à travers une campagne de revendications, des milliards d’indemnisations dans les caisses des institutions juives et dans celle de l’Etat d’Isaël. Finkelstein parle d’un « véritable racket d’extorsions ». Pour ce qui concerne le second point, l’écrivain Sergio Romano, qui n’est certes pas un révisionniste, explique qu’après la « guerre du Liban », l’Etat d’Israël a compris qu’en augmentant et en mettant l’accent sur l’aspect dramatique de la « littérature sur l’Holocauste » cela lui aurait procuré des avantages dans son contentieux territorial avec les Arabes et « une sorte de semi-immunité diplomatique ».

Q. — Dans le monde entier on parle de l’Holocauste comme d’extermination, mais vous, vous avez des doutes ou vous le niez carrément ?

R. — Les moyens de propagande de ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir mondial sont inextinguibles. Au travers d’une sous-culture historique créée spécialement et divulguée par la télévision et le cinéma, on a manipulé les consciences en travaillant sur les émotions. En particulier les jeunes générations, à commencer par l’école, ont été soumises à un lavage de cerveaux, abreuvées d’histoires macabres pour assujettir leur liberté de jugement.

Comme je vous l’ai dit, voilà 70 ans que nous attendons les preuves de ces méfaits que conteste le peuple allemand. Les historiens n’ont pas trouvé le moindre document qui concernerait les chambres à gaz : pas un ordre écrit, pas un compte rendu ou un avis de la part d’une institution allemande, pas un rapport d’un employé. Rien de rien.

En l’absence de document, les juges de Nuremberg ont considéré comme acquis que le projet qui s’intitulait « Solution finale du problème juif » à l’étude dans le Reich, qui évaluait les possibilités territoriales permettant d’éloigner les juifs de l’Allemagne et par la suite des territoires occupés, y compris la possibilité de transfert à Madagascar, était un code secret de couverture qui signifiait leur extermination. C’est absurde ! En pleine guerre, alors que nous étions encore vainqueurs aussi bien en Afrique qu’en Russie, les juifs, qui avaient été en un premier temps simplement encouragés, furent poussés, à la fin 1941, de toutes sortes de façons à quitter l’Allemagne de manière indépendante. Ce n’est que deux ans après le commencement de la guerre que commencèrent les mesures restreignant leur liberté.

Q. — Admettons que l’on découvre les preuves dont vous parlez. Je veux dire un document signé d’Hitler ou d’un autre dignitaire. Quelle serait votre position ?

R. — Ma réponse serait celle d’une condamnation décisive de faits de ce genre. Tous les actes de violence indiscriminée contre des communautés, sans même tenir compte des responsabilités individuelles, sont inacceptables, et absolument condamnables. Ce qui est arrivé aux Indiens d’Amrique, aux koulaks en Russie, aux Italiens enfouis dans les fosses en Istrie, aux Arméniens en Turquie, aux prisonniers allemands dans les camps de concentration américains en Allemagne et en France, comme dans les camps russes, les premiers qu’on a laissés mourir de faim volontairement par la volonté du président Eisenhower, les seconds par celle de Staline. Ces deux chefs d’Etat n’ont volontairement pas respecté la convention de Genève pour sévir jusqu’à la tragédie. Tous ces épisodes, je le répète, sont à condamner sans restriction, y compris les persécutions faites par des Allemands au détriment de juifs ; qui ont indubitablement eu lieu. Mais les vraies, non celles qui ont été inventées par la propagande.

Q. — Vous admettez donc la possibilité que ces preuves, qui auraient échappé à une éventuelle destruction pratiquée par les Allemands à la fin du conflit, pourraient un jour survenir ?

R. — Je vous ai déjà dit que certains faits doivent absolument être condamnés. Par conséquent en raisonnant par l’absurde si nous devions trouver demain des preuves sur ces chambres à gaz, la condamnation de choses aussi horribles, de celui qui les a voulues et de qui les a utilisées pour tuer, devrait être sans discussion et totale. Vous voyez, j’ai appris que dans la vie les surprises peuvent ne jamais finir. Mais dans ce cas précis, je crois pouvoir exclure la chose avec certitude parce que pendant presque soixante ans les documents allemands, séquestrés par les vainqueurs de la guerre, ont été examinés et évalués par des centaines et des centaines de chercheurs, si bien que ce qui n’a pas émergé à ce jour pourra difficilement émerger à l’avenir.

Pour une autre raison je dois considérer la chose comme extrêmement improbable et je vous explique pourquoi : alors que la guerre était déjà bien engagée, nos adversaires ont commencé à insinuer des soupçons sur des activités homicides dans les Lager. Je parle de la déclaration interalliée de décembre 1942, dans laquelle on parlait généralement de crimes barbares de l’Allemagne contre les juifs et on prévoyait la punition des coupables. Puis, à la fin de 1943, j’ai appris qu’il ne s’agissait pas de propagade de guerre générale, mais qu’en réalité nos ennemis pensaient fabriquer de fausses preuves de ces crimes. La première nouvelle me fut donnée par mon compagnon de cours, un grand ami, le capitaine Paul Reinicke, qui passait ses journées en contact avec le numéro deux du gouvernement allemand, le Reichsmarschall Göring : il était son chef d’escorte. La dernière fois que je l’ai vu je lui ai fait part de ce projet de véritables falsifications. Göring était furibond du fait qu’il considérait ces mystifications comme infamantes aux yeux du monde entier. Précisément Göring, avant de se suicider, contesta violemment devant le tribunal de Nuremberg la production de preuves falsifiées.

Un autre signe me fut donné par le chef de la police Ernst Kaltenbrunner, l’homme qui avait remplacé Heydrich après sa mort et qui fut ensuite envoyé à la potence à la suite du verdict de Nuremberg. Je l’ai vu vers la fin de la guerre pour lui rapporter les informations recueillies sur la trahison du roi Victor Emmanuel. Il m’indiqua que les futurs vainqueurs étaient déjà à l’œuvre pour construire de fausses preuves de crimes de guerre et autres atrocités qu’ils auraient inventées sur les Lager comme preuves de la cruauté allemande. Ils se mettaient déjà d’accord sur les détails sur la façon de mettre en scène un procès spécial pour les vaincus.

Mais surtout j’ai rencontré en août 1944 le collaborateur direct du général Kaltenbrunner, chef de la Gestapo, le général Heinrich Müller. Grâce à lui j’avais réussi à fréquenter le cours des élèves officiers. Je lui devais beaucoup et il m’avait pris en affection. Il était venu à Rome pour résoudre un problème personnel de mon commandant ten. le colonel Herbert Kappler. A cette époque, la cinquième armée américaine était sur le point de percer à Cassino, les Russes avançaient vers l’Allemagne. La guerre était déjà inexorablement perdue. Ce soir-là il me demanda de l’accompagner à son hôtel. Comme il y avait entre nous un minimum de confiance, je me permis de lui demander des détails importants sur la question. Il me dit que, grâce à l’espionnage, il avait eu la confirmation que l’ennemi, dans l’attente de la victoire finale, était en train d’essayer de fabriquer les preuves de nos crimes pour mettre en place un procès spectaculaire de criminalisation de l’Allemagne une fois vaincue. Il avait des nouvelles précises et il était sérieusement inquiet. Il soutenait qu’il ne fallait pas se fier à ces gens parce qu’ils n’avaient ni sens de l’honneur ni scrupules. J’étais jeune alors et je n’accordai pas le juste poids à ses paroles mais les choses, en fait, se passèrent exactement comme le général Müller m’avait dit. Voilà les hommes, les dignitaires qui, selon ce qu’on raconte aujourd’hui, auraient imaginé et organisé l’extermination des juifs à l’aide de chambres à gaz ! Je trouverais cela ridicule s’il ne s’agissait pas de faits tragiques.

C’est pourquoi, lorsque les Américains, en 2003, ont agressé l’Irak sous prétexte qu’il possédait des « armes de destruction massive », avec tant de faux serments prêtés devant le conseil de sécurité de l’ONU par le secrétaire d’Etat Powell, alors que c’était eux précisément qui avaient été les seuls à les utiliser dans la guerre, je me suis dit : rien de nouveau !

Q. — Vous –même, qui êtes citoyen allemand, savez-vous que des lois en Allemagne, en Autriche, en France, en Suisse punissent de prison celui qui nie l’Holocauste ?

R. — Oui, les pouvoirs forts mondiaux les ont imposées et sous peu les imposeront aussi en Italie. La ruse ce sera en fait de faire croire aux gens que celui qui, par exemple, s’oppose au colonialisme israélien ou au sionisme en Palestine est antisémite ; que celui qui se permet de critiquer les juifs est toujours et de toute façon antisémite ; que celui qui ose réclamer les preuves de l’existence de ces chambres à gaz dans les camps de concentration, c’est comme s’il approuvait l’idée d’exterminer les juifs. Il s’agit d’une falsification éhontée. Ces lois démontrent justement la peur que la vérité vienne à la surface. Visiblement on redoute qu’après la campagne de propagande à base d’émotions, les historiens ne s’interrogent sur les preuves, les chercheurs ne se rendent compte des mystifications. Ces lois vont justement ouvrir les yeux à qui croit encore à la liberté de pensée et à l’importance de l’indépendance de la recherche historique.

Il est évident que pour ce que j’ai dit je pourrais être poursuivi, ma situation pourrait certainement empirer mais je devais raconter les choses telles qu’elles se sont réellement passées, le courage de la sincérité était un devoir à l’égard de mon pays, une contribution, à l’occasion de mes cent ans, à la rédemption et à la dignité de mon peuple.

 

 

15:10 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | |

11/10/2013

Aïd el-Kébir : abandonnez le sacrifice, choisissez le DON

Musulmans : Fêter l'Aïd el-Kébir, c'est bien normal, c'est votre droit le plus strict. Mais de grâce, cessez d'en faire un odieux massacre !... Rien ne vous oblige à perpétuer la "tradition" barbare du sacrifice d'un animal, absolument RIEN. Choisissez plutôt le DON.

Hans CANY

 

 

LE DON, UNE ALTERNATIVE AU SACRIFICE

 

 À une semaine de l’Aïd el-Kébir 2013, l’association L214 dévoile des images exclusives prises l’année dernière en caméra cachée à l’occasion des fêtes de l’Aïd 2012. Ces images ont été tournées dans 3 abattoirs temporaires de la région Rhône-Alpes et à l'abattoir de Valenciennes (59). La maltraitance des animaux dans des lieux pourtant agréés par les services vétérinaires y est patente : animaux dans les coffres de voiture, les pattes ficelées, tirés par les oreilles ou immobilisés de longues minutes sur le poste d’abattage, le museau au dessus du sang de leurs congénères.

À Roubaix et Tourcoing, la mairie avait mis des bennes à la disposition des habitants qui pratiquent l’abattage clandestin dans les appartements en dehors de tout cadre réglementaire.

Ces nouvelles images sont une occasion de sensibiliser la communauté musulmane à l’incompatibilité des abattages avec le respect dû aux animaux et l’inciter à choisir l’alternative du don.

« Comme le rappelle le théologien Tarik Ramadan*, en tant que musulman, il est possible de remplacer le sacrifice d’un mouton par un don à une oeuvre de charité. Chaque année, la mise à mort de centaines de milliers de moutons au moment des fêtes de l’Aïd entraîne des souffrances animales inévitables. C’est le cas dans les abattoirs agréés, pire encore lors des abattages clandestins. Nous adressons un message aux musulmans : par respect pour les animaux, choisissez l'alternative du don ! » déclare Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214.

Contacts presse :
Brigitte Gothière : 06 20 03 32 66
Sébastien Arsac : 06 17 42 96 84
Vidéo sur demande

 

 

 

* Tarik Ramadan : « Pendant la grande fête, il existe une sunna, un acte recommandé, qui consiste à sacrifier un mouton. C’est un acte recommandé que les habitudes nationales et familiales ont parfois transformé en obligation. Ce n’est pas le cas. C’est une recommandation. De plus, depuis bien longtemps des savants musulmans ont rappelé que l’on pouvait offrir l’équivalent du sacrifice en don d’argent ou de nourriture pour les pauvres. À l’heure où certains sacrifient leur mouton sans toujours pouvoir respecter les animaux – qui trop souvent sont maltraités et souffrent -, à l’heure du gaspillage de la viande… il est impératif de ne pas se perdre dans les pratiques traditionnelles et de revenir à l’essence du message de l’islam : se donner les moyens de respecter les animaux et de nourrir les pauvres. Il vaut mieux alors s’abstenir de sacrifier un mouton et envoyer une somme d’argent équivalente aux pauvres du monde. »

 

 

 

A (RE)LIRE AUSSI, SUR LE MÊME SUJET  :

 

ISLAM ET DROITS DES ANIMAUX : L'AÏD SANS SACRIFICE ANIMAL

 

hans cany, libération animale, religions

 

06/10/2013

Le SIDA et le prétendu VIH : un gigantesque mensonge et une escroquerie !

Cette affirmation vous choque ? Donnez-vous donc la peine de lire attentivement ce qui suit et de visionner intégralement la vidéo postée à la suite, avant de pousser des cris d'orfraie. Vos supposées "certitudes" sur le sujet n'en ressortiront sans doute pas indemnes...

-----------

 

Sida.jpg

Commençons par la fin, le 10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord au sujet de la cause virale du sida

Plusieurs centaines de scientifiques, et non les moindres, ont préféré prendre des risques sur des carrières qui s’annonçaient souvent très prometteuses plutôt que d’accepter les nombreux mensonges et incohérences distillés par les instances officielles. [Vous trouverez des références à la fin de cet article.]
 
 
 

Présentation de cet article

« Les 10 plus gros mensonges sur le sida » Livre écrit par le Dr Étienne De Harven et le journaliste scientifique et technique Jean-Claude Roussez. Publié en 2005 aux éditions Dangles, en France Article de Dany Quirion pour Alter Info Il est important ici de souligner que cet article est uniquement composé d’extraits intégraux tirés du livre. Plusieurs autres informations cruciales ne sont pas abordées ici et elles demeurent à découvrir dans le livre.
 

Reprenons depuis le début. 1er mensonge : Le sida est une nouvelle maladie.

Aussi bien le grand public que la majorité des professionnels de la santé sont persuadés que le sida est un phénomène épidémique apparu soudainement au début des année 80, causé par l’émergence d’un nouveau virus. Le syndrome d’immunodéficience acquise, ou sida, n’est pas à proprement parler une maladie. Un syndrome n’est qu’un ensemble de signes et de symptômes survenant simultanément chez le patient, qui se caractérise par une forte diminution, voire un effondrement, des défenses immunitaires. Depuis longtemps les deux principales causes d’immunodéficience acquise étaient parfaitement connues et documentées : - la malnutrition; - l’usage de substances dangereuses pour le système immunitaire (drogue, certains médicaments, sang transfusé).
 

2e mensonge : Il existe un virus du sida : le VIH

Lorsque l’on prend le temps (et il en faut beaucoup) de consulter la littérature scientifique relative au virus proprement dit, on est frappé par le fait qu’aucune de ces investigations n’a jamais réussi à mettre directement en évidence la présence de la moindre particule virale, et en particulier pas la moindre particule rétrovirus, chez un malade du sida. […] C’est une équipe de l’Institut Pasteur dirigée par Luc Montagnier qui a la première annoncée la découverte d’une activité virale, en 1983, à partir de prélèvements effectués sur un malade du sida. L’année suivante, l’équipe de Robert Gallo, aux États-Unis, fit une annonce similaire. On s’apercevra par la suite que Gallo avait quelque peu fraudé en utilisant pour sa « découverte » un échantillon que Luc Montagnier lui avait généreusement offerte quelques mois auparavant. Il arriva la même mésaventure à Robin Weiss, le grand spécialiste britannique du sida, qui fut obligé de reconnaître que sa propre découverte du virus résultait du fait qu’il avait, lui aussi, reçu un échantillon de la culture de Luc Montagnier. On peut ainsi constater que, de part et d’autre de l’Atlantique, les trois équipes les plus en pointe sur le sujet, n’ont réussi à annoncer qu’une très vague présomption à partir de cultures cellulaires issues d’un même patient! Il n’y a d’ailleurs dans toute la littérature médicale pas un seul article dans lequel on pourrait trouver la conclusion selon laquelle un tel rétrovirus a été isolé, et que ce virus est la cause du sida.
 

3e mensonge : Le VIH est la cause du sida

Revenons au début des années 80. Les premiers cas de sida ont été détectés aux États-Unis au sein de la communauté homosexuelle et chez les toxicomanes par voie intraveineuse. Il est nécessaire de préciser que ce n’est pas le fait d’être homosexuel qui constitue un facteur de risque vis-à-vis du sida. Seul le style de vie de certains homosexuels masculins est de nature à provoquer une immunodéficience. […] Différentes drogues circulaient abondamment (cannabis, cocaïne, amphétamines, LSD, barbituriques, héroïne…), mais les vedettes incontestées étaient les « poppers », petites fioles contenant du nitrite d’amyle, un puissant vasodilatateur possédant des vertus apparemment aphrodisiaques. À l’origine, ce produit était un médicament utilisé comme dilatateur coronarien dans le traitement des crises d’angine de poitrine. La communauté homosexuelle détourna les nitrites de leur usage thérapeutique pour en faire leur stupéfiant le plus prisé, et cela dès les années 60. […] Dès qu’ils sont dans le sang, les nitrites se transforment en oxyde nitrique et endommagent les parois internes des vaisseaux sanguins, ce qui explique leur implication dans un cancer des capillaires : le sarcome de Kaposi. Bien qu’interdits, les poppers ont continué jusqu’à aujourd’hui à être disponible, que ce soit en empruntant des noms innocents comme « nettoyant pour cuir », ou bien en plein jour, par exemple dans les sex-shops. Le phénomène s’est même aggravé par la suite puisqu’ils ont été adoptés par certains hétérosexuels en quête de performances. Malgré l’évidence que l’usage des poppers était associé à la majorité des cas de sida chez les homosexuels, aux États-Unis, certains médias appuyés par les organismes de santé publique diffusèrent dès 1983 auprès de la communauté gay des informations disculpant totalement les nitrites. Cette attitude peut être qualifié de criminelle. Il a fallu attendre 1994 pour que Robert Gallo, « co-découvreur » du « VIH » et (riche) promoteur du premier test de dépistage, admette lors d’une conférence du NIDA (National institute on drug abuse) que le sarcome de Kaposi, maladie typique de la communauté homosexuelle, ne pouvait être causé par un virus mais que les poppers devaient en être la principale cause. Cet aveu tardif n’a absolument rien changé à l’attitude officielle. [Ce chapitre contient d’autres informations sur les toxicomanes, les hémophiles, les mal-nourris, etc.]
 

4e mensonge : Les médicaments antiviraux sont bénéfiques

En 1987, apparut le premier médicament antiviral prétendument spécifique au sida : l’AZT. L’azidothymidine, ou AZT, fut découverte dès 1964 et proposée en vue d’une utilisation dans les thérapies anticancéreuses. Ses effets dévastateurs (et systématiquement mortels chez les souris de laboratoire!) ont suscité un rejet catégorique de la part des autorités chargées de l’accréditation des nouveaux médicaments anticancéreux. Autres temps autres mœurs : le besoin de fournir aux malades du sida une thérapie […] on accorda de toute urgence l’autorisation surprenante de mettre sur le marché l’AZT, malgré sa très haute toxicité. - Les autres antiviraux : Chacun possède son propre système d’effet génétique mais le principe est tours le même.
 

5e mensonge : La séropositivité est un signe d’infection par le VIH

Ce mensonge est certainement le plus inique de tous ceux qui sont dénoncés dans cet ouvrage, car il a permis de faire croire à des millions de personnes qu’elles étaient malades et contagieuses. […] Le test de type « Western Blot » est utilisé pour confirmer une séropositivité lorsque celle-ci a été détectée par un ou deux tests de type « Elisa ». C’est donc un test considéré comme plus fiable. Un test Western Blot comprend dix bandes alignées correspondant aux dix protéines que l’on a définies comme étant typiquement et exclusivement relatives au « VIH ». L’harmonisation internationale des diagnostics étant inexistante, on peut être déclaré séropositif dans certains pays lorsque seulement deux bandes ont réagi. Dans certaines contrées, il en faut trois. Dans d’autres, quatre bandes sont nécessaires. On voit donc que selon le pays où l’on réside, le même sérum, analysé dans des conditions identiques, peut fabriquer un séropositif ou un séronégatif, au gré de la législation en vigueur. Mais il y a plus intéressant encore. Puisque les dix protéines utilisées dans les tests sont annoncées comme typiques du « VIH », on peut se poser les deux questions suivantes, totalement à l’opposé l’une de l’autre : - Pourquoi deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors qu’une seule devrait être suffisante pour diagnostiquer la présence du virus? - Pourquoi seulement deux à quatre bandes sont-elles nécessaires alors que la présence du virus devrait impliquer obligatoirement la présence des dix protéines qui lui sont attribuées, donc la réaction de toutes les dix bandes du test? […] Cela dit, il faut signaler que ces tests inspirent si peu confiance qu’aux États-Unis, la FDA (Food and drug administration) n’a apportée sa caution à aucun d’entre eux. […] Il est important de rappeler que, faute de standard internationale, on peut être classé séropositif ou séronégatif selon le pays où l’on réside. Sur les dix bandes de test que compte le Western Blot, il suffit d’en avoir deux qui soient jugées « positives » pour être déclaré infecté en Afrique. Il en faudra trois en Grande-Bretagne et quatre en Australie. Il y a plus grave. Les tests sont si peu spécifiques que les fabricants eux-mêmes annoncent que leurs tests ne peuvent servir à affirmer ou infirmer la présence du « VIH ». Ils signalent également qu’il y a de nombreuses sources possibles de faux-positifs, en tout une soixantaine. […] - La charge virale Le concept de « charge virale » a été introduit aux USA par le docteur David Ho, par ailleurs promoteur des multithérapies, espérant ainsi fournir une explication au fait que personne ne trouvait de « VIH » directement chez aucun patient. Le médiatique personnage (élu « homme de l’année 1996 » par Time Magasine) proposa alors que le virus savait se rendre indétectable mais qu’on pouvait néanmoins le mettre en évidence grâce à la technique PCR (polymerase chain reaction), qui est un procédé de multiplication de l’ADN. En 1997, David Ho et ses collaborateurs traitèrent un groupe de vingt patients avec une bithérapie associant AZT et inhibiteur de protéase. Dès le début du traitement, la fameuse « charge virale » de ces patients était tombée à un niveau indétectable et y est restée. Ce résultat fut présenté comme l’évidence que la bithérapie prescrite était efficace. Selon les scientifiques orthodoxes eux-mêmes, au moins 99,8% des particules mesurées par le test de charge virale ne sont pas infectieuses! D’où viennent-elles? De « VIH » mal assemblés, bons pour le rebut? Le problème, c’est que ces virus boiteux, tout comme ceux qui sont présents comme virulents, n’ont jamais été vus au microscope électronique. Pourtant, avec la quantité importante de particules que l’on prétend trouver, il n’y aurait rien de plus facile. […] Mieux encore : l’inventeur de la technique PCR [PCR le test de la charge virale], Karry Mullis (qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1993 pour cette invention) tient pour frauduleuse l’utilisation de son procédé dans la recherche de la « charge virale ». Ce scientifique authentique et incontestable se heurte pourtant à un mur. On étouffe ses propos contestataires, bien que sa démonstration soit brillante et documentée. Trop d’intérêts et de carrières sont en jeu.
 

6e mensonge : Le sida est contagieux

Toutes les maladies vénériennes (syphilis, blennorragie, herpès génital ou anal …), dès qu’elles ont été sexuellement transmises, provoquent une infection dont les symptômes sont évidents au bout de quelques jours, et cela sans faire de distinction entre les individus. - Le sida des homosexuels Les cinq premiers cas de sida furent observés et décrits à Los Angeles, en 1981. L’auteur du premier rapport sur ces cinq cas initiaux, Michael Gottlieb, avait clairement indiqué que ces cinq patients étaient homosexuels, et faisaient tous usage de nitrite d’amyle (poppers). En outre, il indiquait que ces cinq malades ne s’étaient jamais rencontrés et n’auraient donc pas pu se contaminer l’un l’autre. Qu’est-ce qui a bien pu faire penser à Michael Gottlieb qu’il venait de découvrir une nouvelle maladie infectieuse? Rien ne permet de répondre à cette question, et le mystère reste entier. Une parabole aidera à mieux saisir l’importance de la question : imaginons qu’un médecin ait pour mission de surveiller la santé d’une centaine d’ouvriers travaillant tous dans une usine de colorants. C’est une vieille usine, mal ventilée, et où l’on manipule une abondance de sels de plomb. Après quelques années, le médecin identifie une dizaine de cas de saturnisme parmi ces ouvriers. Va-t-il en conclure que le saturnisme est une maladie contagieuse parce que les malades travaillaient tous dans la même usine? Ou va-t-il conclure que ses patients ont tous été exposés au même risque toxique et ont par conséquent tous développé la même maladie? La réponse est trop évidente… Comment expliquer que le docteur Gottlieb n’ait pas raisonné de la même façon, et n’ait pas immédiatement compris que ses cinq patients avaient tous été exposés aux mêmes drogues toxiques, et par conséquent avaient tous développé la même pathologie?
 

7e mensonge : Le VIH est la source de nombreuses maladies

Le virus de la rougeole n’est présent que chez les rougeoleux, celui de la grippe chez les grippés, etc. Avec le « VIH », une nouvelle ère a commencé : celle des virus polyvalents, polymorphes et tout-puissants, capables de causer non seulement une importante variété de maladies infectieuses (dues à l’immunodéficience), mais aussi des pathologies n’ayant rien à voir avec le système immunitaire. En tout, c’est une trentaine de maladies qu’est supposé provoquer ce tueur invisible, plus proche monstrueux et pitoyables aliens des films de science-fiction que d’un micro-organisme. Comment les biologistes et les professionnels de la santé ont-ils pu avaler cette couleuvre qui remettait en cause tout ce qu’ils avaient appris jusque-là? Il faut croire que leur faculté de raisonnement a été anesthésiée par les beaux discours venant des mandarins et des laboratoires pharmaceutiques. Car il faut le souligner, dès que l’on fait partie de l’élite scientifique, on peut se permettre d’émettre l’hypothèse la plus délirante en étant certain d’être suivi par l’ensemble d’une opinion publique informée par des médias en recherche permanente de surenchère et de sensationnel. Apporter la moindre preuve est inutile : seule compte la notoriété. [Docteurs : Dépêchez-vous à mettre votre nez dans ce livre, principalement ce chapitre.]
 

8e mensonge : Il vaut mieux savoir que l’on est séropositif

Le stress aigu a parfois des conséquences salutaires, car il permet de réagir efficacement en face d’un danger immédiat (fuir ou combattre). En revanche, le stress permanent est une source de déséquilibre entraînant une cascade d’événements préjudiciables. Les perturbations psychologiques provoquées par l’annonce d’une séropositivité et les réactions émotionnelles qui en découlent induisent des réactions physiologiques dommageables pour la santé, en affaiblissant les réactions naturelles de défense de l’organisme. C’est ainsi que la boucle de régulation hormonale mettant en jeu les glandes surrénales et certaines glandes endocrines du cerveau (hypophyse, hypothalamus, épiphyse) se trouve fortement perturbuée en cas de stresse intense, l’une des conséquences étant une surproduction de certains messagers chimiques (neuromédiateurs), comme le cortisol qui est une hormone immunosuppressive. Le stresse affaiblit donc l’activité du système immunitaire, mais provoque aussi de nombreuses autres perturbations, […]
 

9e mensonge : L’épidémie du sida est dévastatrice

Les organismes de santé publique s’accordent à donner des informations apocalyptiques sur la progression du sida dans le monde. Elles sont relayées avec beaucoup de complaisance (et sans vérification) par l’ensemble des médias et par les organisations dont le sida est la raison d’exister. Cette montée de la terreur s’est faite par étapes successives : 1. Attribuer à un virus l’immunodéficience acquise a été le premier pas. Un pas décisif qui a permis d’imposer l’idée que le sida était une maladie infectieuse, donc transmissible. 2. Mettre au point des tests de séropositivité a servi ensuite à prétendre pouvoir détecter une infection au sein de population en bonne santé (et inventer en même temps le sida hétérosexuel). 3. Dans un troisième temps, le nombre des maladies censées être causées par le « VIH » a progressé par paliers, passant de trois à trente en quelques années. 4. En plus, la définition même du sida a été profondément modifiée à quatre reprises (1982, 1987, 1992 et 1998) par les CDC (Centers for disease control and prevention) et l’OMS (Organisation mondiale de la santé), chaque nouvelle définition entraînant une escalade catastrophique de l’apparente épidémie. 5. Enfin, les statistiques basées sur des extrapolations acrobatiques ont permis d’augmenter chaque année les chiffres de la contamination, surtout dans les pays où les contrôles sont les plus difficiles à opérer. Quelle est la situation actuelle, lorsque l’on s’en teint aux faits? Dans les deux régions du monde où le sida a fait ses premières apparitions, les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, la prétendue épidémie a fait long feu. En Océanie, elle n’a même jamais débuté. En revanche, les statistiques officielles annoncent une flambée des infections dans plusieurs zones qui avaient été longtemps épargnées. [Chacune de ces régions sera analysée par la suite dans le chapitre, de même que les statistiques.]
 

10e mensonge : Les scientifiques sont tous d’accord

[Nous l’avons partiellement vu au début de l’article, mais voici quelques noms de dissidents à cette adresse :] http://www.virusmyth.net/aids/group.htm
Seul site français entourant la controverse du sida : http://www.sidasanté.com%20
Et un dernier article intéressant: http://www.planetenonviolence.org/VIH-et-Sida-Voix-dissid...
 
 
----------------


En guise de complément d'information, je vous invite très fortement à visionner/écouter cette vidéo particulièrement édifiante :

 

 

MAINTENANT, A VOUS D'EN TIRER DES CONCLUSIONS...OU PAS.

 
 

 

16:00 | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |

05/10/2013

CHEMTRAILS : pour en finir avec certains délires paranos

Très intéressante et fort pertinente video qui dénonce notamment les abus de certains "conspirationnistes" trop zélés, qui nuisent à l'émergence de la vérité en diffusant des thèses et des interprétations erronées, voire farfelues... Il importe particulièrement de savoir faire preuve de discernement et de rigueur en la matière, afin de ne pas prêter le flan au discrédit des incrédules professionnels.

Ceci constitue une excellente mise au point sous forme d'une compilation d'éléments précis, qui donneront à réfléchir, même pour les plus sceptiques. A voir absolument.

Hans CANY

 




A (RE)VOIR AUSSI :
Géo-ingénierie, chemtrails : informez-vous, réveillez-vous !!!

 

 

chemtrails.jpg

 

 

17:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : géo-ingénierie, hans cany, ecologie |  Facebook | | |

06/09/2013

NON à l'agression impérialiste contre la Syrie !

MOBILISEZ VOUS ! IMPLIQUEZ VOUS !
AFFICHEZ VOTRE REVOLTE !
REAGISSEZ !!

SYRIE_NON.jpg

13:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

31/08/2013

VIDEO SYRIE : le vrai visage des terroristes de la prétendue ASL

Voici quelques exemples de ce que font les prétendus "rebelles" islamistes anti-Assad en Syrie. Voici ceux que soutiennent Hollande, Fabius, BHL et autres Obama. Et voici ceux dont les ignorants et les imbéciles prennent le parti lorsqu'ils vilipendent mon soutien au "dictateur" Assad (les CONS !!)...
Les images sont dures, mais ayez au moins le courage de voir la réalité en face. Vous ne pourrez pas dire que vous ne "saviez pas"...


Hans CANY

 

EDIT du 31/08/2013 à Minuit:
La vidéo vient d'être censurée sur Dailymotion !!!  

Sous prétexte de "non-respect des conditions d'utilisation" !  
Ben voyons...

EDIT du 01/09/2013 :
Mais heureusement, RUTube est là :


  

Syrie_2.jpg

 

11:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

30/08/2013

44ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh

 

Kadhafi_1sept.jpg 

 

Ce 1er septembre 2013 marque le 44ème anniversaire de la Révolution Al-Fateh de 1969, et donc l'entrée dans la 45ème année de son esprit immortel. Une pensée toute particulière pour la Libye martyre, pour le peuple libyen qui souffre aujourd'hui sous le joug de la dictature des traîtres et des islamistes parvenus au pouvoir dans les fourgons de l'OTAN, ainsi que pour la Résistance verte qui ne baissera jamais les armes.

Nombreux sont ceux qui, s'étant laissés abuser par les mensonges et les mirages de 2011, en sont à présents réduits à déchanter amèrement. Finie la démocratie directe et participative, fini le logement gratuit pour tous, finies l'eau et l'électricité gratuites, finie l'essence à 8 centimes d'euro le litre, finis les prix bas et régulés, finies les aides sociales diverses, finie la sécurité dans les rues, finie l'égalité des droits entre hommes et femmes etc etc ! Nous les avions pourtant avertis. Ceux-là auraient certainement mieux fait de nous écouter et d'y réfléchir en temps voulu... Ils n'ont désormais plus que leurs yeux pour pleurer, et tout le temps de regretter, de méditer sur leur pitoyable inconséquence.

Concernant les Libyens, la plupart des meilleurs d'entre eux sont soit tombés en martyrs en 2011, soit croupissent dans les geôles des barbares, soit sont actuellement exilés à l'Etranger. N'oublions pas que ce n'est pas moins d'un million et demi de citoyens qui ont fui le régime de terreur imposé à la suite de l'agression impérialiste, ce qui, pour un pays qui ne comptait qu'à peine six millions d'habitants, représente un nombre considérable. N'oublions pas non plus les courageux membres de la Résistance verte qui, dans la clandestinité, poursuivent le combat avec opiniâtreté.

Que ce 1er septembre 2013 soit aussi une journée de protestation internationale contre le régime de terreur des rats du prétendu CNT, et pour les milliers de prisonniers politiques victimes aujourd'hui de détentions arbitraires, de parodies de procès iniques, de spoliation, de tortures et autres actes inhumains de toutes natures...
Le coeur vert de la Libye véritable bat toujours, et tôt ou tard, la Jamahiriya renaîtra de ses cendres !

Hans CANY

 

Kadhafi_1sept_2.jpg

Drapeau_vert_3.jpg
NOUS SOMMES TOUJOURS LA !

Vous vous demandez toujours comment on peut soutenir Kadhafi et continuer de prôner ses idées ? Alors faites un effort, prenez le temps de lire le Livre vert, dont vous trouverez ci-dessous les trois parties en liens. Alors seulement vous pourrez dire que vous savez de quoi vous parlez. Tant que vous ne vous serez pas donné cette peine, vos jugements de valeur, reposant uniquement sur l'image diabolisée que vous a servie la propagande médiatique, resteront sans le moindre fondement sérieux.

Pour lire le Livre vert, en 3 parties :

. 1ère partie : LA DEMOCRATIE

 

. 2ème partie : LE SOCIALISME

 

. 3ème partie : LES FONDEMENTS SOCIAUX

 

Kadhafi_Hero.jpg

 

18:26 Publié dans Histoire, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, libye, socialisme vert, democratie |  Facebook | | |

29/08/2013

Dieudonné répond à Valls... Et c'est du bon ! [VIDEO]

Réponse de Dieudonné au Sinistre de l'Intérieur, et autres commentaires à propos de la Syrie etc... Triple quenelle épaulée !!!

 

Dictature_PS.jpg

18:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie |  Facebook | | |

SYRIE : Halte à l'agression impérialiste !

 

MENTI.jpg

Le fait, pour un Etat, d'attaquer militairement un autre pays sans que le peuple soit consulté, est d'essence dictatoriale. La moindre des choses devrait être de soumettre préalablement la question aux citoyens, au moyen d'un référendum. Ceci n'est qu'un exemple de plus du caractère foncièrement dictatorial du système de gouvernement que nous subissons. Voter pour ces crapules, ce n'est pas seulement abdiquer en renonçant à la souveraineté populaire. C'est aussi élire une clique d'assassins en puissance, et leur offrir sur un plateau toute latitude pour commettre leurs méfaits.

Hans CANY

 

 

ImperialismeUS.jpg

 

 

 

08:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, géopolitique et politique internationale |  Facebook | | |

21/08/2013

L'Alliance Nationale-Anarchiste se dote d'un blog officiel

L' Alliance Nationale-Anarchiste (A.N-A), section francophone autonome du Mouvement National-Anarchiste mondial, annonce la naissance de son site/blog officiel. Il s'agit là de la toute première initiative consistant à offrir une tribune spécifique au courant national-anarchiste de langue française, dans le cadre d'une approche sérieuse et cohérente, bien loin des contre-vérités, des calomnies, des approximations et des déviances véhiculées par les uns comme par les autres.

Vous pouvez donc dès à présent découvrir ce qu'est véritablement le national-anarchisme en vous rendant ici :
http://national-anarchisme.hautetfort.com


En outre, vous pourrez également retrouver l'Alliance Nationale-Anarchiste sur Facebook grâce à cette page officielle, dont vous pourrez suivre l'actualité en cliquant sur "J'aime" : http://www.facebook.com/alliancenationaleanarchiste

 

Bonnes visites, et bonnes lectures.

A.N-A_Identite.jpg

 

16:44 Publié dans Politique, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany, national-anarchisme, anarchisme, democratie, identité & racines |  Facebook | | |

L' "Anglo-Saxon", ou le nouvel ennemi désigné par l'arrière-garde

Non, bien que farouchement anti-impérialiste, anti-atlantiste et anticapitaliste, moi je ne me laisserai pas aller à pester contre "l'impérialisme anglo-saxon". Je vois ça et là ressurgir chez certains cette expression récurrente, monomanie obsessionnelle qui n'est pas exempte des relents faisandés d'une certaine xénophobie... Certes, l'impérialisme occidental, dominé par les U$A, est un fait indéniable. Mais il aurait tout aussi bien pu être chinois, russe ou bantou. Voire même...français. Il n'a rien d'intrinsèquement "anglo-saxon", n'en déplaise à ceux qui se laissent allègrement aller à vilipender les "rosbifs" et autres "Perfide Albion". Tout ceci n'est qu'une piètre résurgence des traditionnelles haines séculaires bien franchouillardes contre "l'Anglois" et les "Ricains". Tout comme d'autres en sont encore à verser dans la germanophobie débile en parlant de "boches"... Ce genre de régression irraisonnée ne fait pas honneur au discours de ceux qui s'y adonnent. A mon sens, il convient de voir au-delà, et pas de retomber dans les travers les plus poussiéreux d'un chauvinisme désuet et suranné.

Le "nationalisme français" n'est définitivement pas ma tasse de thé. Et le "souverainisme" jacobinard pas davantage.

Hans CANY
 

hans cany

15:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hans cany |  Facebook | | |